Avis sur un show

01 mars 2014

Moussu T e lei Jovents @ Salle des Fêtes (Arles)

Y’a D’la Joie !!

  • 10
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • VN:F [1.9.22_1171]

Evaluation de la Soirée

Note global du concert, 4.7 - 3 votes
VN:RO [1.9.22_1171]
Note internautes, 6.0 avec 1 vote(s)
Note d'Ysabel
Note d'Arnaud

1 : Pas du Tout - 2 : Un Peu - 3 : Moyennement - 4 : Beaucoup - 5 : Passionnement - 6 : A La Folie

Conditions de mise en boîte

Librement dans la salle.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Sitôt le concert du Musée finit, nous partons pour la salle des fêtes d’Arles ! On rentre assez rapidement dans cette assez belle salle qui a une âme et, aux vues de l’affluence, qui a aussi un bon bar 🙂 .

C’est d’ailleurs à priori plutôt le bar qui intéresse les présents pour la première partie dédiée à Trénet. On ne sent pas vraiment l’attention, si ce n’est des personnes assises, qui sont presque en minorité malgré déjà un joli taux de remplissage. C’est dommage et c’est même un peu perturbant, alors que sur scène c’est de la bonne musique, dans une super bonne ambiance. J’en écouterai pas 2h, mais ces 9 chansons passent bien pour le rockeur anglo-américain que je suis.

La seconde partie, exclusivement consacrée à des morceaux de Moussu T e lei Jovents verra un revirement brutal dans le public : Le premier rang s’évapore pour laisser place à une mini fosse plus que remplie par toutes les personnes qui ont envie de s’éclater sur ce répertoire si particulier. Et je pense que ce sont ceux du bar car, à l’inverse, ça devient plus calme là-bas et on sent la salle beaucoup plus chaude et à l’écoute.

La dizaine de morceaux chantées le seront sur la même bonne ambiance, mais avec un réel échange avec le public et c’est plaisant et rigolo. Si l’on veut une musique qui sent bon la Provence, alors c’est le groupe de rêve ! On fera avec le public les fous et de superbes mouettes sur Lo Gabian et on hurlera que La Ciotat est le meilleur coin du monde (mais chut, je ne le crois pas, le top pour vivre c’est Rio de Janeiro !).

En parlant de Rio, je regrette un peu l’absence du leur percussionniste brésilien. Il n’avait peut-être pas sa place dans le registre de la soirée plutôt très Provence, mais j’aurai aimé entendre un peu de ce beau pays ce soir. Tant pis ! Rien ne dit que l’on n’aura pas une autre occasion de le voir ;).

Etiqueté par Ysabel :

Après Moussu T en duo au Musée Antique d’Arles, tout le monde à la Salle des Fêtes où nous avons droit, comme promis, à la projection d’un petit film de rétrospective pour la saison 2013 des Suds A Arles. Nous y retrouvons notre beau théâtre antique et surtout les magnifiques soirées qu’il nous a offert en Juillet dernier. Un montage son et lumière très bien orchestré, regroupant les représentations dites traditionnelles, mais aussi les sessions au musée, à l’Espace Van Gogh et dans les étendues des marais … Puis, petit rappel de présentation de la suite de la soirée (avec concert et même paëlla, pour ceux qui voudront prolonger plus tard  dans la nuit).

Alors, en résumé, Les Suds A Arles cette année ce sera du 14 au 20 Juillet, mais ce soir, c’est une revisitation de Trenet qui est au programme, en collaboration avec la SACEM et sur une idée venue pour marquer le 10ème anniversaire du Festival.

Nous retrouvons donc sur scène la troupe de Moussu T e lei Jovents au complet cette fois, avec Monsieur Tatou, qui nous lance « Bienvenue sous la mer ! » en introduction de La Java Des Scaphandriers. Il y a aussi notre guitariste Blu bien sûr, mais passé au banjo à présent. La blouse en jean et le couvre chef sont de rigueur. Je ne vois pas trop le rapport avec Trenet pour le moment, mais ce petit côté musette, eux postés sous leurs lampadaires douche … Cela donne un ensemble plutôt plaisant et rigolo. Et la musique est très entrainante en tous cas !

Y’a D’la Joie part au banjo … Mais non ! Ce sera N’y Pensez Pas Trop. L’esprit est toujours dans la musette esthétiquement parlant, mais on est pile poil dans le registre chansonnier pour ce qui est de leurs interprétations. Toujours à leur sauce bien sûr ! Ils reconnaissent d’ailleurs avoir un peu triché en préparant « ce truc sur Trenet », avec des adaptations en provençal (ce qui avait déjà été fait par Guy Bonnet il y a quelques années). Alors, on repart sur une chanson qui parle de mécanique : « Je t’attendrais A La Porte Du Garage … » C’est tout ce que j’arriverai à capter dans la langue de Mistral !!

Tout est introduit comme ça, sur le mode de la plaisanterie, avec des petites vannes entre eux. Comme cette chanson autobiographique : « J’ai connu la même dame que Charles ! » et Tatou qui tâte le public pour savoir s’il la connait aussi. On est sur un thème presque andalous pour l’intro, avec le numéro de duettiste pince sans rire de tout à l’heure qui reprend du service (et y’a pas à dire : il fonctionne à merveille !) On est à la limite du café théâtre, avec de vrais chansonniers, dans les règles de l’art.

Le running gag de Y’a D’la Joie revient quasi entre chaque morceau, avec Blu qui insiste et Tatou qui lui répond qu’elle ne se fera pas ce soir, et puis c’est tout ! Donc, non. Mais à la place, Que Reste-T’il De Nos Amours en provençal … Pourquoi pas ? Avec ce petit banjo, le rendu est plutôt emballant (et Kazoo or not Kazoo ?!? Et ben oui : Kazoo !!) Par contre, dans l’arrière salle, c’est un sacré bordel. J’espère qu’ils n’ont pas déjà attaqué la paëlla !!

Ils veulent passer à une chanson d’actualité maintenant, puisqu’elle parle des intermittents … Mais Blu montre la Setlist et remet ça avec son Y’a D’la Joie ! Tatou tient bon la barre et repart sur une histoire d’âne et de gendarme (tout va bien 😉 !!), avec le chœur des marins pompiers derrière !! Mais bon, après cette diversion, retour sur les intermittents, les jeunes et la Setlist. Une chouette histoire de chanteur qui monte à Paris et qui finit par se pendre … Que du bonheur ! Enfin, ce qui compte, c’est que le public est ravi et qu’il frappe dans ses mains. Les comiques troupiers chambrent sur l’absence de la mer à Arles. Et commence alors un joli cha-cha-cha pour La Mer en provençal, avec des chœurs façon gabians.

On termine la session spéciale Trenet avec la chanson de L’Ours qui tourne au grand n’importe quoi avec tous leurs commentaires off. Il nous est d’ailleurs demandé de les aider dans cette lourde tache, alors qu’ils quittent la scène en faisant les ours et en nous lançant : « Continuez … Lâchez-vous !! », en nous laissant avec le percussionniste et le bassiste pour une conclusion joliment jazzy.

Vous l’aurez compris, cette fin n’en est pas une, puisqu’elle ne marque que la fin du Set dédié à Trenet, pour passer à celui de leur répertoire original. Ils reviennent donc sur scène en commençant par remercier Pat au son, Dominique aux lumières, Delphine « qui nous supporte ! » et Manu qui produit nos disques … Personne ne semble être oublié. Le batteur prend même le relai pour une auto-promo en musique (j’avais jamais eu ça !) Et nos deux ours qui regagnent leur place avec encore une allusion à Y’a D’la Joie !! Mais non, non, toujours pas ! Ce sera plutôt un jazz Gna-gna-gna en provençal (un nouveau genre sans doute). On passe en français ? Ok : C’est pareil !

Quant à la mode pour cet été à La Ciotat : Bikini, avec que le haut ! (soyez-en averties les filles !!) Ils s’éclatent et nous racontent absolument n’importe quoi. « On danse ? Arlésiens, arlésiennes : Avez-vous des bras ?!? » Ça peut se faire et c’est juste ce qu’il faut pour danser assis, avec ce provençal qui s’habille du soleil des Antilles pour Bolega Banjo. Pour Mademoiselle Marseille, ce sera toutes les filles debout devant. Et pour Maluros Qu’a Un Trabalh, tout le monde debout pour danser !

Après ces spéciales dédicaces aux filles « ordinaires » (au sens noble du terme), ce sera notre seconde chance pour nous rattraper sur Lo Gabian. Reste encore quelques cacatoès semble-t-il, mais dans l’ensemble, on ne s’en sort pas si mal. Surtout qu’il y en a même qui dansent comme des pingouins tout devant 😛 !

Bref. Petite interro surprise : Quelle est la spécialité d’Arles ? La gardianne. Celle de Martigues ? La poutargue. Et celle de La Ciotat ? Ben les filles !! En fait, on pourrait dire de Moussu T que ce sont les Boby Lapointe de La Ciotat, mais version provençale et qui arrivent même à rendre le banjo Rock n’Roll ! Avec danse traditionnelle des bras pour Manivette et son doux mélange de provençal et de musique des îles … Dernier morceau annoncé, avec une intro de ouf demandée à Blu, qui nous ressort quoi … ? Y’a D’la Joie bien sûr !! Jusqu’au bout on y aura droit, sans jamais l’avoir ! Et cette dernière fois ne manquera pas à la règle … Ce sera espagnol et non Trenesque, pour passer cette dernière chanson de la soirée avec les pitchounettes A La Ciotat, tous debout, et avec Moussu T e lei Jovents qui quittent la scène sur de grands au-revoir des bras (comme quoi eux aussi connaissent la fameuse danse des bras !)

Composition

  1. Set Reprise Charles Trenet : La Java Des Scaphandriers
  2. N’y Pensez Pas Trop
  3. A La Porte Du Garage
  4. Dans Paris Y’a Une Dame
  5. Que Reste-T’il De Nos Amours
  6. L’Ane Et Le Gendarme
  7. Je Chante !
  8. La Mer
  9. L’Ours
  10. Set Moussu T e Lei Jovents : Lei Rainards
  11. Sur Ma Serviette
  12. Bolega Banjo
  13. Mademoiselle Marseille
  14. Maluros Qu’a Un Trabalh
  15. Forever Polida
  16. Lo Gabian
  17. Mar E Montanha
  18. Manivette
  19. A La Ciotat

Date Limite de Consommation

  • Album défendu : Artemis

Site de Production

Page Officiel : http://moussut.ohaime.com

Ingrédient

  • François Ridel dit Tatou : Chant & Kazoo
  • Stéphane Attard dit Blu : Guitare & Banjo
  • Denis Lo Bramaire : Batterie
  • Stéphane Lopez dit Déli K : Percussions
  • Freddy Simbolotti : Basse

Remerciements

  • Marie @ Les Suds à Arles

La Zone des Lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.