Avis sur un show

15 mai 2013

-M- @ Dôme (Marseille)

On -M- ... Tout simplement !

  • 34
  • 2
  • 1
  • 2
  • 2
  • VN:F [1.9.22_1171]

Conditions de mise en boîte

Trois premiers morceaux. Etant donné que les crash barrières n’étaient que sur le côté de la scène, j’ai décidé de commencer la session des gradins, en variant les prises entre le 300 mm, le 70/200 et le 24/70. Je pensais ensuite aller dans les crash barrières pour tenter quelques prises de côté sur le troisième titre. A quelques minutes du concert, me rendant compte que la fosse était d’une densité rare (impossible à traverser), je suis resté en gradins pour toute ma session.

Les lumières étant uniquement d’ambiance et plutôt par vague de flash, il fut donc assez difficile d’avoir de belles photos et franchement impossible d’avoir un portrait ! Pour autant, ces lumières sont franchement belles. La session ne permet d’ailleurs pas de rendre honneur à toutes les astuces et les ambiances du concert (je pense aux spots noeud papillon ou aux jeux avec les échafaudages) mais ça, vous le découvrirez en Live !

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Troisième concert de -M- en 4 ans et, ma foi, cet homme est unique : un show man comme il en existe peu et un musicien hors pair.

Pour être entièrement franc, je suis sorti déçu du concert. En effet, moi le malade du rock et bien j’ai trouvé -M- trop rock pour moi !!! Un comble donc ! Car oui, fini la pop et la méga troupe sur scène, cette tournée est celle du trio et de la puissance.

Mais, même déçu, je suis sorti avec la banane et c’est en fait quelques jours après le concert que j’ai pu assimiler les moments vécus et entièrement me rendre compte de l’extrême qualité de cette tournée.

Si je n’avais qu’un conseil, oubliez tout ce que vous aimez de l’artiste et vous allez découvrir Live un tout nouveau groupe, plus proche d’un Louis Bertignac survitaminé que d’un Christophe Willem, probablement trop lisse et attendu. Ce contrepied est bien le signe du génie !

C’est la seconde fois après Tryo que je vois une scène se balader dans le public et c’est une super bonne idée qui permet de varier l’ambiance et le rapport à son public.

Etiqueté par Ysabel :

Ça y est … Après le départ de Isaya, le Dôme est plein et les quelques accords d’accordage qui résonnent font immédiatement réagir le public au quart de tour ! La voix de -M- se fait entendre, commençant par un «Chuuut !», suivi d’un «Bonsoir», puis l’explication de son engagement avec Clown Sans Frontières : C’est un collectif d’artistes et de techniciens, dont le but est d’organiser des spectacles partout dans le monde pour les enfants en détresse, au moyen de structures éphémères … «Musique, galipettes et sourires, pour la liberté retrouvée !» Alors pour les soutenir, si le cœur vous en dit, c’est simple comme un SMS utile : CLOWN au 8 10 15.

S’en suit une petite clappe d’impatience et une tentative de hola pas forcément fructueuse, mais bien rigolote. Et, à force de motivation, ça finit même par ressembler à quelque chose (et ça occupe !) Puis le drap blanc laisse apparaitre des planètes en désordre, suivies par le vol sans fin d’une chouette mystérieuse. Et c’est ensuite -M- qui se profile en transparence, déclenchant des hurlements dans la salle.

Il apparait alors seul au piano, sous un simple spot, silhouette grandie sur le drap en filigrane, qui va très vite tomber. Il semble alors irradié de lumière bleue, avec une scène qui avance petit à petit pour le rejoindre, occupée d’un batteur en haut de forme et d’un bassiste en veste jaune. Le décor tourne sur place derrière eux. -M- n’est qu’ombre … C’est d’un esthétisme de folie !!

Un drôle de livre en miroir prend place derrière eux, comme un rappel de la pochette de son nouvel album îl, pour un visuel en démultiplié. -M- joue du clavier tout contre la batterie, de profil à nous. Les jeux de lumière sont fabuleux. Puis il attrape sa guitare qui balaye tout sur son passage et installe définitivement son monde de doux-dingue assez fascinant, il faut le reconnaitre. La salle s’allume pour le «Bonsoir» traditionnel, accompagné d’un gros Merci à Marseille pour son accueil : «Mesdames, Messieurs, bienvenue au baptême de Mr. M

La salle est tellement scotchée, tout le monde ayant les yeux écarquillés pour ne rien manquer, qu’elle en parait presque sage … Mais je pense qu’elle est plutôt fascinée ! Et une fois allumée, elle se met à chanter à tue tête. Lui, crie de plaisir au sautant sur place, avant de venir jouer tout contre l’ampli pour nous faire vibrer plus encore. Puis nous nous retrouvons dans une lumière rose pour chanter Onde Sensuelle tout à loisir, avec le grand M du décor qui joue tour à tour le miroir, le reflet et la source de la lumière …. Pour terminer au milieu des étoiles, avec un public qui n’est plus qu’une voix et qui monte sur un fond de BeatBox. Et je ne vous parle même pas de l’onde faramineuse qui monte sur la fin de ce morceau de malade !

Il se positionne en devant de scène, proche à le toucher du public, commençant tout doux, pour exploser ensuite. Nous assistons à tous les changements de décors, grâce à leur «mobilier» à roulettes. On est totalement embarqués ailleurs et lorsqu’il commence L’île Intense, un «indigène» performeur débarque comme pour le défier.

Les mondes défilent devant nos yeux, comme autant de tableaux différents … Cette fois nous nous retrouvons sous l’eau de l’Océan. Il chausse ses lunettes miroir. Leurs reflets à tous trois tremblent comme sous une cascade et les drums vibrent sourdement, avec des  ombres-poissons qui tournent tout autour d’eux. C’est superbe ! Il salue un public qui réagit au quart de tour, faisant rugir sa guitare pointée vers le ciel pour mettre tout le monde debout

Tout est prétexte à faire de ce concert une véritable fête … -M- passe même à la batterie (et c’est qu’il est hyper bon en plus !) et c’est une tuerie que cette salle qui s’allume sans cesse. Du partage, encore du partage et rien que du partage !! On a même droit à de petites chorés hyper sexy, un doigt levé vers nous et des centaines d’autres qui lui répondent, sur fond de déchaînement incroyable de sa guitare.

Un grand M de lumières descend : c’est amusant tous ces M partout; quelque part un peu mégalo, mais jamais prétentieux. Comme si c’était un jeu. Alors tout le monde se lève pour Mojo, parfois même avec des enfants dans les bras ! On ne voit quasiment plus que les spots qui nous éblouissent et tout le monde fait le signe du canard avec ses petites mimines, au milieu d’un véritable raz de marée sonore …

Un décompte infernal commence alors. Les lumières du M défilent et lui apparaît tout à gauche, au clavier, juste comme ça. Il commence les phrases de Qui De Nous Deux, que le public termine. C’est très émouvant. Il serre plein de mains. Tombe la veste. Son image se reflète sur la scène et La Bonne Etoile démarre, toujours en acoustique au piano, qui est installé sur une estrade qui commence une petite ballade à travers la fosse, juste pour être encore plus proche de nous. Il nous remercie du bonheur, du cadeau même que nous lui faisons chaque soir, nous les enfants que nous sommes tous encore.  Le medley qu’il nous offre se déroule tout en douceur et en partage, avec ses deux compagnons de jeu qui ont pris place avec lui sur la scène mobile. La salle est si belle tout autour de lui, avec tout plein de petits écrans qui s’allument sur le passage de sa Papa Mobile (comme il dit 😉 !!)

Présentation des deux martiens qui l’accompagnent et dont c’est la première ce soir à Marseille. Ils font le show pendant que l’estrade regagne la terre ferme, en mode Electro-Trip Hop. Et -M- réapparait alors pour Le Complexe Du Corn-Flakes, tout en haut de son drôle d’échafaudage, avec la tête transformée en un M de lumière. Et ça tourne encore et encore, pour se transformer en un autre mur dont il descend par un véritable escalier de star, pour un nouveau solo de guitare magistral.

On en prend plein les mirettes avec ce drôle de décor qui se démantibule sans cesse et maintenant, voilà qu’une guitare descend des cintres … Mais qui sait encore faire du rock comme ça aujourd’hui ?!? Je pense qu’il y en a plus d’un qui peut aller se rhabiller !! La guitare repart en volant dans les airs. Il salue. Puis annonce une spéciale dédicace à sa grand-mère Andrée, une guerrière qui nous regarde de là-haut. Alors on chante avec lui Je Dis Aime, avant que ça n’explose une nouvelle fois. Tout le monde danse. Il nous envoie un baiser, comme monté sur ressort et se déchaînant juste sous le nez du premier rang, sourire aux lèvres, puis fait signe à la fosse de se rapprocher encore un peu plus … Et il se couche tout en douceur pour un crowd surfing durant lequel il ne va même pas s’arrêter de jouer !! Un truc de ouf, salué par un tollé général, poings levés !

«On va se calmer un petit peu pour reprendre nos esprits … Enfin les miens surtout !» Le décor nous joue encore un de ses tours et puis s’en va. Ils sont totalement plongés dans un jeu d’ombres, avec notre samouraï de tout à l’heure qui revient, mais cette fois en acrobate à la corde, jouant avec le soleil et l’ombre du M.

Vient alors le moment de la petite surprise de la soirée : un invité spécial, sélectionné suite à une recherche lancée sous forme d’audition via internet, pour trouver de nouveau guitaristes de talent (après des centaines de vidéos reçues). En voici donc un, choisi sur Marseille : Sébastien, 19 ans, pour son premier solo en Live !! Et, à la demande de -M-, il va tout donner ce soir, comme s’il avait fait ça toute sa vie ! Enchaînant même avec un superbe tête à tête avec lui … Une idée juste géniale, comme d’hab 😉

«Alors on va fêter ça !» avec le soleil chaud du M au-dessus de leurs têtes. On est dans le désert. Les lumières sont brûlantes et il faut que l’on fasse le geste du vent profond, en assumant totalement notre part de féminité nous dit-on ! Ceux qui restent assis se font chambrer : «Qu’ils lèvent leur cul … Mais c’est déjà fait ! Alors, après cette répet : Le Live !!» Et je peux vous dire qu’absolument toutes les mains se lèvent et tremblent … Mama Sam nous transporte et c’est magnifique.

Et puis M de lumière est de retour pour un Machistador en quadricolor, avec un jeu de spots définitivement fabuleux. Tous les instruments se colorent et c’est bien sûr le public qui crie en chœur le «Tador» tant attendu, qui fait fait sauter chacun de nous sur place … Ambiance discothèque pour le «Bouge ton corps» demandé ! Avec même un remix de Last Night A DJ Saved My Life (d’Indeep) pour une fin ubuesque !! Plein de bizoux et de mains serrées avant de quitter la scène … Et même de gros câlins entre eux 😉 !!

La demande de rappel se fait ensuite dans un bleu nuit qui laisse entrevoir l’installation de trucs bizarres (avec même un escabeau !). Ils reviennent tout devant et -M- nous confie que grâce à nous, ce Dôme si grand est devenu chaleureux ce soir. Puis ils se mettent à sauter sur place, comme des marsupilamis surexcités. Ils remettent en branle la plateforme mobile et se baladent au milieu de la fosse pour un rappel de rêve … Ça swing, ça jazz et surtout ce n’est que du bonheur ! On sort le kazou et on nous demande de faire des cris de souffrance. Puis c’est une véritable vague de snaps, avec un -M- qui s’acharne comme un fou sur sa guitare : ça c’est le genre de rappel qui peut durer toute le nuit !! Et les remerciements qu’il adresse à la salle sont si emprunts de sincérité, qu’ils vont droit au cœur d’un public aux anges. Nous sommes prêts à tout partager avec lui et on démarre donc un hommage à Baïa, sa maman. On cherche la tonalité … Mais que fait le maître de la tonalité ? Ah, ben, il ne sait la sait plus lui non plus !! «Pas grave … C’est pour ma mère, alors il faut faire les cornes du diable. Elle va adorer !» La guitare se fait alors arabisante ou andalouse; superbe en tous cas. Et le batteur nous fait même le toréador en jouant de sa veste ! Bref, c’est une grosse fête à la fin de laquelle leur drôle de scènette retourne tranquillement à la maison. Il nous salue une dernière fois de sa guitare à damier : «Merci pour cette belle énergie ! On va tous repartir encore plus légers …» et s’en va la main sur le cœur, alors que nous continuons de chanter pour lui.

Il revient pourtant une dernière fois, seul avec sa guitare. Demande un vrai silence et que nous fermions les yeux … (Bon, évidemment, il y a toujours un gros lourd pour gueuler, mais c’est pas grave !) La scène est vide. Juste habillée de raies de lumières. Les briquets s’allument. Lawrence et Brad viennent le rejoindre, mais on les devine à peine … Oualé est juste magique … Beaucoup de poésie … Et puis on explose tout pour la vrai dernière. Un Mojo pour lequel il faut tout donner (et il ne faut pas le dire deux fois à ce public électrisé !) -M- a remis sa tenue de Rock Star … Ça danse de partout : sur scène, dans la fosse, dans les gradins … Partout !! Plein de bisous et d’accolades. Et surtout une fin digne de ce concert de grands grands fadas : Mathieu Chédid est définitivement un rock n’roller fou et génial !!!

Composition

  1. Elle
  2. Le Film
  3. Le Baptême
  4. Onde Sensuelle
  5. L’Île Intense
  6. Océan
  7. A Tes Souhaits
  8. Nostalgic du cool
  9. Mojo
  10. Qui De Nous Deux
  11. La Bonne Etoile
  12. La Seine
  13. La Vie Tue
  14. Gimmick
  15. Le Complexe Du Corn-Flakes
  16. La Grosse Bombe
  17. Je Dis Aime
  18. Laisse Aller
  19. Ma Mélodie
  20. Mama Sam
  21. Machistador
  22. 1er Rappel : Le Roi Des Ombres
  23. En Tête À Tête
  24. La Maison De Saraï
  25. Faites-moi Souffrir
  26. Baïa
  27. 2nd Rappel : Oualé
  28. 3ieme Rappel : Mojo (chorégaphie)

Date Limite de Consommation

  • Ce concert s’inscrit dans la tournée Îl en concert qui se termine le  21 Décembre 2013 à Nice.
  • Album défendu : Îl

Site de Production

Site officiel : http://www.labo-m-music.com

Ingrédients

  • Mathieu Chédid : Chant & Guitare
  • Brad Thomas Ackley : Guitare, Machine & Basse
  • Lawrence Clais : Batterie & Percussions
  • James Thierrée : Danse
  • Sébastien : jeune guitariste invité sur Ma mélodie et Mojo chorégraphie

Remerciements

  • Emilie @ Barclay
  • Pauline @ Barclay
  • par

    03 juillet 2014

    Photo du concert

    -M- @ Arènes (Nîmes)

    La première fois accrédité, la seconde en simple spectateur pour profiter et faire profiter Ysabel (parce qu'elle bosse comme une malade ses chroniques, sans jamais réellement profiter elle), cette troisième rencontre avec Mathieu Chédid sur la tournée ...

  • par

    21 juillet 2015

    Photo du concert

    Famille Chedid @ Théâtre Antique (Arles)

    Aller voir plusieurs concerts d'une même tournée, à peu de temps d'intervalle ...? Voilà bien une idée qu'assez peu de personnes peuvent comprendre. Que voulez vous : quand j'aime, je ne compte pas ! Surtout qu'après le ...

  • par

    16 mai 2013

    Photo du concert

    Marc Lavoine @ Dôme (Marseille)

    J'avais très envie de voir cet artiste, sans réellement savoir ce que j'allais découvrir en concert. Evidemment, je connais une partie de ses chansons, mais c'est en concert que je me suis rendu compte que ...

La zone des lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.

    On parle de cette chronique ailleurs :