Avis sur un show

29 mai 2014

Cold Cave @ Zénith (Paris)

Climat Cold Wave ... Juste avant une tempête Indus !

  • 4
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • VN:F [1.9.22_1171]

Conditions de mise en boîte

Trois premiers morceaux entre les crash barrières, puis une photo des gradins.

Il n’y avait absolument pas de lumière, donc pas de miracle !

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Il m’aura fallu deux concerts pour pleinement appréhender et apprécier ce groupe.

La découverte à Paris m’a fait un peu bizarre : C’était comme un ersatz de Depeche Mode ou de The Cure avec une pointe de Joy Division, le tout formant un truc sans grande saveur, ni grande présence. Mais pour leur défense, je n’en avais strictement rien à faire de ce concert et je piaffais d’impatience de revoir Live (et shooter en plus) mon Dieu.

Un peu mieux préparé et surtout moins impatient à Toulouse, mon avis a beaucoup évolué. Non, ce groupe n’est pas sans intérêt et oui Wesley a une jolie voix, de bon texte et des titres qui sonnent bien. Bon, cette deuxième séance ne m’a toujours pas permis de cerner l’importance et l’intérêt d’Amy au clavier, mais j’ose croire qu’elle ne sert pas que de potiche.

Si l’ambiance est radicalement froide, dans une quasi pénombre avec des lumière plutôt froides et par flash, j’ai presque trouvé les personnages cools et avec comme une pointe de candeur. En fait, on pourrait croire à deux ados qui se font plaisir et qui ne comprennent toujours pas trop comment ils ont finis en première partie de l’immense Trent Reznor. C’est cette différence entre l’univers et les attitudes qui fait un mélange tout bizarre, mais pas désagréable du tout.

Et dans mon oreillette, on me dit que c’est vachement bien sur CD… J’y glisserai donc probablement une oreille un de ces jours, ne serait-ce que par curiosité.

Etiqueté par Jérôme (pour ConcertAndCo) :

La fosse est déjà copieusement garnie quand, autour des 19h30, un duo arrive sur scène. Il se nomme Cold Cave. Le leader, Wes Eisold, est passé du chaos Hardcore de ses premiers amours à un projet précurseur du retour à l’esthétique Dark 80’s. De retour aux machines après des Lives Rock, je ne peux pas vraiment dire que j’ai été séduit par sa musique qui développe des climats noirs à la sauce The Cure, mais en carrément moins bien. J’aime bien la voix du chanteur qui me fait penser à Robert Smith, mais ce n’est pas ma tasse de thé. Après 40 minutes, le duo s’en va et maintenant place à notre idole, Trent Reznor et sa machine de guerre : Nine Inch Nails.

Composition

  1. Underworld USA
  2. Youth and Lust
  3. A Little Death to Laugh
  4. Love Comes Close
  5. Confetti
  6. Heaven Was Full
  7. People are Poison
  8. Icons of Summer

Date Limite de Consommation

  • Le concert s’inscrit dans la tournée d’ouverture de NIN European/UK 2014 Tour
  • Album défendu : SunFlower

Site de Production

Page Officiel : http://coldcave.net

Ingrédients

  • Wesley Eisold : Chant & Machine
  • Amy Lee : Clavier & Machine

Remerciements

  • Yannick @ Mercury
  • Thomas @ Mercury
  • Christelle pour la setlist !
  • Julie @ Aoura pour l’aide précieuse

La zone des lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.