Avis sur un show

05 décembre 2012

Christophe Willem @ Silo (Marseille)

Les Sardines et la Tortue : Willem réécrit la fable ...

  • 18
  • 1
  • 0
  • 0
  • VN:F [1.9.22_1171]

Evaluation de la Soirée

Note global du concert, 3.3 - 3 votes
VN:RO [1.9.22_1171]
Note internautes, 2.0 avec 1 vote(s)
Note d'Ysabel
Note d'Arnaud

1 : Pas du Tout - 2 : Un Peu - 3 : Moyennement - 4 : Beaucoup - 5 : Passionnement - 6 : A La Folie

Conditions de mise en boîte

Trois premières chansons, sur le côté droite de la scène. Compte tenu des Leds ultra forts, le pauvre capteur en a pris plein les pixels et la qualité globale des photos est assez moyenne.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Qui n’a jamais regardé la Nouvelle Star ? Pas moi en tout cas, qui suis resté scotché à quasi chaque saison, tant pour rigoler des candidats de la loose, que pour suivre tranquillement les saisons. Ce n’est pas tant pour le registre musical, trop convenu, que pour l’humour global de la soirée et pour suivre le dénouement des primes.

Christophe Willem est l’un des rares qui m’a touché, par sa voix avant tout et surtout par son charisme.

C’est donc pourquoi j’ai eu envie de le découvrir Live et ce même si je ne connais pas ses albums.

Dès les premières notes, Christophe confirme un charisme et une présence hors du commun : Il ira jusqu’à prendre trois grands bains de foule, allant jusqu’à chanter dans les étages du Silo ! Le spectacle est bien là et le public ne s’y trompera pas.

Sa voix est toujours aussi belle mais, pour autant, le répertoire de Christophe est sans surprise, assez redondant et trop dance floor à mon goût. J’ai vraiment l’impression que Willem ne prend pas de risque à tenter autre chose, allant jusqu’à reprendre du Mylène Farmer et du Prince. Je suis convaincu que Christophe a largement assez de talent pour partir sur des chemins moins convenu, quitte à dérouter quelques fans.

Mais je ne vais pas renier une certaine vérité : J’ai passé une très bonne soirée et peu d’artistes ont le talent de show man de cette Tortue !

Etiqueté par Ysabel :

Alors, si j’ai tout compris, le signe de ralliement du Willem’s Fan Club ce soir au Silo, c’est un tee-shirt noir orné d’un W blanc. Et ils sont super motivés en plus, avec de multiples tentatives de clappe pour faire partir l’ensemble de la salle … Ça chante et ça danse debout, ça lance une Ola un peu pourri (mais que voulez-vous, dans le Sud on ne peut pas s’en empêcher !!) … Ils ne sont pas forcément tous jeunes, mais le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ont tous une pêche d’enfer !!

C’est dans cette ambiance survoltée que nous assistons à l’installation des instruments par des petits bonhommes en combis blanches et masques. La musique monte. La clappe aussi. Et le drôle de système d’ordre amène les musiciens «de force», par le revers du col. Les jeux de lumières sont d’entrée XXL et la salle est déjà debout !

Lorsque que Christophe Willem entre en scène, ce qui parait tout de suite comme une évidence, c’est son extrême simplicité et sa complicité avec son public, devant lequel il se tient proche à le toucher. Tout le monde chante. Lui, gigote comme un diable et met en action sa voix déjà presque légendaire.

En 2/2, il passe en mode tee-shirt. La scène est vraiment superbe avec ce mur en plexi qui entoure la batterie et ces fleurs de lumières qui se mettent à éclore un peu partout. Willem arpente la scène, donne et partage, avec un public au taquet (tout le premier rang est armé de son IPhone !)

«Est-ce que vous êtes prêts ce soir pour mettre le feu ?» Il commence alors une reprise de Kiss avec une voix de Baby Doll et un déhanchement à damner un saint ! Il prend des nouvelles du public (et de tout le monde, même en haut, tout au fond !) et annonce même : «Tout à l’heure, je viendrais vous voir !» Vous l’aurez compris, tout est prétexte à la complicité … Il taquine et se moque de ceux qui ont fait semblant de chanter Trash (en profitant ainsi pour la faire reprendre). On repart donc, mais comme nous sommes plutôt bidons cette fois encore, il nous faudra un troisième essai pour parvenir à une version honorable !

Après cette petite pause fun, on repart de plus belle. Christophe a viré ses lunettes et se déchaine à nouveau sur la musique. C’est musicalement assez bien ficelé, mais bien commercial tout de même. Ceci étant, le spectacle est bien là : Il descend dans la salle et se balade, montant même sur un siège à 1 mètre de moi 🙂 . Le public est en folie (il a même droit à des bisous) et lorsqu’il regagne la scène, il grimpe sur le bord de la batterie … Tout s’enchaîne sur un rythme d’enfer. Il a vraiment le diable au corps et toute la salle est aux anges !

Il semble être partout à la fois. Son guitariste vient le retrouver sur un fond rose, au milieu des lasers verts. On en prend plein la tête et les yeux. Tous les morceaux sont re-visités pour des versions Live pleine de pep’s et de vie. Et puis d’un coup, il nous attrape un tabouret haut, la lumière prend une couleur d’aquarium et la voix de Willem, unique, monte dans des tonalités quasi féminines. Alors là, force est de reconnaitre que quelque soit les goût musicaux qu’on puisse avoir, cet Equi-Libre est une incontestable démonstration vocale.

Le petit tête à tête avec Sarah va continuer encore un peu. Nous restons dans l’intimiste, sous les étoiles et les rayons de lune, accompagnés par les chœurs qui montent de la salle et qui en viennent même par moment à chanter seuls les paroles de Si Mes Larmes Tombent, avec beaucoup de justesse et de grâce. Parce qu’il a ce réel talent de savoir tout partager avec son public, le moment a quelque chose de magiqueen . Les voix, le piano … Tout cela est plein de poésie et Willem applaudit même à la fin : «Merci. Franchement, c’était canon ! Merci beaucoup.»

Et malgré tout cela, il ressent encore le besoin de nous entendre. Alors il vient à nouveau au milieu des gradins. Tout le monde adore et chante avec lui. C’est Jacques A Dit. Il se promène tout simplement, juste accompagné du piano. On a l’impression de juste partager une soirée avec un ami. L’esthétique est très belle. Il termine assis sur son tabouret, tête baissée, dans un cercle de lumière.

Après cette pause assez romantique, on repart sur une fin de set bien pêchue. Mélange de ses titres et de reprises. Mix de Call Me Maybe et de Sans Contrefaçon (il fallait y penser !) Très rigolo cette manière de se ré-approprier des chansons hyper populaires … L’école de la Nouvelle Star peut-être. Il fait éclairer une salle debout, qui frappe des mains. Il se la joue dance floor, prend la pose et je pense que la belle Mylène n’aurait pas à rougir de cette reprise ! Pas de doute, nous avons bien affaire à un show-man de premier ordre.

Un dernier tour par la salle, jusqu’au balcon du haut duquel il se penche. Le public hurle sur son passage. Puis il remonte sur scène et demande une ambiance «Stade de France» … Il s’éclate carrément le garçon !! Attrape une pancarte qu’on lui tend et qu’il met en avant de bonne grâce. Demande que nous sautions. On s’exécute. C’est ambiance Disco de l’An 2000. Tout le monde met les bras en l’air et on tapera des mains jusqu’à la dernière note. Ils restent encore un peu, pour nous saluer en se tenant par les épaules et c’est un homme en blanc qui va nous notifier que c’est la fin en mettant ses bras en croix.

Mais bien sûr, rappel il va y avoir. Avec violons et dans la langue de Shakespeare en plus ! Séquence émotion et grand spectacle à la fois (un peu à la Céline Dion … Bon, je me moque légèrement, mais il y a de ça 😉 !) Avant de partir, «Parce qu’il y a malheureusement une fin», il cherche à savoir qui a vu le Coffee Tour (en 2010) pour en faire un remake. Alors, petit coup de charme à Sarah pour qu’elle accepte de jouer cette fin funky et improvisée : «Petit clin d’œil avant de partir. Je vais danser le Jerk au niveau des paroles, mais c’est pas grave. C’est complètement improvisé, mais c’est pour vous !»

Alors, ça commence par Finally, suivi par Sunny «Parce que ce soir, c’est spécial et que je n’ai pas du tout envie de partir … Gigi, c’est toi dans le noir ?» Tout le monde est mort de rire. Il emmerde Sarah avant de prendre place derrière le piano. Le public crie. Il répond qu’il est crevé … Commence un dialogue rigolo auquel il répond, parodiant Muriel Robin : «Plait-il Myriam ? Tu n’as pas bu de vin ?!!» La demoiselle lui répond. Elle se prénomme Cécile et sera l’héroïne de la chanson (et je crois bien que la dite demoiselle a été proche de l’orgasme à chaque fois que son prénom a été prononcé en remplacement des paroles originales !)

Mais il annonce la dernière. Il a envie de tout donner ce soir, vu qu’il n’a pas école demain ! Il se la joue bluesman … «You know, I was walking in the street … Bon, c’est beaucoup moins glamour en français !!» et nous raconte qu’il a joué pour la première fois à Londres il y a quelques jours, devant 300 personnes, de façon très intime. Il nous propose donc une jolie version de Je Rejoins La Scène en anglais, ajoutant : «Vous savez, un jour ou l’autre, il va falloir nous quitter … Et c’est super facile de chanter ça, après avoir fait le con !» Chanson pleine de poésie en effet, interprétée avec une voix assez fascinante, il faut bien l’avouer. Avec même une note tenue qui tire des applauses et des cris.

Mais il est pris à son propre piège et ne veut pas partir sur une chanson aussi triste … Donc prêts ? Et c’est reparti pour la fièvre du samedi soir ! Une vrai dernière cette fois, juste pour rester Cool !!

«Est-ce que vous vous êtes éclatés ce soir ? En tout cas, on reviendra !!» Et ce sera pour à nouveau trouver une salle comble, à n’en pas douter. Il partira sur un Silo debout, mais qui ne va pas insister plus longtemps … Il faut dire qu’on en a bien profiter quand même !

Composition

  1. Starlite
  2. Trash
  3. Kiss (Prince)
  4. Automatik
  5. Berlin
  6. Indélébile
  7. Equi-Libre
  8. Si Mes Larmes Tombent
  9. Beautifull / Fragile
  10. Jacques A Dit
  11. Call Me Maybe (Carly Rae Jepsen) / Sans Contrefaçon (Mylène Farmer)
  12. Double Je
  13. Ennemis In L.O.V.E
  14. La Demande
  15. Heartbox
  16. 1er Rappel : Falling
  17. Finally
  18. Sunny
  19. When You Dance With Me
  20. Cool

Date Limite de Consommation

  • Ce concert s’inscrit dans la tournée Willem Sessions qui se termine le 18 Mars 2013 à Bruxelles
  • Album défendu : Prismophonic

Site de Production

Site Offi­ciel : http://www.christophewillem.com

Ingrédients

  • Christophe Durier aka Christophe Willem : Chant
  • Sarah De Courcy : Clavier
  • Steve Reed : Guitare
  • Simon Tellier : Batterie

Remerciements

  • Sophie @ Silo

Appellations d'Origine Contrôlée

  • par

    20 janvier 2016

    Photo du concert

    Christophe Willem @ Silo (Marseille)

    Le rendez-vous aurait pu être annulé après le 13 Novembre ! D'ailleurs, combien d'artistes ont dû purement et simplement le faire sans report, et sans même chercher à en envisager un ? Probablement une majorité ! Mais ...

  • par

    12 février 2014

    Photo du concert

    Emmanuel Moire @ Silo (Marseille)

    Avant de rentrer dans la chronique, je me dois de vous expliquer le contexte et l'histoire nous reliant à Emmanuel. Tout commence début 2012, quand Ysabel m'annonce qu'elle souhaite à tout prix voir Cabaret parce ...

  • par

    09 juillet 2013

    Photo du concert

    Mika @ Pavillon de Grignan (Istres)

    Mika à 150m de la maison, c'est le genre de proposition qui ne se refuse pas ! Et c'est d'autant plus vrai quand c'est dans le magnifique Pavillon Grignan, l'un des plus bel endroit pour un ...

La Zone des Lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.