Avis sur un show

06 novembre 2013

King Dude @ Lounge (Marseille)

Sabbat de sorciers de Seattle à Marseille !

  • 38
  • 0
  • 1
  • 0
  • 1
  • VN:F [1.9.22_1171]

Evaluation de la Soirée

Note global du concert, 5.3 - 3 votes
VN:RO [1.9.22_1171]
Note internautes, 6.0 avec 1 vote(s)
Note d'Ysabel
Note d'Arnaud

1 : Pas du Tout - 2 : Un Peu - 3 : Moyennement - 4 : Beaucoup - 5 : Passionnement - 6 : A La Folie

Conditions de mise en boîte

Librement dans la salle. Lumières assez difficiles mais sans non plus que ce soit catastrophique. J’ai essayé de ne pas déranger le public.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Sans Franck, grand gourou de Désordre Nouveau et chanteur de Miss Parker (qui lui même doit cette découverte à son comparse Dom),  je n’aurai probablement jamais eu connaissance de ce King Dude.

Ça aurait quand même été dommage, car si sur certains points le style est proche d’un folk à la Johnny Cash (que je ne supporte pas), il s’en détache aussi par un folk BEAUCOUP plus sombre et à mon goût plus intéressant.

J’ai rapidement acheté des Cds et mon envie de le découvrir Live fut donc très rapidement à son comble.

Et j’avoue ne pas avoir été déçu : c’est un show fort intense avec une profondeur assez rare. Le jeu de scène est minimaliste, mais ce n’est absolument pas grave : l’intérêt est ailleurs. Car oui, quelle présence et surtout quelle voix !

Le public présent relativement en nombre pour Le Lounge (50 d’après la police, 60 d’après Mimi & Roger) ne s’est pas déplacé par hasard et l’ambiance dans la salle fut très agréable, tout le monde étant très attentif. Bon il y a toujours trop de monde faisant la queue pour les WC, mais ça c’est la magie du Lounge 

Etiqueté par Ysabel :

Vous connaissez King Dude ? Non ?? Et bien la définition musicale de ce groupe est simple : du Folk Luciférien (et oui … Rien de moins que ça 😉 !!)

Bon Ok, je taquine, mais il faut bien. Parce que la vérité vrai, c’est que grâce à Franck Spicciani Ligeon (chanteur et guitariste de l’excellent Miss Parker), notre hôte de ce soir, nous allons vivre une très belle nouvelle aventure, mais cette fois dans le sein du sein … Avec arrivée du van que nous allons guetter fiévreusement devant Le Lounge, aide à l’installation du matos (avec bières et en anglais, s’il vous plait !) et surtout le plaisir d’assister aux balances. Alors Merci Qui ? Ben merci Franck & Dom bien sûr !!

Après avoir partagé quelques pizzas avec le groupe (c’est la méga classe décidément cette organisation), nous nous mettons en place et Le Lounge se remplit petit à petit : Et oui, il y a du monde qui se déplace le mercredi soir sur Marseille pour entendre King Dude !!

Sur scène, le ton est donné, avec le guitariste qui se fait chambrer parce qu’il part faire un petit pipi juste au moment où tout le monde est prêt à commencer (et tellement gentil le garçon, qu’il fait la queue comme tout le monde et que la demoiselle qui est devant lui met quelques minutes avant de réaliser que tout le monde est mort de rire !). Derniers petits réglages. Un petit coup de whisky pour Thomas Jefferson Cowgill et c’est parti … Guitares habillées de nacre alignées et drapeau américain monochrome noir déchiqueté … Le décor est planté.

Premières notes et sa voix grave, d’une sensualité à vous faire dresser les petits poils des bras, fait déjà monter une chaleur palpable dans le public. Ses yeux sont clos par moment et puis, l’instant d’après, son regard bleu acier se plante droit devant, comme perdu au delà de nous. On est dans un univers de ballade noire US, comme un sombre road movie qui se met en place, émaillé de sa voix rageuse … Il est clair qu’avec Lord I’m Coming Home, le ton est donné.

Et puis, une touche d’Electro vient brouiller les pistes, juste avant que les riffs des guitares ne viennent bousculer ce nouvel équilibre, pour donner à l’ensemble un rythme presque essoufflé, alors que le King part nous chercher les fins fond de sa voix pour la faire raisonner encore plus profond, plus rauque et plus puissante surtout. Et si les morceaux sont d’une intensité rare, les intermèdes sont, eux, plutôt détendus : il se moque des petits cris de joie qui montent à chaque fois et demande en souriant si tout va bien. Et ce, juste avant que la ballade tourmentée ne reprenne, pour tourner au Rock, échevelé et décousu, aux rythmes parfois déstabilisants même.

La batterie roule. Lui joue les Elvis sur quelques notes, usant de sa voix comme d’un instrument à part entière. C’est tout à la fois savoureux et détonnant. Un voyage improbable dans une Amérique déjantée. Il souffle le chaud et le froid, se mettant à pousser de petits cris en fin d’accord, juste avant de nous distiller le timbre d’une voix d’outre tombe en guise de liaison entre les morceaux (tout en se rinçant le gosier d’un bonne rasade de scotch au passage !)

Regard fou de cet artiste détonnant perdu droit devant, presque à donner froid dans le dos. Batteur veines des bras tendues à travers les tatouages. Ventilateurs à fond … Le Rock se fait lascif et déjanté, avec cette voix qui sort comme d’un coup et qui s’emballe dans un tourbillon déglingué, pour ne pas nous laisser un moment de répit et tenir nos sens en éveil à chaque instant. Des nouveaux morceaux se mêlent aux anciens. Les fans sont au paradis …

Le guitariste lève les yeux vers le ciel, totalement habité. Les guitares s’envolent. La batterie donne des battements de cœur, juste avant que de remplacer les baguettes par une chaîne, pour transformer Pagan Eyes over German Skies en une complainte de prisonnier. Avec toujours la voix du Dude qui se fait grasse et rauque, hurlante et perdue, sur les guitares et les cymbales qui se réveillent … Un set tout en puissance, avec un choix pour le dernier morceaux qui sera musclé, les guitares laissées vibrantes contre les emplis et le batteur descendant de scène sur un «Have a drink !!» Ça c’est une vrai soirée Rock n’Roll !!

Composition

  1. Lord I’m Coming Home
  2. Fear *
  3. Born in Blood
  4. Spiders in Her Hair
  5. Vision in Black
  6. Why Must I Go On
  7. Witch’s Hammer
  8. I know You’re Mine
  9. Lay Down in Bedlam
  10. You can Break my Heart
  11. Devils Eyes
  12. Please Stay (In the Shadow of my Grave)
  13. Don’ Want Me Still
  14. Eternal Night
  15. Mis Sept *
  16. Barbara Ann
  17. Jesus in the Courtyard
  18. Pagan Eyes over German Skies
  19. Empty House
  20. Lucifer The Light of The World

* titre présent sur un prochain album, recopié de la setlist mais probablement incomplet

Date Limite de Consommation

  • Album défendu : Born In Blood

Site de Production

Site officiel : http://kingdude.bandcamp.com

Ingrédients

  • Thomas Jefferson Cowgill : Chant & Guitare
  • Jason Sachs : Guitare
  • Joey d’Auria : Batterie

Remerciements

  • Franck & Dom @ Désordre Nouveau
  • Roger & Mimi @ Lounge
  • par

    20 septembre 2014

    Photo du concert

    Skeleton King @ Hook (Istres)

    Se lancer dans des riffs de Rock Progressif en pleine journée et de façon instrumentale est une tâche vraiment pas aisée. Et bien ce jeune groupe s'est très bien débrouillé ! Probablement tout aussi introverti ...

  • par

    27 mai 2014

    Photo du concert

    Catalogue @ Lounge (Marseille)

    Quand le trio monte sur scène, je me demande bien à quelle sauce on va être mangé. On nous annonce un groupe Post-Punk... Humm... font trop propres sur eux et trop gentils je trouve. Emma, bien ...

  • par

    27 mai 2014

    Photo du concert

    Miss Parker @ Lounge (Marseille)

    Quel plaisir que de revoir nos amis de Miss Parker en concert ! J'adore leur son, leur présence, et puis ce sont des amis que l'on croise ici ou là, comme dernièrement Stéphane au concert ...

La Zone des Lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.

  • VA:F [1.9.22_1171]
    0
    1
    image gravatar rajoute :

    Perfect !
    As usual ….