Avis sur un show

20 avril 2012

Gérald De Palmas @ Pasino (Aix-en-Provence)

Un plaisir de croiser cet artiste discret "sur sa route" le temps d'un très beau concert !

  • 38
  • 1
  • 2
  • 0
  • VN:F [1.9.22_1171]

Evaluation de la Soirée

Note global du concert, 5.6 - 7 votes
VN:RO [1.9.22_1171]
Note internautes, 6.0 avec 5 vote(s)
Note d'Ysabel
Note d'Arnaud

1 : Pas du Tout - 2 : Un Peu - 3 : Moyennement - 4 : Beaucoup - 5 : Passionnement - 6 : A La Folie

Conditions de mise en boîte

Trois premiers morceaux : Un grand classique. Mais, cette fois, accès entre la scène et le public assis, en gardant à l’esprit qu’il ne fallait déranger personne. Pas toujours simple au 300 mm mais bon, je ne pense pas avoir dérangé pour autant.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Allez ! Je vais être franc : Je méconnaissais cet artiste qui n’avait attiré mon oreille que le temps de ses divers énormes tubes (On ne peut pas tout écouter et tout découvrir !!).

C’était donc un concert découverte pour moi !

Ce fut une bonne pioche et si j’ai effectivement fait des petits sauts pendant les morceaux connus, j’ai aussi découvert avec plaisir les compositions inconnus.

Gérald de Palmas est un artiste attirant, charismatique et attachant !

Etiqueté par Ysabel :

Après le départ de Pep’s, le Pasino nous envoie du bon rock pour nous faire patienter, le temps du changement de plateau. La salle semble plutôt calme … Mais au «Bonsoir» que lance Gérald De Palmas en arrivant sur scène, le public répond du tac-au-tac et l’ambiance promet d’être plutôt chaude ce soir.

Fidèle à lui même, il se présente dans une tenue très décontractée : Tee-shirt blanc et pantalon kaki. Le son est d’entrée bien, bien rock et à peine a-t-il attaqué Tomber que la salle chante déjà : C’est clair, on est bien complet ce soir !

Ils se font plaisir et nous le font partager, par la même occasion. Les trois guitares y vont franchement, à grand coup de pédale wah-wah et lui nous propose déjà de danser : Je pense que le Pasino ne va pas tenir assis bien longtemps !!

Les nouveaux morceaux flirtent avec les plus connus, mais avec toujours ces mêmes textes à fleur de peau qui ne peuvent que vous embarquer … «Autre bleu à mon âme Autre morceau de titane …» (Sous La Pluie) Tout est fait dans la plus grande simplicité : Une voix incroyable et des musiques hyper bien arrangées, un point c’est tout. Il n’y a pas de fioritures et c’est d’une efficacité redoutable … Preuve en est, puisqu’il joue à guichet fermé.

Les fans sont absolument ravis. Une fille crie dans la salle et cela fait apparaître sur son visage le plus beau des sourires. Les titres les plus attendus font mouche à chaque fois. Il commence les premières notes de Mon Cœur Ne Bat Plus dans une véritable lumière de soleil, avec de grands rayons jaunes qui dardent derrière eux, et toute la salle reprend le refrain en chœur. Pourtant, cette version live est plus rapide et presque plus enjouée que l’originale, ce qui ne lui enlève rien de sa force et qui apporte même une autre écoute et un plaisir renouvelé (même si on la connait par cœur).

C’est d’ailleurs tout le plaisir du live. Quand les morceaux que l’on croyait posséder se retrouvent détricotés par un artiste qui sait jouer avec et lui donner une autre couleur. C’est comme ça que l’on reconnait les bons !! Et là De Palmas, en nous ajoutant une bonne dose de guitare, réussi à nous surprendre là où l’on pensait que ce ne serait pas possible.

L’humour est bien sûr lui aussi au rendez-vous. Il nous parle un peu d’Aix (où il a vécu un moment). Déconne sur le repas «bizarre» qui leur a été servi avant le concert et taquine une fille qui lui demande où va avoir lieu l’after, en lui proposant de la faire chez elle, tout simplement (Ceci étant, proposition dangereuse à mon avis, parce qu’elle pourrait bien être acceptée 😉 !!)

Une petite reprise de The Jocker (de Steve Miller) nous apporte une musique bien ondulante comme il les aime (ses origines demi-réunionnaises ne sauraient mentir !) et il plaisante encore : «Ceux qui ont plus de 20 ans savent qu’elle n’est pas de moi !» Puis il ajoute «Vous êtes assis ? Vous inquiétez pas, ça va s’arranger !!»

On reste durant tout le set dans cet esprit d’un visuel simple, épuré et parfait. Il s’amuse de devoir prendre le texte d’une nouvelle chanson (au cas où …). Mais anti-sèche ou non, cette interprétation de So Here I Am avec juste sa guitare et le batteur qui frappe le tour en métal de son drum avec sa baguette est de toute beauté. Une musique qui parait bercer au début, puis qui monte et finit par vous habiter. Ajoutez à cela quelques lumières et une belle clappe … Il n’en faut pas plus pour que la salle se lève. Et quand commence Elle Habite Ici, on commence carrément à danser, ce qui le fait partir dans une digression en semi-impro à la guitare pour faire encore durer le plaisir. Le public se presse devant la scène à présent, pour profiter de tout cela à 100%.

Le voyage musical continue de plus belle et nous continuons sur une ballade un peu western. Un duo en fait, qui est censé être chanté avec celui qui en a écrit le texte, Eagle-Eye Cherry, mais qui va être remplacé par Edouard ce soir (qui va d’ailleurs fort bien s’acquitter de cette tâche). Encore une fois, on commence tout en douceur, mais quand la musique s’emballe, on est véritablement dans un concert Rock et ce devant un public totalement aux anges.

Et malgré tout ce naturel ambiant, il sait à chaque fois nous planter le décor, tout en subtilité, mais toujours en visant au plus juste. Il plaisante en ré-accordant sa belle guitare (une dame fragile, née en 1936 tout de même … Alors respect !), puis joue les premières notes de J’en Rêve Encore et on décolle direct (Dites moi sincèrement quelle fille, voir même quel garçon, n’a pas senti au moins une larme monter en entendant les paroles de cette chanson …) De grandes lampes de bois et de fer s’allument en fond de scène. C’est superbe. Le public crie à chaque reprise et c’est un pur moment de bonheur, même si c’est une des plus tristes chansons de son répertoire.

Toute la salle est définitivement debout. Ça crie. Ça frappe dans les mains. De Palmas reprend certains refrain juste avec sa guitare. Puis tous les musiciens reprennent. C’est super beau. Et toutes ces digressions et ces déclinaisons sans fin font durer les morceaux une éternité. Il arpente la scène, le plus souvent un genoux en l’air et marquant le rythme à grands coups de guitare. Il donne une dynamique incroyable à tout cela. C’est vraiment du beau gros son, fait pour chanter et pour danser. La musique remporte à chaque fois la partie et nous emporte avec elle dans un jeux de notes et de mots.

L’ambiance est aussi festive sur la scène que dans la salle. Ça branche et ça charrie tant que ça peut. Il se moque de David qui se plaint d’avoir trop chaud derrière son clavier «Normal avec ta chemise de bucheron ! Enlève là !! (cris des filles) … Tu vois, elles savent déjà que ça va être bien !!». Mais celui-ci se dégonfle et montre qu’il n’est pas encore l’heure pour lui de se dévoiler devant nous 😉

Le set se termine sur les chapeaux de roues. Un vrai Live avec des titres totalement revisités et un public au taquet. Sans compter des musiciens qui prennent un pied pas possible. Tout le monde est debout à chanter, à danser et les morceaux se terminent en trombe, avec un déchainement de guitares et des riffs en cascade. La salle se rallume et il nous quitte comme ça, avec juste un petit signe de la main.

Quand il revient pour les rappels, c’est tout simplement en acoustique et en chœur avec le public. Puis, pour le second morceau, les autres musiciens le rejoignent. Tout le monde se rapproche. Ça sent la fin, mais surtout l’envie de partager cela ensemble. De Palmas s’amuse une dernière fois avec ses quatre complices, ondulant de tout son corps (pour le plus grand plaisir des fans!). Il présente tout le monde, tout en continuant à jouer et je crois n’avoir jamais entendu un morceau aussi long ! Il en joue : «C’est fini … Non ?!! Si … C’est cramé là ?!!» Et bien non, on repart pour un tour, sur du n’importe quoi, certes, mais on repart quand même … Rien que du plaisir en barre qui se termine par «J’aurai pu lire dans vos pensées …»

Composition

  1. Tomber
  2. Sous La Pluie
  3. Mon Cœur Ne Bat Plus
  4. The Jocker (Steve Miller)
  5. L’étranger
  6. Naked And Free (So Here I Am)
  7. Elle Habite Ici
  8. Dans Une Larme
  9. What Is Done Is Done
  10. J’en Rêve Encore
  11. Les Lois De La Nature
  12. Johnny And Joe
  13. Regarde Moi Bien En Face
  14. Au Paradis
  15. Une Seule Vie
  16. Hard To Handle
  17. 1er Rappel : Au Bord De L’eau
  18. Sur La Route

Date Limite de Consommation

  • Ce concert s’inscrit dans la tournée Sur Ma Route qui se termine le 15 Septembre 2012 à Namur
  • Album défendu : Sur Ma Route

Site de Production

Site Officiel : http://depalmas.artiste.universalmusic.fr/

Ingrédients

  • Gérald Gardrinier : Chant & Guitare
  • Sébastien Chouard : Guitare
  • Edouard Coquard : Basse
  • David Berland : Clavier
  • Julien Audigier : Batterie

Remerciements

  • Stephan @ ConcertAndco
  • Marine @ Sud Concerts

Détails du show

Style musical : • Chanson FrançaiseFolkPopRock

Label : • Mercury

Production : • 213 ProductionsSud Concerts

Musicien sur scène : • David BerlandEdouard CoquardGérald GardrinierJulien AudigierSébastien Chouard

Instruments : • BasseBatterieChanteurClavierGuitare

Nationalité des musiciens : 

La Zone des Lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.