Avis sur un show

17 avril 2015

Radio Elvis @ La Mesón (Marseille)

Juste Avant La Ruée vers Bourges...

  • 11
  • 1
  • 0
  • 0
  • VN:F [1.9.22_1171]

Evaluation de la Soirée

Note global du concert, 4.0 - 2 votes
Pas d'Evaluation des internautes
Note d'Ysabel
Note d'Arnaud

1 : Pas du Tout - 2 : Un Peu - 3 : Moyennement - 4 : Beaucoup - 5 : Passionnement - 6 : A La Folie

Conditions de mise en boîte

Trois premiers morceaux, avec validation des photos diffusées (sic).

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Tout le monde sait que le Rock français n’est pas trop ma tasse de thé. Mais comme, parmi les exceptions, on compte Frédéric Nevchehirlian, l’instigateur de ce Festival Gravitation, je suis malgré tout confiant quant à la qualité poétique et scénique de ce jeune groupe qu’est Radio Elvis. Et je ne serais pas déçu : ce jeune trio sait parfaitement manier les cordes, les drums et les mots ! C’est juste du régal pour l’âme du début à la fin.

Etant à une proximité presque indécente (c’est en ça que j’adore cette Mesón !), j’ai eu tout loisir d’observer les belles attitudes de chacun des artistes : Pierre Guénard est Le Leader par excellence, celui qui dirige son groupe et qui charme son public. Manu Ralambo est probablement le plus discret des trois, mais ces doigts font admirablement chanter les notes du piano et ses quelques regards à son chanteur laisse entrevoir toute la complicité du groupe. Quant à Colin Russeil, il est comme possédé derrière ses drums et il sait alterner les rythmes lourds avec les plus doux !

C’était le très bon Set d’un groupe en devenir. Nous ne pouvons que leur souhaiter le meilleur ! En espérant même les recroiser prochainement 😉 .

Etiqueté par Ysabel :

Après Aim-A. Après Trois Fois Rebelle … C’est maintenant le moment de découvrir Live Radio Elvis. Alors, mise en place du trio sur une musique un peu grandiloquente. Puis vient leur musique à eux, qui se fait douce pour laisser la part belle à la voix du chanteur. Une voix chargée d’un vibrato qui lui donne une belle couleur et qui contraste joliment avec la musique.

Un premier morceau, puis ils prennent le temps d’une petite présentation : c’est leur première fois à Marseille, mais aussi une première dans cette nouvelle disposition à trois, un peu plus acoustique (avec, pour la petite histoire, un torchon en guise de sourdine sur la caisse claire … Et oui, à la guerre comme à la guerre 😉 Ce sont des vaillants !)

Les postures de Pierre, guitare au poing, sont incroyablement habitées et on en profite tout à loisir grâce à la disposition si intime de La Mesón, où l’on est comme chez soi, attablés entre amis, les artistes installés juste devant nous sur les tapis qui recourent le sol, pour une expérience toujours particulière et unique. La musique s’anime de plus en plus, avec un chanteur de plus en plus possédé, qui s’amuse aux inter-morceaux de toutes les « premières fois » de ce soir : Première date marseillaise donc, et première en trio, mais aussi première fois d’un public tout autant sur les côtés que devant … Qu’à cela ne tienne, il ne semble plus à prouver que ce soit les rois de l’adaptation ! Ils enchaînaient alors sur un hommage à John Fante et à son Ode à la Poussière. « Voilà ce qu’on en a fait ». Le résultat est tout simplement très beau, comme, je trouve, ils le font de tout ce qu’ils touchent. Avec presque quelque chose de Bertrand Cantat dans la voix de Pierre, par moment. Et un Rock très mélodique, mais qui monte indéniablement en puissance, pour un morceau d’une intensité assez balèze je dois dire.

Il arpente la mini-scène d’un pas qui parait étourdi. Nous invectivant, la main tendue. Puis nous propose d’embarquer avec un capitaine parti à conquête des côtes américaines : « Voilà à peu près ce qui s’est passé… » Une drôle d’épopée, toujours à leur sauce, faite de calme et de tempête, de douces pauses et de reprises sonnantes et tonitruantes. Mais surtout une musicalité vraiment très séduisante, alliant Rock et Jazz, selon les moments, pour un son assez unique au demeurant. Impression sans aucun doute grandement due à la présence du piano qui n’est pas habituelle, puisque Manu Ralambo joue principalement de la basse en temps normal. En tous cas, l’ensemble est juste parfait comme ça pour moi. Un morceau particulièrement long que ce Continent (mais loin de moi l’idée de m’en plaindre), avec de petits temps d’arrêts, lui tout essoufflé, d’un jeune interprète définitivement intensément habité. Plus qu’un morceau, presque un concept.

S ‘ajoute à cela le fait que je suis très sensible à la poésie de leurs textes … Pour un véritable univers de musique et de mots, dans lequel ils nous embarquent sans difficulté. Sans oublier les nombreux regards complices et les petits gestes amicaux qui les rendent encore plus touchants. L’énergie déployée est, elle aussi, remarquable. La Mesón n’est pas bien grande, mais il est clair qu’ils y mettent le feu. Ils réclament même notre indulgence pour cette formation, selon eux pas entièrement maîtrisée. Mais, sincèrement, c’est peine perdue, tant notre plaisir est grand. Pourtant, c’est la dernière : « Voilà, c’est dit ! » Elle est issue de leur premier EP, « pas en vente ici, parce qu’on en a plus ! On fait de la musique, pas du marketing … Désolé ! » Ceci dit, ils seront de retour fin Mai, sur une terrasse dont le nom leur échappe, « mais tout est trouvable sur internet ! » (Pour info : Les Terrasses du Port 😉 ) Dernière fougue donc. Avec une dextérité toute particulière à noter de la part du batteur, qui réussit à tenir à la fois ses baguettes, sa cymbale et son torchon !

Sur notre insistance, Pierre revient tout de même, mais seul « parce que, du coup, les autres on plus trop envie de jouer ! Bon, vous êtes vraiment sympas ». Elle Partira Comme Elle Est Venue juste accompagnée à la guitare … Que de poésie encore une fois pour ce duo cordes/voix. Lui chantant même hors micro par moment. Mon dieu quelle jolie claque j’ai pris ce soir. Et que je serais ravie d’en reprendre très vite une seconde !

Composition

  1. Caravansérail
  2. La Traversée
  3. Demande À La Poussière
  4. Relâché Des Vents
  5. Le Continent
  6. Au Loin Les Pyramides
  7. Pourquoi Sommes-Nous Là
  8. Goliath
  9. 1er Rappel : Elle Partira Comme Elle Est Venue

Site de Production

Site Officiel  : http://radio-elvis.blogspot.fr

Ingrédient

  • Pierre Guénard : Chant & Guitare
  • Manu Ralambo : Piano
  • Colin Russeil : Batterie

Remerciements

  • Julie @ Aoura
  • Vivian & Fabien @ InternExtern

Appellations d'Origine Contrôlée

La Zone des Lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.