Avis sur un show

19 mars 2016

Hue! Dada @ Espace Julien (Marseille)

Que DADA soit avec vous !

  • 50
  • 1
  • 1
  • 0
  • VN:F [1.9.22_1171]

Evaluation de la Soirée

Note global du concert, 4.3 - 2 votes
Pas d'Evaluation des internautes
Note d'Ysabel
Note d'Arnaud

1 : Pas du Tout - 2 : Un Peu - 3 : Moyennement - 4 : Beaucoup - 5 : Passionnement - 6 : A La Folie

Conditions de mise en boîte

Librement, sans déranger ni le public, ni les artistes.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

L’histoire commence fin Février, lorsque nous recevons un email dont voici un extrait :

 » Je suis la chanteuse de feu Phosphène et je me souviens avoir partagé de beaux moments de musique avec vous dans un univers parallèle […] Avec les 2 membres co-fondateurs de Phosphène nous avons monté un groupe qui s’appelle Hue!DADA, dans une énergie très différente mais toujours rock et pleine d’envie et de vibrations à partager. Nous organisons une release party pour la sortie de notre 1er EP le samedi 19 mars au Café Julien et je serais ravie de vous y accueillir pour passer sous le feu de vos flash et de votre plume. »

Alors comment ne pas accepter cette merveilleuse invitation ?! Nous voilà donc le dit Samedi dans la petite salle de l’Espace Julien.

A notre arrivée, c’est un sacré bordel sur scène, dans le genre post apocalyptique Mad-Max, où tout devient primaire et bestiale jusqu’à la survie. Pour un peu, on se croirait devant un autel où le peuple ici présent attendrait l’apparition de la déesse DADA, entourée de ses deux apôtres et de la sainte poupée gonflable Shoschanna. D’autres poupées en plastique, en piteux état, sont placées pour finir de compléter l’atmosphère, du sol jusqu’au micro en passant par le clavier, et même devant l’ordinateur, en guise de DJ. Oui, dans ce monde futuriste de désolation, les enfants de choeurs sont en plastique et avec des membres en moins !

Le décor posé, parlons de la musique. Et bien à l’image de l’ambiance créée : c’est du Rock cru, sans chichi et chargé d’une énergie débordante ! Les mots Cul-Chatte-Bite seront prononcées sans filtre. Non, ce n’est pas une soirée de charité avec Christophe Maé ou Zaz, mais un putain de concert de vrai Rock, où il faut tout faire pêter ! En cela, j’ai retrouvé l’énergie vitale et primitive d’une Izia, comparaison qui peut s’étendre jusqu’au déplacement dans l’espace de Renée, qui cache elle aussi une panthère en elle.

Personnellement, je kiffe ce genre de concert physique, que je rapproche aussi des prestations d’Electrolux ou, plus récemment vu, de Cult of Youth.

A revoir donc et vive DADA !

Etiqueté par Ysabel :

Que dire de la jolie bande de loufoques de Hue! Dada … Ou plutôt, par quoi commencer. Déjà, rien que le biais choisi pour nous proposer le téléchargement de leur premier EP est tout un poème 😉 En résumé, tu achètes le truc le plus kitch que tu puisses trouver, à choisir sur une table chargée de bric et de broc dans le hall de l’Espace Julien, et ensuite tu cherches le code de téléchargement qui est écrit/caché dessus. Mais attention, dans je dis kitch, je veux dire méga kitch et même farfelus … Sachant qu’il y a même la possibilité d’acheter un slip (oui, oui, mais propre; enfin j’espère !)

Côté salle, on a carrément droit à un véritable génocide de poupées Barbie, tout simplement décapitées. Ainsi qu’à une choriste silencieuse, tout droit sortie d’un X Center … Bref, ça décoiffe. Ajoutez à cela un petit clown qui surveille l’écran de leur ordinateur et des affiches arborant une bonne sœur tendancieuse, et vous comprendrez que nous sommes tombés soit dans une secte, soit que nous sommes bons pour tous finir consumés dans les charbons ardents des foudres divines !!

Le trio entrent en scène, sans plus de préambule. Clavier et deux guitares (simple, mais efficace). Et Renée nous annonce que nous sommes là pour célébrer Dada, qui est grand, qui est même amour … Et Hue! Dada (oui, oui, elle l’ose aussi celle-ci). En plus, elle nous dit tout cela dans une tenue sexy improbable, faite de cuir, de plumes et de poils en tous genres. Bref, très animal tout ça ! Quant aux garçons, ils semblent carrément sortis d’un épisode de Starsky et Hutch. C’est ça, on dirait deux potes de Huggy les bons tuyaux !! Vous l’aurez compris, on est donc beaucoup moins dans le transcendantal que dans le bon Rock bien trash. Pourtant, je retrouve sans difficulté sa voix voix découverte au sein de Phosphène et, quelque part, son style.

Par contre, l’univers a quelque peu changé. Car, après une errance dans le désert à la recherche du sens de la vie … Et c’est là qu’elle a rencontré Shoschanna (la choristes silencieuse à grande bouche décrite précédemment), grande prêtresse de Dada. Voilà Voilà. Ils donnent donc bien dans le foutraque avec délectation, s’amusant autant qu’ils nous amusent. Et je pense, au passage, que la dite Shoschanna ainsi que les guitaristes ont le même coiffeur !! C’est à ce moment là, sur ces réflexions capillaires, qu’ils se mettent tous à hurler, pendant que Renée frappe d’un air mutin chargé de sous entendus, une petite cymbale.

« Merci ! Mais comme vous êtes beaux ». Yes. On sait 😉 Mais elle aussi. Surtout avec ses petits déhanchés suggestifs, qui restent très girly au final. « Are you ready to shake it ? Are you ?! » Et ils nous distillent un petit parfum de Rockabilly pour nous y encourager. Toujours avec cette même énergie et cette irrésistible envie de frapper de la baguette. Chacun y allant de son Hue! Dada dans le public. Et elle nous racontant que quelqu’un lui a écrit un jour Get Out, dont voici la réponse : Did You Say Get Out ? Via Madame Chacha (??) … A base de pas mal de fucking, semble-t-il, et de twistage de genoux, toujours sur un rythme d’enfer assuré par les garçons. Bon, je ne suis pas forcément claire, mais je reconnais avoir moi même du mal à suivre par moments 😛

En tous cas, ce que j’ai compris, c’est que sur le chemin de Dada, il arrive aussi de s’égarer dans le Dada de quelqu’un d’autre (Aïe !). Et la revoilà qui se met en position pour prier le soleil, le regard fixe, au cœur des cordes qui vibrent et grondent. On peut même dire : qui décollent. Je dirais donc qu’il est plutôt pas mal cet égarement. Alors, égarons-nous, égarons-nous joyeusement même ! Et quelle pêche quand le Rock les habite ainsi, avant de nous embarquer nous aussi dans une pause des plus languissantes … Joli leurre qui précède une reprise hyper musclée. La petite tête de poupée Barbie toujours en train de s’agiter sur le fil du micro auquel elle est accrochée.

Alors, que faire quand on a perdu Dada ? Communier au whisky voyons ! (Solution qui me parait effectivement totalement appropriée). Mais également communier avec le micro. La musique prenant possession de tout le corps débridé de Renée, en total lâché  prise, qui n’est plus que secousses et ressacs … Alors qu’on la retrouve tout sourire l’instant d’après, repartant dans du plus sensuel. La voix dans un souffle. Saisissante visuellement quand elle parait animée à la manière d’une automate qui frappe sans relâche et avec acharnement sa cymbale.

Mais voilà que Miss Shoschanna se prend pour Martin Luther King ! (Ah ben oui, mais accrochez-vous putain !) En tous cas, quelle énergie et quelle imagination. Des morceaux super spaces. Des rythmes par moment complètement désarticulés et la voix de Renée qui sait se faire sombre et basse. Bref, un Set assez déstabilisant, drôle et farfelu, musclé et déstructuré … Qui se termine sur un « Merci frères et sœurs pour cette belle communion. Et merci Dada ! »

Ça gueule dans tous les sens et ils reviennent en se marrant, avec un « Bon. Ok ! » Parce qu’ils ont un truc de fous au programme, mais qu’ils ne veulent pas nous dire de suite. Pas grave. On va le découvrir tous seuls … Puis ils nous bénissent : « Allez en paix mes frères et mes sœurs, mais restez à jamais unis par le pouvoir de Dada ! » Et vous pouvez bien pensez ce que vous voudrez, mais moi j’y crois !!

Ils reviennent encore une dernière fois, Shoschanna voulant savoir si on en veut plus ? Oui, évidemment ! Alors c’est d’accord, mais par contre, ils sont équipés d’énormes têtes de chevaux. Ben oui : Dada/Cheval (Ok, je sors…) Dont un des quadrupède/bipède franchement entreprenant avec notre prêtresse de Dada, qui va se finir (comme on dit) sur le micro, ce qui lui donne l’humeur aux vocalises. Bon, là, je ne suis pas forcément fan, mais cela leur donne l’occasion de se faire de gros câlins (et ça, c’est important), ainsi que de faire saluer en grande pompe leur muse chérie.

Composition

  1. Your Doll
  2. Embace
  3. Get Off
  4. Shake It
  5. Did You Say Get Out ?
  6. Fuckin’ Mess
  7. Black Whisky
  8. Your Breath
  9. Hell
  10. Weird Girl/Come Closer
  11. 1er Rappel : Chick Habit
  12. 2nd Rappel : Elusive Girl

Site de Production

Date Limite de Consommation

  • Album défendu : DADA (EP)

Ingrédients

  • Renée Dada : Chant & Clavier
  • Greg Cosenza : Guitare & Clavier
  • Ben Ghata : Guitare & Clavier
  • Shoschanna : Poupée lubrique

Remerciements

  • Renée @ Hue! Dada

Appellations d'Origine Contrôlée

Un de nos Instagrams de la Soirée

concertsenboite

Soirée Hue! Dada 🎼🎶...

La Zone des Lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.