Avis sur un show

09 décembre 2010

Gaëtan Roussel @ L'Usine (Istres)

C'était une valeur sûre au sein de Louise Attaque. C'est tout aussi bon en solo, dans un registre très différent.

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • VN:F [1.9.22_1171]

Conditions de mise en boîte

Trois chansons entre le public et la scène. La lumière était assez agressive, donc pas toujours simple de faire de belles photos.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Je ne connaissais de Gaétan Roussel en solo que Help Myself avant ce concert. C’est le genre de chanson que l’on peut garder toute la journée dans la tête tant c’est efficace, bien écrit et sympa ! Et puis, qui ne connait pas Louise Attaque ! Pas moi, qui dois les connaître depuis près de 15 ans.

Je partais donc assez confiant à ce concert et je n’ai absolument pas été déçu ! Gaëtan se donne entièrement en concert et chacune des chansons est très largement agrémenté de solos supplémentaires ou de compléments assez techno/électro, pas du tout désagréables ! On aura donc au final un concert avec assez peu de chansons, mais ce sera malgré tout un concert de plus de 1h30 !

Le public ne sera pas du tout à la hauteur de l’artiste. Il est resté d’une mollesse infinie ! Le groupe rajoutera un dernier rappel à sa setlist, mais je me demande vraiment pourquoi les cris et les applaudissement était d’une telle faiblesse, rarement entendus.

C’était peut-être la conséquence de l’une des journées les plus froides de l’hiver, avec en plus un mistral à vous couper en deux ! Pourtant Gaëtan était chaud bouillant !

Je le suivrai avec plaisir et, depuis ce concert, j’ai rattrapé mon retard et acheté son Cd sans hésitation.

Etiqueté Par Ysabel :

Après la pause, on va démarrer dans le noir, avec une bande son (genre B.O. de film), lumière sur les instruments posés au sol …. Beau et sobre. Ils arrivent tous ensemble et prennent place tout simplement. Look décontracté. On est là pour des musiciens et leur musique, pas de chichi.

Dès le premier morceau, Clap Hands, on s’en prend plein les oreilles. Il saute de partout, jette les pieds en l’air, la guitare à la main …. Ils se baladent tous sur la scène, se retrouvent devant le saxo : une belle bande de musiciens, qui prennent du plaisir à jouer et qui nous en donne. Gaëtan virevolte sur le devant de la scène. C’est l’archétype de l’artiste heureux de chanter, de rencontrer son public et de lui faire partager son rock qui balance.

On a un doux mélange de neuf et de vieux. Il nous présente un tout nouveau morceau : La Muraille. Sa voix (et quelle voix !!) reste toujours le fil conducteur, mais les rythmes changent d’une chanson à l’autre … Et on se retrouve même avec des sonorités inattendue dans un même morceau. La chaleur monte. Ce n’est que du plaisir sur scène et dans la salle.

Belle trouvaille esthétique sur le devant de la scène : des écrans rectangulaires, tantôt opaques, tantôt lumineux et de couleur changeante. C’est simple, mais du plus bel effet. Sur Help Myself le public, même s’il est composé plutôt de 30-40temaires, se met à danser. Même ambiance sur scène. Gaëtan nous présente sa saxophoniste, Nathalie, qui jouera de la batterie plus tard «Si on est sage !». Il prend des nouvelles du public entre chaque morceau … On est comme à la maison 😉 !

Depuis le début du concert, l’ambiance ne cesse de monter et c’est bien évidemment lié à la pêche incroyable qu’ils ont sur scène.

On passe du bon gros rock à un son plus électro (voir même un peu psyché). Les jeux de lumière sont excellents. C’est marrant, on est à cent lieux de Louise Attaque. La carrière solo de Gaëtant Roussel est véritablement l’expression d’autres envies, d’autres expériences musicales. Et à voir, il est incroyablement habité par sa musique. Limite possédé !!

Toute la petite bande : France, Nathalie, Joseph, Damien, Yoan, Colin, Antoine, Daniel (je crois n’avoir oublié personne !!) arrêtent de jouer pour accompagner à la clappe Gaëtan, resté vaillamment avec sa guitare. Et ça y va dans le côté potache : «Mais non, c’est pas ça … C’est toi qui te trompe …» Et on a une incroyable version live de Dis Moi. C’est toujours un plaisir quand un artiste arrive à détricoter un tube comme ça, pour en faire autre chose. Bel exercice de style.

Puis chacun reprend sa place. Leur univers musical est vaste, changeant et hyper riche. Joseph est littéralement déchaîné à la basse. Les morceaux durent je ne sais combien de temps. C’est un concert de malade.

Pour la fin du Set, on nous propose un morceau pour danser. Et c’est reparti pour un petit électro-percu des familles. Ils nous font un DYWD qui va durer une plombe. Ils font les clowns, mettent des lunettes bleues clignotantes du plus bel effet dans le noir !! Joseph se positionne à 5cm du public et gratte sa basse comme un malade. Ça saute de partout, la musique est envoutante et Gaëtan semble encore une fois quasi en transe. On est à la limite de la musique expérimentale. Ils jouent à fond la carte du live d’exception : aucun enregistrement studio ne peut faire passer un truc pareil.

Dommage qu’ils doivent quand même régulièrement aller chercher le public, qui me parait bien calme aux vues de l’ambiance sur scène ….

Pour le premier rappel, ils nous interprètent Les Belles Choses et on passe de la techno-transe à la chanson à texte : c’est ça aussi Gaëtan Roussel.

Pour le second, on repart pour une petite Clap-Mania (avec toujours Joseph en inspecteur des travaux finis, qui vérifie que tout le monde frappe bien dans les mains comme il faut !) Ce sont à nouveau de petits morceaux de bravoure.

En prime, on a droit à une reprise de Talking Heads : un Psycho Killer très très revu & corrigé à leur sauce. Encore un son de malade …. Quels musiciens !!!

Puis ils vont prendre congé de nous : «Portez vous bien & à bientôt».

J’ai bien peur qu’ils de reviennent pas … Le public est un peu mou … Ça dort ou quoi à l’Usine ??!!! Heureusement qu’ils ne se font pas trop prier.

On a un petit Si On Comptait Les Etoiles … Qui tient de la grand messe (même si cela manque un peu de fidèles).

Et puis un petit dernier pour la route. «On a plus de morceaux ….!!!»

Qu’à cela ne tienne, ils nous rejouent Help Myself avec festival de batterie, de percussions et de guitares. Joseph (et oui, toujours et encore …) joue de la basse avec des baguettes récupérées je ne sais où. Quel numéro celui-là !!

Au dernier salut, ils sont tout tout prêts du premier rangs. Le public est ravi. Joseph va nous offrir une dernière pirouette «Tu la veux ma basse ?» tendant l’instrument à un fan …. Qui dit oui bien sûr …. Il fait mine de la lui donner et puis recule en rigolant «T’es fou ou quoi ???!!!!!!»

Super concert, super ambiance …. Il fallait au moins ça pour nous réchauffer !!!

Composition

  1. Clap Hands
  2. Tokyo
  3. Inside
  4. La Muraille
  5. Help Myself
  6. Trouble
  7. Dis moi
  8. Des questions me reviennent
  9. DYWD
  10. 1er rappel : Les belles choses
  11. 1000 Milliards
  12. Psycho Killer
  13. 2ieme rappel : Si l’on comptais les étoiles
  14. 3ieme rappel : Help Myself

La zone des lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.