Avis sur un show

22 juin 2013

Isaya @ Esplanade du Moulin (Ventabren)

Deux étoiles filantes un soir de St Jean ...

  • 67
  • 2
  • 1
  • 0
  • 0
  • VN:F [1.9.22_1171]

Conditions de mise en boîte

Complètement librement, en faisant attention de ne pas déranger les artistes et le public.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Seconde rencontre avec ce beau groupe et confirmation que musicalement j’adore et qu’en plus, ce duo est hyper sympathique ! Ce doux mélange des genres mérite de percer et je conseille tous les amoureux de Piers Faccini de se pencher sur ces sons … Ça ferait également une sublime première partie à Oh! Tiger Mountain ! (qu’il va falloir revoir, ça fait un bout de temps).

Etiqueté par Ysabel :

Pour se rattraper d’un rendez-vous manqué avec la fête de la musique la veille, nous allons nous rattraper avec une belle Saint Jean à Ventabren, avec la promesse d’y revoir le duo d’Isaya, découvert en première partie du concert de -M- au Dôme.

Ce «couple» de jumelles semble avoir fait de la musique depuis toujours. Mais elles ont commencé à en faire, disons, sérieusement au sein d’un groupe dont faisait aussi partie leur grande sœur, avant de se décider à se lancer en duo il y a environ 3 ans.

Et en ce bel après-midi de juin, elles nous permettent de partager avec elles leurs balances, comme un moment privilégié. Un petit concert pour nous tous seuls, avec juste quelques familles qui commencent à s’installer en contre-bas pour leur pique-nique. Parce que le programme de la soirée, c’est donc la possibilité de manger tranquillement dans un espace aménagé à cet effet dans un premier temps. Puis ce sera le concert d’Isaya, suivi de celui d’une second groupe du nom de La Gua Gua et, pour finir, l’embrasement de la nuit de la Saint Jean.

Mais pour le moment, elles sont juste toutes les deux. Comme un seul regard. Comme seules au monde sur la scène de pierre, devant ce moulin endormi dans le jour descendant. Et, après les essais de guitare, ce sont les voix qui prennent leur tour … Caroline ne résistant pas l’envie de murmurer les paroles pendant que Jessica chante.

Un trio façon Jazz Band prend place près des tables un peu plus bas. Deux minottes viennent suivre avec passion la fin de cette répétition générale … L’ambiance est calme et reposante. Toute en douceur et en rondeur. Et ces balances me révèlent toutes les nuances de leurs voix, ce qui va changer mon écoute de tout à l’heure et mon oreille pourra enfin faire la différence là où mes yeux peuvent me jouer des tours. L’essai de Caroline avec son autoharp est emplie de poésie. Elles semblent un peu stressées, mais le perfectionnisme est ainsi !

Dernières installations lumières pendant que le Jazz Band nous offre une version très enlevée des Copains D’abord. Et quand elles pointent le bout de leur nez, il fait encore à demi jour, le ciel se couchant derrière le moulin. Les deux petites fées amérindiennes prennent place devant un public un peu dissipé (jour oblige) et elles commencent leurs jeux de voix et de mains, semblent se manger des yeux … Comme seules au monde.

Nous nous échangeons un bonsoir. Elles s’illuminent, épaules de plumes et de fourrure. Le duo folk se met alors en route pour que le voyage commence. Caroline va même s’émerveiller sur la vision qu’elle a du paysage devant elle et du public. Puis Jessica assure les snaps et accompagne sa sœur qui est s’est mise à la guitare. C’est comme un road movie qui se compose, avec la voix très clair de Caroline et celle de Jessica un peu plus cassée. Leurs deux allant et venant comme le ressac de la mer, tantôt lascives, tantôt saisissantes. Avec même de l’acoustique pure pour un Crying Wolf féérique.

Elles appellent alors le public à venir les voir d’un peu plus près. Jess joue de sa guitare posée sur ses genoux, manche vers le ciel. Caroline joue des clochettes de son tambourin. Leurs deux voix qui jouent de concert et qui pourtant semblent se répondre. Les enfants qui courent et jouent devant … Nous sommes très loin du Dôme, mais ce que nous avons ce soir est tout aussi séduisant (voir même plus).

Elles lancent la clappe, sourires aux lèvres et nous nous retrouvons entre le Folk et le Gospel, avec une très belle communion avec le public. Puis Caroline annonce que la prochaine est un coup de gueule contre tous ceux qui vous disent de ne pas faire ce que vous avez envie de faire : «Une chanson thérapie pour nous !» Jessica est prête, assise à côté de son drum, sa sœur debout à ses côtés et guitare au poing. Le rythme nous embarque, avec ses ralentissements lascifs et ses accélérations fulgurantes. Cela nous tient irrésistiblement en haleine.

Sortie de l’autoharp. Jessica s’est assise en bord du mur de scène, marquant le rythme lent de tout son corps, comme spectatrice de sa jumelle et de manière infiniment tendre et touchante. Avec des envolées de Caroline, comme peuvent en avoir des CocoRosie par exemple.

In Your Head, pour nous dire qu’il ne faut pas penser à la place de l’autre … Duo de drum et de guitare. Le vent se lève un peu, faisant voler légèrement les plumes de leurs épaules. Quelques jeux de lumières sur le moulin et Caroline vient nous jouer de l’harmonica, comme une veillée Folk dans le ciel couchant. Et puis elles allument le feu comme on dit, avec un public qui les suit de sa clappe tant cela est irrésistible.

Jessica semble avoir le regard noir et lointain et la voix de Caroline semble être un nouvel instrument. Puis elles se rapprochent toutes deux avec complicité, chantant joue contre joue. Et nous crient ensuite un «Merci» plein de rires. Mais il faut passer aux choses sérieuses : «Il est temps de parler de pouvoir et aussi de parler d’argent et de  Sex In The Morning …!!» à capella à deux voix pour l’intro de Sally. Avec le décollage de Caro au drum, micro en main, qui par moment lève le bras au-dessus de sa tête pour frapper encore plus fort, et de Jess à la guitare. Elles se regardent sans cesse et, sincèrement, elles sont juste à tomber.

Le public se rapproche encore. Plus la nuit tombe, plus elles sont dans la lumière des projecteurs. La guitare de Caroline se débranche un instant et elle fait stopper sa sœur, morte de rire, le temps de la re-brancher. Rien ne peut briser le charme, pas même les incessants et bruyants bavardages tout autour de moi ! Et ce pour une simple raison : Elles sont magiques. Le public en chante même avec elles jusqu’à la dernière note.

On va finir par Spirit Valley. C’est le temps idéal pour ré-accorder les guitares et parfait pour accompagner la nuit qui tombe. Jessica joue à plat sur ses genoux et le travail des voix est juste fabuleux. C’est superbe de voir ces deux adorables jeunes femmes, dotées d’un talent fou. Elles sont vraiment à découvrir de toute urgence pour tous ceux qui ne les connaissent pas encore.

Et lorsque ça crie «Une autre !», elles répondent en riant : «On peut pas !!» Et puis si aller, même si «On va se faire taper sur les doigts !» Alors une petite dernière juste à capella et vite fait. La reprise d’une chanson ancienne, juste accompagnée de leurs snaps … Et plein de bisous avant que de nous quitter. Un immense et sincère Merci pour cette parfaire soirée Mesdemoiselles.

Préparation

Quelques photos des balances :

Composition

  1. Lost Man
  2. Crying Wolf
  3. Sing Me Your Song
  4. Vol
  5. Lion In Jail
  6. Fuck You Very Much
  7. Who Are You
  8. In Your Head
  9. Isaya
  10. Bad Crow
  11. Sally
  12. Tom Yam Kung
  13. Spirit Valley
  14. 1er Rappel : I Am Weary Let Me Rest

Date Limite de Consommation

  • Album défendu : Dead or Alive (Ep)

Site de Production

Site officiel : http://www.isaya-music.com

Ingrédients

  • Jessica Jeandon : Chant, Percussion & Guitare
  • Caroline Jeandon : Chant, Cithare, Percussion & Guitare

Remerciements

  • Gaëlle @ Make me Prod
  • par

    30 août 2013

    Photo du concert

    Isaya @ Levantin (Marseille)

    Mais quel duo !!!! Une fois le concert lancé, avec les deux soeurs derrières les instruments et les micros, on oublie tout et on se plonge dans cette fabuleuse musique. On oublie les soucis techniques ...

  • par

    15 mai 2013

    Photo du concert

    Isaya @ Dôme (Marseille)

    Je regrette de n'avoir jeté qu'une oreille distraite à Isaya. En effet, plongé dans mes réglages, réflexions et dans ma préparation de la session de -M-, ce n'était pas simple d'être attentif. Pour autant, je retiens ...

  • par

    28 février 2014

    Photo du concert

    Isaya @ Sextius Bar (Aix-en-Provence)

    Aller à un concert d'Isaya, c'est accepter d'être avec deux shamans dans une forêt équatoriale. Mais pas d'inquiétude, les serpents et autres saloperies qui piquent et mordent sont loin. Non, là on est dans une ...

La zone des lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.