Avis sur un show

09 octobre 2015

Alb @ Poste à Galène (Marseille)

Un concert fALBuleux !!

  • 63
  • 2
  • 1
  • 1
  • 0
  • VN:F [1.9.22_1171]

Conditions de mise en boîte

Librement dans la salle.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Nous aurions largement pu passer à côté de la date, si des oreilles attentives ne nous avaient pas alerté sur ce passage à Marseille. Alors pour ce petit coup de pouce, je remercie vivement Pauline ! J’essaye toujours d’être aux aguets, à l’écoute des nouveaux sons, mais force est de constater que je suis passé jusqu’à maintenant à côté d’Alb.

Bon… Ok : honte sur moi ! En même temps, même si on ne fait pas attention, Alb est toujours un peu autour de nous. Que celui qui n’a jamais entendu Whispers Under The Moonlight jette la première pierre ! Et oui, c’est chaque soir dans la petite lucarne pendant la réclame. Et si jamais ça ne vous suffit pas, quelques années plus tôt, c’était avec Golden Chains (déjà avec une voiture au lion sur le capot !)

Donc, quand un groupe est capable de sortir des perles comme Whispers ou Golden Chains, on est confiant sur le reste des morceaux de l’album Come Out! It’s Beautiful ! Et on a parfaitement raison d’avoir aveuglement confiance, car Alb ne nous sert que du caviar en barres ce soir, de quoi régaler un public plus que ravi. C’est simple : aucun « mauvais » morceaux et, au contraire, une multitude de petites pépites toutes aussi dansantes les unes que les autres. Tant et si bien que ne pas avoir envie d’acheter l’album après ce show serait un crime de lèse majesté !

Et si la musique ne suffit pas aux oreilles les plus exigeantes (voire éternellement insatisfaites), le duo est en plus d’un charisme rare sur scène, pour le plus grand plaisir des yeux. L’osmose entre les deux compères est plus que visible et ils rayonnent diablement tous les deux sur la petite scène du Poste à Galène, baignés par une lumière hyper travaillée, qui sait rendre le concert intime mais puissant !

Enfin, si jamais ça manque de pêche dans le public, Clément saute de partout comme un kangourou, tandis que Raphaël se marre comme une loutre. Ce gentil zoo assurant à fond l’ambiance et le partage d’énergie. Le public sait d’ailleurs leur rendre la pareille en hurlant/dansant/chantant chaque fois que nécessaire ! C’est donc un joyeux bordel, tant sur scène que dans la salle ! 🙂 Et ça ne se calmera pas avant la fin.

On quittera alors la salle sans se rendre compte que l’on y était pendant plus d’une heure trente. Et ça, c’est le signe des supers bons concerts, de ceux que l’on espère revivre un jour.

Etiqueté par Ysabel :

Une scène plongée dans le noir, avec juste une ligne de lumières rouges alignées … Et c’est Raphaël qui entre en premier, débardeur de joueur de basket et casquette à l’envers vissée sur la tête, saluant le public de manière cabotine. Puis vient le tour de Clément, qui prend place au clavier, guitare dans le dos … Mais surtout voix à tomber … Hououou je pense qu’on va être bien bien bien là !

Drums qui s’éclairent de l’intérieur et basses vibrantes. Clément se lève pour enchaîner à la guitare. Intro musclée s’il en est pour Far Too Old (un morceau inédit, pour commencer en beauté), suivi d’un souriant « Bonsoir Marseille ? Ça va bien ? » Il demande alors la participation de la salle et attention : la seconde chanson ne commencera pas sans. Ok 😉 Tout le monde s’exécute de bonne grâce, surtout que ça danse déjà un peu partout. Et lui s’éclate carrément et semble déjà en nage. Ils ont tout le temps, comme un œil bienveillant posé l’un sur l’autre … C’est amusant à voir. Les morceaux sont courts. Envoyés. Efficaces. Et les fins sont cash de chez cash.

Un coup d’Electro. Un départ guitare/voix … Quelque part, on ne sait jamais à quoi s’attendre, mais qu’importe (ou plutôt tant mieux) : il suffit de se laisser porter en fait. Et, sur scène, ils  nous offrent le spectacle d’une forme de nonchalance zen, mais totalement pro.

« Le Sud est difficile pour la Pop ? Ben ça se passe plutôt bien ! » Clément est au piano à present, pour proposer un univers un peu différent, qui se superpose encore une fois aux précédents et pourtant en complète harmonie avec le reste, ménageant juste ce qu’il faut de surprises. La voix se fait celle d’un crooner par moment. Une musique enveloppante, qui t’embarque, comme une évidence.

« Celle-ci, je me dis que vous l’avez forcément entendue quelque part… » Non. Quelle idées ?! Nous, avoir déjà entendu Whispers Under The Moonlight ? Genre comme dans la Pub de la Peugeot 3008 tu veux dire ?? Donc voici venu le moment de l’épreuve du Tube en Live. Défi relevé avec décontraction et panache, qui provoque des cris de joie qui le font même rire. Puis ça recommence à bidouiller en toute complicité, avec toujours cette batterie bien musclée qui contraste et réveille, en quelque sorte, l’harmonie des mélodies. Un mélange fort bien équilibré à mes oreilles, pour une Pop-Rock dosée avec justesse, avec même un petit côté World Music par moment … Bref, clairement de l’éclatage musical total et du 100% plaisir pris aussi bien sur scène que dans la salle. Et un public qui reprend les chœurs de Golden Chains avec le plus grand des bonheurs. Clément voulait d’ailleurs expliquer ce qu’il fallait faire (oui, c’est toujours lui qui cause dans le micro), mais même pas besoin ! S’en suivent quelques petits échanges qui lui donne l’occasion de vanner au passage son compagnon de jeu, qualifié de « Batteur de Brooklyn » et de « Basketteur malgré ses 1m52 ». Alors de Un : c’est pas gentil de se moquer de son pote. Et de Deux : il a le droit de s’habiller comme il veut, parce qu’il est normand (et pis c’est tout !) C’est donc l’introduction taquine Du moment « Solo de drums », l’autre descendant dans le public, comme si de rien, pour reprendre ensuite avec la musique de Super Mario, dans la lumière à la couleur de bonbon acidulé émise par la batterie.

Ils nous explique également que, pour eux, ce sera bientôt la fin d’une tournée qui aura durée deux ans… « On raconte beaucoup de conneries, mais ça fait du bien ! » Et ils enchainent avec la ballade musicale entrainante de She Said, parfaite pour un vendredi soir en mode : Vidage de tête pleine de la semaine écoulée. Mais il nous demande tout de même si nous ne trouvons pas cela un peu tristounet, alors que non, pas du tout. C’est juste léger et tendre. Drôle et festif. Et cela se termine par le pied de nez d’une fausse sortie, rien que pour nous faire pester.

Une spéciale dédicace à un certain Raphaël (le batteur ou pas : pas compris), puis une simple ligne de sampler en guise d’enchaînement pour entamer la dernière … Le visage de Clément apparait tout juste, balayé par des raies de lumières. Avec une de ces basses mes aïeux ! C’est à croire que l’esprit d’Archive souffle ce soir sur le Poste à Galène. Même si c’est un dernier souffle pour le moment, puisqu’ils quittent la scène rapidement, après un simple « Merci » et pour de vrai cette fois.

Ils reviennent, bien sûr, mais en nous laissant choisir si on préfère en avoir encore une dernière, ou deux dernières. Surtout qu’on a l’air sympa. Ce qui va même peut-être nous valoir un tout nouveau morceau … Genre si on est sympa comme à Montpellier hier soir. « Faut voir ! » C’est donc un moment particulier qu’ils nous proposent de partager. Le partage d’un temps d’amour, annoncé avec un vrai show, des bisous et même des bébé à la clé (rien que ça !). Avec aussi un clavier pour amoureux et un batteur tout sage, tout doux. Et je ne sais pas si bébé il y aura, mais je peux confirmer que danse : il y a bien ! Ils nous proposent même de revenir demain (donc j’en déduis qu’on est carrément méga sage) … Dernière clappe. Un « J’espère que vous allez pas partir pendant qu’on range. Qu’on va boire des coups. Parce qu’on a fait de la route merde ! » Et Clément termine debout sur la batterie de Raphaël, faisant sonner la cymbale avec le manche de sa guitare … Avant de nous faire un superbe saut de l’ange.

Composition

  1. Far Too Old
  2. Brand New Start
  3. Never Miss You
  4. Ashes
  5. Whispers Under The Moonlight
  6. Take Advice
  7. Golden Chains
  8. Hypoballad
  9. She Said
  10. Back To The Sun
  11. The Road
  12. 1er Rappel : Days ’til Tomorrow
  13. Oh! Louise

Site de Production

Date Limite de Consommation

  • Album défendu : Come Out! It’s Beautiful

Ingrédient

  • Clément Daquin : Chant, Guitare & Clavier
  • Raphaël Jeanne Vrielynck : Batterie

Remerciements

  • Pauline @ Amie 😉

Un de nos Instagrams de la Soirée

La zone des lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.