Avis sur un show

09 juillet 2015

Lenny Kravitz @ Arènes (Nîmes)

Arena of Joy ...

  • 46
  • 1
  • 107
  • 4
  • VN:F [1.9.22_1171]

Evaluation de la Soirée

Note global du concert, 5.0 - 3 votes
VN:RO [1.9.22_1171]
Note internautes, 5.0 avec 2 vote(s)
Note d'Arnaud

1 : Pas du Tout - 2 : Un Peu - 3 : Moyennement - 4 : Beaucoup - 5 : Passionnement - 6 : A La Folie

Conditions de mise en boîte

Les 3 premiers morceaux.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

C’est durant l’été 92 ou 93 que je découvre Lenny Kravitz, par le biais de son interprétation de Always on the Run, lors du concert de Guns’N Roses à l’Hippodrome de Vincennes de Juin 1992. J’avais alors 15 ans, et j’enregistrais soigneusement cette retransmission de Canal+ sur une cassette video, après un Live de Dire Straits ! Alors, et toujours, fasciné par Slash, je jubilais sur ce quasi duo en plein concert de mes idoles du Rock d’alors. Et je crois bien avoir regardé cette vidéo au moins un millier de fois !

Dès lors, je vais suivre de plus ou moins loin la carrière du new-yorkais, mais jamais d’assez près pour aller le voir en concert – Honte sur moi sur 10 générations –

Mais c’est ce soir une très belle occasion de me rattraper, les Arènes de Nîmes étant définitivement l’un des plus beau écrins pour une bonne soirée Rock. J’espère y entendre un maximum de tubes et pas forcément des titres de l’album Strut que, personnellement, je ne trouve pas excellent. Je serais écouté : c’est une soirée best-of !!

Mon premier coup de coeur sera pour It Ain’t Over’Til It’s Over qui fut tout en partage avec un public hurlant et chantant chaque fois que possible. Lenny est tout sourire, sautillant même. Et quel magnétisme ! Le poids des années n’y changeant rien, voire même le contraire, tant il éclabousse de sa classe. L’autre surprise est de constater l’importance de Craig Ross, qui assure tous les solos. Je ne l’aurai pas cru. C’est aussi à la fin de ce sublime morceau que je remarque Gail Ann Dorsey, entre Lenny et les choriste. Mon dieu ! C’est la bassiste de David Bowie et je ne l’ai pas regardé avant ! Nouvelle honte sur 10 générations !!

Mais retour au Live : Sister sera une sublime ballade et un autre bon moment, comme une transition avant les 3 titres de près d’une heures à venir.

Et lorsque Always on the Run commence, me voilà de retour à mes 15 ans !!! Là, c’est orgasmique pour tout le monde. Mais ce sera également le premier déchantement avec ce jam de plus de 15 min, où tous les instruments ont leur solos sous les ordre du Maestro Lenny, tout sourire. Personnellement, je ne suis pas venu pour entendre ces longs passages qui finissent par m’ennuyer. Je sens d’ailleurs l’ennui ici et là dans la fosse dont des « Je ne suis pas venu entendre du jazz ce soir ! ». Alors je préfère porter mon attention sur Cindy Blackman, qui est juste dantesque derrière ses fûts ; de quoi faire pâlir 98% des batteurs de Rock !

I belong to you sera un retour à la puissance Rock originelle. Ouf, je me replonge dans la musique avec bonheur !

Let Love Rule sera un autre moment de force : s’étalant sur plus de 20 minutes, avec Lenny qui fera le tour des arènes encadré de 2 vigiles … C’est la communion ultime de la soirée. Cette fois les impros et solo de chacun passeront, tant le public bouillonne et m’empêche de perdre le fil… Et c’est la fin du set ! 9 morceaux, mais déjà plus de 1h30 de musique !

Fly Away en rappel met tout le monde d’accord : ça envoie du petit bois et, tant sur scène que dans la fosse, ça saute de partout ! Quand aux sourires, ils sont sur toutes les lèvres.

Puis ce sera Are you Gonna Go My Way en version peplum de plus de 10 min, avec Lenny qui ne veut pas quitter trop vite la scène et qui se fera un nouveau bain de foule. Et définitivement la fin, après un dernier boeuf des artistes, sans Lenny déjà parti.

En conclusion, je suis vraiment heureux d’avoir assisté à ce super concert. Pour être honnête, j’aurai préféré 5 ou 6 morceaux supplémentaires, plutôt que ces jams, mais ne faisons pas la fine bouche, c’était définitivement un grand soir !

Composition

  1. Dirty White Boots
  2. American Woman
  3. It Ain’t Over ‘Til It’s Over
  4. Dancin’ Til Dawn
  5. Sister
  6. Strut
  7. Always on the Run
  8. I Belong to You
  9. Let Love Rule
  10. 1er Rappel : Fly Away
  11. Are you Gonna Go My Way

Site de Production

Date Limite de Consommation

  • Ce concert s’inscrit dans la tournée Strut Live
  • Album défendu : Strut

Ingrédient

  • Leonard Albert Kravitz aka Lenny Kravitz : Chant & Guitare
  • Gail Ann Dorsey : Basse
  • Cindy Blackman : Batterie
  • Craig Ross : Guitare
  • George Laks : Clavier
  • Harold Todd : Saxophone
  • Michael Sherman : Saxophone
  • Ludovic Louis : Trompette
  • Jessie Wagner : Choeur
  • YahZarah St. James : Choeur
  • Erika Jerry : Choeur

Remerciements

Appellations d'Origine Contrôlée

Un de nos Instagrams de la Soirée

La Zone des Lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.

  • VA:F [1.9.22_1171]
    0
    2
    image gravatar rajoute :

    Salut l’artiste !

    Continu de poster ces supers articles !

    Un excellent résumé de ce concert plutôt orienté grand public que rock mais quel plaisir de voir de vrais musiciens enflammer les arènes de Nimes pendant que Lenny prenait un bain de foule !

    A bientôt

    Joris

    • VN:F [1.9.22_1171]
      0
      1
      image gravatar rajoute :

      Merci Joris pour ce super gentil message !! La prochaine fois on se retrouve dans la salle et on partage un verre (ou deux 🙂 ).

  • VA:F [1.9.22_1171]
    0
    1
    image gravatar rajoute :

    je découvre le site et votre bon résumé du concert du 09/07… mais je ne partage pas votre euphorie quant à la qualité du son ce soir là. Placée dans les tribunes, le son était tout bonnement pourri, une vraie bouillie pour les oreilles! J’ai eu du mal à reconnaître les morceaux et malgré le recours aux bouchons d’oreilles, n’ai pas pu profiter du concert que j’attendais depuis 2 ans.
    Je suis d’accord avec vous à propos des jams: Kravitz a voulu faire « son James Brown » mais il n’en a pas encore l’envergure.
    je suis déçue par cette soirée car la musique n’a pas été mise en valeur techniquement.
    J’ai assisté à nombre de concerts de rock aux arènes et ils avaient une autre qualité…Vous le savez comme moi, ce lieu est magique quand il est correctement utilisé, sonorisé. Alors quoi? Qui pourra nous dire ce qu’a foutu l’ingé-son et comment il a fait son compte? j’aimerais vraiment avoir des réponses!
    En attendant, je reste fan de Lenny mais ne reposerai probablement pas les pieds à Nîmes de sitôt!

    Merci pour votre tribune et à bientôt.

    Flory 😉

    • VN:F [1.9.22_1171]
      0
      1
      image gravatar rajoute :

      Flory,
      Tout d’abord un énorme merci pour ce beau commentaire.

      Je peux parfaitement comprendre ta colère quand on attend avec impatience un concert en payant un billet pas vraiment bon marché.

      De mon expérience, des endroits comme les arènes sont toujours un peu compliqué à sonoriser. Surtout avec l’option « méga basse » de la soirée à regarder les 40 caissons de basse posés au sol spécialement pour la soirée. Et, le niveau sonore de la soirée était élévé, ce qui n’arrange rien.

      J’aurai toujours tendance à conseiller d’être en fosse aux arènes ou alors au premier niveau, dans les sections vomitoire (le nom me fera toujours rire). C’est dans ces deux endroits que le son est toujours le meilleur et également le visuel au top.

      Ne sois pas trop catégorique envers les Arènes : l’ambiance là bas est quand même toujours à part et si magique !