concerts en boîte

15 juin 2018

Erik Truffaz @ Chapelle de l’Annonciade (Martigues)

La Trompeta Della Luna ...

Partages

Evaluation de la Soirée

6.0 sur 6 - 2 votes

1 : Pas du Tout - 2 : Un Peu - 3 : Moyennement - 4 : Beaucoup - 5 : Passionnement - 6 : A La Folie

Conditions de mise en boîte

Librement, mais en étant le plus discret et invisible possible !

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Je n’oublie pas que c’est mon revendeur Hi-Fi qui m’a fait découvrir, début 2005, ce trompettiste hors normes : il m’avait fait écouter le titre La Mémoire Du Silence de l’album Mantis. Un choc auditif qui a en partie justifié l’achat du matériel le jour même !

Depuis, j’ai eu la chance d’entendre Erik dans une multitude de concerts : avec Ed Harcourt, avec Sly Johnson, avec Murcofseul pendant un récital sur Picasso et bien entendu plusieurs fois avec sa formation habituelle. A chaque fois, c’est l’assurance d’un moment musical rare et intense, dont je ne suis jamais sorti deçu.

Ce soir, le mâconnais (ou clunysois pour être précis) continue de nous surprendre, en rajoutant son souffle et sa trompette aux Choeurs Emelthée. Création artistique autour des chants grégoriens. L’exercice peut sembler compliqué, mais avant même d’entendre la première note, je sais que ce sera bon. Il ne peut en être autrement avec cet Artiste avec un très grand A ! Erik pourrait reprendre du Dorothée, j’irais écouter avec autant d’intérêt et d’impatience car à coup sûr ce serait beau 😉

Pensez n’entendre qu’un choeur et une trompette ce soir, c’est oublier le lieu et son âme. Dès que je rentre dans la chapelle,  je peux ressentir les vibrations des pierres. J’oublie trop souvent l’importance de l’endroit pour la musique et c’est un bien beau rappel. On notera, plus par ironie, que la chapelle est tout aussi belle à l’intérieur qu’elle est assez quelconque voire invisible à l’extérieur. Ceci accentue d’autant l’énorme choc quand on en franchit la porte pour découvrir ce plafond tout en dorures et ces murs tout en peinture. Sans oublier le curé, à quelques places de moi, et la soeur assise dans un coin : leur présence est presque réconfortante et en tous cas tout à fait de circonstance.

Parlons maintenant de la magie musicale de ce soir. Ce n’est pas simple de mettre des mots sur ce choeur tout simplement captivant. Leurs voix sont en plus sublimées par cette trompette magique qui sait mettre chaque timbre en avant. C’est un pur moment de poésie où tout n’est que sourire. Plus qu’un concert, nous sommes témoins d’un jeu musical plein de facéties, tout en étant extrêmement sérieux. C’est définitivement le genre de soirée qui calme l’âme et qui permet d’envisager la fin de semaine avec sérénité.

Merci Erik et merci au Choeurs Emelthée pour ces beaux moments et ce sublime souvenir.

Etiqueté par Ysabel :

Erik Truffaz, nous le connaissons déjà bien. Et le retrouver est toujours un immense plaisir. Mais ce soir, plus que des retrouvailles, c’est une découverte que nous allons faire. Celle de sa nouvelle création, du nom de La Voce Della Luna, en collaboration avec Marie-Laure Teissèdre et son choeur Emelthée.

Un tel projet avait forcement besoin d’un écrin particulier … alors quoi de mieux qu’une chapelle pour évoquer la spiritualité de la musique du moyen-âge ?! Et si le concert devait initialement être donné en l’église Saint Genest de Martigues, il va finalement être déplacé pour avoir lieu à la Chapelle de l’Annonciade. Très belle petite chapelle rectangulaire au plafond de bois peint, à laquelle on accède en traversant un charmant petit jardin aux allures de cloitre de monastère … De quoi se mettre dans les meilleures conditions du monde pour entrer en musique je dirais.

Avant que ne commence le concert, le directeur du festival prend la parole quelques instants, devant les pupitres installés dans le chœur, pour nous raconter le long parcours emprunté par ce projet. Avec un départ du Théâtre Des Salins, vont s’en suivre deux ans de méandres organisationnels et de discussions autour de sa création, pour rendre ce rêve réalité. Pour nous proposer cette immersion dans la musique du moyen-âge, en nous offrant des arrangements autour des compositions de Perotin (entre autres) et de nouveaux morceaux composés pour l’occasion. Tout cela est à découvrir au cours des cinq concerts donnés dans la Métropole, dont une date dans le cadre du Festival Jazz Des Cinq Continents de Marseille.

Les chanteurs font ensuite leur entrée, pieds nus pour certains. Un chœur extrêmement jeune. Suivi de sa directrice, Marie-Laure Teissèdre et d’Erik Truffaz, qui ferme la marche. Une ligne de corde synthétisée s’élève et servira de guide tout au long du morceau. Puis vient le tour de la trompette, comme une caresse, en introduction de la première partie de Saraswatti … avant que les voix du chœur ne reprennent le relai. Truffaz assis, donnant au son de sa trompette un effet d’éloignement léger et progressif.

Puis les sopranes aux pieds nues quittent les premières le chœur de la chapelle pour commencer d’en faire le tour. Suivies par l’ensemble des chanteurs, Marie-Laure Teissèdre et Erik Truffaz qui respectivement ouvre et ferme le pas. Formant ainsi une lente file indienne qui évolue autour du public assis au centre et donnant une autre dimension sonore au morceau. Un son qui bouge et qui nous touche ainsi différemment. Incroyable perception des voix, qui nous arrivent ainsi une à une, au moment où les chanteurs passe à notre niveau. Puis le son, comme les chanteurs, repend sa place face à nous. Seconde partie d’un Saraswatti totalement enveloppant. A la fois moderne et intemporel. Truffaz qui s’assoit par terre, comme ailleurs, instrument à la main. Avant de passer au clavier pour donner un son d’orgue qui va répondre aux voix. Les pièces complexes s’articulent ainsi les unes aux les autres. Douces, vives ou grandiloquentes, chacune leur tour. Beaucoup de majesté à la fois dans cette musique et dans l’interprétation qu’en fait ce chœur. Hommage à la déesse indienne Saraswatti. Composition « habile et élégante » comme nous la présente Marie-Laure Teissèdre.

Pour entamer La Voce Della Luna, Truffaz reprend sa déambulation à travers la chapelle mais cette fois seul, jouant de sa trompette avec les notes chantées par le chœur. Et ils enchaînent ainsi, en alternant compositions originales et ré-interprétations de musiques de Cristobal De Morales ou encore Perotin Le GrandErik Truffaz comme toujours très habité et en perpétuelle écoute quand il ne joue pas. Les yeux mi-clos. Avec presque des attitudes de funambule. Le chant lui se fait lyrique et totalement aérien. Nous avons droit à des partitions définitivement captivantes ce soir. Et, par moment, des petits diapasons apparaissent pour assurer les chanteurs dans ces interprétations complexes, à l’entrecroisée de la tessiture de chacun – je garde personnellement le souvenir amusé d’une amie soprano du chœur de Radio France, qui tapait le sien contre sa tête lorsqu’elle devait démarrer seule.

Au commencement du Viderunt Omnes (de Perotin Le Grand Mettus) le contre-ténor Josquin Gest nous offre une introduction aux sonorités médiévales qui nous transporte directement à la cour du roi. C’est somptueux. Suivi d’Eline Truffaz (fille du compositeur qui va échanger un bien joli regard avec son père), puis de Baptistine Mortier et enfin de chacun des membres du chœur. Chacun prenant la parole chantée à tour de rôle pour nous conter une mystérieuse histoire. Entrant ou sortant ainsi de la musique selon la partition … c’est juste magnifique. Avec des basses quasi diphoniques qui semblent monter des entrailles de la terre, superbement mises en valeur par les vibratos des sopranes. Le tout se terminant par une note tenue participative, sous l’œil bienveillant de Marie-Laure Teissèdre et au son de la trompette fougueuse d’Erik Truffaz. Un bijoux !

Le concert se terminera par une composition originale écrite à Cassis, du nom de Remitte, qui offre une montée triomphale sur la fin de la première partie. Ils se sourient, puis reprennent pour la seconde. On y retrouve un Truffaz plus atonique, avec toute la force et la précision qu’apporte à sa trompette un chœur à neuf voix. Attaques vives et tranchantes, capables de donner dans la rondeur et la douceur des mots l’instant d’après. Une autre écoute de la musique de Truffaz que j’adore découvrir … jusqu’à cette fin de concert réellement céleste.

Avant de nous quitter, il nous présente le chœur et sa directrice. Tous sortent par la petite porte de côté par laquelle ils étaient arrivés. Puis Truffaz revient juste accompagné de Pauline Prot, pour un premier intermède en duo. Puis c’est au tour de Josquin Gest, Etienne Planel, Eymeric Mosca et Fabrice Foison de nous rejoindre. Prenant place en cercle, comme si nous n’étions pas là. Erik Truffaz lui-même assis à les écouter. Tous les quatre les yeux dans les yeux et leurs voix à capella mêlées. Sans oublier leurs sourires ravis, jusqu’à la dernière note.

Pour finir, c’est le chœur tout entier et en désordre qui revient une dernière fois, pour son ultime tour de chant. Au centre et sans position définie, pour un exercice de chant collectif auquel nous avons le plaisir de participer. Une adorable petite princesse venant même rejoindre les bras de son contre-ténor de papa 😉 

Très belle conclusion de ce voyage dans le temps réellement extraordinaire et magique que nous ont proposés ces artistes exceptionnels. Mais aussi nouvelle escale somptueuse du grand voyage Truffazien que nous avons commencé il y a déjà plusieurs années et que nous ne sommes pas pressés de terminer !

Composition

  1. Saraswatti (Part 1, Part 2, Part 3) – (Erik Truffaz)
  2. La Voce Della Luna (Erik Truffaz)
  3. Parce Mihi, Domine (Cristobal De Morales)
  4. Ad Lesbiam (Erik Truffaz)
  5. Beata Viscera (Perotin Le Grand)
  6. Da Pacem Domine (Arvo Pärt)
  7. Kyria Yefeyfia (Chanson juive du 17ème siècle)
  8. Viderunt Omnes (Perotin Le Grand Mettus)
  9. Remitte (Part 1, Part 2) – (Erik Truffaz)
  10. La Voce Della Luna (Erik Truffaz)

Date Limite de Consommation

  • Ce concert s’inscrit dans la tournée La Voce Della Luna
  • Album défendu : C’est une création sans album !

Site de Production

Site Officiel : http://www.eriktruffaz.net

Ingrédients

  • Erik Truffaz : Trompette & Clavier
  • Marie-Laure Teissèdre : Direction
  • Eline Truffaz : Soprano
  • Baptistine Mortier : Soprano
  • Mathilde Monfray : Soprano
  • Pauline Prot : Alto
  • Josquin Gest : Contre-Ténor
  • Eymeric Mosca : Ténor
  • Fabrice Foison : Ténor
  • Clemente Hernandez : Baryton-Basse
  • Etienne Planel : Baryton-Basse

Remerciements

  • Nicolas @ Marseille Jazz des Cinq Continents

Appellations d'Origine Contrôlée

Un de nos Instagrams de la Soirée

concertsenboite

Erik Truffaz

Un moment de pure félicité ... 🎼🎶 #ErikTruffaz #LaVoceDellaLuna #Martigues #JazzDesCinqContinents #ConcertsEnBoite

  • 06 août 2011

    Photo du concert

    Une nouvelle soirée parfaite ! Il ne peut en être autrement de toute façon quand on a l'honneur d'écouter un concert d'Erik Truffaz, quelque soit la composition du groupe ! Un grand bravo à ce ...

  • 21 mai 2013

    Photo du concert

    Quel doux rêve pour moi, Ex=Ta's 172 ( c'est mon second nom, buque pour les initiés ;) ) Clun's 199 (c'est ma Promo) dit Arnaud Damiani, que de venir voir un artiste fabuleux comme Erik ...

  • 28 mai 2011

    Photo du concert

    J'ai découvert Erik en concert avec Ed Harcourt (tournée de l'album Arkhangelsk) : j'avais pris une claque énorme. Je l'ai ensuite revu avec Sly Johnson (tournée Rendez-Vous/Paris

La Zone des Lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Vous avez aimé ce concert/cette tournée :