Avis sur un show

03 juillet 2014

Yodelice @ Arènes (Nîmes)

Arena is burning, la la la la la ...

  • 30
  • 1
  • 6
  • 0
  • VN:F [1.9.22_1171]

Evaluation de la Soirée

Note global du concert, 4.5 - 4 votes
VN:RO [1.9.22_1171]
Note internautes, 3.5 avec 2 vote(s)
Note d'Ysabel
Note d'Arnaud

1 : Pas du Tout - 2 : Un Peu - 3 : Moyennement - 4 : Beaucoup - 5 : Passionnement - 6 : A La Folie

Conditions de mise en boîte

Librement dans les arènes, avec passage en fond de scène pendant 2 min !

Les photos ont été validées par la production.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Que de bonnes raisons d’avoir la pêche ce soir : un plateau de rêve, des conditions de shoot uniques et un lieu magique !

Cette soirée n’est d’ailleurs pas sans me rappeler une autre sublime soirée dans ces mêmes Arènes il y 4 ans : Yodelice y avait aussi ouvert un concert de -M-. On reprend donc les mêmes, mais cette fois avec Rodrigo y Gabriela en complément. Moi je dis OUI !!

J’avais d’ailleurs découvert l’homme à la larme sur la joue à cette occasion, avec en guest Marion Cotillard au clavier :). Super souvenir.

Depuis, j’ai pu voir Yodelice en Live un certain nombre de fois (on me dit 4 fois dans l’oreillette). La constance est de mise dans la beauté de ses textes, l’ambiance sombre et des rythmes fouillés sont forts intéressants. De toute façon, étant toujours conquis par ses albums, je ne peux qu’aimer le pendant Live.

Mais ce dernier concert me permet de découvrir une nouvelle facette du personnage, ce qui n’est pas pour me déplaire. Moi qui l’ai toujours vu jouer avec l’ombre et la fumée, ce soir, à 20H il fait grand jour ! Est-ce d’ailleurs pourquoi la tenue est plus décontractée, plus lumineuse ? C’est en tout cas intelligent de proposer autre chose en Festival, les circonstances et le public n’étant pas là que pour lui.

Est-ce également ce public, pas forcément conquis dès les premiers riffs, qui rend Maxim encore plus  showman ? Lui d’habitude un peu plus en retrait, il explose ce soir et en met plein la vue. Je ne l’ai jamais vu si Rock Star, si investi de la mission presque divine de faire bouger le popotin des 30 premiers rangs … Quel charisme !

Le Set sera bien entendu trop court. Comme une invitation pour son prochain passage dans le Sud : on me dit dans l’oreillette au Silo à Marseille le 9 Octobre… On me dit également dans l’oreillette que nous serons vraisemblablement présents !

Etiqueté par Ysabel :

Nouvelle soirée aux Arènes de Nîmes … Mais cette fois version longue, puisque nous allons la partager avec trois « invités ». Ce sera, dans l’ordre : Yodelice, suivi de Rodrigo & Gabriela, puis -M- pour la terminer en beauté. Et je dois avouer que, même si j’avais repéré les arbres de Maxim Nucci déjà en place sur la scène, j’ai été surprise que ce soit lui qui ouvre le bal. Je l’attendais plutôt en seconde position. Qu’à cela ne tienne. Ils attaquent cash de chez cash. Quasiment le même quatuor qu’au Moulin en Janvier dernier (excepté pour le bassiste dont c’était le dernier soir avec le groupe), mais avec un rendu que je trouve tout de suite plus Rock dans ce contexte si particulier. En plus, il fait encore jour. Sa veste beige et son chapeau clair à large bord finissant de me donner de lui un visage assez différent de ce que je pouvais en connaitre (et ce n’est pas pour me déplaire). Cela lui enlève de son côté sombre, mais pourquoi pas ?! Ça change et moi, j’aime que l’on me surprenne.

Seul petit point noir c’est qu’ainsi, en ouverture, la fosse manque un peu de monde  (il n’est que 20 h !). Par contre, le public présent est là pour en profiter un max et compte le faire savoir, commençant à déjà bien bouger … Mais il faut dire que tout est fait sur scène pour qu’il en soit ainsi. Un vrai plaisir partagé et un très beau Set de Festival auxquels nous avons droit. Et quelle belle attitude Rock ! En adéquation parfaite avec la musique, tout simplement.

Maxim vient tout au bord pour faire chanter la fosse qui commence à bien se remplir à présent, tout comme les gradins. Et ce ne sont que riffs de guitares pour nous transporter jusqu’à la fin de Haystack. Il enchaine sur My Blood Is Burning, et je vois les gens qui entrent dans les Arènes passer devant moi en sautant comme des cabris, tant la musique les emporte déjà, irrésistiblement. Côté scène, petit regroupement autour de la batterie. Beaucoup de fumée et un très bel usage de la pédale wah-wah. Les lumières rouges commencent à faire leur show pour accompagner les musiciens, qui continuent allègrement le leur. Puis Yodelice annonce la chanson qui a changé sa vie, Sunday Whith A Flu, en nous sortant sa si belle guitare au regard rond. Il danse comme un diable. Ses genoux s’entrechoquent à la Elvis. Il veut entendre le public et il va être plus que satisfait, ce dernier étant plus que participatif ce soir !

Changement d’instrument et retour à l’électrique, pour du Rock comme il sait en faire. Mais avec une voix qui s’est légèrement assombrie cette fois. Ses attitudes sont d’enfer (Rock en diable elles aussi). Les spots commencent à balayer le public et, une fois encore, lui se fait plus que plaisir à la guitare; l’Electro se mêlant à elle avant que sa voix ne s’élève pour rompre le tout, dans une reprise de plus belle. Il se colle à nouveau tout devant, le genoux toujours vibrant. Sa voix nous embarque, jouant sur les ruptures et le suspens musical. Poing levé, il invective la foule … Je confirme : une bête de scène le Maxim ce soir !

Puis, comme la dernière fois, lui vient une envie de « Sugar Ray » : à savoir que nous nous transformions en cuivres vivants, en envoyant des pêches de cymbales … « J’aime les cuivres, mais y’en a pas. Alors c’est à vous de les faire ! » Et il semblerait qu’on s’en sorte pas mal, les coups de la batterie nous accompagnant dans un crescendo de plus en plus rapide, à la manière d’une locomotive qui démarre. Ça chauffe, ça chauffe aux Arènes de Nîmes !

Il reste là, heureux, le poing sur le cœur. Nous remercie et présente ses musiciens. Puis monte la complainte de Wake Me Up, avec un second drum pour le guitariste, qui apporte encore plus de force au morceau. Yodelice descend dans les crashs pour faire vibrer sa guitare à l’unisson avec les cris des premiers rangs. Un très joli moment de partage. Et c’est encore une fois dans l’euphorie générale que cette dernière se termine, devant une fosse emplie de bras levés qui semble sauter sur place (mais sans doute les pieds de leurs propriétaires n’y sont pas pour rien 😉 !). Et surtout avec une belle vague de « Sugar Ray » qui reprend toute seule, pour les porter jusqu’à la dernière note.

« Nîmes, merci du fond du cœur ! Ce fut un privilège. » … Je ne saurais mieux dire, si ce n’est : Merci Monsieur Nucci ! Le privilège fût pour nous.

Composition

  1. Time
  2. Haystack
  3. My Blood Is Burning
  4. Sunday With A Flu
  5. Last Drop of Oil
  6. Fade Away
  7. More Than Meets The Eyes
  8. Wake Me Up

Date Limite de Consommation

  • Album défendu : Square Eyes

Site de Production

Page Officiel : http://yodelice.com

Ingrédients

  • Maxim Nucci aka Yodelice : Chant & Guitare
  • Xavier Caux : Guitare & Drum
  • Edouard Polycarpe : Basse
  • Thibault Lecocq : Batterie

Remerciements

  • Julie @ Aoura !!!
  • Olivier @ Auguri

Appellations d'Origine Contrôlée

La Zone des Lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.