03 janvier 2013 à 20:09

Steven Wilson – The Raven That Refused to Sing (And other Stories)

Dans ce rayon : •

Etalagiste : •

English translation at the end of the page

Préambule

Noël est toujours une période magique avec son lot de cadeaux, de repas familiaux et de moments conviviaux.

Cette année sera tout aussi magique avec la réception du prochain album de Steven WilsonThe Raven That Refused to Sing (And other Stories). La sortie officielle de l’album est prévue au 25 Février – nous avons d’ors et déjà pré-commandé une version deluxe.

C’est pas tout ça faut faire une chronique

J’ai beau connaître la discographie de Steven quasi sur le bout des doigts, écouter les 3 albums studio quasi continuellement depuis 3 jours, c’est vraiment pas évident de décrire la magie et l’émotion suscitées par l’écoute de l’album.

Alors, j’ai commencé parce que je sais le plus faire : une photo de famille pour visualiser toute la production solo de Sir Steve.

The Raven That Refused to Sing (And other Stories)

Pour les têtes en l’air voici un rapide résumé du hant en bas, de la gauche vers la droite :

  1. Insurgentes (2009) : 1er Album sortie de 2009. C’est beau, c’est sombre, c’est un peu trip hop
  2. Nsrgnts Rmxs (2009) : Remix d’Insurgentes avec une sublime ambiance ! J’adore
  3. Vapour trail lullaby (2010) : Demo des session de l’album In Abstensia de Porcupine Tree, ce morceau fut arrangé pour devenir Lullaby sur l’album Blackfield 1. Le thème est aussi présent sur le titre Twilight Coda d’Insurgentes. Diffusion assez limitée de la démo initiale
  4. Cover Version (2010) : 6 Cd 2 titres où Steven arrange un morceaux à sa sauce et présente un nouveau titre. Je ne peux que saluer la sublime reprise de A Forest des The Cure sur le Cover III !
  5. Grace For Drowning (2011) : Second vrai album solo ! A écouter sans modération
  6. Catalog / Preserve / Amass (2012) : Album solo assez peu diffusé (3000 copies) pour le financement de Get All You Deserve, live beaucoup plus ambitieux (DVD, Bluray, double live)
  7. Get All You Deserve (2012) : 1er vrai album live, comme si on y était
  8. Et le petit dernier avec, en album promo sans fioritures (mais au nom de Concerts en Boîte et ça c’est la classe !)

Le premier constat évident est que le bonhomme est très productif en solo depuis 2009, sachant :

  • qu’il a assuré l’album The Incident et la tournée en découlant pour Porcupine Tree fin 2009
  • qu’il a  travaillé avec Blackfield pour Welcome To My DNA en 2011 y compris en tournée
  • qu’il a sorti en 2011 Cenopath pour Bass Communion
  • qu’il a un peu tournée avec No-Man en 2012
  • qu’il a sorti l’album Storm Corrosion avec son ami Mikael Akerfeldt d’Opeth
  • et qu’enfin il remasterise à une cadence infernale la discographie de King Krimson (entre autre)

Voilà un peu pour présenter l’environnement de ce nouvel album et l’état d’esprit de ce génie de Steven.

Première écoute

5 secondes de Luminol suffisent pour comprendre que la production est aux petits oignons : il apparaît évident que Steven a une nouvelle fois rien laissé passer et pris le temps d’obtenir le son qu’il souhaitait, un son plein de nuances de détails et où même chaque cymbale pèse autant que la voix !

J’imagine qu’Alan Parson, co producteur de l’album n’y est pas non plus pour rien. Pour ceux qui n’ont pas écouté de musique depuis 30 ans, Alan est, entre autre, le producteur de Dark Side of The Moon ou Atom Heart Mother des Pink Floyd mais aussi le producteur d’une partie de la production des Beattles ! Son talent n’est donc plus à démontré dans le milieu.

Mais le son est trop Wilsonnien pour qu’Alan ait vraiment eu son mot à dire. Non, pour moi, Alan est à l’origine d’une ambiance beaucoup plus 70′ que les albums précédents de Steven, ambiance faisant directement penser à Genesis ou King Krimson. L’utilisation du melodron a aussi probablement été aidée par Alan.

Quelques notes après un écoute plus détaillée

Luminol

Ce morceau est sur l’album live Get All You Deserve et nous avions eu la chance de l’avoir lors du second concert Parisien de la tournée de Grace for Drowning ! Ce n’est donc pas un morceau nouveau mais on le découvre avec toute les subtilités voulues par son auteur et possibles en studio.

C’est le morceau où Nick Beggs est juste phénoménal avec un jeu de basse puissant et sec ! Perso j’adore. L’autre mention spéciale est pour Marco Min­ne­mann dont le jeu tout en précision devrait dégoûter 90% des batteurs du monde entier ! On sent que Marco joue dans la même cour que Gavin Harrison.

Drive Home

Mon morceau chouchou ! Dès la première écoute je me suis laissé emmener par ce morceau tout en douceur et en poésie ! C’est peut-être le morceau le moins jazz, peut-être le plus proche des ambiances de Blackfield même si les changements de rythmes sont dans la plus pure tradition années 70′.  Le solo dans les dernières minutes du morceau est du Steven Porcupinisé tout craché ! En résumé, ce morceau résume assez bien à lui tout seul toutes les facettes rock/rock progressif/jazz de Steven !

The Holy Drinker

Un morceau incroyablement riche qui nous emmène dans une multitude d’ambiances et multipliant les styles, le tout dans 10 min ! En croit entendre du Storm Corrosion et finallement on a un écho à Grace for Drowning avant que tout parte ailleurs, là où Steven n’avait pas encore osé !

The Pin Drop

Fermons les yeux et nous sommes dans une forêt enneigée sombre sur un cheval tantôt au galop tantôt au pas selon le rythme, dans une période où les Hobbits croisent les elfes.

The Watchmaker

Ce morceau permet de souligner l’incroyable utilisation de la flûte par Théo Tra­vis qui sait parfaitement se marrier à la guitare assez métal, le tout formant une drôle de comptine qui se finit mal dans les 2 dernières minutes très oppressantes.

The Raven That Refused to Sing

Titre éponyme qui pour moi fait écho à Insurgentes dans sa construction et son approche. Egalement, et c’est la première fois dans la discographie de Steven, j’ai l’impression d’entendre du Archive dans les nappes de claviers. C’est une sensation très agréable d’ailleurs tant j’estime ces deux univers.

Le 25 Février 2013 c’est loin !!

Et oui ! Ne comptez pas sur moi pour diffuser une version de ce Cd sur Internet. Au mieux, c’est à venir écouter à la maison ! Mais, pour autant, Steven a pensé à vous et l’on peut voir des sessions d’enregistrement sur sa chaîne YouTube Officielle. D’ici cette date, sachez que moi aussi je suis impatient de recevoir la version Deluxe et d’y découvrir toutes les pépites !

Et le 8 mars 2013 ?

Un très beau concert à ne pas louper au Trianon !!! Venez soutenir cet artiste hors du commun. Nous, nous y serons !

English Translation by Sean Seltzer (big Thanks !)

Here is a little present for the environment of this new album and the state of mind of the genius of Steven.

First listening

5 seconds Luminol enough to understand that production is small onions: it is clear that Steven has once again missed nothing and took the time to get the sound he wanted a sound full of nuances and details where even each cymbal weighs as much as the voice!

I guess Alan Parson, co producer of the album is not for nothing. For those who have not listened to music for 30 years, Alan is, among other things, the producer of Dark Side of The Moon and Atom Heart Mother Pink Floyd producer but also a part of the production of the Beatles! His talent is no longer shown in the middle.

But the sound is too Wilsonnien for Alan really has had its say. No, for me, Alan is causing an atmosphere much more 70 ‘than previous albums of Steven atmosphere that directly think Genesis or King Krimson. The use of melodron has probably been helped by Alan.

Some notes after listening more detailed

Luminol

This song is on the live album Get All You Deserve and we had the chance to be at the second concert tour of Parisian Grace for Drowning! This is not a new piece but it is discovered with all the subtleties intended by the author, and possible studio.

This is the song where Nick Beggs is just phenomenal with a set of powerful bass and dry! I personally love it. Another special mention to Marco Minnemann whose game while precision should sicken 90% of drummers around the world! We feel that Marco plays in the same league as Gavin Harrison.

Drive Home

My song darling! Upon first listen I let myself take this piece by gently and poetry! This is perhaps the least jazz piece, perhaps the closest environments Blackfield even if changes are rhythms in the purest tradition of the 70s’. The solo in the last minute of the song is the spitting image of Steven Porcupinisé! In summary, this song pretty much sums up all by itself all facets rock / progressive rock / jazz Steven!

The Holy Drinker

An incredibly rich piece that takes us in a variety of moods and styles multiplying, all in 10 minutes! According hear of Storm Corrosion and finally we have an echo Grace for Drowning before any partners elsewhere, where Steven had not yet dared!

The Pin Drop

Close our eyes and we are in a snowy forest on a dark horse at a gallop sometimes sometimes not according to the pace, at a time when the Hobbits cross the elves.

The Watchmaker

This piece serves to emphasize the incredible use of the flute by Theo Travis who knows perfectly marry the guitar enough metal, forming a funny rhyme that ends badly in the last 2 minutes very oppressive.

The Raven That Refused to Sing

Title track which to me echoes Insurgentes in its construction and its approach. Also, and this is the first time in the discography Steven, I seem to hear the Archive in layers of keyboards. It is a great feeling as I believe also these two worlds.

 The February 25, 2013 is far!

And yes! Do not count on me to deliver a version of this CD on the Internet. At best, it is coming home to listen! But, so far, Steven thought of you and you can see the recording sessions on his YouTube channel Official. By that time, know that I too am looking forward to receiving the Deluxe version and discover all the gems!

La zone des lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires. Cette épicerie musicale c'est avant tout la votre et faut soutenir les commerces de proximités !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar