Avis sur un show

01 mars 2014

Moussu T @ Musée Antique (Arles)

Moussu T ... Voguant entre ciel et mer.

  • 16
  • 0
  • 0
  • 0
  • VN:F [1.9.22_1171]

Evaluation de la Soirée

Note global du concert, 4.7 - 3 votes
VN:RO [1.9.22_1171]
Note internautes, 6.0 avec 1 vote(s)
Note d'Ysabel
Note d'Arnaud

1 : Pas du Tout - 2 : Un Peu - 3 : Moyennement - 4 : Beaucoup - 5 : Passionnement - 6 : A La Folie

Conditions de mise en boîte

Librement dans le musée.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Nous aimons Les Suds à Arles, festival où nous avons pu voir en été Rokia Traoré et, auparavant, Anoushka Shankar. En hiver, c’est dans des cadres plus intimistes que nous avons pu entendre Piers Faccini au milieu des statues de pierres, à quelques mètres du concert de ce soir.

Cette fois, dans la nouvelle extension dédiée à la barge antique, Moussu T n’est pas entre deux eaux, mais bel et bien en plein dans son élément : Près de la mer, des ouvriers navals et du soleil.

Leur concert, dédié aux ports, sent bon l’iode et l’oursin, dans une atmosphère bon enfant … Comme une sorte d’hymne à la détente.

Après une grosse demi heure, nous voguons déjà vers d’autres terres et le coeur rempli de Méditerranée.

Etiqueté par Ysabel :

Comme nous l’avions fait pour Piers Faccini, c’est dans une ambiance très bon enfant que nous nous retrouvons au Musée Antique d’Arles, dans le cadre du rituel Le Revivre (entre deux festivals) … Quelques chaises sont disposées, mais surtout des tapis pour s’installer par terre « comme à la maison », devant la petite scène montée dans la nouvelle extension du bâtiment.

Le public est varié, sage et familiale, pour ce premier concert avec Les Suds A Arles présenté dans cette partie du musée (inaugurée en 2013). Un espace presque prédestiné, puisque consacré aux activités portuaires de l’ancienne ville d’Arles. Avec surtout la magnifique barge gallo-romaine découverte en 2004 et qui a refait surface en 2011, afin d’être traitée et installée ici pour sa présentation au public.

Tout un univers sur mesure donc pour Moussu T en version duo, qui va s’installer devant la vitrine dédiée aux ouvriers du port. Fabrice Denise (le conservateur du musée) leur laissant la place après une courte introduction, pour nous faire part du programme de la soirée : une demi-heure avec Tatou et Blu, les deux fondateur de Moussu T. Puis rendez-vous à 19h30 à la Salle des Fêtes pour la projection d’une vidéo  sur les soirées de l’année dernière et, pour finir, un concert de Moussu T e lei Jovents « Sur un air Trenet » à partir de 20h00.

Ils traversent au milieu de nous et montent sur la scènette : « Bonsoir … On est bien, on se croirait chez nous. Mais les bateaux sont un peu plus neufs chez nous ! ». Et pour entrer tout de suite dans le vif du sujet et quitter le port de La Ciotat, on va Desamarra ! (Comprenez : Enlever les amarres). Une belle ballade chant et guitare en provençal. Un chant tout d’abord solitaire, qui devient duo pour cette histoire de marins … Embarquement immédiat pour le chantier naval, dont Tatou nous parle. Salutation au courage de cette centaine d’hommes qui l’ont occupé durant 11 ans, pour permettre de le maintenir en vie. Et que voit-on de La Ciotat quand on on ouvre la fenêtre ? Plein de belles choses !!

On alterne les chansons en provençales et celles en français. Mais elles ont toujours en commun qu’elles sont emplies de soleil et de douce nostalgie. Deux baladins de la mer, devant leur valise à malice, qui nous emmènent voguer sur Leur Méditerranée.

Puis on se déplace, pour monter sur les hauteurs de la ville. On regarde la mer de là-haut, avec ces bateaux un peu plus tristes, emplis de clandestins venus sur nos côtes pour chercher une autre vie. Très belle intro à la guitare de Blu pour Sus L’autura. A chaque fois, un nouveau voyage, avec un peu plus de mélancolie dans la mélodie pour celui-ci. Un chanteur comme accroché à son micro. Un guitariste qui le rejoint pour les chœurs … Comme si cet endroit était juste fait pour eux deux.

« On peut pas jouer du Rock n’Roll, vous allez casser des amphores ! »Donc, ils vont continuer à nous plomber, comme ils disent. On va imaginer un truc incroyable : Il pleut à La Ciotat ! C’est l’histoire d’un mec qui est là, sous la pluie, mais qui s’en fout parce qu’une petite l’attend dans sa chambre, pour lui « lever les voiles » (parce qu’il y a des enfants !) Et, quoi qu’ils en disent, ils ne nous dépriment pas pour deux sous. Au contraire, la chanson est enlevée et très gaie. Chantante et dansante, comme leurs voix, avec la petite pointe fleur bleue qui le fait bien.

Petit aparté sur une personne qui lui a donné de la poutargue dans la queue tout à l’heure : « Je navigue !! » Et naviguer, c’est ce que font les morts à La Ciotat. Parce que la coutume veut que l’on jette les cendres à la mer, dans les calanques du Mugel, pour que les défunts puissent ainsi revenir lécher les orteils des Pitchounettes allongées sur la plage (pour ceux qui ont eu une belle vie … Pour les autres : on ne sait pas !) Ils plaisantent sur la sagesse du public, surtout celle des enfants et, comme toujours, même avec un tel sujet, ils réussissent à nous faire sourire.

On va aussi parler un peu de Marseille. Une chanson un peu nostalgique sur cette ville qui a beaucoup changé, avec moins de vrais quartiers faits de vrais rencontres et de vie. Eux préfèrent évoquer le Marseille d’avant, lieu cosmopolite et vivant. La voix de Tatou se fait plus vive, partant dans les aiguës sur le refrain. Une très belle évocation de la citée phocéenne de nos vieux. Un peu image d’épinal, mais qui fait rêver les esprits.

Marseille, Arles, La Ciotat : C’est le même amour de la mer. Mais à La Ciotat, on a en plus inventé la terre ronde et aussi le bateau cousu ! Tout au long de leurs historielles, ils nous font en plus un numéro de duétistes, avec Blu qui marque le Set avec humour de ses petits commentaires, de-ci, de-là. Un très joli duo, dans tous les sens du terme. A présent, c’est une invitation à plonger pour trouver un poulpe … « Voie de l’intelligence et de l’évolution » parait-il. Une sorte de leçon d’humanité, énoncée par un gros encornet ! Peu conventionnel, mais pourquoi pas !! Chanson faites de rimes en our : un  exercice de style selon Monsieur Tatou ,)

Mais parfois, il faut hélas quitter La Ciotat et c’est une grande source de stress. C’est aussi ce qui donne une belle chanson d’amour et d’adieu à la fois. Il faut l’aimer son pays pour souffrir ainsi de le quitter … Une petite dernière pour la route, sur un texte de Frédéric Mistral, composée pour le centenaire de sa mort. « Et Frédo, il a de belles chansons quand même ! » On va prendre une galère et, plus on sera, moins on sera fatigués !! Ça taquine sur les faux airs de statue de César de Tatou, « mais en vieux ! » Alors, ramons tous ensembles. Faisons un derniers tour sur la mer Méditerranée … Et franchement, quand sa voix prend de l’écho, on s’y croirait sur leur navire ! Ils nous disent au revoir et à tout à l’heure, pour un répertoire un peu plus joyeux.

Mais comment se quitter sur une note triste ? On peut pas ! Alors c’est parti pour un dernier petit tour du côté de Lo Gabian !! Et comme on est dans un musée antique, Tatou nous sort l’instrument des premiers temps … Le Kazoo antique ! Le pire reste pourtant à venir : il nous faut faire les goélands (ou les mouettes, ou ce que l’on peut !) « Même à Manosque ils savent le faire !! » Les nôtres sont franchement pourris. Pas grave, on a le droit de les faire quand même et cela donne évidemment un doux bordel. Mais, pour finir sur une note de gaieté, c’est gagnant ! Et surtout, ça fait beaucoup rire les enfants, qui se font d’ailleurs reprendre pour n’avoir pas bien bouché leurs oreilles sur « Battre les couilles ». Le duo pince-sans-rire bat son plein, à grand renfort de Kazoo et de « Aller : Gabians à fond !! », avant de nous inviter à les suivre dans la suite de cette belle fin de journée …

Composition

  1. Desamarra !
  2. Par La Fenêtre
  3. Sus L’autura
  4. Me’n Garci
  5. Lo Libre Salabrum
  6. Bons Baisers De Marseille
  7. Embarcatz
  8. Tentacules
  9. La Professeur De Mon Cœur
  10. Soulomi
  11. 1er Rappel : Lo Gabian

Date Limite de Consommation

  • Album défendu : Artemis

Site de Production

Page Officiel : http://moussut.ohaime.com

Ingrédient

  • François Ridel dit Tatou : Chant & Kazoo
  • Stéphane Attard dit Blu : Guitare & Chant

Remerciements

  • Marie @ Les Suds à Arles

Appellations d'Origine Contrôlée

La Zone des Lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.