Avis sur un show

16 novembre 2013

Harmonic Generator @ L'Usine (Istres)

Générateur d'Harmonies Décibelliques ...

  • 10
  • 3
  • 1
  • 0
  • 0
  • VN:F [1.9.22_1171]

Conditions de mise en boîte

Librement dans la salle.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Je ne sais pas trop pourquoi, mais je n’ai pas vraiment accroché au groupe. Je ne saurai trop le dire, parce qu’en fait, il y avait de la matière … Il y avait aussi de vrais personnages sur scène, de quoi créer une bonne ambiance … Mais ça n’a pas suffit pour moi. Je crois que je n’ai pas adhéré à ce type de rock un peu « old school ». Et, ça manquait aussi du second degré d’un Backstage Rodeo. Je ne crois pas que le trop sérieux soit de mise pour ce type de concert … Ou alors pas pour moi !

Je donne ma langue au chat : Je ne suis peut-être pas le coeur de cible, ou alors c’est qu’il faut plusieurs écoutes.

Etiqueté par Ysabel :

Après le départ de nos fadas de Junky Monkeys, et surtout un bon petit apéro partagé avec eux !! Ce sont les Harmonic Generator qui prennent place, le batteur, lunettes de soleil et chapeau haut de forme, en tête. Leurs looks de rockeurs sont très travaillés (voir même se la jouant méga beaux gosses rebelles et sombres). Je vois bien que nous avons totalement changé d’univers : Exit le second degré décalé des premiers, pour un Rock pur et dur, beaucoup plus sérieux des seconds.

Deux guitares qui envoient carrément, une basse très BG et un chanteur qui ne tient pas en place (en plus de notre batteur chapeauté) … Voilà donc la composition de ce groupe marseillais pur souche, qui nous propose un Rock puissant, flirtant parfois avec le métalleux, mais en l’associant en même temps avec beaucoup de chœurs, ce qui adoucit énormément l’ensemble et lie le tout, dans les premiers morceaux en tous cas. Sans oublier de beaux solos de guitares, aux petits oignons, et des conclusions très marquées aux cymbales crash (merci Les Expériences Musicales de PV Nova !) Et Hop dès le troisième morceaux … Un chanteur torse nu Un !! (Je vous l’avais bien dit qu’ils se la jouaient beaux gosses et, perso, j’aurais préféré le bassiste avec ses faux airs de Hugh Grant rebelle, mais bon !)

On fait vibrer les guitares et la batterie repart dans sa courses folle, tant et si bien qu’on en a même du mal à entendre le chanteur … Ça sature un max … Envie de petite sieste, s’abstenir ! Et pourtant, rien à dire : il donne de sa personne et de sa présence, avec le cordon de son micro calé autour de son cou, et faisant circuler le long de son corps toutes les vibrations du Rock musclé qu’ils envoient. Mais on le perd tout de même un peu dans l’histoire, et ce système de son hyper chargé, ça donne au final un rendu un peu brouillon et qui tombe rapidement dans le répétitif … Dommage.

«Est-ce que vous avez toujours de l’énergie L’Usine ?!?» Il me semble que oui ! Et la réponse de la salle à la question vient me donner raison. Il n’y a pas à dire, deux guitares et une basse, ça envoie le bouzin. Après, un second petit bémol : Les morceaux se suivent et se ressemblent pas mal, même si leur investissement physique et musical tient bien en haleine.

Ils reviennent à la charge, avec un «Prêts à foutre le waï ?!?» et une demande de participation sur l’avant dernière, après un petit laïus sur les joies du Live. Alors tout le monde accroupi et à «Let’s go !», on saute tous au plafond. Bonne manœuvre, qui fonctionne toujours et surtout qui fait marrer tout le monde. On s’exécute donc avec grand plaisir et on se dirige gentiment vers la dernière, qui sera une cover de Angel City. Un petit hommage à l’Australie et à Dallas Frasca qui va suivre, avec cette bonne reprise australienne bien musclée. Mais avant, courte pause auto-promo et annonce de leur départ imminent pour une tournée européenne, sans oublier les remerciements d’usage à L’Usine pour cette petite dernière avant de boucler leurs valises. Une fin donc digne de ce nom, avec reprise de la salle de «Take me away to Marseille !» (refrain prédestiné à faire la fermeture de ce Set), toute en puissance et en instruments qui crachent leurs tripes …

Composition

  1. Bad Things
  2. Break My Chains
  3. Secret Garden
  4. Rising Star
  5. Your World Is Over
  6. Nobody Dies
  7. Marseille (Angel City)

Date Limite de Consommation

  • Album défendu : Sound Painter

Site de Production

Site Officiel : http://www.harmonicgenerator.com

Ingrédients

  • Quentin Barthes-Villegas : Chant
  • Renaud Satre : Guitare
  • Charles Roussel : Guitare
  • Nicolas Elinger : Basse
  • Alex Roussel : Batterie

Remerciements

  • Stephan @ ConcertAndCo
  • Dorothée @ L’Usine

La zone des lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.