Avis sur un show

21 mai 2013

Erik Truffaz @ Théâtre Les Arts (Cluny)

Ex=Ta'S 172 CL 199 : Sonnez clairons aux notes éclatantes !

  • 8
  • 3
  • 1
  • 0
  • 1
  • VN:F [1.9.22_1171]

Conditions de mise en boîte

Librement dans la salle. Pour ne pas déranger, je me suis placé sur la droite de la scène. La lumière était on ne peut plus minimaliste, alors : à fond avec les focales fixes et les grandes ouvertures !!

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Quel doux rêve pour moi, Ex=Ta’s 172 ( c’est mon second nom, buque pour les initiés 😉 ) Clun’s 199 (c’est ma Promo) dit Arnaud Damiani, que de venir voir un artiste fabuleux comme Erik à quelques 50m de mon école d’ingénieur, dont tant de souvenirs restent ancrés au plus profond de moi ! Et, pour encore plus marquer le coup, c’est l’anniversaire de mon papa qui est venu avec nous !

C’est donc chargé de ces émotions et, bien entendu, tout mouillé par la traditionnelle pluie de Cluny que je rentre dans ce cinéma, que je connais depuis mes années Lycée qui se sont passées quelques centaines de mètre plus haut dans la ville !

Les émotions seront là tout au long de la soirée où le groupe a joué un jazz fabuleux pour mes oreilles (comme d’habitude). Allez, peut-être pas assez d’électro et un poil trop d’impro, mais c’est du détail tant c’est au top !

Vivement le prochain concert !

Etiqueté par Ysabel :

Cluny, la bien connue ville de Gadzarts, accueille ce soir un concert d’Erik Truffaz, en toute intimité  et en toute simplicité surtout, dans le cinéma qui sait aussi se transformer en théâtre. Nous nous installons donc dans une salle toute de bois et de rouge habillée, avec une scène presque étonnamment grande et tous les instruments déjà en place. Sans oublier un public venu nombreux, puisque la soirée affiche complet !

Le noir se fait … Et puis rien ne se passe (ce qui est plutôt amusant). Nous attendons un peu, mais ils finissent bien évidemment par monter sur scène, à la fois très décontractés et très sérieux. Truffaz est chapeauté d’un feutre noir. Marc Erbetta marque les premiers temps dans le vide et ça démarre. La trompette commence, si douce, sur une ligne conjointe de la basse, de la batterie et du clavier … Nous y sommes … Le voyage commence. Et lorsque l’intensité augmente, c’est un embarquement complet, avec cette sensation que nos corps s’élèvent. Je suis emportée.

Benoît Corboz semble déjà ailleurs derrière son clavier. Quand à Erik, il semble à la fois si impassible et si investi, écoutant la musique les yeux les yeux mi-clos lorsqu’il ne joue pas lui-même, comme à son habitude. La batterie se déchaîne à grand renfort de cymbales pour un résultat déjà scotchant (et ce n’est que le premier morceau !)

Encore un démarrage à l’orgue plutôt swing pour La Luna Mentirosa, avec batterie à la pédale. La trompette fait ses vocalises … Puis c’est au tour de l’orgue (une main sur chaque clavier. A croire qu’ils sont deux !) Erik le regarde, serrant sa trompette contre lui. Marcello bouge à peine; juste ses doigts qui parcourent les cordes et ses yeux qui montent au ciel.

«Un petit bonsoir pour ce concert clunysois spécial pour Marc, qui y trouve un intérêt culinaire tout particulier, puisqu’il a eu droit à une belle côte de bœuf !» Après ce petit intermède humoristique, nous reprenons les choses sérieuses, avec un solo de trompette durant lequel on perçoit même son souffle et qui ouvre la danse d’un morceau qui va, au final, s’avérer franchement Electro. La batterie est jouée aux doigts, à même les peaux et le son de la trompette est trafiqué … Encore une fois nous nous retrouvons ailleurs, devant un Erik assis sur son tabouret haut. Quelque part, on est comme à la maison avec eux et c’est un véritable plaisir que de partager cet amour palpable de la musique.

La trompette devient de plus en plus sonore, toujours accompagnée d’une batterie au son très métallique (à grand renfort de cymbales et de baguettes frappées sur les cadres). Solo de basse, avec un Marcello qui s’en donne à cœur joie, se tordant sur place et passant de l’accroupi au debout en l’espace d’une seconde.

Les enchaînements sont rapides, pour ne pas rompre le charme. La lumière ménage les jeux d’ombres. Leur univers est toujours aussi propice à la venue d’images qui assaillent nos esprits et, perso, je suis littéralement transportée, comme à chaque fois. Et mon corps ne peut s’empêcher de se balancer au rythme de leur musique. Pour maîtriser les parties d’impro, Truffaz fait un léger signe de la main pour impulser les reprises et, pour la digression du clavier qui va suivre, Benoît Corboz ne tient carrément plus en place sur son tabouret, tant il est embarqué par ce qu’il joue. Et puis tout s’arrête d’un coup, cash. Impressionnant !!

Passage du clavier au piano, pour Revolution Of Time. Benoît seul est éclairé (avec la batterie pour le moment silencieuse). Une parenthèse toute en poésie musicale. Un soupçon de batterie jouée au pinceau, une ligne de basse légère comme le souffle de la brise et la trompette si claire, limpide même … C’est juste magique et ce jusqu’au bout, où Marc termine seul dans la lumière sur un dernier balayage. Incroyable d’intensité.

Erik sort ensuite une sourdine pour nous offrir un son plus rond et très Jazz. Rien ne bouge. Il est immobile. Juste les doigts de sa main droite qui jouent avec les pistons. C’est totalement captivant comme imagerie. Avec cette batterie jouée à la main, façon cajón pour accompagner le piano. Marcello est toujours dans sa bulle, perché sur son tabouret et, encore une fois, Benoît ne tient plus en place, lâchant même un petit «Yeah !» de plaisir (suivi d’une clappe de la salle !) Puis la basse reprend le relai, toute en discrétion, zenitude et maestria. Au piano, Benoît, serviette autour du coup, a mis les mains directement dans la bête, pour modifier le son des cordes. Et voilà que Marc fait sonner sa joue en la claquant … On part dans l’expérimental là les garçons !!

La sourdine s’en va. La trompette sonne à nouveau, hors micro pour un son plus mat, et tous les autres instruments décollent à leur tour. Jeux des sonorités avec les va-et-vient vers le micro. C’est définitivement unique !

Avec Mr K., dédié à leur manager, on repart dans du plus Electro-Jazz. Lui est debout, droit comme un i, et lève sa trompette vers le ciel. Encore une fois c’est captivant, dans la sobriété et la simplicité les plus complètes. Et je crois qu’on peut vraiment dire que Mr K. va être récompensé à sa juste valeur par un public ravi.

The Dawn. Juste la trompette enregistrée et dédoublée à l’infini. Comme un souvenir qui remonte du lointain, avec Marc qui nous fait une ligne de voix très aérienne … Complètement fantasmagorique comme morceau. Ils sont quasi dans le noir, avec juste une ombre bleue. On dirait presque du Rock-Prog, c’est fou ! Ils ont inventé le Jazz-Prog en fait 😉

Et puis la trompette à sourdine vient s’ajouter à ce doux mélange … C’est comme si tous les instruments se réveillaient d’un drôle de sommeil ou d’un rêve. C’est ensuite au tour de Marc de nous faire son solo, accompagné par une simple ligne de basse. Terminant même avec une baguette dans la bouche, frappant sa batterie de l’autre et faisant raisonner sa bouche, ses joues, puis jouant avec son micro et nous produisant un mix entre la goutte de pluie, le robot et quelques animaux bizarres, mais toujours stoïque (ce qui fait beaucoup rire les enfants de la salle !) Il fait même prendre le relai au public, qui doit frapper des mains pour qu’il puisse boire un coup. Si ça c’est pas du solo, je n’y connais rien !! Il finit pourtant par être rejoint par les autres dans son délire digressif (ou sa digression délirante, au choix !). Jamais eu un tel numéro ma foi 😉

Dernière présentation de la troupe. Salut final. Et quand ils reviennent pour le rappel, c’est très tranquillement, pour un The Walk Of The Giant Turtle avec un piano légèrement dissonant, accompagné de nouveau par les onomatopée de Marc (décidément et définitivement très expérimental ce soir !) Cordes «étouffées» au piano. Trompette à la sourdine. Batterie frappée sur ses cadres. Seule la basse reste non trafiquée finalement. Et tout cela va donner, paradoxalement, un résultat très planant sur la fin. Comme quoi …

Mais retour à du plus traditionnel, si je puis dire (bien que le terme ne leur sied pas vraiment). Disons plutôt du très bon Jazz-Electro tout simplement. Avec Truffaz qui quitte la scène et revient sur le côté en tapant dans ses mains, pendant que les trois autres continuent. Comme en spectateur de ses camarades. Puis il regagne sa place et lance une clappe avant de recommencer à jouer. La dernière sera même lancée par un jeu on/off de la trompette. Plus lascive celle-ci, mais avec, forcément, des accélérations fulgurantes. Une dernière très belle mélodie, avant de saluer tous les quatre en se tenant par les épaules. Une très très belle soirée. Définitivement.

Composition

  1. El Tiempo De La Revolución
  2. La Luna Mentirosa
  3. Miss Kaba
  4. Istanbul Tango
  5. Revolution Of Time
  6. Siegfried
  7. Mr K.
  8. The Dawn
  9. 1er Rappel : The Walk Of The Giant Turtle
  10. Lost In Bogota
  11. In Between

Date Limite de Consommation

  • Ce concert s’inscrit dans la tournée  El Tiempo de la Revolución
  • Album défendu : El Tiempo de la Revolución

Site de Production

Site Officiel : http://www.eriktruffaz.com/

Ingrédients

  • Erik Truf­faz : Trompette
  • Benoît Cor­boz : Syn­thé, Piano
  • Mar­cello Giu­liani : Basse
  • Marc Erbetta : Batterie

Remerciements

  • Hélène @ Uni-T

La zone des lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.

    On parle de cette chronique ailleurs :