Avis sur un show

24 juillet 2016

Louise Attaque @ Théâtre Antique (Arles)

Invitation historique...

  • 33
  • 2
  • 1
  • 2
  • 0
  • VN:F [1.9.22_1171]

Conditions de mise en boîte

3 morceaux dans les crashs barrières. J’ai surtout eu envie de plans larges, pour l’énergie du groupe.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Un second concert de Louise Attaque dans le cadre de cette tournée Anomalie, comme une seconde chance de vivre un chouette moment. Voilà mon état d’esprit au moment de me placer dans la salle, après le beau moment partagé avec Arman Méliès.
Le premier concert, au Silo de Marseille avait été chaud bouillant et phénoménal, surtout quand on sait que d’habitude cette salle a un public un peu froid.
Alors ce soir, au coeur des vieilles pierres d’Arles et avec une proximité de la scène appelant la chaleur humaine, on ne peut évidemment pas en attendre moins. Et nous allons d’ailleurs être servis : cela sera jouissif du début à la fin, avec un public au taquet, qui en voudra toujours plus !
Le Set sera, par contre, grosso modo le même que celui de Mars, mais on s’en fout tant ce n’est que du bonheur d’hurler et de danser sur Les Nuits Parisiennes, J’T’emmène Au Vent, Léa, ou même le récent Anomalie.
Une soirée donc faite de sourires, d’yeux qui brillent et de poils hérissés : que demander de mieux pour clore ce si beau festival du Cargo de Nuit. Vivement l’année prochaine, pour encore plein de souvenirs gravés à jamais dans nos mémoires !

Etiqueté par Ysabel :

Petite musique très bucolique de Sunday Morning (Velvet Underground), dans laquelle on se laisse couler … Mais pas longtemps, sortis de notre rêverie par les hurlements et les applaudissements qui marquent l’entrée du quintette Louise Attaque sur la scène du Théâtre Antique d’Arles. On y est. Et vu ce qu’ils nous avaient réservé au Silo en Mars dernier, je ne doute pas une seule seconde qu’ils vont à nouveau mettre le feu jusqu’au bout de la nuit !

« Bonsoir tout le monde, comment allez-vous ? Vous êtes impressionnants ! » nous confie Gaëtan Roussel, alors que le public est complètement éclairé, tout heureux qu’il est de jouer ici pour la première fois. Alors, ce soir, ils vont nous proposer des chansons d’aujourd’hui, d’hier, d’avant-hier même … Et, pour commencer, une d’avant, avant, avant-hier : Ton Invitation ! Ça commence donc fort, avec tout le monde qui reprend déjà les paroles en cœur. La scène est tout simplement magnifique, avec ses deux podiums métalliques, l’un pour la batterie et l’autre pour les claviers-percussions. Les trois autres positionnés devant (guitare, basse et violon). Des leds de partout. Beaucoup de lumière. En un mot : que du bonheur ! Sachant, en plus, qu’ils manient avec brio l’art de faire durer le plaisir sur chaque morceau.

Au premier morceau, ça saute déjà, dans la fosse de ce théâtre rempli comme œuf. Roussel se baladant perpétuellement de l’un à l’autre, avec de l’énergie à revendre. Lumière par moment rouge sang quand ce ne sont pas les strombis qui nous éblouissent … C’est simple, on dirait ce lieu juste fait pour eux, dans une adéquation parfaite. C’est aussi beau pour les oreilles que pour les yeux. Avec Arnaud Samuel qui vient faire se lever la foule du bout de son archet. Tous les bras se levant ensemble … Mon dieu que c’est beau. Et dire qu’il y a des personnes, dans ce bas monde, qui trouve que tout cela est le fruit d’une forme de perversion. Que ça ne devrait pas exister. Désolée, mais c’est ce à quoi je pense en ce bel instant de partage et de plaisir, encore marquée que je suis par toute la violence qui nous a hélas accompagnés ces dernier mois. Mais n’y pensons plus et profitons tout simplement de l’instant présent.

Roussel demande à voir encore une fois le public, ce qui déclenche bien entendu une nouvelle vague de joyeuse folie. Arnaud, passé à la guitare, se dandine à présent d’un pied sur l’autre. « Nous sommes à Arles, quelle joie, quelle chance… » venant, l’air de rien, se glisser dans Si On Marchait Jusqu’à Demain 😉 Et Robin Feix sautillant allègrement, avec son look de vacancier, pantalon raz de plancher et chaussures bateau. Amusant. Surtout aux côtés de notre toujours élégant et zen Gaëtan, en chemise et petit pull col V. Mais la véritable question du jour, c’est celle-ci : Est-ce que Arles sait faire du bruit ? Et surtout : Est-ce qu’elle sait en faire longtemps ?! La réponse est immédiate et efficace. Semblant entièrement satisfaire un Roussel micro en main, devant des podiums allumés, qui parcoure la scène à grandes enjambées, avant de se mettre carrément à genoux devant les premiers rangs. L’interactivité avec le public est incroyable. Lui à moitié grimpé sur la plateforme de la batterie. Le public en train de crier, de chanter, danser, sauter, lever les bras … Tout ce qui est possible de faire pour participer toujours et encore plus.

Préparation digne d’un film de science fiction. Nicolas Musset debout derrière ses drums, à croire qu’on a embarqué sur une galère romaine. Ils nous captivent comme ils veulent, avec cette voix unique de Gaëtan Roussel qui y est pour beaucoup. Avec surtout cette musique unique, au cœur de laquelle le violon d’Arnaud Samuel occupe une place majeure. Bref, c’est un tout. Et Oui, je reconnais : je suis méga fan ! Un geste de la main, et le tempo s’accélère pour rendre la mélodie de L’Insouciance toute à la fois entêtante et virevoltante. Un morceau qui leur tient tout particulièrement à cœur, aussi parce qu’enregistrée dans un studio où ils étaient déjà venus pour une autre, qui devrait peut-être nous parler … Léa ?!? (Non sans blague, mais pourquoi ce prénom nous parlerait-il hein 😉 !!) Donc, forcément, sortie de tous les smartphones possibles (Ah les concerts 2.0 ma pauvre Huguette). En tous cas, eux s’amusent bien de nous entendre ainsi chanter à tue tête et la termine par un « Merci pour Léa et Bravo ! »

De bout en bout, le son sera fabuleux et Arnaud Samuel saura jouer comme personne avec le public. Est-ce qu’on connait La Maison Tellier ?! Et comment qu’on la connait ! Et que faisions-nous en 97 ?! Qui d’ailleurs n’était même pas né cette année là ? (pas beaucoup ce soir je pense). En tous cas, eux, ils faisait ça : Savoir. Avec Arnaud qui vient encore une fois caracoler tout devant, armé de son tambourin. Tout le monde est debout, à taper dans ses mains aussi fort qu’il peut, pendant qu’ils font monter la sauce de leur côté. Batteur les baguettes en l’air pour nous donner le tempo. Il y a définitivement une ambiance de malade, à laquelle nous répondons par un jump général. Et on a même droit à une charmante chauffeuse de salle (ou plutôt de théâtre), perchée sur les épaules d’un vaillant partenaire qui réussi à sauter comme un cabri, malgré sa posture (Et oui : courageux le garçon !)

Le violon, le violon, le violon … Il ne nous en fallait pas plus pour reconnaitre, en la dernière du Set, J’t’emmène Au Vent ! Dernière danse avant les rappels. Qui se termine par « Un grand Merci pour votre accueil. Merci infiniment … Beaucoup, beaucoup, beaucoup ! » Itou Gaëtan, itou !!

Rappel donc, enfin sans quitter la scène. « Encore un peu ?! Une ? Deux ?! » cela va apparemment dépendre de nous 😉 Mais ce qui est certain, c’est qu’ils vont commencer par Si C’était Hier, Gaëtan Roussel perché sur le podium de Yohan Dalgaard. On entend comme le rendu d’une boite à musique qui se détraque. Perso j’adore cette guitare comme déglinguée. Sur laquelle enchaine les tierces descendantes du violon d’Arrache-Moi, rejoint par une déferlante de batterie … Roussel jouant avec la lumière qu’il commande via de grands moulinets de bras. Mort de rire quand il se loupe.

Toute dernière comme éclairée par les grandes pales d’un mystérieux ventilateur lumineux géant. « Est-ce qu’on peut avoir vos mains pour la dernière s’il vous plait ?! » Sans souci chers amis. Et même avec un joli jump en prime, pour clore une superbe soirée, faite de bonheur, de partage et encore de bonheur ! « Merci infiniment pour accueil. C’était un vrai plaisir » … Plus que partagé je dirais. Et je ne suis visiblement pas la seule au vu de ce public qui continue de crier, encore et encore. Roussel lui répondant par un signe « vient vient » de la main, pour réaliser la photo panoramique la plus impressionnante possible. Les autres nous applaudissant. Et nous réclamant plus d’enthousiasme à la présentation du staff (et oui, ce n’est jamais assez fort pour eux !), tous morts de rire à chaque fois. Ajoutant même avec malice : « à Nîmes il y a eu un triomphe. On ne peut pas rester là-dessus. C’est pas possible ! » Mais nous rendant justice pour notre belle participation au final … « A tout de suite. Merci pour votre accueil. A tout de suite ! » (au bar j’imagine), sur un Don’t Stop Me Now de The Queen endiablé.

Composition

  1. Ton Invitation
  2. Avec Le Temps
  3. Anomalie
  4. Si On Marchait Jusqu’à Demain
  5. L’insouciance
  6. Léa
  7. Du Grand Banditisme
  8. La Chute
  9. Sur Un Volcan (La Maison Tellier)
  10. Tu Dis Rien
  11. Qu’est-ce Qui Nous Tente ?
  12. Savoir
  13. Amours
  14. Les Nuits Parisiennes
  15. J’T’emmène Au Vent
  16. 1er Rappel : Si C’était Hier
  17. Arrache-Moi
  18. Chaque Jour Reste Le Nôtre

Date Limite de Consommation

  • Album défendu : Anomalie

Site de Production

Ingrédients

  • Gaëtan Roussel : Chant & Guitare
  • Yohan Dalgaard : Clavier, Guitare & Drums Electro
  • Arnaud Samuel : Violon & Guitare
  • Robin Feix : Basse
  • Nicolas Musset : Batterie

Remerciements

  • Alice @ Cargo de Nuit

Un de nos Instagrams de la Soirée

concertsenboite

Avec Louise Attaque 🎼🎶...

  • par

    31 mars 2016

    Photo du concert

    Louise Attaque @ Silo (Marseille)

    Si Elmer Food Beat a marqué mes années Collège, Louise Attaque est définitivement Le Groupe qui l'a fait pour  une bonne partie de mes années Lycées ! C'est simple, il était alors impossible de passer à ...

  • par

    09 décembre 2010

    Photo du concert

    Gaëtan Roussel @ L'Usine (Istres)

    Je ne connaissais de Gaétan Roussel en solo que Help Myself avant ce concert. C'est le genre de chanson que l'on peut garder toute la journée dans la tête tant c'est efficace, bien écrit et ...

  • par

    21 juillet 2015

    Photo du concert

    Famille Chedid @ Théâtre Antique (Arles)

    Aller voir plusieurs concerts d'une même tournée, à peu de temps d'intervalle ...? Voilà bien une idée qu'assez peu de personnes peuvent comprendre. Que voulez vous : quand j'aime, je ne compte pas ! Surtout qu'après le ...

La zone des lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.