Avis sur un show

20 janvier 2016

Christophe Willem @ Silo (Marseille)

Envers et contre tout ...

  • 35
  • 2
  • 1
  • 1
  • 0
  • VN:F [1.9.22_1171]

Evaluation de la Soirée

Note global du concert, 3.8 - 2 votes
Pas d'Evaluation des internautes
Note d'Ysabel
Note d'Arnaud

1 : Pas du Tout - 2 : Un Peu - 3 : Moyennement - 4 : Beaucoup - 5 : Passionnement - 6 : A La Folie

Conditions de mise en boîte

Les 3 premières chansons, en ne dérangeant pas le public.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Le rendez-vous aurait pu être annulé après le 13 Novembre ! D’ailleurs, combien d’artistes ont dû purement et simplement le faire sans report, et sans même chercher à en envisager un ? Probablement une majorité ! Mais Christophe Willem n’est pas de ceux-là et son respect pour le public est tel, qu’il était hors de question pour lui de renoncer à ce rendez vous marseillais. C’est ainsi que nous apprendrons au mois de Décembre la nouvelle date; alors un énorme merci à ce grand artiste, dont la décision de reporter a dû provoquer quelques nuits blanches à quelques producteurs pour tout reprogrammer.

Si ce soir je suis là, c’est pour revoir le Marsupilami de la Pop française. Sur ce point, aucune déception : trois longs aller-retours parmi son public, mais surtout des genoux et des bras qui ne resteront jamais immobiles. C’est même impressionnant d’essayer de le suivre du regards sur scène, tant il court de partout, qui plus est avec un sourire permanent ! L’artiste a de quoi te donner une pêche d’enfer et ce, même après une journée de boulot ! C’est assez rare pour être noté.

Niveau ambiance ? Que dire ! Et bien Le Silo est survolté, comme rarement j’ai pu le voir. Ça dépasse tout les autres : Yannick Noah, ou même Emmanuel Moire, peuvent aller se rhabiller, le roi de l’ambiance c’est Christophe Willem ! Et les 20 premiers rangs sont là pour le prouver !

Mais j’étais aussi venu pour voir l’évolution de cet ovni vocal. Et, sur ce point, je ressors un peu déçu. Je vais être franc. Si je suis sous le charme de cette sublime voix, capable de tout, j’aimerai quelle soit exploitée pour des registres émotionnelles plus intenses, enfin pour mes goûts personnelles. Je croise donc les doigts pour un léger virage, moins dance et disons moins marketing. Et tant pis si ça déroute quelques jeunes fans. Je crois que Christophe pourrait aller piocher dans les émotions d’un Raphaël par exemple, que nous avons vu il y a peu et qui sait donner une dimension toute particulière à ses chansons.

Etiqueté par Ysabel :

Martin Stahl nous quitte. Petite consigne habituelle contre l’usage des flashs … Lumières bleues et fumée, avec juste la petite pomme de l’écran d’une marque d’ordinateur bien connue qui semble en apesanteur et très longue intro musicale : nous voilà plongés dans une ambiance qui tient presque du domaine de l’extraterrestre ! Grosse mise en scène donc. Juste une voix qui s’élève. Une silhouette qui apparait à peine dans ce brouillard bleu, perchée sur une immense chaise haute. Je crois que le spectacle commence…

Lorsque Christophe Willem apparait vraiment, c’est sur une haute scènette, entre un méga clavier et une imposante batterie. Du coup, cela donne un effet bizarre. Comme s’il était tout petit, ou comme s’il s’agitait à la manière d’une marionnette sur un pot de Nutella géant 😉 Pas trop fan perso. Mais j’imagine par contre que dans une salle avec une grande fosse debout, ce qui n’est pas le cas du Silo, ce doit être pas mal pour que le plus grand nombre le voit. Et côté voix, évidemment rien à dire, elle est toujours aussi incroyable.

Après cette intro béton et une première chanson, il adresse son bonsoir à Marseille pour cette date bien méritée. Et oui, puisqu’il nous a fallut attendre le report du concert initialement prévu en novembre, le lundi après les attentats de Paris, pendant les 3 jours de deuil national. Mais ce soir, on a tous décidé d’être là, comme lui, de continuer à sortir et de vivre notre vie comme bon nous semble.

La tranche (si je puis dire) de la drôle de scène ronde s’éclaire. Il en descend. Commence à danser. Fait le show, comme d’hab’. Nous proposant même de nous réchauffer un peu, car il va falloir être un peu plus sex les enfants ! Et c’est là qu’on se rend compte que la disposition assise est juste un peu dommage pour vraiment entrer dans le truc. Mais le voilà déjà dans la salle, en train de remonter les escaliers … Ce qui fait qu’il se retrouve juste à côté de moi ! Alors c’est pour qui le joli Instagram 😛 Bref, il met une ambiance de folie, au milieu un public debout, qui danse de partout. Puis s’en retourne vers la scène, dans le noir et le bleu.

Petite particularité ce soir : c’est le lancement de la tournée des Enfoirés. Mais il a tenu à tout de même être avec nous. Pourtant, pour être aussi un peu à leur côté, avec le cœur, il choisi de nous en chanter une écrite pour lui par Jean-Jacques Goldman (grand manitou de la bande s’il en est). Nous rassurant au passage sur le fait qu’il va bien vite les rattraper. Alors que du côté du public, cela tourne quasiment à la grand messe par endroit. Tant et si bien qu’à la fin de Après Toi, il déclare : « 2016, l’année où les gens chantent fort ! »

Il est heureux sur scène. Pour lui, c’est un endroit où les liens sont authentiques et c’est là qu’il est bien. Il nous parle également de son petit problème sur Twitter, de son envie de faire changer les choses par le biais d’une vrai modération. Et puis il veut savoir qui est déjà venu le voir, qui est forcé d’être là, répondant aux réclamations venues du font par un « Je vais voir ça de plus près ! » Demandant, au détour d’un rang, à une Maryse de confirmer qu’il y a un problème, puisque les mêmes disent être déjà venus et être là pour la première fois 😉 Ça tchatche. Ça pose pour des photos souvenir. Ça papote avec tout le monde. Ça n’est limite plus un concert. Avec Chantal qui lui propose carrément un palpé-roulé (rien que ça) et Christophe Willem qui lui demande en retour sa chanson préférée ! D’ailleurs, pour les novices, il prévient que cela va plutôt être un mix de plusieurs album ce soir. En commençant par un Sunny adapté en mode Jazz-Glamour rien que pour Chantal, justement. Servi par une voix d’exception et sans aucun doute en hommage clin d’œil à sa prestation mémorable dans La Nouvelle Star. Un retour aux sources en quelque sorte.

Il va donc de ses reprises préférées à son premier album, devant un public debout et le sourire aux lèvres. Aucun doute, même si je ne suis pas toujours fan à 100% de tout son répertoire, même si j’ai parfois le sentiment qu’il se gâche un peu avec certaines chansons, ce mec est un rayon de soleil et un vrai remède à la grisaille de la vie. Alors non, pour être totalement honnête, musicalement ce côté Pop-Variet’ n’est pas toujours ma came, mais il met une ambiance de folie et c’est juste une véritable bête de scène.

Tout s’enchaine. Il s’amuse. Sépare la salle en deux, avec l’ambition d’obtenir du sexy et prévient : « On ne sort pas de cette salle tant que ce truc n’est pas au point ! » Y’en a qui fouettent hein 😉

Les interprétation sont toujours belles. Il sait tout faire et se glisser dans tous les styles. Même dans le mi-parlé mi-chanté de La Vie Est Belle, dans laquelle il met infiniment d’émotion. Avant la fin d’un Set qui va aller de la ballade, au dance floor, sans oublier une dernière grimpette dans la salle, mais jusqu’aux balcons cette fois-ci !

Premier rappel en demi teinte pour moi, avec beaucoup beaucoup trop de Ah! et de Yeah!, même si la voix est indéniablement magnifique. Avec aussi de très jolis jeux visuels fait d’immenses cerceaux, juste au-dessus de leur tête… Mais putain, un quart d’heure de Aïa! : c’est vraiment trop pour moi. Puis ils saluent tous les trois, après une présentation de tout le staff.

Mais ce n’est pas fini. Non Non Non !! Pour le second rappel, ambiance techno maintenant les amis (et je me dis que je vais être achevée), avec Marseille qui bien entendu doit faire du bruit. Alors on continue de crier hein, vu que ça ne fait que deux heures qu’on y est d’un autre côté 😛 En tous cas, lui, il vit tout ça à fond ma foi et son public est juste ravi. Ça crève les yeux : il y a une vrai générosité et une réelle envie de partage chez cet artiste, qui retourne vers sa chaise géante sur ces mots : « Et n’oubliez jamais : La Vie Est Belle ».

Composition

  1. Intro
  2. Le Chagrin
  3. Nous Nus
  4. Adultes Addict
  5. Indélébile
  6. Paraît-Il
  7. Après Toi
  8. Sunny (Boney M)
  9. Ain’t No Mountain High Enough (Marvin Gaye)
  10. Safe Text
  11. Superstition (Stevie Wonder)
  12. L’Eté En Hiver
  13. Double Je
  14. Jacques A Dit
  15. La Vie Est Belle
  16. Faute Et Plaisir
  17. Automatik
  18. Allons Enfants
  19. La Règle Du Jeu
  20. 1er Rappel : Loneliness
  21. 2nd Rappel : Berlin
  22. Lovni

Site de Production

Date Limite de Consommation

  • Album défendu : Paraît-il

Ingrédient

  • Christophe Durier aka Christophe Willem : Chant
  • Aurélien Mazin : Claviers
  • David Lamy : Batterie

Remerciements

  • Marine @ Sud Concerts

Un de nos Instagrams de la Soirée

La Zone des Lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.