25 janvier 2016 à 21:40

Nine Inch Nails – Feel The Pain

Dans ce rayon : •

Etalagiste : •

Feel The Pain - Pochette avant du bootleg

Nine Inch Nails – Feel The Pain – Pochette avant

Feel The Pain - Pochette arrière du bootleg

Nine Inch Nails – Feel The Pain – Pochette arrière

Date d’emballage

Même si la pochette mentionne un enregistrement le 22 Septembre 1995 à Camden, c’est en réalité celui d’un 11 octobre 1995 à St Louis.

Et celui-ci prend place dans le cadre de la tournée Outside Tour.

Composition

  1. Terrible Lie
  2. March Of The Pigs
  3. The Becoming
  4. Sanctified
  5. Piggy (Nothing Can Stop Me Now)
  6. Burn
  7. Closer
  8. Wish
  9. Gave Up
  10. Down In It
  11. Eraser
  12. Scary Monsters (David Bowie) – Duo avec David Bowie
  13. Reptile  – Duo avec David Bowie
  14. Hurt  – Duo avec David Bowie

Le grain de sel d’Arnaud

Fermez 2 secondes les yeux et imaginez une tournée avec le concept suivant : Nine Inch Nails ouvre la soirée et déroule un Set assez violent d’environs 1h10. Il n’y a pas de rappel. Mais, au lieu de cela, petit à petit, David Bowie et son groupe prennent part au Set de Trent Reznor et de ses musiciens, avant que ces derniers ne s’effacent pour laisser entièrement la place au Thin White Duke.

Alors si, rétrospectivement l’idée est superbe, replaçons nous à l’époque…

A ma droite : un Trent Reznor qui sort de la terrible tournée Self Destruct Tour, pendant laquelle alcool et drogue étaient à profusion, et où également le thème de Downward Spiral devait être à la fois lourd à porter et à défendre, soir après soir. Un tel mélange, c’est forcément explosif, comme en témoigne un autre bootleg DVD semi  officiel : Closure ! De plus, fin Août 1994, Nine Inch Nails a marqué les esprits en ne réalisant rien de moins que la meilleure prestation de Woodstock 1994, avec de la boue de la tête aux pieds ! Trent Reznor est alors un Bowie des années 70 : drogué, subversif et en passe d’être mis sur le piedestal des artistes hors normes.

A ma gauche : Un David Bowie un peu fatigué des tournées et qui ne garde pas un très bon souvenir de la dernière : Sound+Vision Tour. Il doit défendre à présent un nouvel album, Outside, assez conceptuel et pas forcément très bien accueilli par la critique !

Dans ce conteste, c’est David Bowie qui a envie de ce défi, ce cette sorte de battle entre deux univers assez différents, bien que convergents artistiquement parlant ! Il sait que le risque est énorme et surtout que les fans de NIN ne sont pas ceux de l’ancien Ziggy.

Le concept ne prendra d’ailleurs pas vraiment et s’arrêtera après la tournée américain de Bowie. Les salles changeaient radicalement de public entre les deux Sets : les fans de l’anglais seront au bar en début de concert tandis que des fans de l’américain quitteront la salle quelques titres après Hurt.

Pour autant, il reste, entre autre, un enregistrement comme Feel The Pain, qui prouve que c’était la meilleure idée du monde ! La magie y est totale pendant le duo et on y ressent réellement la convergence artistique !

Du set de NIN, on retiendra Sanctified et Piggy en version Remix : du pur bonheur !

Et, après Eraser qui sonne comme un début de transition, on assiste à la réunion de probablement deux des plus belles voix masculines du Rock. Tout simplement. Et, cerise sur le gâteau, les morceaux sont retravaillés, comme pour mieux se fondre dans l’univers de chacun des leaders. Hurt gagne ainsi une poésie presque lyrique, avec ses solos aériens de guitares. Reptile est, quant à elle, plus incisive !

L’enregistrement s’arrête après Hurt, mais la fin du concert, exclusivement dédié au Set de David Bowie existe également.

Bilan Sucré-Salé

Côté Sucre

  • Un son de malade !
  • Reptile en duo est définitivement Le moment fort
  • Trent est plus qu’énervé, avec une voix très agressive. C’est jubilatoire. Mais pour autant, tout semble bien aller : il n’y a que quelques Fuck ici et là, et donc rien qui témoignerait d’une soirée hors norme.
  • Le petit livret est sympathique, avec les dates de la tournée et quelques photos.

Côté Sel

  • Subterraneans et Hallo Spaceboy manquent à la transition NIN -> Bowie. C’est la conséquence d’un Set de quasi 1h30, impossible à avoir sur un seul CD.
  • La pochette est vraiment pale, avec trop d’indications typiquement bootleg.
  • Il faut un second boot pour avoir la partie Bowie.

La zone des lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires. Cette épicerie musicale c'est avant tout la votre et faut soutenir les commerces de proximités !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar