Avis sur un show

09 juillet 2012

Frédéric Nevchehirlian @ Rue Réattu (Arles)

Une avant soirée juste parfaite ...

  • 5
  • 1
  • 0
  • 1
  • VN:F [1.9.22_1171]

Evaluation de la Soirée

Note global du concert, 4.7 - 4 votes
VN:RO [1.9.22_1171]
Note internautes, 4.3 avec 3 vote(s)
Note d'Arnaud

1 : Pas du Tout - 2 : Un Peu - 3 : Moyennement - 4 : Beaucoup - 5 : Passionnement - 6 : A La Folie

Conditions de mise en boîte

Librement dans la rue, en essayant au maximum de ne déranger personne ! Conditions photos pas simples, avec énormément de lumière au dessus de la scène, ce qui cassait pas mal les contrastes.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

C’est bien la première fois que j’assiste à un concert si tôt !

18h: une heure impossible pour Ysabel venant de Marseille et c’est donc pourquoi en apprenant le matin même ce concert, je décide d’y aller seul. J’ai d’autant plus envie d’y aller, que Marseille fut un rendez vous hélas manqué (même si l’après midi a été parfaite). Et ce concert sur Arles est à vol d’oiseau à 3km du boulot ! Alors ce serait un comble de ne pas y aller !!

Pas simple de faire une chronique, moi qui me cache derrière mes objectifs et qui laisse ma belle écrire ses magnifiques mots. C’est d’autant plus dur que Frédéric est un homme de lettres et qu’il faut donc être à sa hauteur.

Alors voilà, tout comme je me suis lancé un certain jour de Juin 1999 pour sortir avec un 15 en Français (contre 5 toute l’année) au concours d’entrée aux grandes Ecoles sur un sujet parlant de Kant, je me lance dans une chronique qui va dépasser mes 10 mots syndicaux !

Arrivé vers 17h30 en toute fin de balance, je suis d’entrée étonné de la scène : Toute petite au milieu d’une rue et dans sa longueur … Ce sera un concert ultra urbain, proche d’une fête de la musique, avec quelques places assises mais pas tant que ça.

Il était assez marrant d’être photographe dans cette ville à part, en plein coeur des rencontres photographiques. J’avais vraiment l’impression d’être un idiot, moi qui ne me sent pas vraiment photographe et tout juste reporter.

Frédéric me reconnaît et se « moque » déjà de moi : « Arnaud, ne prend pas trop de photos des balances … Ben oui, quand tu en prends trop après tu ne restes pas pour le concert ! ». Salaud de Zicos qui remue le couteau dans la « plaie » ! Je me vengerai … Quoi que non, je suis trop amoureux de sa musique et de l’artiste pour l’égratigner !

Le ton est donné et ce ton sera celui de Frédéric, tout au long de la soirée et avec tout le monde. Dans le désordre :

  • La dédicace d’une chanson douce (mais engagée), Travailleurs, attention, à un jeune enfant fatigué du premier rang. Il se demande si sa maman lui chantera cette berceuse chaque soir et ce sera une communication visuelle avec elle tout au long de la chanson … « Vous n’empêcherez pas le drapeau rouge de flotter » : Ok, là Frédéric a du mal à faire passer ça pour une berceuse !
  •  Le signal agrémenté d’un énorme sourire à cette jeune demoiselle souhaitant traverser discrétement dans la largeur la rue entre deux chansons : « Allez-y traversez maintenant, personne ne le remarquera ! »
  • Un lancement loupé de solo de guitare, celle-ci étant en fait débranchée. Etonné mais pas démonté, il nous lancera un « Bon ben tant pis, on fera sans ! »
Lors de mon premier live au Théâtre des Salins, j’avais été frappé par son univers que je trouve, peut-être à tord, proche de celui de Noir Désir. Le hasard faisant bien les choses, lors du retour à la maison et la tête pleine de souvenirs, mon lecteur MP3 passera Bouquet de Nerfs. Je me suis mis à imaginer Frédéric remplaçant Bertrand et, ma foi, je trouvai la fusion totale. Pire, j’aurai presque envie de demander à Frédéric d’inclure ce morceau dans son répertoire pour en découvrir sa version, même s’il est probablement tendancieux de nos jours de reprendre ce chanteur maudit.
Je félicite enfin le festival Conviventia pour cette organisation pas simple et pour la sublime introduction du concert par des vers écrit par le public dans le cadre du projet Resistencia : Les mots collaient parfaitement aux textes à venir de Frédéric et Prévert.

Composition

  1. Maintenant J’ai Grandi
  2. Attendez-Moi Sous L’Orme
  3.  Lettre à Janine
  4. Citroën
  5. Le Cancre
  6. Le Soleil Brille Pour Tout Le Monde
  7. Familiale
  8. Marche Ou Crève
  9. Confession Publique
  10. Tout
  11. 1er Rappel : Travailleur attention
  12. Où vont elles?
  13. Les filles les garçons

Date Limite de Consommation

  • Album défendu : Le Soleil Brille

Site de Production

Site Offi­ciel : http://www.nevchehirlian.com/

Ingrédients

  • Fré­dé­ric Nev­che­hir­lian : Chant, Gui­tare & Percussion
  • Sté­phane Pau­lin : Basse
  • Julien Lefévre : Vio­lon­celle & Guitare
  • Gil­das Ete­ve­nard : Bat­te­rie

Remerciements

  • Frédéric

Appellations d'Origine Contrôlée

La Zone des Lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.

  • VA:F [1.9.22_1171]
    0
    0
    image gravatar rajoute :

    Merci Arnaud de cette chronique et des photos. (nous avons mis en lien avec Convivència)
    C'est vrai que la géographie du concert est incongrue, et l'heure… !!! Mais bon à Convivència quand ce n'est pas à 18h, la musique se déroule à midi.
    Dire le bonheur partagé dans ce petit bout de rue tout en longueur hors du temps et fragile, comme une perle de rosée en équilibre au bout d'un brin d'herbe.
    Convivència, c'est aussi une idée, un état d'esprit de convivialité, un véritable engagement citoyen et culturel : une semaine chaque année depuis 11 ans que nous vous invitons à venir goûter et partager.
    Amicalement
    Catherine

    My recent post Convivència 11 ème édition