Avis sur un show

28 août 2014

Oh! Tiger Mountain @ Théâtre des Argonautes (Marseille)

Les Argonautes troquent leur toison d'or contre un pelage de Tigre !

  • 10
  • 1
  • 0
  • 0
  • VN:F [1.9.22_1171]

Evaluation de la Soirée

Note global du concert, 6.0 - 2 votes
Pas d'Evaluation des internautes
Note d'Ysabel
Note d'Arnaud

1 : Pas du Tout - 2 : Un Peu - 3 : Moyennement - 4 : Beaucoup - 5 : Passionnement - 6 : A La Folie

Conditions de mise en boîte

Librement.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Enième concert du Tigre et … énième claque ! Ce gars est un dieu marseillais. C’est simple : si Elvis Presley était marseillais et avait la trentaine, il serait Mathieu Poulain ! Comment décrire autrement ce OT qui feule plus qu’il ne chante, qui envoie la patte sans griffer en direction de son public et qui dégage une énergie sexuelle hors du commun. Voilà Le Rock comme on l’aime ! Sans vulgarité, mais avec juste ce qu’il faut de crasse et de transpiration pour savoir que c’est une danse d’un chaman à son auditoire.

A ses côtés, Pedro essaie de contenir la frénésie, mais il finit comme tout le monde quasi possédé, acceptant de crier et d’envoyer des riffs diaboliques depuis sa guitare.

Putain que c’est bon comme concert !!

La scène marseillaise est vraiment merveilleuse.

Je suis marqué à jamais.

Etiqueté par Ysabel :

Départ de Reliques. Oh! Tiger Mountain et son nouveau compagnon de jeu, Pedro Lopez, se mettent en place sur une scène totalement dans le noir. Nous sommes dans l’expectative … Surtout moi, qui n’ai pas encore eu la chance d’entendre Live ce nouveau duo (jusqu’à présent, je n’ai vu Mathieu partager la scène qu’avec son alter ego Kid Francescoli).

La voix magique de OT monte, multipliée à l’infini. Comme étant son propre écho. Et, éclairé ainsi par en-dessous, il semble encore plus immense. Je retrouve là un Mathieu peut-être un peu plus Rock et un chouilla moins Folk. Le cheveu en bataille. La voix chaude. Son grand corps se cabrant sur la musique … Un Mathieu qui me fait penser : « Mais qu’est-ce qu’il m’a manqué en fait !! »

A ses côtés, Pedro Lopez œuvre sur ses machines disposées sur une peau de bête qui rappelle le nom du tigre, en lieu et place de l’habituel masque. Une belle touche d’Electro qui fait décoller, dans des envolées planantes, la guitare Rock et vibrante de OT. Ce dernier, en un instant, enjambe tout ce qui le sépare de son compagnon de jeu pour venir se cabrer juste devant ses yeux, leurs voix de mêlant dans un même chœur juste avant que Mathieu ne nous lance : « Approchez-vous un tout petit peu. Sur ma vie, je vous en supplie ! »

La voix de Oh! Tiger qui se déforme quelque peu, à grands coups d’échos. Un Pedro qui passe à la guitare. Mélange des sons et des couleurs musicales. Une acoustique aux petits oignons de surcroit … De plus en plus fabuleusement séduisant tout ça dites-moi ! Puis le fauve se lâche et se met à chanter hors micro, avant de revenir hurler dedans. Un Set sacrément pêchu. Sacrément Rock aussi. En un mot, un Set qui décoiffe carrément.

Petit strip-tease pour tomber sa veste, et je découvre même un showman comme je ne l’avais encore jamais vu l’être. En mouvements perpétuels. Utilisant toutes les infinies ressources de sa voix. Petit piano à vent pour Pedro et nous voilà partis pour un Soldier en musique d’église, avec cette incroyable voix qui monte dans les cintres. C’est au final un duo très différent de celui formé avec Kid Francescoli et pourtant tout aussi top. Impossible de ne pas être entraîné et même embarqué dans leur monde, passant, avec une incroyable facilité, de l’Electro au planant le plus total.

Oh! Tiger pose ensuite sa guitare pour venir nous voir, ménageant de véritables tête-à-tête avec des spectateurs, posant une main sur l’épaule de l’un ou venant s’assoir aux côtés d’une autre. Plus extraverti que jamais … Transitions pleine de machines et intros parlées en voix-off. Incroyable comme ce chant est pénétrant. Un truc qui monte inexorablement et irrésistiblement en toi en quelque sorte.

Voix off sortie d’un film. Intro Blues-Rock de leurs deux guitares. Un véritable crooner notre Tiger ce soir. Et ce déhanché, mais ce déhanché !! Petite ligne de drum façon Electro (c’est dans ces moments là qu’il nous manque notre Kid). Ils se font plaisir à se répondre ainsi comme des fous, avec beaucoup de jeux de scène auxquels je n’était pas forcément habituée (il est totalement barjo ce Mathieu) et par-dessus cela, un de ces déchainement de voix … Que du bonheur ! Il en vient même à sauter à nouveau dans la salle, mais guitare au poing cette fois, pendant que Pedro Lopez hurle dans son micro. S’en suit une chorégraphie des plus improbables, sur une musique quasi expérimentale à présent. Décidément, il m’étonnera toujours !

« Tout le monde se détend : il y a des chats dans le bâtiment » … Mais bien sûr ai-je envie de dire ! Il nous annonce même une mise à « tout nu ». Bon. Ok. Enfin, pour le moment, seul le gilet de costume et quelques boutons de chemise ont sauté. J’attends la suite (et je ne suis peut-être pas la seule 😉 Par contre au programme sur scène, ce sont des « lâchées » de plus belle. Avec OT qui se retrouve même à genoux devant Pedro. Puis tête baissée et guitare en l’air … Sincèrement, non pas que d’habitude ce soit un bonnet de nuit, mais je ne l’ai jamais vu comme ça !

Changement de guitare en plein morceau, pour cause de corde cassée, mais sans cesser ni de chanter, ni de danser (très belle pref !) Encore quelques boutons de chemise qui se retrouvent ouverts (on va y arriver au final !) et il nous salue un verre à la main : « Hey, c’est la dernière. C’est le rappel. C’est maintenant. Alors vous sautez, que j’ai encore envie d’en découdre !! » Ok. La dernière donc. Alors pourquoi a-t-il encore une chemise (ouverte cette, mais toujours présente) et son pantalon ?!? Petite taquinerie au passage à Pedro, et c’est parti pour l’intro de Little Red Cells, qui commence à capella. Mais cette fois, c’est Lopez qui sera à la guitare, Oh! Tiger ayant simplement pris place au micro. Image de lui à genoux, qui se laisse tomber en arrière (juste avant le petit pont musical) … Il est vraiment au taquet ce soir ! Il vient « pêcher » à nouveau dans la salle (y’a vraiment de ça). Il s’agenouille encore, mais devant la scène. Remonte. Grimpe sur la peau de bête qui recouvre la table … Un fou furieux ce soir je vous dis !!

Et quand ils quittent tous deux la scène, il semblerait que ce soir pour de bon. Mais le public ne l’entend pas de cette oreille. Mathieu revient donc, seul, en nous disant : « Ok. je sais pas ce que je peux faire … Parler un peu de drogue, et de politique aussi. C’est important ! » Lui, la guitare : Que du bonheur. Ça c’est du rappel ! Un petit moment de pure félicité, comme il en existe parfois. Avec un Oh! Tiger Mountain totalement habité, un peu comme s’il était un autre … Juste magique !

Composition

  1. The Start Of Whatever
  2. New Religion
  3. He’s Not Alone Anymore
  4. YourMostProminentSon
  5. Lovvers
  6. Soldier/Not A Soldier
  7. A Crow’s Still A Bird
  8. There Is A Way
  9. Marseille
  10. Little Red Cells
  11. 1er Rappel : Or The Drugs

Date Limite de Consommation

  • Album défendu : The Start Of Whatever

Site de Production

Site officiel : http://ohtigermountain.bandcamp.com

Ingrédients

  • Mathieu Poulain : Chant & Guitare
  • Pedro Lopez : Guitare & Machines

Remerciements

  • Anthony @ Reliques

Appellations d'Origine Contrôlée

La Zone des Lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.