Avis sur un show

17 novembre 2011

Stranded Horse @ Théâtre des Salins (Martigues)

Un magnifique moment plein de poésie ...

  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
  • VN:F [1.9.22_1171]

Evaluation de la Soirée

Note global du concert, 4.5 - 4 votes
VN:RO [1.9.22_1171]
Note internautes, 4.5 avec 2 vote(s)
Note d'Ysabel
Note d'Arnaud

1 : Pas du Tout - 2 : Un Peu - 3 : Moyennement - 4 : Beaucoup - 5 : Passionnement - 6 : A La Folie

Conditions de mise en boîte

Librement dans la salle.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

J’ai adoré cet artiste, qui m’a captivé dès les premières minutes ! Derrière son air un peu Dave Pen (chanteur et guitariste d’Archive) se cache un incroyable talent, un incroyable compteur d’histoire et un incroyable diffuseur de bonnes vibrations ! Le public a été attentif et a, semble-t-il lui aussi aimé, à entendre les claquements de mains en fin de concert. Concert qui fut bien trop court, on en aurait voulu deux fois plus !

Etiqueté par Ysabel :

Ouverture de la saison pour nous au Théâtre des Salins pour Incisif 1 et le public est bien présent pour ce premier volet des fameux rendez-vous musicaux de Martigues. Dans la belle petite salle «Au Bout de la Nuit» la bien nommée, la scène est déjà installée et foisonne d’instruments (dont certains plutôt originaux et exotiques) … Sont-ce pour la première partie … Pour la seconde … Surprise !!

Ce qui est toujours là, c’est le magnifique «Incisif» qui apparait en lumière rouge sur le mur du fond et le public assis sur les marches ou par terre au centre, babillant et attendant le début du concert. C’est Frédéric Nevchehirlian qui va présenter la saison, nous annonçant qu’ Adam Green sera présent pour Les Nuits de l’Aligator (A ne pas manquer) pour la seconde soirée musicale de ce festival. Beau programme, comme toujours !

Ensuite, Yann Tambour alias Stranded Horse apparait sur la scène. Il comptait briser la glace en nous invitant à nous rapprocher, mais il s’est fait couper l’herbe sous le pied par son prédécesseur et s’en amuse. Il semble qu’il aime partager avec son public (qui le lui rend bien) … «Bon je réponds à une personne, mais si tout le monde a une question, ça va être le bordel !!» Ce musicien très imaginatif nous présente également ses instruments : deux kora qu’il a lui-même bidouillées pour les miniaturiser, afin de les transporter plus facilement. Une fois cette petite formation musicale terminée, la musique commence. Et c’est assez fascinant de le voir ainsi jouer de la guitare de la main droite, pendant qu’il s’occupe d’une de ses calebasses de la gauche. Cela commence tout en douceur, avec sa belle voix qui monte et prend de plus en plus de force. En un instant, cette ballade nous emmène dans le grands espace, au-delà des murs de brique de notre amical théâtre.

Mais cette gymnastique musicale ne va pas durer (il faut reconnaitre qu’elle ne lui permet pas d’exploiter toute l’étendue de son talent). Yann va ensuite prendre sa seconde kora entre les genoux, pour l’utiliser à la manière d’une harpe orientale. Ses doigts sont d’une dextérité fabuleuse et un sentiment de plénitude m’envahie. Il joue les yeux mis-clos. C’est comme une rencontre entre l’Afrique, l’Orient et la grande Amérique … Un univers en parfaite harmonie avec celui de Piers Faccini qui doit suivre. Décidément, une très belle programmation que celle de l’Incisif de ce soir.

Je découvre un artiste plutôt fascinant, dans un cadre qui parait fait pour lui. La proximité qu’offre cette petite salle nous permet d’entendre même jusqu’à sa respiration. L’émotion devient palpable. La subtilité et l’intensité que produisent les instruments sont incroyables. Quand à sa voix, tantôt profonde, tantôt haute et claire, elle est vraiment envoûtante. Il souffle ainsi le chaud et le froid, parvenant sans aucun problème à remplir l’espace ainsi seul, simplement assis et uniquement accompagnés de ses instruments. La petite musique se fait alors agile et entêtante, sous la danse rapide et légère de ses doigts.

Jusqu’à présent, tous les morceaux se sont enchaînés, comme coulant de source … Mais l’accordage de se guitare nous amène une pause. Il en profite pour nous expliquer que la pratique de la kora lui a fait jouer de la guitare différemment, alors que c’était sa formation musicale première. Nous partons donc pour un peu de guitare sèche, avec un joli son folk et toujours cette très belle voix. Par moment, son interprétation prend même une légère couleur celtique. Il nous offre également une ode à la mer sous forme d’un poème un peu nostalgique. C’est un bien beau voyage que nous faisons avec Stranded Horse.

Mais il ne faut pas croire que l’on s’ennuie ou que l’ambiance soit figée. Il nous fait rire en s’inquiétant de savoir si nous ne sommes pas trop impatients de retrouver le Dance Floor, l’heure avançant. Et puis vient le moment de «La petite dernière» pour la route. Une très belle ballade qui va, comme tout à l’heure, se terminer par une ronde infernale et entraînante. Sa silhouette se dessine en contre jour dans la lumière descendante … Qui laisse ensuite la place à un beau ciel étoilé qui va rester suspendu au-dessus de nos têtes jusqu’à l’arrivée de Piers Faccini. Elle est vraiment magnifique cette salle. Juste le cadre rêvé pour profiter de ces concerts intimistes qui offrent des occasions uniques de partager des moments privilégiés avec des artistes à découvrir.

Date Limite de Consommation

  • Ce concert s’inscrit dans la tournée 2011 Tour qui se termine le 09 Décembre 2011 à Diksmuide
  • Album défendu : Humbling Tides

Site de Production

Site Officiel : http://www.theestrandedhorse.com/

Ingrédients

  • Yann Tambour : Kora, guitare & Chant

Remerciements

  • Stephan @ ConcertAndCo
  • Caroline @ Théatre des Salins

Appellations d'Origine Contrôlée

La Zone des Lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.