Avis sur un show

19 novembre 2011

Erik Truffaz @ Jas'Rod (Les Pennes Mirabeau)

Quelle nouvelle soirée pleine de rêves

  • 4
  • 0
  • 2
  • 0
  • VN:F [1.9.22_1171]

Evaluation de la Soirée

Note global du concert, 5.3 - 3 votes
VN:RO [1.9.22_1171]
Note internautes, 6.0 avec 1 vote(s)
Note d'Ysabel
Note d'Arnaud

1 : Pas du Tout - 2 : Un Peu - 3 : Moyennement - 4 : Beaucoup - 5 : Passionnement - 6 : A La Folie

Conditions de mise en boîte

Librement dans la salle

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

A quoi bon écrire sur Erik : c’est un musicien hors pair qui s’entoure de merveilleux musicien. Le jazz n’a jamais été aussi beau et envoûtant ! Encore merci Erik et à la prochaine fois

Etiqueté par Ysabel :

Après le petit moment de rotation nécessaire au changement de scène entre Les Combis Bleues et Erik Truffaz, le quatuor (dans sa formation habituelle) prend place. Erik est lumineux en chemise blanche et pantalon noir. Avec la disposition de salle offerte par le Jas’Rod, le public se retrouve tout proche de lui. Le son est juste parfait et dès le premier morceau, l’intensité est déjà palpable. Ses doigts, d’une incroyable agilité, parcourent avec fièvre sa trompette et les modulations du rythme permettent d’en savourer chaque note.

Selon les moments, la trompette de Truffaz sait se faire douce et planante ou bien tonitruante. Mais toujours soutenue par une batterie omniprésente et par l’orgue, qui envoie aussi … Un feu d’artifice qui donne à ce jazz un son moderne et incomparable. Erik Truffaz sait transcender le jazz. Et cette attitude qu’il prend lorsqu’il écoute ses trois compagnons de jeux, cette façon qu’il a de laisser entrer la musique en lui lorsqu’il ne joue pas est juste fascinante. Ceci étant, il n’est pas le seul. Si on se laisse porter, nous sommes nous aussi traversés de par en par. Quand à Marcello, il est carrément faramineux à la basse. Certain morceaux en deviennent volcaniques. Et avec les jeux d’écho, on a même parfois l’impression que ce n’est même plus de la trompette que l’on entend.

Leur voyage fabuleux nous emmène faire un tour au Japon avec Fujin (évocation du dieu des vents). Un morceau très planant et propice à la rêverie. En fait, pour moi, c’est Truffaz qui incarne ce dieu du vent en personne. Ses notes tenues sont à la fois d’une puissance et d’une douceur incroyables. Puis c’est Marcello qui prend le relais avec l’orgue de Benoît et la douceur du début se charge en intensité. C’est une magnifique évocation du Pays du Soleil Levant, dont le point culminant est salué par des sifflets de plaisir de la part du public.

La chaleur monte dans tous les sens du terme. C’est un set très enlevé et mené plutôt tambour battant, avec un Marcello qui a le don de jouer de la basse comme on le ferait d’une contrebasse. C’est magnifique. Tous les musiciens sont véritablement à l’honneur (et vu leur talent respectif, ce serait un crime qu’il en soit autrement !) Le public, de son côté, ne peut retenir des cris d’enthousiasme face à ce déferlement de virtuosité. Et lorsqu’Erik reprend la main, le rythme devient complètement effréné. Ce morceau est juste fabuleux !!

On enchaîne ensuite avec la batterie de Marc Erbetta frappée comme un tambour, à même la peau. Chacune de ces subtilités apportent une couleur différente à chacun des morceaux, mais dans l’ensemble, c’est un set plutôt pêchu. Par moment, Benoît Corboz est tellement embarqué par la musique qu’il nous offre de petits moments de bravoure au clavier, ne tenant quasiment plus assis sur sa banquette (il se retrouve les fesses en l’air une mesure sur quatre !!). Puis le calme revient après la tempête. Une merveilleuse façon de souffler (sans jeux de mot) le chaud et le froid sur un public en totale osmose avec eux. Et il y a bien peu de tête qui parviennent à rester en place croyez moi. Certains morceaux semblant durer une éternité … De plaisir (bien sûr !)

Avant de commencer In Between, Truffaz plaisante sur la salle qu’il trouve «Difficile à trouver, mais très sympathique … Juste besoin d’un GPS !» Il y a une grande intensité et un peu plus de nostalgie dans ce morceau. Et je ne vous parle même pas de la beauté de l’image : trompette levée vers le ciel et les yeux clos. La musique paraît d’un autre monde. Son écho se démultiplie à l’infini dans une ambiance irréelle. C’est encore une fois l’assemblage de ces quatre musiciens qui amène puissance et énergie. C’est d’une richesse incroyable.

Pour le dernier morceau du set, Marc Erbetta prend le micro avec une voix robotisée (avec onomatopées et bruitages), plus un peu de basse. Une belle impro qui entraîne le public à frapper dans ses mains. Il se transforme en une sorte de Beat Box jazz à la Magma. Puis les autres vont eux aussi entrer dans le délire, pour finir en apothéose. Quelle fin de set !!

Après leur sortie, bizarrement, tout le monde ne reste pas pour le rappel (bien dommage quand même et peu coutumier … L’heure du dodo sans doute !) Truffaz opère une sorte de remix du son de sa trompette. C’est très planant, comme au début de ce concert. Comme si la boucle était bouclée. Puis un dernier rappel très dansant fait se trémousser allègrement la salle. Le public crie, frappe, siffle … On la savoure cette dernière et elle semble être capable de nous emmener jusqu’au bout de la nuit. Ces quatre musiciens sont juste monstrueux. Mais d’un geste de bras, Erik met fin à ce pur moment de bonheur. Il fallait bien que cela arrive !!

Ils nous quittent sur un salut final et quelques mots encore, pour que le plaisir nous accompagne jusqu’au bout. Ils saluent en se tenant tous les quatre par les épaules … Simples et sincères, comme à leur habitude.

Date Limite de Consommation

  • Ce concert s’inscrit dans la tournée  In Between, qui se termine le 10 Décembre 2011 à Belfort
  • Album défendu : In Between

Site de Production

Site Officiel : http://www.eriktruffaz.com/

Ingrédients

  • Erik Truf­faz : Trompette
  • Benoît Cor­boz : Syn­thé, Piano
  • Mar­cello Giu­liani : Basse
  • Marc Erbetta : Batterie

Remerciements

  • Stephan @ ConcertAndco
  • Eugénie @ Aix’Qui

Appellations d'Origine Contrôlée

La Zone des Lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.