Avis sur un show

27 mars 2012

Caravan Palace @ L'Usine (Istres)

Un groupe survolté, qui a littéralement emflammé et retourné le public de l'Usine.

  • 12
  • 1
  • 0
  • 0
  • VN:F [1.9.22_1171]

Evaluation de la Soirée

Note global du concert, 5.0 - 4 votes
VN:RO [1.9.22_1171]
Note internautes, 5.0 avec 2 vote(s)
Note d'Ysabel
Note d'Arnaud

1 : Pas du Tout - 2 : Un Peu - 3 : Moyennement - 4 : Beaucoup - 5 : Passionnement - 6 : A La Folie

Réclame d’avant chronique

Ecrit le 28 mars 2012

Quel concert hier soir ! Une ambiance de folie dans une salle archi comble. C’était vraiment que du bonheur et de la bonne énergie.

Laissez nous un peu de temps pour reprendre nos esprits et mettre des mots et des photos sur ce concert mémorable.

Conditions de mise en boîte

Trois premiers morceaux entre les barrières et la scène, puis librement au milieu d’un public déchaîné.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Ayant vu le groupe il y a deux ou trois ans en ce même lieu, je me doutais de la claque que j’allais prendre et de l’énergie qui allait submerger l’Usine. J’avais à 100% raison : Ce fut un sublime concert comme, à ma connaissance, seul Dionysos est capable de le faire (dans un genre assez proche d’ailleurs).

J’adore ça et je n’étais pas le seul : Pour m’être déplacé parmi le public, ça sautait et ça dansait dans toute la salle !

Le mélange des morceaux de Palace et de Panic est juste parfait et si la première écoute de Panic sur Cd est déroutante, les versions live des morceaux sont juste excellentes, provoquant une autre approche ensuite de l’écoute de l’album.

Caravan Palace est LE groupe à découvrir live de toute urgence.

Etiqueté par Ysabel :

Après la première partie assurée par Timek, côté petite salle d’une Usine survoltée qui est montée à plus de 100 °C avec ces barjos de l’électro-tzigane, on a droit au deuxième effet Kiss Cool : La réouverture des portes, pour laisser entrer la seconde vague du public (laissé dehors faute de place). Bref, on s’engouffre tous dans la grande salle et on prend place devant une scène déjà installée (c’était ça l’astuce !). Il s’y trouve un nombre impressionnant de machines (ce n’est pas compliqué, on peut en compter une par musicien je pense) et un énorme pavillon de cuivre qui trône au centre, comme pour nous envoyer le son d’un Gramophone géant.

Ils entrent tous en scène tranquillement. Tous sages. Tous classes : Chemises blanches et cravates (voir même nœud papillon pour le clarinettiste), excepté le violon qui est tout de noir vêtu. Par contre, au milieu de cet ensemble si sobre, une étoile fait son entrée. C’est Zoé, qui apparait dans une tenue on ne peut plus glamour, jouant des transparences de sa tenue et nous offrant une gestuelle hyper gracieuse.

Niveau musical, on se retrouve immédiatement plongé dans un monde qui pourrait se définir comme au croisement d’un Gotan Project et d’un Wax Taylor. Après une intro toute lascive, on entre dans le vif du sujet et le rythme s’accélère. Les musiciens jouent les face à face et, à chaque fois, la belle poupée de porcelaine vient troubler ces tête à tête avec son charme désarmant. Ils me font tous penser à des alchimistes penchés sur leurs machines ou leurs instruments, comme au-dessus de cornues. De son côté, Zoé se déchaîne sur la musique et la chaleur monte encore clairement d’un cran.

Elle disparait quelques instants et revient en ayant envoyé balader son jupon de tulle, ressemblant ainsi encore plus à une Betty Boop (avec mention spéciale pour sa paire de bas résilles ornés au dos de paillons … Très, très sexy !!) La salle ne peut que se mettre à danser sous cette impulsion. Sur scène, ils se croisent et s’entre-croisent … Chats et entre-chats. On dirait que chacun vit sa vie, allant et venant pour jouer où bon lui semble. Le violoniste vient même proposer une battle vocale à notre joli oiseau de paradis. Ça pétille. On en prend plein la vue et les oreilles !!

Il y a une ambiance incroyable et ils ne semblent jamais se fatiguer. Dire qu’ils s’éclatent littéralement serait un pléonasme. Quand elle fait une pause, ce sont les garçons qui prennent le relai pour faire monter la sauce, avec le violon et la clarinette qui mènent la danse. Chacun y allant de son solo, sous la ligne des autres. C’est un festival. Et lorsque le calme revient (si, si… Ça arrive !), ça fait vraiment tout drôle.

La belle, qui s’était éclipsée quelques instants, fait son retour, toujours vamp et langoureuse, mais pour prendre place sur une chaise de bar cette fois. Image très Cabaret. Elle minaude, nous charme, nous embobine … Et comment résister ? On est vraiment transporté dans une autre dimension, avec cette musique qui nous envahit la tête comme le feraient des bulles de champagnes. «Vous reconnaissez le morceau ? Si vous chantez, on sera tellement contents !» Notre voyage acoustique continu, avec toujours nos deux stars en devant de scène (Zoé et Hugues mettent vraiment le feu ce soir) et tous les autres autour, qui se donnent tout autant.

Vers le milieu du set, on a même droit à une petite pause 100% électro, avec la choré qui le fait bien 😉 … Mais qui se termine en chabada chabada et en snaps. Tout se mélange. C’est surprenant et savoureux. Rien n’est jamais acquis, ni convenu et à chaque note, on se demande qu’elle sera celle qui va suivre.

Avant d’entamer Clash, elle attrape un second micro et passe de l’un à l’autre pour jouer avec sa voix. Tout cela toujours en dansant avec frénésie. C’est de l’énergie à l’état pur, avec en prime une grâce infinie. Elle descend même exécuter une choré techno, installée sur les plots situés devant les crash barrières. Le public est complètement déchainé. «Il fait chaud chez vous ! Pour la peine on va se calmer un peu …» Bon, ils ont une conception plutôt personnelle du calme (quand même assez musclée). Cette fois, ce sont les percussions, xylophone & drums, qui ont pris possession de l’espace sonore. Impossible de dire de quoi chacun joue, puisqu’ils ne cessent de changer … La réponse est de tout en fait ! Et ils savent nous tenir en haleine, toujours sur la brèche, par leurs perpétuels décrochages électro.

Ils sont absolument trempés. En fait, la scène et la salle sont dans le même état. Zoé, quand à elle, nous revient de chacune de ses disparitions un peu plus légèrement vêtue, mais toujours avec ce côté glamour à croquer. Cette fois, le haut est inspiré de celui d’un homme mais le mini-short qui va avec ne gâche en rien sa parfaite féminité (il faut dire qu’il y a un joli décolleté avec). Bref, je vous passe les sifflets des garçons dans le public !! «On va passer à du un peu plus physique … Même aux choses sérieuses !» annonce-t-elle. Et le Boogie-Woogie qui s’en suit est effectivement décoiffant !!. On gicle la chemise et je fini par me demander dans quelle tenue elle va finir 😉 La démo de danse tourne au démoniaque, avec un Be-Bop digne d’un vrai concours de pros, qu’elle termine en s’effondrant sur la scène !

Elle demande à Hugues de nous raconter sa vie pendant qu’elle récupère. Il s’exécute et nous parle de la résidence qu’ils ont faite il y a 3 ans, puis des concerts … De la poudre aux yeux pour nous faire croire à un faux départ en douceur, qui en cache un vrai et sur les chapeaux de roues celui-ci (encore une fois). Zoé sourit et semble aux anges. L’électro va reprendre une nouvelle fois ses droits et la coquine en profite pour recharger ses batteries. Les autres sont au taquet et je fini par craindre que l’un d’entre eux ne viennent à trépasser sous nos yeux !!

«C’est le dernier morceau, mais il n’est pas vraiment fini : On compte sur vous pour casser la baraque … Ou plutôt L’Usine !!» Ils foutent carrément le feu, je peux vous le dire. Personne ne reste dans l’ombre et chacun est mis en avant à son tour. Ils terminent en sautant sur place et, sans déconner, je sens le sol bouger ! Je n’avais pas vu ça dans cette salle depuis le concert de Gaëtan Roussel je crois !!

Le premier rappel ne se fait pas trop attendre, sur une intro en forme de pot pourri, avec des voix de robots. Ils habitent cette musique ou bien ce sont eux qui sont habités par elle … Je ne sais plus. Et qui nous revient toute pimpante, avec une nouvelle petite jupe à poids blancs ? «Alors vous êtes chauds bouillants ou bien chauds bouillants ? C’est maintenant qu’il va falloir le montrer … On a dit qu’on cassait la baraque !!» Ils se mettent tous à danser comme des fadas et puis reprennent leur petite mélodie, comme si de rien était, avec toujours ce joli grain de folie.

Après ces deux morceaux de rappel, le public hurle, ne veut plus partir et en demande encore. Ils reviennent donc : «Vous avez gagné !» Mais il faut chanter maintenant !! Alors c’est battle de cœur dans la salle cette fois, avec Zoé qui joue les arbitres et qui nous met la pression. Elle va garder le rythme jusqu’au bout, pour terminer sur un French Cancan pudique (elle gardera sa jupe de tulle au moment de nous montrer son derrière !).

Après la photo (le groupe devant, le public en arrière plan … Souvenir devenu un must sur FaceBook), la salle va continuer seule à chanter pendant un moment, pour saluer ces artistes véritablement brillants, musiciens surdoués et d’une générosité infinie.

Composition

  1. Queens
  2. Maniac
  3. Suzy
  4. Bambou
  5. 12 Juin 3049
  6. Je m’Amuse
  7. Clash
  8. Cotton Heads
  9. Panic
  10. Glory of Nelly
  11. Rock It for Me
  12. Chocolate
  13. The Dirty Side of the Street
  14. Brother Swing
  15. 1er Rappel : Star Scat
  16. Jolie Coquine
  17. 2nd Rappel : Minnie The Moocher

Date Limite de Consommation

  • Ce concert s’inscrit dans la tournée 2012 qui se termine le 12 Août 2012 à Winchester
  • Album défendu : Panic

Site de Production

Site Officiel : http://www.caravanpalace.com/

Ingrédients

  • Zoé Colotis : Chant
  • Charles Delaporte : Contrebasse
  • Hugues Payen : Violon & Scat
  • Antoine Toustou : Trombone & Machines
  • Arnaud Vial : Guitare
  • Camille Chapellière : Clarinette
  • Paul-Marie Barbier : Vibraphone & Percussions

Remerciements

  • Stephan @ ConcertAndCo
  • Julie @ Usine

Détails du show

Style musical : • ÉlectroJazzManoucheRétro

Label : • Wagram

Production : • Nous Production

Musicien sur scène : • Antoine ToustouArnaud VialCamille ChapellièreCharles DelaporteHugues PayenPaul-Marie BarbierZoé Colotis

Instruments : • ChanteurChanteuseClarinetteClavierContrebasseGuitarePercussionsSynthétiseurTromboneVibraphoneViolon

Nationalité des musiciens : 

La Zone des Lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.