Avis sur un show

29 septembre 2016

Les Frères Jacquard @ Paloma (Nîmes)

Kesta Jacquard ?!

  • 17
  • 2
  • 1
  • 1
  • 0
  • VN:F [1.9.22_1171]

Conditions de mise en boîte

Librement dans le club !

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Dès la première écoute des Frères Jacquard, on sait à quoi s’attendre : à du grand délire musical, tout simplement.

Instantanément, ils m’ont fait penser à la troupe des Robins des Bois. Et plus spécialement aux sketchs de Pascal Vincent, au cours desquels celui-ci s’amusait, accompagné de sa guitare sèche, à mélanger les paroles d’une chanson sur l’air d’une autre. Le résultat étant de nous offrir une séquence des plus désopilantes. Mais, il faut l’avouer, le suisse et ses compères réalisaient cet exploit avant tout pour faire rire et, parfois (souvent), la musique en pâtissait un peu.

Les trois frangins de Lozère reprennent donc le concept, mais clairement sans oublier la qualité musicale ! Car, en plus de déborder d’idées, comme de penser à mélanger du Carlos avec du Michael Jackson, chacun d’eux est aussi terriblement bon avec son instrument (en tout cas sur scène, leur vie privée ne nous regardant pas 😀 ). Et, pour ne rien gâcher, tous trois ont des cordes vocales capables de faire rire et danser Juppé !

Résultat, nous rentrons instantanément dans une barre d’humour et de musique, comme très peu de troubadour savent en faire. Tout ici est limpide, comme instantané et naturel. Alors que cela doit demander bien des heures de peaufinage, et bien des après-midi dans la rue à analyser les réactions à leurs pitreries, face à des badauds, pour les dernièrs réglages.

Alors si, je l’avoue, j’étais un peu fatigué avant leur montée sur scène, dès le premier pastiche de Johnny Hallyday me voilà transformé en un véritable Marsupilami ! L’heure, en leur présence, s’est déroulé comme une soirée entre potes, où les plus doués s’amusent sur scène, pour le plus grand plaisir des autres.

Oui, définitivement aucun reproche à leur faire, sauf peut-être celui d’avoir inscrit le rythme et les paroles de Kesta Monik dans ma tête à jamais !! Chaque matin, depuis le concert, je n’y échappe pas : je la chantonne en allant à la voiture, comme heureux d’aller au boulot 😉

Etiqueté par Ysabel :

Et oui, rendez-vous était pris depuis la présentation de la Nouvelle Saison, à l’occasion des Journées du Patrimoine … Pour la première soirée Local Heroes de l’année à Paloma ! Avec, au programme : Namaz Pamous, Babel Buëch Madam’, mais surtout mon coup de cœur de cette présentation : Les Frères Jacquard (merci Céline pour la découverte !) que j’ai, depuis, traqué sur Facebook et autre Youtube … Et, je dois l’avouer, je suis devenue méga fan de leur humour décapant et de leurs reprises de tarés. Ils vont donc être le troisième groupe à passer ce soir, les changements de plateaux étant assurés par une Bandas farfelue, côté Patio.

Les Frères Jacquard … Top départ ! Et sacré départ même. Comment vous dire … Les Frères Jacquard, niveau look pour commencer, c’est quelque part un doux mélange entre François Damiens et Les Deschiens. Voilà Voilà. Avec un guitariste qui peut faire un peu penser à Régis Laspales (en mieux quand même, le pauvre, mais sans moustache), un bassiste avec de feux airs de Victor Lanoux et, pour terminer le tableau, un joueur de charango mais surtout de Valise à Poum (oui, oui : une valise équipée d’un marteau de grosse caisse) grand et mince, avec un déhancher juste indescriptible ! J’ai fait de mon mieux pour le visuel, mais sincèrement, y’a de ça 😉

Passons à la musique. C’est en fait un pot pourri de cover en VF, de cover avec paroles libres (très libres même !) et surtout de leur spécialité : mettre les paroles de l’un sur la musique de l’autre. Un vrai bonheur et un exercice de style qui n’est pas des plus simples … Essayez chez vous, c’est pas facile du tout, du tout !

On commence donc avec une chorée plus qu’habitée de Jean-Sté, qui nous chante du Johnny sur l’air de A La Queuleuleu (et oui). Pantalon en tergal, chemise à rayures et cravate en lainage … Tout le monde est déjà bien entendu totalement mort de rire. Avec les deux autres qui font en plus le chœur des vierges. Et, je peux vous le dire : c’est que c’est beau des hommes pénétrés par la musique. C’est simple, j’en ai les larmes aux yeux ! (Après savoir si c’est vraiment dû à l’émotion est un autre problème 😛 )

De l’Antisocial sur un air de Mademoiselle Chante Le Blues (non mais quelle idée !) et nous voilà à faire des Lalalaytouuu sur un Que Je T’aime (ah Johnny quand tu nous tiens) en mode Vive Le Vent … Assez fabuleux mélange. Avec chorée de claquettes, mais sans les chaussures adéquates. Pas grave. Puisque Jean-Co décide d’en assurer le bruitage, pour la BeatBox la plus pourrave de l’univers entier 😀 ! Et, en plus, ils se permettent de se foutre de nous, en nous aidant pour les paroles (parce qu’il faut bien sûr qu’on fasse les chœurs, hein) : « C’est que je t’aime ! »

S’en suit un beau moment d’émotion, en hommage aux gens du bâtiment. « Tous ces gens qui font des merveilles avec leurs truelles ». Et oui, El Muro aka The Wall, chanté façon disco et accompagné au charango (Oh Mon Dieu !) Il fallait oser. Avec explication de texte en prime, parce qu’il parait qu’il faut donner leur chance aux jeunes. Et oui, c’est important les jeunes. Tout autant que les hommages rendus aux chanteurs décédés. Sauf que pour celui qui suit, ça faisait trois ans qu’ils croyaient qu’il était mort, alors que pas du tout : Ah merde ! (Enfin si, mais récemment). Hommage à Prince donc, roi du Funk … Mais traduit en français. Et oui. Ce qui donne donc la chanson Bisou (je sais, c’est la loose). Surtout avec la voix suraiguë de Jean-Mi et un jeu de fessier de Jean-Co, le cul en bombe, avec cette toute petite guitare portée super haute (pour ne pas dire sous les bras) … Je ne vous dis que ça.

Mais leur répertoire ne s’arrête pas là, non. Ils n’oublient pas non plus « La musique de danse traditionnelle funky ! ». Surtout qu’ils y sont forcés par leur impresario, Monsieur Y, qui les a encouragé à s’investir dans la promotion de la Lozère, leur mère patrie. Pourquoi pas me direz-vous ? Mais, cerise sur le gâteau, la présentation de l’incontournable Gorges Du Tarn va être faite avec un horrible accent allemand (à la Villeret dans Papy Fait De La Résistance voyez), nostalgique du doux temps de l’occupation. Non, rien ne leur fait peur… Surtout pas le plus délectable des mauvais goûts. Sans oublier le beat, assuré par la à présent devenue légendaire Valise à poum, jouée par un Jean-Co totalement désinhibé, qui détache sa petite queue de cheval d’un large geste de beau gosse (malgré une jolie petite calvitie naissante) … Nous offrant ensuite un solo de valise d’anthologie, sautillant d’un pied sur l’autre. « 1er Prix Samsonite en 92 ! » s’écrie Jean-Sté. Quand à la nouvelle échappée vocale stridente de ce dernier … Que dire ?! En tous cas, les deux autres prennent bien soin de lui, en lui proposant un coup de pschitt pour la gorge 😛

« Vive Nîmaaa » (avé l’accent) « Je sais, j’y suis né, mais j’en suis vite parti ! » Et les voilà repartis pour un nouvel hommage mortuaire, mais pas seulement. Parce qu’il ne faut pas oublier que ce sont des artistes engagés. Là pour rétablir des vérités, même s’il leur faut pour ça prendre des risques. Oui. Ils ont décidé de lutter contre la discrimination entretenue par les Jackson 5 à l’encontre de leur sixième frère… « Pour toi Carlos Jackson, pour toi gros ! » Quel hommage que ce Tirelipimpon/Medley du grand Michael. Magnifique jeu de scène. Et Papayou, Rosalie … Tout y passe. Oui, quand Les Frères Jacquard rendent un hommage, ils rendent un hommage bordel de merde ! Et c’est beau. Putain que c’est beau ! Que d’émotion encore une fois :’(

Voilà ensuite venu le moment où les corps s’enlacent. « Mais que ceux qu’on pas de belles voix se taisent, merci ». Normal. Je comprends. Faut pas gâcher quand on est face à une œuvre artistique aussi exceptionnelle. Surtout que ce n’est pas simple de chanter un « ééééééééééééé et » assez long pour caser le « toujours en été » de Still Lovin’ Ze Sud en fin de refrain. Du travail de Vrais professionnels. Après, pourquoi cela fait-il remonter à la surface les durs souvenir de guerre de Jean-Sté qui se prend pour Rambo ?!?… Je ne sais Ginette, je ne sais. Mais c’est si compliqué les blessures profondes. Ceci étant, et plaisanteries mises à part, qu’est-ce qu’ils chantent bien ces cons 😉 Je suis vraiment définitivement fan.

Spéciale dédicace à Paloma, « Temple de la Musette » qui mérite bien qu’on lève tous nos mains en l’air pour lui offrir nos … Escargots Rois du Rock ! (Putain, je n’y avais jamais pensé et j’en rigole encore. Plus jamais je ne ferai les cornes du diable sans penser à eux). Tout je vous dis, ils osent tout. Même une reprise de Noir Désir sur des paroles de Moustaki et son refrain fait d’une longue énumération de noms de chanteurs ringards du Top 50 (et autres). Ils savent vraiment tout faire (et là je suis sérieuse), et sont même plus que bluffants sur celle-ci. Jouant les rockeurs jusqu’au bout, terminant dos à nous, face à leurs retours.

On approche hélas de la fin (sérieux, on ne s’en lasse pas). Il faut donc se bouger et transformer Paloma en Club Dancing « Pour vous les Monik de ce soir ! » Avec une bonne séance de Bouge Ton Boule et une spéciale dédicace à toutes les maisons de retraites de la région (et oui, ils les connaissent toutes par leur nom apparemment). Pour finalement terminer par un « Bestouffe, pot pourri comme on dit par chez nous … Non pas que le reste soit de meilleure facture ! » Alors Jonasz, 2be3, Indochine, Brel, Claude François (les deux mélangés, oui ça aussi ils ont osé) et La Chenille : tout y passe. Avec la dite Chenille qui s’improvise dans la salle, saluée par notre trio de grands professionnels « Bravo pour La Chenille, avec les mains sur la taille. Parce que, sur les épaules : c’est La Queuleuleu !! » Avant de conclure en beauté sur un morceau en occitan-créole-ch’it, pour un Corons Bal Masqué terminé par une énumération de tout et de n’importe quoi (avec un coup d’œil sur la montre, parce qu’on a déjà dépassé le timing apparemment) … Acteurs, journaux, musiciens, films, BD … Tout et n’importe quoi je vous dis 😉 Et un final sur l’air des Restos du Cœur ! De gros malades de barjos ces Frères Jacquard. Puis ils nous font signe qu’ils se cassent, même si tout le monde crie déjà pour en demander une autre … « Aller, il faut aller se coucher Nîmes ! »

Mais pourquoi 😥 😥 😥 !!! En tous cas, une chose est sûre : je suis prête à aller jusqu’en Lozère pour les revoir.

Composition

  1. A La Queuleuleu (Que Je T’aime)
  2. Antisocial (Mademoiselle Chante Le Blues)
  3. Que Je T’aime (Vive Le Vent)
  4. El Muro (The Wall)
  5. Kiss (VF)
  6. Gorges Du Tarn (Funky Town)
  7. Tirelipimpon (Billie Jean/Beat It/Thriller)
  8. Still Lovin’ Ze Sud (Still Loving You)
  9. Moustaki (Tostaky)
  10. Kesta Monik (Get Down On It)
  11. La Boite De Jazz (Partir Un Jour)/La Chenille (L’Aventurier)/Amsterdam (Alexandrie Alexandra)/Les Corons (Le Bal Masqué)/(Les Restos Du Cœur)…

Date Limite de Consommation

  • Pas encore d’album défendu … Mais de jolies cartes postales 😉 !

Site de Production

Ingrédients

  • Jean-Stéphane Jacquard : Chant & Basse
  • Jean-Corentin Jacquard : Chant, Charango & Valise à poum
  • Jean-Michel Jacquard : Chant & Guitare

Remerciements

  • Céline @ Paloma

Un de nos Instagrams de la Soirée

concertsenboite

Avec Les Frères Jacquart 🎼🎶

  • par

    17 décembre 2010

    Photo du concert

    Raoul Petite @ Cargo de Nuit (Arles)

    Ouahhh !! Quel show !! Raoul Petite au Cargo c'est à voir, non pas pour la musique, mais pour l'ambiance de malade. Que dire des 17 chansons jouées, qui sont autant de déguisements et de ...

  • par

    20 octobre 2012

    Photo du concert

    Dionysos @ Docks des Suds (Marseille)

    Dionysos nous à fait un concert à la Dionysos : C'est ultra musclé, ça saute de partout mais, bizarrement, cette fois je n'ai que partiellement adhéré, trouvant l'ensemble un peu lassant. Il est vrai que ...

  • par

    15 mai 2013

    Photo du concert

    -M- @ Dôme (Marseille)

    Troisième concert de -M- en 4 ans et, ma foi, cet homme est unique : un show man comme il en existe peu et un musicien hors pair. Pour être entièrement franc, je suis sorti ...

La zone des lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.