Avis sur un show

07 octobre 2014

Messer Chups @ Poste à Galène (Marseille)

Gros bonnets, Lunettes noires et Rockabilly !

  • 11
  • 3
  • 0
  • 0
  • VN:F [1.9.22_1171]

Evaluation de la Soirée

Note global du concert, 3.7 - 3 votes
VN:RO [1.9.22_1171]
Note internautes, 3.0 avec 1 vote(s)
Note d'Ysabel
Note d'Arnaud

1 : Pas du Tout - 2 : Un Peu - 3 : Moyennement - 4 : Beaucoup - 5 : Passionnement - 6 : A La Folie

Conditions de mise en boîte

Librement, dans une salle déjà bien pleine.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Bon j’avoue : j’avais cru que c’était du Punk plutôt Glamour, un peu comme Demi Mondaine. Ben ouais, c’est un peu l’habitude de nos amis de Désordre Nouveau, plutôt Cold-Wave-Punkien. Et bien ils m’ont bien eu car, sur scène, nos 3 russes nous ont proposé un Rock des années 50/60 digne des diffusions des Batman de la grande époque, où chaque baffe donnait lieu à un « Bamm » écrit en gros.

Allez, pour bien fixer les idées, une p’tite vidéo 🙂

Pour moi, c’est ça Messer Chups !

Mais au lieu d’avoir choisi ce type de séquence pour s’accompagner, Messer Chups diffuse des vieilles séries B (voir Z) des années 60 avec QUE des nanas aux seins nus. Et c’est là que l’on voit qu’à l’époque, le bonnet D voire E était de rigueur… C’est plaisant pour les yeux, il faut le reconnaitre 😉

Le groupe est esthétiquement à l’image de ses titres :

  • Batteur avec lunette noire et une bouille toute ronde de Blues Brothers
  • Chanteur-guitarsite avec une banane (et la banane 🙂 )
  • Bassiste-chantause vamp femme fatale… Peut-être un peu trop statique et détachée du concert, ce sera pour moi le seul petit point sombre.

Côté musique, avec ces montages vidéos et eux sur scène, c’est du pur bonheur en barre. On peut donc facilement comprendre la bonne ambiance dans la salle, excepté une conne de hippie bourrée qui fera chier tout le premier quart d’heure parce qu’elle n’est pas au premier rang (ben c’est ça de rester au bar une plombe !)… Bon, il est vrai qu’il faut sa conne de hippie à chaque concert digne de ce nom !

On sortira du concert fatigué (à plus de minuit), mais avec un sourire figé ! Grand merci aux deux barbus de Désordre Nouveau 😉

Etiqueté par Ysabel :

Après l’excellente première partie de soirée que nous a offert Elektrolux, nous voilà prêts pour découvrir Messer Chups, un autre trio, mais venu de St Pertersbourg cette fois. Alors on m’avait annoncé du Punk-Glam (et je n’avais pas bien compris le concept d’ailleurs), mais je dirais plutôt, à l’écoute de leur premier morceaux, qu’on est dans un style Rockabilly revisité. C’est même tout à fait ce à quoi correspond le look adopté par leur très sexy chanteuse-bassiste Svetlana, aux allures de Dita Von Teese : résilles, talons aiguille, paillettes, coiffure parfaite, maquillage itou et décolleté plongeant !

Autre arme secrète du groupe : leur écran géant. Car celui-ci va diffuser tout au long de leur Set des images noir et blanc ou couleurs, style vieux films d’horreur quand même pas mal teintés cul, mais du genre hyper rétro-ringardes-décalées-rigolottes 😉 Ajoutez à cela un batteur Blues Brothers, avec lunettes noires et chapeau mou, et vous aurez une idée du rendu que nous offre ce groupe russe dont la musique très années 60 me fait par moment penser que je me balade dans un épisode de James Bond ou du Saint.

Morceaux le plus souvent instrumentaux, avec par moment de gros rires diaboliques … Un véritable film qui se déroule à nos oreilles. En fait un son en parfaite adéquation avec les images, qui me font par moment penser à des tableaux de Roy Lichtenstein, qui défilent. Musique instrumentale sur fond de BD, mêlée à des super-héros et des filles faussement effrayées en petites tenues … Ajoutez à cela, un guitariste tout droit sorti du resto de Happy Days, avec sa banane blonde  et sa chemise de bowling … Voilà, c’est ça un Set de Messer Chups 😉 Et perso, je trouve ça très très sympa.

Par contre, ils l’aiment hein la folasse qui hurle en technicolor 😉 Et c’est reparti ! La jeune femme papier glacé qui ne lâche pas sa basse, superbe d’indifférence, pose sont regard aux longs cils sur nous, lèvres carmin entre ouvertes. Derrière elle s’agite un Frankenstein au milieu de danseuses top-less … Pourquoi pas 😉 ?!! Petit essai de micro mi-anglais mi-russe très sexy et transformation de la bassiste en chanteuse, avec une voix de poupée toute en à-coups et en écho, et cet anglais aux R roulés. Je me surprends même à attendre le « Shebam Pow Blop Wizz » qui serait tout à fait à sa place dans leur musique très décalée, très entrainante, très ludique et très visuelle.

Instru avec des cris de chien tout de même (oui oui), et avec bien entendu son écho quasi instantané dans la salle : il n’en fallait pas plus pour faire danser de plaisir le petit groupe qui s’est formé au centre de la salle (au taquet le Poste à Galène ce soir !) Toujours beaucoup d’images de filles quasi à poil, plus kitch tu meurs, qui éveillent les esprits (on a même droit Jayne Mansfield en danseuse orientale ! Je ne sais pas qui leur a fait ce montage, mais c’est un must), et Svetlana se remet à chanter et à glousser sur des rires de Père Noël (ou de Big Foot, au choix), chacun y allant d’ailleurs de son petit cri hystérique … Des calus je vous dit !!

Ça réclame Pop-Corn dans la salle. Mais côté film, on enchaine sur La Revanche De La Créature et son improbable homme-poisson : tout un programme ! Et voilà que c’est notre demoiselle pin-up à nous qui devient l’héroïne du film, avec un Mister Chaussette-Squelette (vous savez les marionnettes qu’on fait en mettant sa main dans une chaussette à qui on a fait des yeux !) qui la poursuit. Le savoureux délire va ainsi durer jusqu’à la fin, avec le guitariste qui mitraille les autres du manche de son instrument avant leur sortie de scène et qui remercie le public longuement avant de partir lui aussi les rejoindre.

Encore une nous demandent-ils en revenant ? Aller, encore une ! Et c’est reparti avec sur l’écran une meuf qui danse seins à l’air, mais avec un casque sur la tête (très important la sécurité, on y pense jamais assez !). Cependant, avant de recommencer, Svetlana nous informe que ce soir, c’est l’anniversaire du guitariste. On chante donc (bon ça, ce n’était peut-être pas la peine vu le résultat !) … Et les voilà qui enchaînent avec un James Bond revisité.

Encore un rappel, et un dernier boogie annoncé comme rapide (pas remarqué qu’il y avait eu du lent jusque-là les gas). En fait, c’est un bis de je ne sais pas laquelle, parce qu’elles se ressemblent toutes beaucoup (c’est d’ailleurs peut-être le seul bémol de le soirée pour moi, mais pas grave vu comment on s’amuse) Quoi que si : C’est celle du Père Noël, je la reconnais !! Sans images du coup (je pense que nous sommes dans le bonus non programmé), mais comme Oleg fait grogner le public, ça fait bien rire la belle et on y retrouve notre compte. Ils quittent la scène de nouveau et nous virent en riant : « A la maison, va dormir ! » Et puis non, ils reviennent une dernière fois pour reprendre leur premier morceau … On relance le film et c’est reparti pour un tour ! Une petite dernière. Une chanson positive nous précise même Oleg. Mais c’est peine perdue : tout la soirée l’a été, pas de souci les Messer Chups !!

Composition

Croisons les doigts, pour le moment nous ne l’avons pas 🙁

Date Limite de Consommation

  • Album défendu : Сhurch of Reverb

Site de Production

Page facebook : https://www.facebook.com/messerchups

Ingrédients

  • Svetlana « Zombierella » Nagaeva : Chant & Basse
  • Oleg Gitarkin : Guitare
  • Boris Israel : Batterie

Remerciements

  • Franck @ Désordre Nouveau
  • Domi @ Désordre Nouveau

Appellations d'Origine Contrôlée

La Zone des Lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.