Avis sur un show

23 octobre 2012

Suzanne Vega @ Théâtre de l'Olivier (Istres)

Rendez-vous folk avec une “amie“ de toujours

  • 10
  • 2
  • 1
  • 0
  • 1
  • VN:F [1.9.22_1171]

Conditions de mise en boîte

Trois premiers morceaux. Placé assez loin et très peu libre de mes mouvements, j’ai plutôt favorisé les plans larges ou à peine rapprochés.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

J’ai passé une très agréable soirée : C’est musicalement très intéressant et les deux artistes sont juste attachants comme il faut !

L’acoustique de cette salle est vraiment idéal ! Toujours un plaisir d’y aller, même si c’est très très rarement (car très peu de concerts, l’Usine étant plus adapté).

Etiqueté par Ysabel :

C’est la première fois que je me rends au Théâtre de L’Olivier (pourtant à Istres … Donc à la maison !) pour entendre un concert. Grosse bêtise de ma part et à laquelle je vais définitivement remédier, en devenant une adepte de la chose.

Lorsque nous y arrivons, l’accueil est juste parfait, avec des places réservées le long d’une allée pour nous permettre de faire des photos en dérangeant le moins possible la salle, qui n’est d’ailleurs pas encore au complet (ce qui ne saurait tarder). Et si d’aucun m’ont répondu, lorsque j’ai parlé de ce concert autour de moi, qu’en allant écouter Suzanne Vega, j’allais voir un truc qui avait genre 70 ans ! … Moi je dis que j’adore cette artiste, qui navigue hors des sentiers battus et offre un répertoire Folk magnifique, au doux parfum d’un New-York inspirateur de tant d’artistes.

La scène est très épurée : Un micro, une guitare sèche et un second micro, une autre guitare, mais électrique cette fois, accompagnée de son ampli … Une scène à la Stephan Eicher & Philippe Djian, qui laisse présager une soirée toute en subtilité et en grâce.

La voix-off annonce : «On the stage from New-York city … Suzanne Vega !!» Elle apparait alors, toute simple, avec juste son rouge à lèvre carmin qui brille sous la lumière et répond aux bravos par un «Merci beaucoup ! Comment allez vous ?»

Elle met un chapeau haut de forme, dont elle relève légèrement le bord pour laisser apparaitre ses yeux et attrape sa guitare. Le chant qui s’élève est juste parfait. Les échos de la guitare électrique, jouée par un Jerry Leonard au look très british 70’s, ont des faux airs de Dire Straits par moment. Suzanne Vega joue des nuances de son instrument et de sa voix. Le chapeau retourne sur son porte manteau et elle annonce un hommage à la grande Marlène Dietrich … «This song is for her» … On est ébloui par les reflets de la lumière sur le verni de sa guitare et on profite de ce When Heroes Go Down très vif et très rythmé.

Elle parle beaucoup entre les morceaux. Nous expliquant, par exemple, qu’elle a monté sa propre maison de disque depuis quelques années, afin de se réaliser entièrement en tant qu’artiste. Et quelle artiste ! Celle qui sait nous chanter «A strange song about love … Small Blue Thing». Un départ très doux. Une voix d’une pureté absolue et d’une fabuleuse justesse, qui est un véritable voyage à elle seule. Le simple mélange de ces deux guitares a quelque chose de magique, d’une simplicité parfaite. Des bulles légères. Une guitare électrique jouée, comme une classique, à la corde. Puis elle pose son instrument pour passer aux snaps, toujours accompagnée de Mr. Leonard qui se la joue jazzy.

Pendant l’interlude, elle se plaint avec humour de son français et nous énumère les mots qu’elle apprend avec une appli de son IPhone (une longue liste de fruits et de légumes en tous genres !) Mais on repasse bien vite aux choses sérieuses avec une nouvelle chanson d’amour, inspirée celle-ci par le couple formé jadis par Franck Sinatra & Ava Gardner : «One life on a song of 3 minutes !» (mariage et divorce célèbre !) Un thème encore une fois peu banal, pour une balade Folk-Rock qui nous embarque complètement.

Elle a cette manière très légère et même parfois presque imperceptible de se mouvoir, avec énormément de grâce et de simplicité. Lui joue avec les enregistrements instantanés de sa guitare, pour un résultat presque aérien. Les ballades sont autant d’histoires racontées, avec cette voix qui semble aller et venir comme un papillonnage. Il la suit en faisant une ligne de sampler et à eux deux, ils réalisent une musique d’une richesse incroyable, mais aussi très subtile (avec un petit esprit de Tori Amos qui vient peut être de ses origines paternelles écossaise).

Ceci étant, elle fini par nous livrer son secret : Un petit verre de vin avant le dîner ou la scène ! C’est bien «Mais ça me fait papoter et faire des bêtises !» Alors elle se met à nous parler de ses 18 ans … Elle était jeune et désolée, pensant avoir trouvé sa destinée romantique avec son voisin et leur grand amour de 6 semaines !! S’en suivra une fin tragique : Lui est rentré en Angleterre et elle à New-York. Mais elle lui a écrit cette chanson en cadeau. Sobriété de la guitare sèche et déjà tout le talent de son jeune âge. Je confirme : Balade hyper romantique ! Et au rythme d’une toute les 6 semaines, cela peut donner une sacrée discographie !!

Vont s’ensuivre quelques musiques de film, comme Left Of Center (tirée de Pretty In  Pink), micro en main et voix encore plus présente, avec de très belles images. Elle s’approche légèrement du public en devant de scène, puis remet son grand chapeau pour repartir sur la BO de The Haunted Mansion (Film avec Eddie Murphy) … «A song for Halloween !!» Beaucoup plus Rock, dans cette lumière rouge.

Nous allons d’ailleurs rester sur ce son Rock, avec des jeux d’écho sur la voix dont elle joue avec délectation. La guitare de Jerry par dans de longs riffs sur un mini solo atonique. Une chanson très originale que ce Blood Makes Noises, très très loin du Suzanne Vega convenu, qu’on aurait pu attendre tout du moins. Son univers musical est vraiment d’une richesse que je n’imaginais pas si grande … S’inspirant tour à tour de sa vie, de ses passions, de Picasso s’imaginant tenir le monde entre ses mains (The Man Who Played God).

Les tubes défilent et se mêlent aux nouveaux morceaux, comme Maggie May (qui sera sur son nouvel album à venir l’année prochaine) dans une lumière de jour qui se lève … Le choix parfait pour une nouvelle chanson. Mais elle n’en oublie pas de continuer à s’amuser avec nous, nous parlant des photos de son chien qu’elle adore poster sur FaceBook (nous invitant même à faire pareil et de les lui faire partager !). Du doux n’importe quoi qui fait office de drôle d’introduction à Luka, que tout le monde attend et que même ceux qui ne croient pas connaitre pas Suzanne Vega connaissent !

Elle termine le set sur la guitare très hachée de Tom’s Diner, sur laquelle elle joue avec son haut de forme façon music-hall, dansant d’un pied sur l’autre et qui se terminera sur la cloche de Big Ben ! Puis elle s’éclipse en un clin d’œil, nous laissant à peine le temps de l’applaudir.

Mais la clappe, qui est montée après son départ, la fait bien vite revenir. Elle s’amuse en nous lançant : «More wine … More songs !» et c’est Penitent qui est demandé. Mais elle oublie les paroles et demande au public s’il peut l’aider, puis à Marc (son assistant de choc, parce qu’il sait tout !!), mais rien y fait. Jerry annonce «Je suis prêt !» Elle répond «Je suis prête pas ! Mais revenez demain et je vous la fait !!» Tout le monde rigole et quelqu’un lui passe même un IPhone avec les paroles … Alors on recommence. Mais c’est Marc qui aura le dernier mot et droit à un tonnerre d’applaudissements quand il arrive avec les paroles sur une feuille A4.

Elle gardera son pupitre devant elle pour nous interpréter Crack On The Wall, nouvelle magnifique chanson, incroyablement emplie de poésie. Encore une et elle nous quitte à nouveau, en nous remerciant pour notre patience et notre IPhone !

Ils reviendront une dernière fois, bras dessus, bras dessous … «You’re wonderfull. Yes !!» Beaucoup de guitare, pour finir avec In Liverpool. Très intense et chargé d’émotion. Elle s’en va. «Merci beaucoup, à bientôt !» Vous serez toujours la bienvenue et très attendue Miss Vega

Composition

  1. Marlene On The Wall
  2. When Heroes Go Down
  3. Small Blue Thing
  4. Caramel
  5. Franck & Ava
  6. Language
  7. Solitude Standing
  8. Gyspsy
  9. Left Of Center
  10. Tombstone
  11. Blood Makes Noises
  12. The Man Who Played God
  13. The Queen And The Soldier
  14. Maggie May
  15. Some Journey
  16. Luka
  17. Tom’s Diner
  18. 1er Rappel : Penitent
  19. Crack On The Wall
  20. Rosemary
  21. 2nd Rappel : In Liverpool

Date Limite de Consommation

  • Ce concert s’inscrit dans la tournée Close Up Tour qui se termine le 9 novembre à Hradec Králové
  • Album défendu : Close-Up: Vol.4, Songs Of Family

Site de Production

Site Officiel : http://www.suzannevega.com

Ingrédients

  • Suzanne Vega : Guitare & Chant
  • Jerry Leonard : Guitare

Remerciements

  • Martine @ Théatre des Oliviers
  • Stephan @ ConcertAndCo

La zone des lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.

  • VA:F [1.9.22_1171]
    0
    0
    image gravatar rajoute :

    Esthétiquement sublime et juste du point de vue des vécus, on y était ! Très bel ensemble, as usual !