Avis sur un show

14 mars 2014

Mineral @ Poste à Galène (Marseille)

Oh Mineral !! (Mais pas que...)

  • 15
  • 0
  • 0
  • 0
  • VN:F [1.9.22_1171]

Evaluation de la Soirée

Note global du concert, 3.0 - 2 votes
Pas d'Evaluation des internautes
Note d'Ysabel
Note d'Arnaud

1 : Pas du Tout - 2 : Un Peu - 3 : Moyennement - 4 : Beaucoup - 5 : Passionnement - 6 : A La Folie

Conditions de mise en boîte

Librement dans la salle

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Je tiens tout d’abord à remercier le « gourou » de ConcertandCo Marseille, qui cette fois a fait très fort. En effet, au départ, nous pensions aller chroniquer Gaëtan Roussel qui passe ce même soir au Moulin… Mais c’était sans trop faire gaffe à la programmation du Poste à Galène. GROSSE ERREUR !! Et voilà notre Stephan qui nous répond, suite à notre demande, je cite « T’as vu ce qui passe le même soir au Poste ? ». Quatre clics plus tard, mon sang ne fait qu’un tour : J’avais juste vu la date au Rockstore et je ne pensais jamais voir ce nouveau groupe de l’illustre chanteur d’Archive dans notre coin. Deux trois mails plus tard, zouh, on est de la fête… (et j’arrête là de raconter ma vie, qui n’intéresse personne).

Enfin la fête… Le Poste est tristounet ce soir, avec à peine une cinquantaine de personnes éparpillées devant la scène. Il y a aussi quelques T-Shirt d’Archive dans la salle. Les gens sont clairement venus pour cette ancienne histoire et cherchent peut-être à retrouver un peu de cette âme (Putain Again quand même au départ, c’est lui qui la chante… Même si Dave Pen aujourd’hui se démerde plus que bien, voire mieux !!).

Dès les premières notes, on oublie vite cette aventure du début des années 2000. Non : Mineral nous envoie directement dans les années 70, entre l’électro et la disco (en gros). Je ne trouve pas cela désagréable, et même j’adhère. Un nouvel univers bâti sur rien, c’est rarement pour me déplaire !

Cependant et assez rapidement, y a un truc qui me chiffonne. Une attitude, puis un vague regard et enfin il titube presque… Putain : Craig Walker est fin bourré !!! Bon, ça ne l’empêche pas de bien se débrouiller (c’est un irlandais, il ne faut pas l’oublier). Mais on sent également assez clairement que Sophie est au petits oignons et hyper attentive à son chanteur. Il s’en suit une drôle de relation entre eux, qui se situe entre le soutien, l’admiration, la vénération et l’amour (rayer la mention inutile). Et, perso, ça a terminé de m’éloigner de la musique pour ne voir que ça.

J’ai fini par me croire à un concert de Tricky, où la star n’en a rien à foutre et se repose entièrement sur son groupe, lui étant dans son univers fin défoncé. D’ailleurs, comme l’illustre ancien membre de Massive Attack, l’irlandais à la sublime voix va fumer et picoler entre quasi chaque chanson dans un coin de la scène. Bon, ok… Aucun dédain chez Craig et, globalement, il a fait le job mais bon… Je n’étais pas venu voir ça.

Je ne peux m’empêcher de me souvenir du passage de Birpen au Cargo de Nuit (je mettrai un voile pudique sur les raisons du refus d’accréditation photo), où j’ai vu Dave Pen nous montrer son univers personnel dans lequel on peut ressentir 20% d’Archive, mais également tout une autre palette d’inspirations personnelles, le tout dans une émotion et avec une présence phénoménale. C’était trippant. C’était génial. Et je voulais retrouver cette magie ce soir. Je suis parti sans l’avoir eu, assez déçu, et finalement presque heureux du concert assez court : plus long on serait arrivé à une catastrophe sur scène 🙁 .

Etiqueté par Ysabel :

Après cette excellente première partie de soirée passée avec Dead Horse One, je suis aux anges et fin prête pour enfin découvrir Live notre fameux transfuge de Archive : Craig Walker himself, premier chanteur en date du collectif anglais, ce soir à Marseille avec son groupe Mineral. Ceci étant, tout en appréciant vraiment la plupart de ses interprétations, je reste une indécrottable ultra méga fan de David Penney (sans déconner, il suffit de se faire un petit Again avec lui pour littéralement planer).

Alors on part pour ce que j’espère être un beau voyage … Dans le noir ! Un chouilla plus de monde dans la salle. Un sampler qui tourne. C’est un peu longuet, mais ça finit tout de même par démarrer et le truc qui me fait tout de suite tiquer, c’est ce son hyper années 80. Je dois dire que je ne m’attendais absolument pas à ça !

Ils sont quatre sur scène. Il n’y a plus de batterie, puisqu’elle est devenue électronique. La voix joue sur des effets robotisés. Eux ne font qu’apparaître subrepticement, à la faveur d’un éclair. Il n’y a quasi que des sons de machine, plus une ligne de basse … Pas du tout sûre que tout ça me plaise vraiment. Bien peur que cette musique ne manque cruellement d’instruments. Et, côté ambiance, ça fait forcément toujours un peu univers d’autistes.

Au second morceau, la demoiselle du groupe passe au chant. Une voix très douce, mais un peu trop pâlotte à mon goût. Avec surtout encore et toujours derrière un quasi 100% de sampler. Je suis carrément déçue par ce gros manque de relief 🙁 Quant au son façon Bontempi, je suis désolée, mais j’ai plus que du mal. Pourtant, je fais mon possible pour ne pas chercher du Archive là-dedans, sans pour autant pouvoir m’empêcher d’y penser … Je ne demande qu’à capter la chaleur de la voix de Craig Walker. Elle est toujours belle et bien là, mais certainement pas habillée comme elle le mériterait. Celle de Sophie se révèle elle aussi un peu plus au fil des morceaux … Mais le vrai problème, c’est que lui ne semble pas au top de sa forme. Comment dire, en restant polie … Il est fin bourré !!

Plus on avance dans le Set, plus son attitude semble embrouillée. Il vacille et titube quasiment sur scène. C’est à la fois déstabilisant et bizarrement intense. Ils font indéniablement passer quelque chose tous les deux, avec elle en contre voix la plupart du temps. Par moment, musicalement, ça me fait penser à du Killing Joke, mais version survival (comme j’ai pu les voir à Hammersmith il y a quatre ans). Ils se mettent à crier tous les deux. Assez space tout ça, avec des morceaux décousus et déjantés. A mi-concert pourtant, Craig commence à nous prendre cette voix plus grave, qui pose un univers beaucoup plus parlant à mon goût. Mais cela reste très inégal, avec ce côté Electro Cheap qui ne me branche pas, mais alors pas du tout !

Et preuve que c’est bien la musique qui me pose problème : Quand celle-ci prend un petit tour un peu plus ethnique et surtout qu’on y ajoute une belle ligne de basse avec des chœurs, elle m’apparait tout de suite plus riche et plus aboutie. Et autant, avec la première partie, on a eu droit à des enchaînements avec quelques blancs, autant là on ne les voit même pas passer ! Au fur et à mesure, la musique semble tout de même un peu évoluer niveau élaboration, mais toujours avec des partis pris spéciaux, soit de la voix, soit des samplers. J’ai décidément beaucoup de mal à entrer dans leur univers avec, pour autant, des moments de vrai bonheur. Un concert très déstabilisant en tous cas.

Ils se mettent à sauter sur place tous les deux, comme montés sur ressorts … Et on repart pour les 80’s ! Le positif, c’est que ça en fait danser quelques uns à fond. Mais franchement, lorsqu’on attaque 1989, on est plus proche d’un The Human League que d’Archive.

Craig fait tout arrêter en gueulant « Mother fucker ! » (Pourquoi pas…) Ils se postent tous les deux face à face dans une espèce de duo qui se répond, comme s’il lui faisait la leçon, mais toujours aussi peu clair. Un drôle de jeux de séduction avec lequel je ne suis pas trop à l’aise, aux vues de leur apparent écart d’âge. Il la déshabille du regard en lui lançant des « I hate you so much ! » Mouai Mouai Mouai …

Elle lance ensuite un morceau du nom de Mi-Clos. Et puis non (super organisés les loulous !) Finalement ce sera la cover de My Bloody Valentine, mais revue et corrigée bien sûr, hélas bizarrement et de manière brouillonne. Ils sont définitivement méga space tous les deux et j’ai beaucoup de mal avec leur rapport âge/séduction dans le jeu de scène.

Mi-Clos arrive tout de même et cette fois, c’est elle qui chante seule (français oblige, j’imagine). C’est alors qu’il se met à sauter comme un marsupilami sur cette chanson qui se veut tout de même un peu douce … Bon, c’est un choix (encore une fois). La dernière sera éponyme de leur dernier album : Plastic Ekphratsic. Avec le grand retour de Monsieur Bontempi et Craig qui mouline des bras comme un malheureux sur un sampler sifflotant. Lui la jouant vieux ténébreux usé et elle midinette énamourée. Il faut sacrément s’accrocher pour les suivre ces deux là tout de même … Et c’est reparti à sautiller dans tous les sens et à brailler dans les micros.

Les remerciements sur la musique seront tout aussi brouillons que le reste du morceau, mais cela ne les empêchera pas de nous lancer gentiment qu’ils nous « Love » … On va tout de même s’arrêter là. De toute manière et sincèrement, vu le peu d’ambiance dans la salle, s’ils nous avaient proposé un rappel cela aurait vraiment été par pure complaisance et juste parce que c’était prévu. Désolée, mais définitivement une drôle de prestation et très en demi-teinte, à mon humble avis. A revoir ?… Je ne sais pas.

Composition

  1. Stone
  2. Bleeding The Beast
  3. Cynical
  4. Love Divine
  5. Serial Monkey
  6. Atoms
  7. Brainwashed
  8. 1989
  9. When You Sleep
  10.  My Bloody Valentine
  11. Mi-Clos
  12. Plastic Ekphratsic

Date Limite de Consommation

  • Album défendu : Plastic Ekphrastic

Site de Production

Page Facebook : https://www.facebook.com/mineralofficial

Ingrédients

  • Craig Walker : Chant & Guitare
  • Sophie : Chant & Machine
  • Thierry Fournié : Clavier & Guitare
  • Damien Li : Machine & Basse

Remerciements

  • Stephan @ Concert and Co
  • Lionel @ Poste à Galène

Appellations d'Origine Contrôlée

  • par

    09 novembre 2012

    Photo du concert

    General Elektriks @ L'Usine (Istres)

    On ne peut pas dire que je découvre ce soir General Elektriks et j'étais convaincu de passer une bonne soirée dans la chouette salle de L'Usine. Ysabel avait un mauvais feeling ... Pff je devrais l'écouter ...

  • par

    25 février 2012

    Photo du concert

    Mina May @ Les Passagers du Zinc (Avignon)

    Mina May est super agréable à écouter : C'est de la bonne pop rock électro ! Si je n'avais qu'un seul reproche à faire, c'est de ne pas trouver de patte particulière et qu'au final ...

  • par

    20 février 2015

    Photo du concert

    Minuit @ La Gare (Maubec)

    Beaucoup de monde à La Gare ce soir, pour venir découvrir Minuit Live. Car même si le groupe est jeune, il attire énormément les regards, principalement en raison de la présence de Raoul Chinchin et Simone ...

La Zone des Lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.