Avis sur un show

06 juillet 2017

Julien Doré @ Arènes (Nîmes)

Julien & Doré !!

  • 61
  • 0
  • 1
  • 2
  • 2
  • VN:F [1.9.22_1171]

Evaluation de la Soirée

Note global du concert, 5.5 - 4 votes
VN:RO [1.9.22_1171]
Note internautes, 6.0 avec 2 vote(s)
Note d'Ysabel
Note d'Arnaud

1 : Pas du Tout - 2 : Un Peu - 3 : Moyennement - 4 : Beaucoup - 5 : Passionnement - 6 : A La Folie

Conditions de mise en boîte

Les 3 premiers morceaux dans les crashs barrières.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Je me dois de vous donner mon état d’esprit au moment de ce concert. Si je regarde mon passif avec cet artiste à part sur la scène musicale, je constate qu’il a su me retourner en quelques albums : peu intéressé par sa prestation sur le vieux port en 2011, j’ai ensuite été retourné comme une crêpe en 2015 au Moulin, pour enfin me retrouver définitivement fasciné et admirateur lors de notre dernière rencontre Live en Arles.

C’est donc assez logiquement que je me retrouve parmi les premiers acheteurs de &. Là, deux constats frappants : ce gamin a un sacré talent d’écriture. Ce ne sont que des « chansonnettes » sans énorme prétention de composition, mais c’est sacrément efficace et sans s’en rendre compte on sifflote avant la fin chaque titre. L’autre constat est plus critique. En effet je trouve que Julien ne joue absolument pas avec sa voix sur cette album et pire, qu’il apporte une certaine monotonie à des titres plutôt pimpants. Alors, au lieu de l’entendre chanter, j’ai plutôt l’impression d’écouter des feulements monocordes de chaton. C’est étonnant mais, ma foi, un peu lassant sur toute la longueur d’un album.

Pourtant, cet avis finalement plutôt mitigé de l’album ne m’enlève absolument pas l’impatience de vivre le concert de ce soir. Je sais les Arènes pleines comme un oeuf, avec un public au taquet, et je sais Julien bête de scène.

Cette soirée sera donc fidèle à la mémoire de mes concerts de 2015. Julien donne tout, avec un sourire allant d’une oreille à l’autre. On le voit sauter, courir, se dévêtir, se marrer, vanner le public, être ultra réceptif et attentif à cette fosse bouillonnante. En résumé, c’est un magnifique artiste qui donne tout pour son public et qui en retour reçoit énormément.

Au niveau musical, ce sont les rythmes de l’album avec une bonne dose de Guronsan au Red Bull au chant : fini cette monotonie car ici, Julien crie et vit pleinement sa musique. Il confirme définitivement sa stature d’homme de scène. J’en conclue qui est là pleinement dans son univers et heureux d’y être. Qu’on lui donne sur scène une hache et il vous coupe du bois pour tout l’hiver d’une seule main !

Charismatique, vibrant et étonannt sont des qualificatifs qui peuvent lui coller parfaitement à la peau. Et, comme lors de la dernière tournée qui se concluait par un émouvant Corbeau Blanc, Julien réitère la performance sur cette tournée avec, en fin de Set, le captivant De Mes Sombres Archives. Et perso je signerai toujours des trois mains un concert qui sait se terminer par une apothéose émotionnelle, qui sait nous donner la juste dose d’effroi après l’excitation, pour un bilan vibratoire plus que positif.

S’il faut une conclusion, je serais définitivement de ceux qui conseillent aux néophytes de ne pas découvrir Julien Doré sur album, mais d’essayer de se coller au premier rang du prochain concert du nîmois à leur portée. Pour moi, même si je ne suis plus néophyte, ce sera à Marseille en Décembre prochain, pour un Coco Câlin de fin d’année 😉

PS : Ah, j’oubliais : Bon anniversaire Julien ! Tout juste 35 ans au moment de conclure le concert.

Etiqueté par Ysabel :

Un concert de Julien Doré, ce n’est pas que de la musique. C’est aussi un univers, une esthétique, une ambiance et y aller, s’est se retrouver au milieu de vrais vrais fans. Fans de la gente féminine le plus souvent, il faut bien l’avouer. Fans qui lui font savoir leur attachement par des fleurs, des ballons, des tee-shirts … et même une demoiselle que je vois passer devant moi vêtue d’un tutu, le front ceint d’une couronne de fleurs et l’inscription des lettres DORE en vertical dans le dos. Une vrai de vrai quoi 😉

Et pour la scène, là aussi il y a de jolies choses à regarder avant que le show ne commence. Un énorme & pour un fond tout noir et blanc. Deux podiums blancs. Sans oublier une belle Ola qui commence, pour le côté ambiance. En plus, à l’heure H, tout s’illumine comme par magie. Et le & s’ouvre pour laisser passer le beau Julien sur une musique d’orgue. C’est simple, cette scénographie est juste superbe. Magnifique idée que ce & géant lumineux, qui peut changer de couleur en un claquement de doigt. Le tout devant une mer de bras levés et tout le monde qui chante … Quelle ambiance déjà. Ça promet !

« Ce soir, mon cœur est fortement plein ! Merci infiniment » … Le voyage peut commencer. Première destination : une plage de Beyrouth. Avec son premier petit bain de foule et un amusant retour sur les épaules du vigile 😉 , pour enchainer sur un Coco Câline qui l’amène à arpenter la scène dans des attitudes très animales et félines. Toujours avec une aisance sans faille… jusqu’au petit cinéma qu’il nous fait au moment du tombage de veste (pour le plus grand bonheur de ces demoiselles, évidemment). Voilà même que débarque son ami le panda géant (ma parole, on se croirait sur le plateau de VTEP !) qui se balade de musicien en musicien. Tranquille comme on dit chez nous. Définitivement très cabotin tout de même le Julien Doré. Très branché image aussi. Mais il faut reconnaitre que le résultat est hyper classe et surtout que tout fait immanquablement mouche. Comme ce & argenté qui se balade lui aussi. Sans oublier le panda qui nous demande de faire la vague … Alors allons-y !

Côté musique, c’est simple : c’est festival de tubes. Alors ça danse et ça chante de partout. Ambiance de malade, digne de mon souvenir ici même du concert de -M-. « Tout va bien ? Et 1-2, 1-2-3 ! » Kiss Me Forever ! En fait, il veut nous faire faire sa gym je pense 😀 Ou des claquettes … On ne sait pas. Mais ce qui est sûre, c’est que tout cela le fait rire et lui donne envie de nous jouer le chanteur d’opéra ! Pourquoi pas. Il est tellement heureux d’être là. De « Quitter Paris » dont il se moque sur des chants suraigus pour marquer l’abandon … accompagnés de confettis !

« La prochaine est une chanson en américain ! Le refrain fait : I want to go to Winnipeg with you » Aller, on y va. Avec la dernière reprise chantée à capella par le public, lui au ukulélé … Il adore et nous en remercie avec émotion. Puis enfile une petite chemise de « popeline » (c’est pas moi qui le dis, mais lui) et s’attache les cheveux pour passer au piano. « La prochaine porte un nom de fleur : Magnolia. Mais on est pas sur du Florent Pagny. C’est autre chose ! » Et il faut que le joli chœur de Nîmes reprenne sur « Don’t be afraid », pour le plus tendre des moments. On est, et on va rester pour quelques titres, dans de l’intimiste qui explose en bouche comme le meilleur des desserts. La jolie surprise vous voyez. Un mélange d’émotion et de Rock. Puissant et touchant à la fois.

Puis il reprend à nouveau place devant nous pour la fin du Set. Cheveux détachés, mais toujours en chemise de popeline 😉 Light show définitivement de toute beauté, qui nous en met plein les mirettes. Encore plus que tout ce que j’avais imaginé. Il nous remercie avec encore beaucoup d’émotion dans la voix. « Si vous saviez… Si vous saviez », avant de reprendre (avec de l’écho) une dernière fois le refrain de De Mes Sombres Archives, lui arc bouté sur son piano, dans la fumé et la folie lumineuse. Quel final ! Il nous salue très bas et, après son départ, le public de Nîmes lui souhaite un joyeux anniversaire en chanson dans le noir (et oui parce que nous sommes passés ensembles au 7 Juillet).

Quand il revient pour le rappel, il nous raconte qu’il a passé 8 ans ici et il nous remercie pour ses « meilleurs 25 ans » (ben voyons 😉 !) Alors on repart dans un re Joyeux Anniversaire repris à tue tête. Il y a 12 ans qu’il a commencé la musique par la guitare et cela fait quasiment aussi longtemps qu’il n’a pas joué celle-ci, qui n’est pas de lui. « On va voir ce que ça donne ». En tous cas, c’est son auteur qui lui donné envie de chanter … Francis Cabrel. Dont il reprend le titre Corrida, seul en scène avec sa guitare. Avec encore de belles Arènes qui chantent. A chaque fois que je les entends ainsi raisonner, cela me donne les mêmes frissons, même si ce soir elles ne vont pas s’illuminer de ses petites loupiottes, comme elles savent si bien le faire. Et il terminera sur un Paris-Seychelles, pour faire chanter à droite, à gauche, au milieu. Tout le monde s’exécutant avec bonne grâce. Avant qu’il ne nous offre un nouveau joli salut, tout en cheveux.

Il reviendra pourtant une dernière fois, mais en petite veste kaki et casque doré, à califourchon sur une moto qui descend encore une fois du fameux & (on aura eu toute l’imagerie de ses pochettes d’album en fait, à part le Bichon !) Et il vient tendre son micro dans les crash pour capter un beau tonnerre d’applaudissement. Présentation de ses six musiciens. Puis il quitte la scène, toujours par le même chemin, après nous avoir lancé : « Quoi qu’il arrive, prenez soin de vous ! ». Le & se reforme. Le rideau tombe. Et ne reste plus que Monsieur Panda, qui nous quittera lui aussi quelques instant plus tard.

Composition

  1. Le Lac
  2. Beyrouth Plage
  3. Coco Câline
  4. Chou Wasabi
  5. Kiss Me Forever
  6. Les Limites
  7. Winnipeg
  8. Magnolia
  9. Sublime & Silence
  10. Eden
  11. On Attendra L’Hiver
  12. De Mes Sombres Archives
  13. Rappel : La Corrida (Francis Cabrel)
  14. Paris-Seychelles

Date Limite de Consommation

  • Ce concert s’inscrit dans la tournée Esperluette
  • Album défendu : &

Site de Production

Page Officiel : http://www.juliendoreofficiel.com

Ingrédient

  • Julien Doré : Chant, Ukulélé & Piano
  • Mathieu Pigné : Batterie
  • Julien Noël : Piano
  • Arman Meliès : Guitare
  • David Faisques aka Darko : Guitare
  • Edouard Marie : Basse
  • Baptiste Homo : Clavier

Remerciements

  • Morgane @ Adam Concerts

Un de nos Instagrams de la Soirée

concertsenboite

#ConcertsEnBoite avec #JulienDore 🎼🎵🎶... #FestivalDeNimes #LaVieEstBelle

  • par

    25 juillet 2015

    Photo du concert

    Julien Doré @ Théâtre Antique (Arles)

    Le concert au Silo m'avait retourné... J'adore alors revoir un artiste pour constater si ces belles émotions sont dues au hasard ou non. Six mois se sont écoulés, c'était parfait. Et, revoir ce même concert dans ce ...

  • par

    28 janvier 2015

    Photo du concert

    Julien Doré @ Silo (Marseille)

    Je me dois de commencer cette chronique par une confession : je pensais, en arrivant au Silo, ne pas forcément aimer la musique, ni la prestation Live de Julien Doré. J'avoue aussi ne pas vraiment connaître ...

  • par

    09 juin 2011

    Photo du concert

    Julien Doré @ Vieux Port (Marseille)

    Julien a une énergie rare sur scène. Sur ce point, pas de doute, il donne tout. Niveau musicale, je vais dire que ce n'est pas mon genre, sans non plus que je puisse définir pourquoi. ...

La Zone des Lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.

  • VA:F [1.9.22_1171]
    0
    2

    Presque aussi belles que les miennes les photos (humour :p )

    très beau travail et très beau live report !! comme d’habitude je dirai !!

    https://www.facebook.com/valydphotography/

  • VA:F [1.9.22_1171]
    0
    2
    image gravatar rajoute :

    Finalement les fans c’est Vous & Nous il me semble 😉
    Un article qui retrace de très bons souvenirs vécus au 1er rang, place que je compte bien conserver lors de prochains concerts même si vous incitez à la concurrence ! Car oui je confirme, Julien Doré ça s’apprécie dans le salon, la voiture (de préférence une punto 😉)… mais ça se savoure en concert & surtout une fois que vous y avez goûté eh ben vous allez en redemander « encore et encore » eh oui « c’est que le début d’accord d’accord » comme dirait celui qui a incité Julien à prendre une guitare…
    PS : sublimes photos, sublime Julien…