Avis sur un show

14 janvier 2011

Dissonant Nation @ Machine à Coudre (Marseille)

Un jeune groupe qui peut percer !

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • VN:F [1.9.22_1171]

Conditions de mise en boîte

Librement au milieu du public.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Il y a quelque chose, c’est indéniable ! Mais c’est encore un peu trop brouillon et ça manque peut-être un peu de personnalité : j’avais trop l’impression d’entendre du Iggy Pop et envie d’entendre un son plus personnel.

Le niveau artistique du groupe est vraiment très bon !

Il était assez rigolo de voir une partie de la foule partir vers minuit moins 10, en raison de l’horaire imposé par Papa/Maman : le public est tout aussi jeune que le groupe ! Il se diversifiera avec le temps, sans aucun doute !

Etiqueté par Ysabel :

Après la pause de rigueur, Dissonant Nation arrive sur scène. Ils sont à peine plus âgés que le groupe précédent par contre, dès les premières notes ont sent que le son est beaucoup plus maîtrisé. Les trois garçons envoient du lourd d’entrée et mettent le feu à la salle. C’est un public qui les connait et qui est absolument ravi de les voir en live. Alors résultat : la chaleur monte très vite. Par contre, si la musique est vraiment emballante, la voix du chanteur, elle, n’est pas assez présente. C’est peut-être un problème de matériel, mais elle n’est pas du tout au diapason de cette musique rock punk qu’ils nous balancent. C’est dommage. Perso ça m’empêche d’entrer complètement dedans.

Ceci étant, ils se donnent à 200%, le leader est un guitariste hors paire et, sincèrement, il est bon pour jouer dans la cour des grands. Leurs compos comportent de belles trouvailles, elles sont créatives et leur permettent d’exprimer pleinement leur personnalité. Vers 23h30, un mouvement va vider une bonne partie de la salle : permission de Minuit oblige et je vous jure que je ne rigole pas, je l’entend dire 😉

Mais cela n’empêche pas nos trois rockers de finir leur set avec la même ferveur. C’est du métaleux subtil, recherché et travaillé. C’est musicalement très bien maîtrisé (très beau jeu sur les dissonances qui tombent justes à tous les coups). Sur Cold Kisses, le jeux de l’échos sur la voix de Lucas est cette fois vraiment mise en valeur. Ils sont bons dans tous les registres …. Que la musique soit tonitruante où plus douce, elle est toujours interprétée avec beaucoup de nuances …. Nos chères oreilles sont vraiment gâtées ce soir !!

Forcément, avec un public au taquet comme ce soir, pas question de s’en sortir après seulement 9 morceaux. Ils reviennent nous en offrir 3 de plus avec le rappel.

Le talent est toujours au rendez-vous, avec l’indéniable charisme de Lucas : regard noir, attitude de pro …. Il mets ses tripes dans le dernier rappel et part tellement dans son monde qu’il balance sans le voir le pied du micro sur une de ses fans qui va réussir à le rattraper in-extremis (sans se faire assommer … de justesse).

Bref beaucoup de talent et d’énergie déployés sur cette petite scène de La Machine A Coudre ce soir …. Que tout le monde se rassure : les rock n’est pas mort et il n’a qu’à bien se tenir …. La relève est assurée !!!!

Composition

  1. We Play We Are
  2. Vinyl
  3. Back In The 80’s
  4. Barbie Et Ken
  5. Birthday Party
  6. Doctor
  7. Sexy Suicide
  8. Cold Kisses
  9. Warhall
  10. 1er Rappel : Vegetables
  11. Nurses
  12. Alice

Date Limite de Consommation

  • Album défendu : EP prévu pour la fin d’année

Site de Production

Site myspace : http://www.myspace.com/dissonantnation

Ingrédients

  • Loic Sanchez : Basse
  • Lucas Martinez : Guitare & Chant
  • Simon Granier : Batterie

Remerciements

  • Stefan @ConcertAndCo

La zone des lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.