Avis sur un show

21 juillet 2012

Elton John @ Arènes (Nîmes)

God Save You, Sir Elton Hercules John, OBE !

  • 25
  • 1
  • 8
  • 0
  • VN:F [1.9.22_1171]

Evaluation de la Soirée

Note global du concert, 4.5 - 2 votes
Pas d'Evaluation des internautes
Note d'Ysabel
Note d'Arnaud

1 : Pas du Tout - 2 : Un Peu - 3 : Moyennement - 4 : Beaucoup - 5 : Passionnement - 6 : A La Folie

 

Conditions de mise en boîte

Photos prises dans le cadre d’une accréditation Concert&Co !

1er Morceau : Coincé dans 3m2 entre le bout de scène et la chaise du vigile. Assez bons angles, sans trop avoir à jouer des coudes avec les 6 autres photographes. Les gros plans au 300mm, les plans plus larges au 70/200. 6 minutes de proximité : C’est rapide, mais suffisant.

2nd Morceau : On nous emmène dans le coin pompier à bien 25m de la scène et dans un angle improbable. Le 300 pour du large mais pas trop, le 70/200 pour de plan d’ensemble. 6 autres minutes pour tenter de faire quelques choses et se concentrer sur le reste des artistes.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

J’attendais ce concert depuis des années ! Je crois, enfin non je suis sûr, avoir découvert Elton John par mon père qui jouait souvent Your Song et qui laissait traîner dans la maison un Best Of … Alors forcément, je l’ai eu assez tôt dans l’oreille. Elton est donc devenu un pianiste majeur dans mon éducation musicale et pas sans raison : Il est pour moi l’un des meilleurs, si ce n’est le meilleur pianiste façon Piano-Bar, dans toute la noblesse du terme. Son jeu de la main droite est juste magistrale et sa main gauche sied parfaitement à l’ensemble, sachant mettre du grave là où il faut, ou offrir une simple mais belle harmonique.

J’avais imaginer aller le voir lors de la tournée Red Carpet en 2009 à Monaco, mais à 500€ la place … Disons que c’était too much.

Par contre, j’ai sauté dès 10h, 00 minute, 00 seconde, sur le site de la FNAC pour chopper les quasi meilleures places Prestige (à 117€ tout de même !) de cette soirée à Nîmes.

L’accréditation ne sera donc pas pour rentrer à l’oeil, mais bel et bien pour pouvoir faire des photos et céder à l’envie de laisser une trace visuel en ligne. Et ça tombe très bien d’avoir ma place, car mes deux chansons finies, on me renvoyait sagement dehors si je n’avais pas ce Sésame … Et ça aurait été un drame !!

C’est donc au deuxième rang, légèrement sur le côté mais voyant parfaitement Elton que j’ai entendu défiler une montagne de tubes. Je voulais entendre Bennie and the jet et Rocket Man, entre autre, et bien je fut servi !

Elton John a pris un réel plaisir sur scène, a remercié tout le monde entre chaque chanson, avec un sourire on ne peut plus sincère ! C’était bon enfant dans le public, avec autour de nous un nombre incalculable d’anglais qui connaissaient les morceaux sur le bout des lèvres !

Dans la catégorie reproches, je peux malgré tout citer :

  • Une mise en scène assez minimaliste voire inexistante : Sans la présence extraordinairement esthétique de Davey , je crois que l’on peut fermer les yeux sans trop rien regretter si ce n’est le jeu d’Elton.
  • Autant je n’étais pas trop mal placé, autant une grande partie de la fosse et surtout les gradins on dû voir un playmobile au mieux, voire rien selon l’angle. Une ch’tite caméra fixe et un ou deux écrans n’auraient pas été de trop, pour faire partager le jeu de piano et les mimiques d’Elton.
  • Je n’ai pas trop compris le service d’ordre qui a bloqué l’accès bord de scène au delà du 5ème rang. J’étais au 2ème, donc tout bon, mais j’aurai été au 6ème sans possibilité de me rapprocher pour partager la fin du concert au plus près, je crois que j’aurai pété un plomb.
  • Pour avoir quelques Lives (officiels) dont un Bristol 2009, j’ai comme l’impression d’avoir eu une copie de cette soirée, comme c’est souvent le cas, je présume, pour beaucoup de concerts d’Elton John. C’est donc un artiste à voir une fois, pour fixer une prestation Live sur chacun de ses tubes planétaires. Ne pas attendre de renouveau et de mise en avant de morceaux plus récents … L’homme est là pour son passé … On va dire que c’est normal après 45 ans de carrière !

Je ne me suis en tout cas pas ennuyé un seul instant et je suis rentré avec un sourire sur les lèvres et en sifflotant du Elton.

Je ne peux que le remercier d’avoir encore envie de nous faire partager son succès, le temps d’un Live si chaleureux.

Un petit mot pour le début de concert avec 2Cellos : On va dire que c’est l’introduction du concert (donc pas une partie à part). C’est fait avec brio et un talent certain. J’ai passé un agréable moment. Pour être allé sur leur site, je vois qu’ils reprennent aussi Hurt du dieu Reznor. Ces gamins ont du goût !

Etiqueté par Ysabel :

Entrée dans des Arènes en configuration «On est des VIP, On a des sous !» et une scène très épurée, avec juste un énorme piano noir Yamaha trônant au milieu, une batterie très colorée façon rose bonbon et un poste de percussion digne d’un labo de petit chimiste. Devant tout cela, un public bien sage et bien discipliné, avec un rang de 8 mystérieuses places marquées «VIP» en première ligne, devant lesquelles personne n’a le droit de passer, pas même les photographes (que même pas elles comptent dans la numérotation des rangées, tellement qu’elles sont pas pour nous … Les tous venant à 117€ la place !!) Par contre, eux, vont ensuite passer et repasser devant tout le monde au grès de leurs envies diverses et variées pendant tout le concert … Mais c’est comme ça la People Connection !!

Bref, un peu une drôle d’ambiance, faussement décontractée et vraiment guindée. Mais bon, c’est sûr qu’il n’est pas tout jeune notre Elton et donc son public, quoique varié, n’a pas 20 ans non plus. Une grosse voix me sort de ma torpeur en annonçant le début des hostilités : «Merci de faire un accueil chaleureux aux invités de première partie d’Elton John : Les 2CELLOS!!» Il ne fait pas encore nuit (il n’est que 21h) et nous voyons entrer en scène deux beaux gosses croates armés de magnifiques violoncelles sans corps super designs. L’un me fait penser à Samuel Le Bihan et l’autre à Bruno Salomon !! En un mot : Pas mal du tout les garçons. Et là, commence une savoureuse entrée en matière, puisqu’ils nous offrent quatre reprises de hits fondamentaux du Rock, mais version violoncelles électriques. C’est beau, bien joué et arrangé de façon plutôt pertinente. Ils font tournoyer leurs instruments sur eux-même, à la manière des contre-bassistes de jazz. Echangent des regards complices, puis retombent dans une concentration qui fait presque peur.

Les deux instruments vont ainsi se répondre le temps de passer en revu Michael Jackson, U2, Nirvana et AC/DC. Petit à petit ils se lâchent un peu plus. Les rythmes sont menés à une cadence infernale (des crins de archets lâchent sous la puissance de leur frottement) puis, par moment, partent dans de grands élans romantiques. C’est vraiment un son fait pour les Arènes, avec ces deux instruments qui à la fois s’associent et se répondent, tournant au son d’une guitare électrique par moment (l’un est littéralement couché dessus et l’autre joue quasi debout). On va terminer par un Highway To Hell qui met définitivement le public en condition. Ça crie, ça chante, ça frappe dans les mains … Et puis l’air de rien, le percussionniste s’en mêle, suivi du batteur, du bassiste et de tous les musiciens d’Elton, pour terminer le tout avec éclairs et tonnerre : Ça c’est du Rock n’Roll !!

Sans même que l’on ait eu le dire de dire Ouf, Elton est monté sur scène, chemise violette, veste noire à paillettes et pantalon de smok avec bande assortie et il met instantanément le feu aux Arènes. Il prend immédiatement place derrière le piano et attaque avec Saturday Night’s Alright For Fighting, accompagné de ses musiciens, y compris les deux violoncellistes du début de soirée (C’est pour ça qu’il est écrit Elton John & His Band sur le billet !). Au bout de moins de 3 minutes, il est déjà en train de jouer à moitié debout. Le diamant à son oreille droite brille autant que sa veste de star et force est de constater que sa voix n’a pas bougé d’un pouce. Son guitariste, qui sera vraiment un show man d’un bout à l’autre du concert, vient se positionner dos à dos avec lui. Il prend des poses et sourit aux photographes, faisant courir ses doigts sur le clavier à des vitesses vertigineuses. Davey Johnstone fait le beau en devant de scène et jette même son médiator dans le public. A la fin du morceau, Elton nous appelle à nous lever pour applaudir à grand renfort de «Come on !!», ce qu’il fera d’ailleurs tout au long du concert, à la plus grande joie de tous.

Selon les morceaux, certains musiciens vont aller et venir. Il en sera de même des quatre choristes, qui seront présentes au gré de certains morceaux. Tout ce petit monde s’éclate dans la bonne humeur et les paillettes, comme si ce concert n’était qu’une énorme fête à partager tous ensemble. Et à chaque fois qu’Elton se lève, ce sont les mêmes cris de joie qui s’élèvent. Un peu de bongo de-ci, de-là, pour l’exotisme. Davey joue la fille à la proue du Titanic, sa chevelure blonde au vent. Elton nous adresse de petits coucous sur le côté du piano. Et Kim Bullard semble littéralement habité et totalement ailleurs. Quand à nous, on se laisse tout simplement glisser sur la vague.

C’est vraiment rigolo de voir ce cabotin se lever ainsi de sa banquette, comme un diable qui sort de sa boîte. Le public chante et tout le monde a vraiment l’air de se faire plaisir. C’est simple, mais il n’en faut pas plus ! Il n’oublie jamais de nous adresser un petit «Thank you» que l’on peut lire sur ses lèvres après chaque morceau et qu’il veille à faire passer à l’ensemble du public en pointant du doigt tous les gradins (comme une bénédiction aux quatre points cardinaux).

La couleur a été annoncée dès le départ : C’est le dernier concert en France de cette tournée (et même en Europe à priori), alors il faut que ce soit «Great» ce soir !! Il n’y a pas de souci pour ça. Le lien avec le public est indéniable. Un regard. Une main. Un sourire … Le show est assuré à 200% (mais était-ce à prouver ?) Il prend la pose en se mordant la lèvre et se la joue show girl sexy. Sa voix est fantastique et tout le monde reprend les paroles des chansons autour de moi. Il est bon dans tous les registres, que ce soit la Pop-Rock dans laquelle il excelle ou bien dans l’émotion, où il brille tout autant.

Il nous annonce «This one is for the ladys !». Davey Johnstone sort sa guitare rouge à deux manches. Elton nous sort sa voix de crooner et on embarque pour quelques morceaux séquence émotion. Tiny Dancer ouvrant la danse. Puis ce sera un Mona Lisa’s avec un magnifique accompagnement à la guitare-mandoline et aux violoncelles de nos deux amis croates. On est à fond dans la musique style Love Movies et on aime ça (parfois pas assez rock pour moi, mais je reconnais que ça le fait).

Et puis voilà qu’on y arrive … On savait bien que ça allait venir … C’est Candle In The Wind, The chanson de Lady Dy quand même !! Version un peu plus rock que celle que je connaissait, avec toutes les ch’tites lumières qui s’allument dans le public, pour la ch’tite Princesse des cœurs. C’est un peu cul-cul certe, mais c’est un peu vrai quand même et on a tous un ch’tit pincement du côté gauche de la poitrine …

Après toutes ces émotions, on a droit à un gros Merci … Parce que nous sommes des «Amazing fans … Thanks for being so loyal …» Et c’est reparti pour un tour avec cette setlist aux allures de Best Of. Un Rocket Man de folie, avec Davey mèche au vent et un magnifique passage au piano, qui vaut à notre Elton une telle salve d’applaudissement  qu’il se lève et pour saluer le public d’un bout à l’autre de la scène. Sans parler de Hey Ahab qui donne l’occasion à nos trois cordeux (Davey, Luka & Stjepan) de se lâcher en plein, avec des mimiques de fous et les trois qui se lèvent d’un coup pour se mettre en cercle … Ils se la donnent à fond et nous offrent une superbe image qui fait même se lever Elton qui en frappe son piano de plaisir en lâchant : «You get that !!»

A ce moment du concert, on passe vraiment à la séquence émotion et surtout au set Spécial Piano du concert, qui commence par un Sacrifice qui fait se rapprocher les têtes des amoureux. On chante tout contents que nous sommes d’être sur notre petit nuage. Et puis le noir se fait … Musique inquiétante à la Nosferatu … Il s’assoie face à nous. Se lève à moitié. La musique monte et le guitariste semble totalement irréel dans la pénombre. C’est Funeral For A Friend, fort et fabuleux. Ils sont ailleurs tous les six et nous avons droit à une véritable démonstration pianistique. Un sacré morceau qui va nous offrir un bon 15mn de bonheur (et j’ai de la marge sur le timing !!)

Puis il reste carrément seul sur scène, avec son Yamaha. Et quelle voix quand il passe dans les graves comme ça … La musique remplit les Arènes et tourbillonne au-dessus de nos têtes. C’est comme un moment unique partagé, nous dans le noir, lui dans un halo de lumière. La BO du Roi Lion réveille notre âme d’enfant et notre envie de croire en un monde meilleur. On embraye ensuite sur le jazzy Honky Cat. Il s’amuse dans les arpèges et fait réagir au quart de tour un public qui est à présent entré en communion avec lui (toutes les Arènes debout pour l’applaudir quand même !!)

Don’t Let The Sun Go Down On Me marque le signal pour ceux-ce qui veulent se lever et se coller contre la scène … Mais attention, seulement les cinq premiers rangs et ça rigole pas avec les vigiles (… J’aime trop la spontanéité de ce concert !!) Pas grave, moi j’y suis alors j’en profite ! Tous les musiciens regagnent leur poste. Il continue à cabotiner juste devant nous et à nous envoyer des sourires chargés de plaisir. Il monte même s’assoir sur le piano et prend la pose en tirant la langue, juste pour les photos, à grand renfort de «Come on baby !!» Ça rock, ça swing … Il attaque Crocodile Rock par les premiers accords de la Marseillaise et nous fait reprendre «La La La …» avec lui. Bref : Il met le feu et s’offre même une petite séance d’autographe pour le premier rang (qui a amené tout ce qu’il faut : Bouquins, photos et autres … Moi j’hallucine toujours avec ces phénomènes de sacralisation des fans, mais bon). Pour finir sur un rappel Especially pour nous (et comme fait sur mesure) : Your Song. Et bien, y’a pas à dire … Il en a encore sous le pied Sir Elton John !!

Composition

Intro by 2CELLOS

  1. Smooth Criminal (Michael Jackson)
  2. With Or Whithout You (U2)
  3. Smell Like Ten Spririts (Nirvana)
  4. Highway To Hell (AC/DC)

Elton John

  1. Saturday Night’s Alright For Fighting
  2. Bennie On The Jets
  3. Grey Seal
  4. Levon
  5. Tiny Dancer
  6. Mona Lisa’s And Mad Hatters
  7. Philadelphia Freedom
  8. Candle In The Wind
  9. Goodbye Yellow Brick Road
  10. Rocket Man
  11. Hey Ahab
  12. I Guess That What They Call It The Blues
  13. Sacrifice
  14. Funeral For A Friend / Love Lies Bleeding
  15. Nikita (Solo)
  16. Border Song (Solo)
  17. Circle Of Life (Solo)
  18. Honky Cat (Solo)
  19. Daniel (Solo)
  20. Sorry Seems To Be The Hardest Word (Solo)
  21. Don’t Let The Sun Go Down On Me (Solo and Band)
  22. I’m Still Standing
  23. The Bitch Is Back
  24. Crocodile Rock
  25. 1er Rappel : Your Song

Date Limite de Consommation

  • Ce concert s’inscrit dans la tournée World Tour 201* qui se termine le 28 Octobre 2012 à Las Vegas
  • Album défendu : The Union (mais de vous à nous, il a pas besoin de défendre un album !)

Site de Production

Site officiel : http://www.eltonjohn.com

Ingrédients

  • Sir Elton Hercules John (Reginald Kenneth Dwight) : Chant & Piano (Et tirage de langue !)
  • Kim Bullard : Clavier
  • Davey Johnstone : Guitare
  • Bob Birch : Basse
  • Luka Sulic : Violoncelle
  • Stjepan Hauser : Violoncelle
  • John Mahon : Percussions
  • Nigel Olsson : Batterie
  • Rose Stone & Lisa Stone & Tata Vega & Jean Witherspoon : Chœurs

Remerciements

  • Stephan @ ConcertAndCo
  • Esther @ Adam Concert

Appellations d'Origine Contrôlée

La Zone des Lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.