Avis sur un show

27 mars 2013

Julien Clerc @ Silo (Marseille)

Et Si On Chantait ...

  • 8
  • 0
  • 1
  • 0
  • 0
  • VN:F [1.9.22_1171]

Evaluation de la Soirée

Note global du concert, 5.0 - 2 votes
Pas d'Evaluation des internautes
Note d'Ysabel
Note d'Arnaud

1 : Pas du Tout - 2 : Un Peu - 3 : Moyennement - 4 : Beaucoup - 5 : Passionnement - 6 : A La Folie

Conditions de mise en boîte

3 premières chansons avec l’interdiction de bouger ! Ayant fait un mauvais pari, je me suis trouvé trop loin, avec Julien quasi constamment caché ! C’était frustrant, je suis retourné assez vite à ma place où j’ai fais quelques photos pour sauver la session.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Très heureux d’avoir vu en concert ce géant de la chanson française à la voix si unique !

Pour être parfaitement franc, j’ai été un peu désarçonné par la première moitié du concert plutôt réservée aux « initiés » (ben oui, je suis plutôt néophyte). Le public était d’ailleurs plutôt calme pour cette partie. Et pour vraiment tout dire, j’était énervé de ma session photo ! Il me fallait l’oublier et passer à autre chose !

Pour moi, le moment pivot fut à partir de L’Assassin Assassiné qui m’a tout simplement bouleversé et les hits suivants m’ont définitivement fait entrer dans le Live. Et ce fut alors que du bonheur !

Je suis sorti sur mon petit nuage au final … Allez un petit regret : j’aurai voulu entendre Femme Je Vous Aime (oui oui, suis un néophyte chiant et exigeant 🙂 )

Etiqueté par Ysabel :

Une fois n’est pas coutume, nous sommes les premiers à monter l’escalator du Silo ce soir. Puis nous prenons place en plein milieu de l’orchestre … Et oui : Julien Clerc je l’aime et j’assume !!

La scène ouverte présente deux pianos et une estrade pour la percu, sur fond de lumière bleue nuit et à 20h10, comme promis, il entre sous une bien belle acclamation. Il est seul pour commencer. Prend place derrière son piano sous une douche de lumière. Sa voix est juste parfaite, avec ce vibrato qui lui est si particulier. La musicalité toute en simplicité. Les textes pleins de poésie et l’ambiance plutôt religieuse.

Il va se lever, tout sourire, à la fin de chacun des morceaux, juste pour saluer les applaudissements. Il va nous parler aussi, avec toujours une réponse d’un public qui, soyons clair, est totalement fan. Et comment faire autrement … A chaque fois c’est une histoire, avec toujours cette sensation qu’il parle vraiment de lui, ce qui donne cette incroyable sensation de partage.

«Avez-vous envie de chanter ? Oui ?! Alors je crois que le refrain de celle-ci est facile …» La scène s’est allumée de rouge, avec les deux musiciens qui l’accompagnent qui ont fait leur entrée. Ils ont tous trois pris place sous de drôles de panneaux qui renvoient la lumière. Et la salle chante Le Petit Vieillard Qui Chantait Mal.

Les jeux de lumière sont superbes. La musique nous raconte de belles histoires … On se prend à avoir le cœur d’un titi parisien … «Un jour merveilleux pour être amoureux …» Et oui, nous aussi on a envie d’être amoureux comme ça, avec ce petit côté désuet et romantique.

Et puis il nous raconte aussi sa belle histoire d’amour avec le public … «Je faisais le compte cet après-midi de tous les endroits où je vous ai donné rendez-vous … Merci pour toutes ces joies !» Mais cette fois-ci, le spectacle est différent de celui de l’année dernière, qui comptait plus de monde et qui était plus grand. Nous allons partager un répertoire avec des chansons peu ou pas connues et puis d’autres pas chantées depuis longtemps … Comme Ça Fait Pleurer Le Bon Dieu. Et tout se fait toujours avec son magnifique et désarmant sourire, devant un public aux anges. Et à propos d’anges, il nous interprète un Mon Ange de toute beauté, uniquement accompagné des deux pianos. Aurore Crévelier qui chante les refrains avec lui, qui se ballade entre les deux piano. C’est vraiment superbe, juste comme cela.

Le Set se déroule ainsi, comme les nouvelles d’un même livre. Piano, violon, flûte et xylophone s’alternent et se mélangent. Mêlées aux chansons peu connues, se trouvent de véritables morceaux cultes de son répertoire, comme par exemple Ivanovitch, et c’est cela que le public est venu chercher.

Il nous raconte également son parcours, ses choix, ses inspirations … Avant Qu’on Aille Au Fond Des Choses, la seule musique qu’il n’ait pas composée, puisqu’elle l’a été par Maxime Le Forestier, un de ses amis et auteurs. Il va d’ailleurs lui rendre hommage, à lui ainsi qu’à la générosité de tous les auteurs qui ont eu la gentillesse (nous dit-il) de lui donner des textes pour qu’il puisse les mettre en musique … Et ils nous cite pèle-mêle : Marceline Desbordes-Valmore (à qui il n’a pas demandé son avis remarque-t-il amusé !), Françoise Hardy, Jean-Loup Dabadie, Carla Bruni, Luc Plamondon … et bien sûr son alter ego Etienne Roda-Gil, auteur entre autre de celle-ci : Si On Chantait, repris par une salle balayée de lumière.

Retour au piano. Les panneaux en fond s’illuminent d’arabesques. Encore un titre que toutes les lèvres murmurent … Le Patineur. Puis on repasse du sourire complice et attendri au tourment et à la batterie des Menhirs. Parce qu’il a cette façon si particulière de chanter l’amour avec des mots et une musique qui me parle, comme quelque chose de physique.

Et puis il y a aussi les grandes causes. Les vrais combats. En 1978, retour de Toulouse en train, après le procès d’assise d’un assassin récidiviste qui risquait sa tête. Norbert Garceau, défendu par son ami Robert Badinter «qui avait fait de la peine de mort l’affaire d’une vie». Chanson écrite avec Jean-Loup Dabadie dans un wagon. Il est seul dans une lumière rouge sang, avec ces paroles qui claquent … «Paroles et musique de personne … Je ne suis président de rien. Moi je ne suis qu’un musicien … Le sang d’un condamné à mort, c’est du sang d’homme, s’en est encore … Un Assassin Assassiné …» Un de ces moment qui vous font dresser les poils sur les bras et qui vous laissent tout chose.

Mais pour ne pas nous laisser sur cette note si bouleversante, la fin du Set sera définitivement plus festive, tout autant par les textes des chansons choisies, que par le fait que toute la salle va se mettre à chanter pour ne plus s’arrêter jusqu’à la dernière note. Adélita, très rigolote au piano et xylophone. Je Dors Avec Elle et à chaque fois, les 3 premières notes suffisent pour reconnaitre le morceau. Mais à chaque fois aussi, malgré cela, la musique re-visitée sait nous surprendre. Un Partir très lent au départ, comme pour prendre son temps … Et qui s’accélère pour une fin en véritable fête.

Melissa, évidemment, et la moitié de la salle qui est debout, mais surtout tout le monde qui chante et qui marque le rythme de sa clappe. Avec une fin à capella et un joli petit coup de fesse rien que pour nous 😉 !! Et … Et … Et … Cœur De Rockeur bien sûr !! Et bien oui, je chante aussi (je vais me gêner) et je peux même vous assurer qu’à deux pianos, ça le fait carrément pour un bon vieux Rock n’Roll des familles !

Il va y avoir rappel bien sûr (et deux même !) Avec, pour le premier, Ce N’est Rien repris en chœur et un Lili Voulait Aller Danser à vous donner des fourmis dans les pattes. On danse. On s’éclate. Et lui se met à jouer du piano debout !

Standing ovation. Ils sont encore en train de saluer que le public crie déjà «Une autre !!» Et même si ce second rappel était prévu, il a vraiment l’air très heureux de partager ce moment avec nous, ici et maintenant. Ce sera alors à notre tour de chanter pour lui Ma Préférence. Il nous fait signe avec son plus charmant sourire quand nous sommes trop bas d’un ton et, au final, je trouve que c’est de la pure arnaque, puisqu’il n’aura même pas besoin de le chanter ce rappel, le fourbe 😛 !!

Composition

  1. Les Séparés
  2. Fou, Peut-être
  3. Le Petit Vieillard Qui Chantait Mal
  4. Hôtel Des Caravelles
  5. Ça Fait Pleurer Le Bon Dieu
  6. Mon Ange
  7. Si Tu Reviens
  8. Ivanovitch
  9. Avant Qu’on Aille Au Fond Des Choses
  10. Si On Chantait
  11. Le Patineur
  12. Les Menhirs
  13. La Fille De La Véranda
  14. A Mon Age et A L’heure Qu’il Est
  15. L’assassin Assassiné
  16. Double Enfance
  17. Adélita
  18. A La Fin Je Pleure
  19. Je Dors Avec Elle
  20. Déranger Les Pierres
  21. Partir
  22. Melissa
  23. Le Phare Des Vagabondes
  24. Cœur De Rockeur
  25. 1er Rappel : Ce N’est Rien
  26. Lili Voulait Aller Danser
  27. 2ième Rappel : Ma Préférence

Date Limite de Consommation

  • Ce concert s’inscrit dans la tournée Pianistic qui se termine le 19 Juillet 2013 à Spa
  • Album défendu : est-ce encore nécessaire après près de 40 ans de carrière ?

Site de Production

Site Officiel : http://www.julienclerc.com

Ingrédients

  • Julien Clerc : Chant & Piano
  • Aurore Crévelier : Piano
  • Dominique Spagnolo : Piano, Violon, Marimba, Flûte & Percussions

Remerciements

  • Stephan @ ConcertAndCo
  • Esther @ Adam Concert

La Zone des Lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.