Avis sur un show

29 janvier 2011

Moriarty @ Akwaba (Châteauneuf de Gadagne)

Un magnifique moment, tant par le lieu que par le groupe !

  • 1
  • 2
  • 0
  • 0
  • 0
  • VN:F [1.9.22_1171]

Conditions de mise en boîte

Librement sur la passerelle supérieure. Photos validées par Air Rytmo  (Cie Aérienne de Moriarty).

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Second concert de Moriarty, qui enlève une part de surprise mais pour mieux s’imprégner de la musique : C’est vraiment un groupe fabuleux qui, à l’image d’un Dionysos sait créer son atmosphère et son ambiance et allie parfaitement la musique au décor. Un concert sans faute, avec énormément d’émotions.

Le public c’était déplacé en masse et il avait raison ! C’est un groupe à ne pas louper et je suis déjà prêt à les revoir !

Etiqueté par Ysabel :

Le décor est planté pour Moriarty : pile de valises anciennes sur le côté et guitares alignées sur leur socle … Lumière chaude et écran en fond de scène. Le film démarre : la petite voiture qui tourne sur un vinyle joue du Morricone … Ils prennent place dans le noir. Rosemary apparait la première dans la lumière, avec sa petite robe rétro et son blouson noir (et toujours la petite touche spéciale : chaussettes de footballeur et talons hauts !) Commence alors leur bal nonchalant et dégingandé.

On a les intros faite de sa voix si particulière, avant quasiment chaque morceau …. «C’est l’histoire de cet homme qui est mort et qui ne le sait pas …»

Leur look est exceptionnel (à leur habitude). On a Thomas en roi de l’harmonica, avec sa ceinture d’instruments. Et puis Arthur, Stephan, Charles … Bretelles rouges, écharpe orange, chapeau de paille …. A chaque fois que je les vois et que je les entends, j’ai un petit parfum de O’Brother des frères Coen qui me vient.

Le thème des chansons n’est pas non plus innocent. Ils ont écrit Sellars pour le plus jeune des condamnés à mort. La voix de Rosemary est d’une extrême intensité sur ce morceau. Et leur son si particulier est aussi le fruit du choix de leurs instruments : l’association guitares, harmonica, contre-basse et piano à soufflet apporte une richesse et un timbre fantastiques.

Le set et les «histoires» de Rosemary se suivent et ne se ressemblent pas … «Une femme … 1928 … son amant est en retard sous la pluie de mousson : drame» (Intro de Mahjong). Parfois, elle met ses petites lunettes, les garçons se déchaînent, le son est fantastique (pour ça, jamais l’Akwaba ne déçoit !) C’est juste parfait et le public ne s’y trompe pas. C’est un tonnerre d’applaudissements.

On va aussi servir de cobaye pour leur prochain album (en vente dans toutes les bonnes crémeries en Avril) et on ne va pas le regretter. A cette occasion, on nous présente Shane (toute nouvelle guitare), «nouvelle arrivée dans le groupe» et qui vient d’Australie. Elle va accompagner comme une reine ce nouveau morceau, qui est juste féérique …

Ensuite, Rosemary s’assoie sur scène et la salle tente faire de même à la demande d’Arthur : «Et oui, c’est le bordel … Mais c’est sympa quand même !» Elle joue en empilant de petites pièces de bois tout en continuant de chanter. Les lumières se baissent et elle réapparait nonchalamment allongée en robe rouge derrière son petit jeux de construction (portant toujours ses improbables chaussettes rouges … de footballeur tchèque parait-il 😉 ….. !!). Non contents de jouer merveilleusement bien cette musique, ils nous offrent en plus un univers absolument captivant.

Elle continue assise sur le bord de scène et les garçons s’alternent au micro pour l’accompagner.

L’interprétation de Lily, en acoustique, est de toute beauté. Elle est sexy, espiègle et sa voix est un un bonheur à chaque fois renouvelé. Ils sont tous les six alignés sur le devant de la scène et font mine de devoir se concerter pour continuer le spectacle. «Une petite chanson contre les préjugés» et c’est Jimmy, emboitée en choeur par le public, qui fait même la rythmique en clappant des doigts. Tout le monde est aux anges et les applaudissements en sont la preuve.

Puis vient Isabella. Ils s’écoutent les uns les autres, échangent regards et sourires : on partage vraiment un moment de grâce avec eux. Rosemary a cette attitude quand elle chante qui fait passer tant de choses. Elle nous raconte chaque fois toute une histoire à laquelle les musiciens répondent. Et quand la musique explose, elle embarque tout sur son passage.

On est mis en garde : «Si vous écoutez trop attentivement ce morceaux, demain serez-vous peut-être transformés en cochon». Toujours ces histoires à dormir debout … Ou plutôt ces rêves éveillés …

On termine le set (oui, hélas, il y a toujours une fin !) par un morceaux qui est tout à l’image du concert entier : prenant, brillant, talentueux. Ils sont tout simplement excellents !!

Il est évident que tout le monde attends le rappel. Rosemary nous chuchote un «Merci». «Epouse moi ….» lui crie un fougueux admirateur. «Je suis déjà marié» réponds Stephan, à qui on ne demandait rien 😉 !!

Pour ces rappels, on a (dans l’ordre …) : Une mise en garde pour les filles : Les garçons apparaissent le soir comme des étoiles et le lendemain, ils sont éteins. Ils commencent à deux puis, un par un, ils vont tous regagner la scène.

Puis une autre mise en garde (pour les petites filles cette fois) : Bientôt arrive trop vite.

Ce rappel terminé, la salle tente bien de remettre la musique de fond … Mais personne ne l’entend de cette oreille. Il y a des cris jusqu’à ce qu’ils reviennent.

Un petit bijoux de second rappel. Je pense qu’on pourrait les garder sur cette scène pour la nuit entière. Du moins, on en meurt d’envie. Il y a bien une tentative, mais les lumières se rallument. Rosemary traverse alors la passerelle qui surplombe la salle sous un véritable tonnerre d’applaudissement. Du coup elle s’arrête. Et ils vont nous offrir un dernier morceaux comme ça, sous les combles. Petit moment de plaisir, d’une poésie fabuleuse.

Une soirée juste parfaite : un groupe merveilleux dans un cadre comme fait pour eux. Si vous n’y étiez pas, surtout ne ratez pas cela la prochaine fois. C’était tout simplement magique.

Composition

  1. Where Is The Light
  2. Decaf
  3. Sellars
  4. Mahjong
  5. Clementine
  6. Beasty Jane
  7. Nobody Home
  8. Serial Fields
  9. Julie Gold
  10. Lily
  11. Robot
  12. Jimmy
  13. Isabella
  14. Motel
  15. I Will So
  16. Black Line
  17. 1er rappel : Soon
  18. Fair And Tender
  19. Ladies
  20. Second rappel : ?

Date Limite de Consommation

  • Album défendu : The Missing Room (sortie en Avril)

Site de Production

Site Officiel : http://www.moriartyland.net/

Ingrédients

  • Rosemary Standley  : Chant, Xylophone & Kazoo
  • Thomas Puéchavy  : Harmonica
  • Arthur B. Gillette : Guitare, Piano &  Percussions
  • Stephan Zimmerli : Contrebasse & Guitare
  • Charles Carmignac : Dobro, guitare, xylophone
  • Vincent Talpaert : Batterie & percussions

Remerciements

  • Stephan @ ConcertAndCo
  • Cécile @ Akwaba
  • par

    22 octobre 2010

    Photo du concert

    Moriarty @ Espace Julien (Marseille)

    Et bien, c'est finallement sans rien connaître que je me retrouve vers 21h00 dans cette belle salle de l'Espace Julien. Je vous passe le déplacement au milieu des montagnes de poubelles de Marseille, qui vont ...

  • par

    09 décembre 2011

    Photo du concert

    Moriarty @ L'Usine (Istres)

    Un concert de Moriarty ça ne se décrit pas, ça se vit. C'est une suite de beaux tableaux, de belles images posées sur une sublime musique. Certains regrettent le manque de folie par rapport à ...

  • par

    14 janvier 2015

    Photo du concert

    Moriarty @ Paloma (Nîmes)

    Un concert de Moriarty, c'est un voyage assuré dans les Amériques des années 60/70, pleines de Tom Sawyer et de Davy Croquett. Ce soir ne fera pas exception et le voyage sera bien là. Pourtant, ce voyage ...

La zone des lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.