Avis sur un show

06 août 2011

Krassport @ Cloître des Carmes (Avignon)

Un trio détonnant et pas désagréable du tout ... Bien au contraire !

  • 1
  • 2
  • 0
  • 0
  • 2
  • VN:F [1.9.22_1171]

Conditions de mise en boîte

Librement dans le cloître et faisant attention de ne pas déranger le premier rang.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Arrivé pendant les répétitions du groupe, qui laissait présager un jazz un peu free et sans énorme intérêt, j’appréhendais un peu ce premier concert de la soirée. Dès les premières notes, j’ai compris qu’il en était tout autrement et que ça allait être un concert très intéressant. J’ai eu du mal par moment à suivre la musique, peut-être trop expérimentale pour moi, mais ce fut une bien belle expérience !

Assez déçu par l’attitude du public par contre, une bonne partie préférant rapidement quitter la tribune pour papoter et boire sous les arcades (sans ce soucier de la gêne occasionnée pour les autres).

Etiqueté par Ysabel :

Première soirée de clôture pour cette 20ème édition du Tremplin Jazz d’Avignon, dans le magnifique Cloître des Carmes. Ce soir, dans ce site de rêve, nous allons pouvoir découvrir en première partie les vainqueurs du concours 2010, suivis par Erik Truffaz en quartet. Un beau programme de jazz qui s’annonce.

Pendant la petite session acoustique offerte par l’accordeur, on peut prendre le temps de profiter de ce lieu de toute beauté, histoire de se mettre dans l’ambiance et de profiter de la douceur du soir qui tombe.

La première partie, donc est assurée par un trio de jeunes allemands, Krassport, qui ont obtenu l’année passée à la fois le grand prix du jury et celui du public. A la lecture du programme, je suis impatiente d’entendre ces jeunes prodiges qui ont ainsi fait l’unanimité. Et lorsqu’ils arrivent, ils s’installent en toute simplicité (leurs partitions tiennent avec des pinces à linge oranges !) et commencent par une petite musique douce jouée au xylophone … Qui est bien trompeuse … Parce que, très vite, arrive la grosse artillerie !! Une entrée en matière toute en puissance, avec laquelle s’alterne, à intervalles réguliers, la petite musique du début. Ils passent leur temps à jouer sur les dissonances et le contraste. Cela donne une musicalité très particulière, qui me séduit beaucoup. Et ils partent dans de magnifiques digressions un peu folles, qui reviennent à chaque fois au thème initial.

Le batteur se transforme sans sourciller en percussionniste, comme penché sur ses «cornues» avec sa drôle de petite mallette à musique. Des démarrages monosyllabiques au piano, repris par la guitare, amplifiées par la  batterie. Des crescendos d’une intensité fabuleuse.

Le pianiste s’arme d’une antisèche pour nous faire une présentation en français, nous expliquant leur travail sur l’oeuvre de de Gustav Holst : le mot d’ordre est Désarticulation de standards, pour obtenir … Du Krassport. Et lorsqu’ils jouent, la complicité de leurs regards nous donne à lire un immense amour du jazz dans leurs yeux. Le battement de cœur vient de la guitare, au centre, relayé de droite et de gauche par les déchainements de la batterie et du piano. Leur attention ne se porte  plus un seul instant sur ce qu’ils jouent; ils ne font que se manger des yeux. Tous trois produisent une énergie fabuleuse lorsque le jazz se fait rock, puis musique expérimentale (jeu du piano à même les cordes). Chacun d’eux exploite toutes les sonorités de son instrument (roulements des baguettes à même la peau des tambours, grincements des cymbales …)

On retrouve à intervalles réguliers le thème initial : la fureur, la tempête … Tous les éléments du cosmos. Ils sont à la fois hyper concentrés et professionnels, tout en étant d’une décontraction incroyable (avec leur air de gamins). Et quand on attaque des standards du jazz, le batteur fait encore une fois montre de sa virtuosité. Leur musique nous fait aller au-delà de la simple écoute : elle nous parle, fait écho à l’intérieur de nous. On entre dans un monde fait de sensations. Celle de passer d’un monde de la nuit à la lumière … Et on la voit.

Jusqu’à la fin de leur set, leur musique va être tout à la fois, sérieuse, pro et ludique. On se croirait au centre d’une boite à musique, dont les automates se mettent à changer de rythme, à ralentir … Puis le mécanisme s’emballe, fait n’importe quoi et la machine semble cassée.

Personnellement, j’ai passé un moment de vrai plaisir avec ces trois jeunes gens. Et sur la fin (quand justement la mélodie s’est faite plus douce … pas de chance) une partie du public s’est levée pour aller faire je ne sais quoi. Vraiment dommage de ne pas ouvrir son esprit à une telle créativité. Et le problème de ce genre de site à ciel ouvert, c’est que lorsque les gens en ont marre et vont faire un tour à la buvette : ceux qui restent on le déplaisir de profiter de leur conversation !! Alors j’ai entendu «Erreur de casting» au regard de la suite du programme (Erik Truffaz) ??!! Et bien non, je ne trouve pas. C’est une musique différente, bien sûr, mais justement : cette personnalité à part, cette recherche d’une autre musicalité, cet esprit novateur (que l’on peut retrouver chez un Nicolas Cante par exemple), le fait de balayer les standards … Je trouve qu’il y a un vrai parallèle entres ces artistes. Alors ne restons pas fermés à d’autres écoutes et laissons nous imprégner par ces courants novateurs, même s’ils peuvent être moins facile d’accès. Il faut écouter Messieurs Dames … Il faut apprendre à écouter …

Composition

  1. Mars – The Bringer of War
  2. Jupiter – The Bringer of Jollity
  3. Saturn – The Bringer of Old Age
  4. Uranus – The Magician
  5. Neptune – The Mystic

Date Limite de Consommation

  • Album défendu : Under-stand-art

Site de Production

Myspace : http://www.myspace.com/krassport

Ingrédients

  • Manuel Krass : Piano
  • Johannes Schmitz : Guitare
  • Daniel Weber : Batterie

Remerciements

  • Jeff @ Avignon Jazz Festival

La zone des lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.

  • VA:F [1.9.22_1171]
    0
    0

    de ,toujours  superbes et magiques , photos…..
     connu sur fesse de bouc…… là le site est un pur délice ….
     je taquine un peu la photo (en amateur) …..et je sais reconnaitre le bon ""boulot""
      surtout avec souvent un "manque" de lumière ,ce qui rend encore plus merveilleux ,
     votre travail……………..
     @@++ jack

    • VA:F [1.9.22_1171]
      0
      0
      image gravatar rajoute :

      Je te remercie ! 

      C'est surtout un magnifique couple objectif/boîtier qui permet des folies incroyables ! Content que ça plaise en tout cas et faut pas hésiter à en parler autour de soi !