Avis sur un show

06 juillet 2017

Christophe @ Arènes (Nîmes)

Définitivement ... Christophe

  • 29
  • 1
  • 1
  • 0
  • VN:F [1.9.22_1171]

Evaluation de la Soirée

Note global du concert, 2.0 - 3 votes
VN:RO [1.9.22_1171]
Note internautes, 1.0 avec 1 vote(s)
Note d'Ysabel
Note d'Arnaud

1 : Pas du Tout - 2 : Un Peu - 3 : Moyennement - 4 : Beaucoup - 5 : Passionnement - 6 : A La Folie

Conditions de mise en boîte

Les 3 premiers titres, depuis les crash barrières.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Voir Christophe en Live : c’était l’une de mes envies, de mes curiosités à assouvir. Et nous étions déjà passés à côté d’un concert au Théâtre La Colonne de Miramas, puis d’un second à Paloma.

J’avais malgré tout eu un avant goût en rappel du concert Arlésien de Julien Doré, lors duquel le chanteur était venu apporter sa voix sur le fabuleux Corbeau Blanc (ma peau s’en souvient encore !).

Ce soir, c’est en concert Solo (même si le fantasque nîmois n’est pas bien loin !) et j’en piaffe d’impatience…

Son entré sur scène est à l’image du personnage : énigmatique, avec un regard grave. L’Electro Rock fait directement son entrée, avec un clavier comme une alerte et une batterie comme une explosion. Christophe vient ensuite poser sa voix là dessus et ma foi c’est beau !

J’aurai pu profiter ainsi de tout ce Set d’une quarantaine de minutes, allant de découvertes Pop en réinterprétations de standards, mais c’est hélas le son qui me fera détester ce moment tant attendu. J’ai déjà connu des sons terribles aux Arènes : je saigne toujours en me remémorant Alec Empire et ses 110 dB en première partie de Nine Inch Nails, ou encore Mogwai (avant Portishead) qui, comme toujours, n’a pas sû jouer sans un son à vous déchirer les tympans. Mais, à l’époque, les bouchons avaient suffi pour tout de même en profiter.

Ce soir, c’est presque pire. Car, en plus d’être incroyablement fort (j’ai eu mal aux oreilles malgré les bouchons), le son est une grande bouillie, au cœur de laquelle il est compliqué d’entendre la voix de Christophe. Je n’ose croire que c’est fait exprès : des techniciens m’ont déjà expliqué que le partage de la console sons, entre artistes, est parfois compliqué et en défaveur de la première partie. Je me dis donc que c’est le cas ce soir et que l’ingénieur son a dû faire avec ce qu’il avait… mais pourquoi n’a t il pas juste baissé le potard de 20% !??!

Au final, ce moment de bonheur s’est transformé en torture auditive. Je suis énormément déçu, même si je ne sais pas à qui en vouloir. Il y avait pourtant tous les ingrédients pour une belle soirée. Celle-ci me confirmera en tout cas que j’aime énormément le personne de Christophe. Quand on sait qu’il aurait pu finir, comme tant d’autres, dans la caravane « Age tendre, la tournée des idoles« , je préfère définitivement ce personnage Rock et engagé, qui trace un sillon loin de ses succès de l’époque, sans jamais les renier pour autant.

J’espère donc recroiser cet oiseau de nuit et qu’il m’emportera alors sous son aile, pour un périple dont il a le secret.

Etiqueté par Ysabel :

Avant l’arrivée de Christophe, nous assistons au bal des roadies … Tee-shirts violets pour tout le monde, afin de mettre en place un piano lui aussi violet. Ça c’est la classe 😉 ! Reste juste que cela va être franchement long. Mais bon. L’attente se solde par une entrée en scène plutôt théâtralisée. Avec canon à fumée, éclairs et une sorte d’Electro Larsen assez tonitruant.Il salue micro en main. Veste clair au revers camouflage, bottines de cuir noir et chevelure blonde. Assis sur un tabouret haut. Son batteur qui arbore un borsalino rouge, juste derrière lui. Beaucoup de réverb par contre. Heureusement contre balancée par le doux murmure, semble-t-il slave, de la charmante Rachel Boirie. Belle introduction pour une déclaration clairement adressée à ceux qui pouvaient en douter : « Je suis indéniablement vivant ».

Par contre, force est de constater que le son est franchement proche de la bouillie par moment. Et surtout beaucoup trop fort. Alors qu’à l’inverse, on ne l’entend absolument pas quand il nous parle. Dommage. Je parviens juste à capter qu’il ne compte pas nous raconter sa vie … Et qu’il sait qu’il y a des férias à Nîmes. Bref. Il enchaine sur un Lou qui le fait danser assis sur son tabouret. Une musique et un chant en quasi onomatopées qui me surprennent par leur côté franchement Rock. Belle surprise même. Mais pour ce qui est des paroles : que pouic !

Lorsque commence Stella Botox, il semble tout de même y avoir un léger mieux. Ce qui va peut-être permettre d’enfin entrer dans l’univers de Christophe, plus captivant dans cette atmosphère. Mais perso, je préfèrerais vraiment le découvrir dans un contexte plus intimiste. Peut-être une prochaine fois ! En tous cas, le soir qui tombe à présent sur Les Mots Fous va, lui aussi, nous aider à entrer dans sa bulle. Effets de lumières qui courent avec la musique, au grès de la nuit qui gagne le ciel au-dessus des Arènes. Et surtout effets de voix. Une voix qui semble se promener sur la musique. Qui semble vouloir la quitter, puis la rejoindre. Une balade musicale dans le sens littéral du terme.

Mais cette recherche de l’intimiste, de l’immersion dans un esprit d’ambiance cosy, voit tout de même ses limites par moment. Pas du tout évident de l’installer ainsi à ciel ouvert. Surtout avec les inévitables va et viens, ainsi que le brouhaha inhérent aux grand espaces. Comment réussir, par exemple, à le suivre dans un truc aussi personnel que Les Vestiges Du Chaos ? Très compliqué pour moi en tous cas.

La fin du Set va pourtant réussir à sortir de ce piège, en nous proposant cinq chansons qui peuvent être qualifiées de tubes de Christophe. Qui, de plus, choisi avec pertinence en commençant seul en scène, dans une lumière violette et assis derrière son drôle de piano violet (puisque c’est le thème hein 😉 ). Salué par un « Ah ! » de satisfaction aux premières notes des Marionnettes, par un public qui devient chanteur, de-ci, de-là. Il enchaîne ensuite avec La Dolce Vita, aidé de sa bassiste. Toujours en mode : rien que vous et moi. Puis c’est Cyril Atef, le batteur chapeauté de rouge, qui revient dans la danse d’un incontournable Succès Fou, faisant chanter tout le monde (surtout les Ou Ou Ou !)

Mais ce qui va définitivement embarquer tout le public et déclencher ses cris de joie, c’est bien évidemment Les Mots Bleus (dans une lumière bleue … Toujours la thématique titre-lumière n’est-ce pas). Dans une belle reprise, simple mais efficace, qui détricote en partie la mélodie vocale, mais sans toucher le refrain malheureux ! Sinon, comment pourrions-nous la chanter avec lui ?! Je taquine, mais il nous en fait une version vraiment très moderne, avec un retour progressif de tous les instruments. Surtout du violoncelle de Jean-François Assy qui, ajouté aux machines de Ludovic Fiers, donne un résultat sonore des plus bluffants.

Lou, Stella, Elsa parties (il aime les prénoms de femmes n’est-il pas ?) … Voilà Aline, comme promise au début du concert en réponse à quelqu’un qui la demandait déjà et à qui il avait répondu : « Ah non, sinon ça veut dire qu’après je m’en vais ! » La voilà pour terminer, qui quitte encore une fois la triste plage… Après une longue intro qui ne dupe tout de même personne quand aux paroles qui vont suivre. Guitare hyper sixties de Christophe Van Huffel. Tonitruante sur le final même. Tant et si bien que je crois y avoir laissé un tympan !

Composition

  1. Définitivement
  2. Tu Te Moques
  3. Lou
  4. Stella Box
  5. Océan d’Amour
  6. Les Mots Fous
  7. Ange Sale
  8. Les Vestiges du Chaos
  9. Les Marionnettes
  10. La Dolce Vita
  11. Succès Fou
  12. Les Mots Bleus
  13. Aline

Date Limite de Consommation

  • Album défendu : Les Vestiges du chaos

Site de Production

Ingrédients

  • Daniel Bevilacqua aka Christophe : Chant
  • Christophe Van Huffel : Guitare
  • Rachel Boirie : Basse
  • Renaud-Gabriel Pion : Clarinette & Saxophone
  • Cyril Atef : Batterie
  • Ludovic Fiers : Clavier
  • Jean-François Assy : Violoncelle

Remerciements

  • Morgane @ Adam Concerts

Appellations d'Origine Contrôlée

Un de nos Instagrams de la Soirée

concertsenboite

#ConcertsEnBoite avec #Christophe 🎼🎵🎶... #FestivalDeNimes #LaVieEstBelle

La Zone des Lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.