Avis sur un show

09 février 2013

mXcT @ Cabaret aléatoire (Marseille)

Aux frontières du sonore ...

  • 7
  • 2
  • 1
  • 0
  • 0
  • VN:F [1.9.22_1171]

Evaluation de la Soirée

Note global du concert, 4.3 - 3 votes
VN:RO [1.9.22_1171]
Note internautes, 4.0 avec 1 vote(s)
Note d'Ysabel
Note d'Arnaud

1 : Pas du Tout - 2 : Un Peu - 3 : Moyennement - 4 : Beaucoup - 5 : Passionnement - 6 : A La Folie

Conditions de mise en boîte

Librement dans la salle.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Comme un drôle de son entêtant, qui se construit par petites étapes devant nous : Vas-y que je lance une sinusoïde sur les enceintes et paf je t’y pose quatre billes et c’est autre chose. Et, si ça ne suffit pas, je rajoute encore un peu de sable tout en soufflant dans ma clarinette, tandis que mon pote fait un peu le DJ ! Bon, dit comme ça, c’est assez hermétique mais en fait il faut le vivre pour le comprendre ! Entre un doux Trent Reznor période BO de Quake (genre The Hall Of Souls) ou un Bass Communion (genre Ghosts On Magnetic), c’est je pense les styles les plus proches que je puisse connaître et qui se rapprochent de cette magnifique expérience Live !

Avons-nous eu une composition unique ou la strict reproduction d’un album/morceau ? Je crois que peu de monde le sait ! Mais, moi je sais que j’ai été captivé à un niveau assez rare pour être noté !

Je tiens aussi à noter l’extrême beauté des éclairages, qui se sont parfaitement mariés à la musique !

Etiqueté par Ysabel :

Soirée DJ & Electro au Cabaret Aléatoire, sous la houlette du Festival Reevox, avec au programme MXCT, Chapelier Fou, Rebotini & Zanesi et pour finir, Yuksek. L’affiche est plutôt costaud. Je ne tiendrais pas jusqu’au bout de la nuit et, pour tout dire, je suis principalement venue pour Chapelier Fou.

Mais on va attaquer avec un drôle de duo franco-canadien que je vais, pour la petite histoire, découvrir en avant première devant les barrières de l’entrée. Ils sont coincés avec nous, face à un service de sécurité plus qu’hermétique, qui ne veut laisser passer personne … Même pas les artistes (c’est vous dire 😉 !!) Alors ça papote et ça rigole, avec cet accent irrésistible qui caractérise nos amis outre atlantique. Bref, un début de soirée qui aurait pu être plus qu’agaçant et qui va finalement s’avérer plutôt rigolo.

Une fois entré (si, si, on a fini par y arriver !!), on découvre une drôle de scène, toute vide, avec une grande table de mixage pleine de fils, de câbles et … Une clarinette posée en plein milieu. Au bout de quelques minutes, nos deux musiciens de l’extrême se mettent en place et ça papote encore tout sourire pendant la préparation de leurs machines infernales.

Dès le départ, leur musique apparait comme unique. Ça commence par un drôle de bruitage assez indéfinissable. Ça grince. Ça chuinte. Ça souffle. Ça grésille. C’est carrément space et en même temps assez fascinant. Le tout dans un faisceau de lumière, genre film qui saute dans une vieille salle de projection. Univers très expérimental, très spécial et surtout très original.

Martin Tétreault sort les vinyles. Ce n’est pas à proprement parler The Live avec une ambiance foudroyante sur scène, mais l’atmosphère est tout à fait captivante, voir même inquiétante lorsque l’on a l’impression d’entendre une sorte de monstre marin arriver lentement, genre 20.000 Lieux Sous Les Mers vous voyez ?!!

De petites billes tournent et bondissent sur un mini haut-parleur. Un battement de cœur plutôt entêtant monte lentement. Et puis d’un coup, on a la sensation d’être happé par un engin aérien … C’est une musique incroyablement évocatrice et toutes sortes d’images se bousculent dans mon esprit. Méga planant comme truc.

La clarinette se transforme en instrument à vent, au premier sens du terme, jouée comme ça, toujours fixée à même la table. Xavier Charles souffle dedans tout simplement. Comme le son du vent qui s’engouffre dans un conduit.

Ils vont ainsi continuer à évoluer dans la pénombre, l’un penché sur ses mix et l’autre sur ses bruitages mi-expérimentaux, mi-électro. Une sorte très personnelle d’électro-indus. Et puis en fin de set, leurs mouvements s’accélèrent, saccadés par les spots intermittents. Le son monte en intensité. Les lumières se font descendantes et puis tout prend fin, comme ça, brusquement. Ce fût une expérience tout à fait particulière. Pas super communicatif, mais plutôt intense comme truc !!

Site de Production

Seul lien à peu près utile trouvé : http://www.allmusic.com/album/mxct-mw0000970280

Ingrédients

  • Martin Tétreault : Platines & Bruitages
  • Xavier Charles : Machines & Clarinette

Remerciements

  • Sophie @ GMEM

La Zone des Lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.