Avis sur un show

05 octobre 2012

Zenzile @ Les Passagers du Zinc (Avignon)

Des fréquences Dub qui n'ont pas toujours résonné en nous ...

  • 6
  • 1
  • 0
  • 2
  • VN:F [1.9.22_1171]

Evaluation de la Soirée

Note global du concert, 4.7 - 3 votes
VN:RO [1.9.22_1171]
Note internautes, 6.0 avec 1 vote(s)
Note d'Ysabel
Note d'Arnaud

1 : Pas du Tout - 2 : Un Peu - 3 : Moyennement - 4 : Beaucoup - 5 : Passionnement - 6 : A La Folie

Conditions de mise en boîte

Librement au milieu du public. Lumières ultra spéciales, donc rendu tout aussi spécial !

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

J’adore depuis de longue année Zenzile, que j’ai découvert live dans cette même salle il y a 3 ou 4 ans !

Le concert de ce soir fut très bon et j’ai même été choqué à un moment de la relative ressemblance entre Jamika et Tricky. Ce n’est pas tant le physique (faut pas non plus déconner), mais plutôt son attitude et son charisme. Inversement, je n’ai pas trop accroché au chant de Jay Ree et à sa présence, que j’ai trouvé en décalage avec le dub. Intérieurement, j’imaginerai plus Jamika et Tricky ensemble et là c’est le duo de l’enfer, entre deux frère et soeur de sang.

J’ai aussi trouvé le concert par moment un peu décousu, ceci étant dû à des changements répétitifs de style entre le dub, le reggae, le rock et l’électro. De quoi faire perdre ses petits à une chatte.

Pour autant, c’est magnifique de les voir live et le Dub est vraiment la musique idéale pour se laisser porter dans son imaginaire !

Etiqueté par Ysabel :

Après le passage (Aux Passagers … Je sais elle est facile, mais elle me fait plaisir !) remarquable et remarqué de Hugo Kant, changement de scène pour accueillir Zenzile ! Et perso, j’ai toujours trouvé rigolote cette scène basse, si proche qu’on a l’impression d’être partie prenante dans la mise en place du plateau et les réglages. Cela donne un petit côté irréel à la chose.

Et d’ailleurs, le Set commence presque sans qu’on s’en rende compte (en fait, on passe de la répète à la musique) avec un rythme lascif et prenant … En attendant Jamika. Et puis non ! Ce n’était pas commencé !! C’est pour ça que ça faisait bizarre 😉 En tout cas : Super classe les balances !!

Quelques cris marquent le début et il y a effectivement beaucoup plus de son. Cette fois-ci, c’est la bonne ! La musique se stoppe pour laisser sa voix se mettre en place seule. Et elle est déjà en train de sauter sur place. Mais petit changement de configuration : il y a un chanteur de plus ce soir, par rapport à la fois dernière où je les ai vus sur scène (au même endroit d’ailleurs).

Les yeux commencent à se fermer et les corps à se balancer. Avec beaucoup de jeux sur les échos, tant sur les voix que sur les samplers. Et toujours cette musique à la fois planante et très rythmée.

«Shake your mind !!» nous lance-t-elle, avec un rire de diablesse. Ça faisait longtemps que je n’avais pas eu un petit coup de Piano à vent en concert (merci Erik 😉 !) De plus en plus de personnes dansent à présent. C’est Jay Ree qui a pris possession du micro, avec un timbre de voix beaucoup plus clair et plus Reggae qu’elle. Et je trouve ça moins prenant. Pour moi, la voix de Jamika (si particulière et un peu nasale), c’est l’âme de Zenzile. Ses cris, parfois déchirants, résonnent à l’infini et les strombis ajoutent encore à la sensation d’étrange, largement entretenue pas les échos. Alors qu’avec lui, on a un rendu qui semble venir beaucoup moins des tripes (même s’il est propre … Trop propre peut-être même).

Matthieu Bablee, à la basse ne tient pas une seconde en place, par moment à la limite du Moon Walk, tant il se tord sur son instrument. Le micro d’Erik Cevret entre carrément dans son saxo, qu’il alterne avec son clavier. Ils s’observent tous du coin de l’œil, avec un sourire qui pointe sur leurs lèvres. Le rythme passe allègrement de l’Electro au Ragga. Le sol bouge sous mes pieds, autant du fait des basses que des pieds des danseurs qui frappent. Tout le monde suit l’impulsion donnée par la scène (il faut dire qu’ils sont vraiment incroyables à sauter ainsi de concert, face à nous).

Quand le saxophoniste se fait plaisir, le clavier s’amuse à l’éventer de sa serviette. La chanteuse est penchée (ou plutôt pliée) sur son micro. Le chant devient presque murmure sur Underground Wobble et se mêle totalement à la musique. Un morceau vraiment très intense.

Selon les va-et-vient de Jamika, la musique change de style. Crash Test nous fait quasiment passer au Rock. Comme si chacun à son tour laissait place à ses envies, ce qui nous garde en alerte. Mais finalement, au retour de la tigresse, on reste dans cette même mouvance et là, je m’éclate encore plus !

Mais Jay Ree reprend la main en lançant : «Un p’tit Reggae ça vous dit ou pas ?!!» Avec une spécial dédicace à Johnny Clarke. Ils chantent tous les deux à présent, mais  ce nouveau chanteur donne un petit côté trop «Old School» à mon goût à un groupe qui m’a toujours paru tellement à part. Mais bon, la musique est toujours là. Avec une très jolie touche apportée par la clarinette. Alors savourons.

En introduisant Stay (de leur dernier album Electric Soul), Jamika nous précise : «This is not a love song !» Pourtant, elle commence tout comme. Sa voix chaude accompagne merveilleusement la musique, que je ne sais comment définir … Toujours une dominante Ragga, mais mêlée à du Rock assez doux. Un univers musical décidément encore plus hétéroclite que dans mon souvenir. Ce qui n’est pas pour me déplaire … Bien au contraire !! Reste le fait que je ne suis définitivement pas fan de l’option Jay Ree, qui nous offre un Reggae au débit très haché-parlé et des reprises de refrain avec une voix que je trouve beaucoup trop frêle. Un rendu définitivement trop lisse pour Zenzile.

C’est Walking In The Rain (reprise de Grace Jones) qui va clore le Set. Avec une force et une saveur indéniable. Jamika sautille sur place, habitée par la musique … Et idem pour les premiers rangs (à en perdre leur pantalon pour certains !) Puis un simple «Merci !!» est lancé, pour un départ groupé.

Avant d’attaquer les rappels, petite auto-promo pour leur nouvel album sorti depuis quatre jours et reprise de la musique … Mais j’ai bien l’impression que pour une majorité du public, le concert est terminé. Vu qu’on les entend autant que le chanteur !! (J’adore !). Mais cela ne retire rien au Rock quasi désespéré qui habite à présent la scène et qui me donne à penser qu’il va falloir que je réussisse à appréhender ce nouveau chanteur. Même si j’ai du mal à le positionner dans l’esprit du groupe. Là, on est quasi dans la chanson d’amour. Pas désagréable, mais toujours un peu space pour moi. Après tout, ils font peut-être juste le tour de tout ce dont ils ont envie.

La musique monte encore, une dernière fois. Jamika parle plus qu’elle ne chante, sur une batterie et une basse très prenantes, avec une guitare presque western et la clarinette qui fait son retour. C’est juste hyper beau, prenant, intense … Là, on est au top ! Elle s’agite comme désarticulée ou en transe. Cela devient d’une puissance sauvage, pour une fin toute en décélération menée par l’instrument à vent … Presque orientale.

Et c’est Yuri’s Porthole qui termine les rappels dans un style Electro-Pop … Que dire, sinon que je reste un peu perturbée par cette alternance de chanteur et de genre. Mais ce qui est sûr, c’est qu’on s’en prend plein la tête, les yeux et les oreilles !!!

Composition

  1. Scars
  2. Mind Control
  3. Life’s A Dance
  4. Anti Bass Neighbourhood
  5. Underground Wobble (High Tone)
  6. Crash Test
  7. Fire Eater
  8. Magic Number
  9. Morning Daylight
  10. Stay
  11. Chewin’ Mi Mic
  12. No Idol
  13. Walking In The Rain (Grace Jones)
  14. 1er Rappel : Man Made Machine
  15. Over/Time
  16. Yuri’s Porthole

Date Limite de Consommation

  • Ce concert s’inscrit dans la tournée Electric Soul Tour qui se termine le 30 Novembre à Annemasse
  • Album défendu : Electric Soul

Site de Production

Site officiel : http://www.zenzile.com

Ingrédients

  • Jamika Ajalon : Chant
  • Jay Ree : Chant & Guitare
  • Alexandre Raux : Guitare
  • Matthieu Bablee : Basse
  • Erik Cevret : Saxo – Clarinette & Sampler
  • Vincent Erdeven : Clavier
  • Christophe Wauthier : Batterie

Remerciements

  • Frédérique @ Zenzile

Appellations d'Origine Contrôlée

La Zone des Lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.

  • VA:F [1.9.22_1171]
    0
    0
    image gravatar rajoute :

    Underground Wobble ? C'est le titre d'un album d'High Tone, mais pas d'un titre. Je penche plutôt pour une reprise de Bomba de Jah Wobble's invaders of the heart (intro "Musica" et rythme oriental). Mais bon, j'étais pas au concert.

  • VA:F [1.9.22_1171]
    0
    0
    image gravatar rajoute :

    PS : au fait merci pour le chronique. Ça donne envie d'aller voir la tournée 2012 ; )