Avis sur un show

13 novembre 2012

Rover @ Théâtre des Salins (Martigues)

Quand M.Timothée devient Mr.Rover ... L'alchimie se fait !

  • 18
  • 2
  • 1
  • 0
  • 4
  • VN:F [1.9.22_1171]

Evaluation de la Soirée

Note global du concert, 5.0 - 2 votes
Pas d'Evaluation des internautes
Note d'Ysabel
Note d'Arnaud

1 : Pas du Tout - 2 : Un Peu - 3 : Moyennement - 4 : Beaucoup - 5 : Passionnement - 6 : A La Folie

Conditions de mise en boîte

Librement dans la salle.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Mais comment ce bonhomme est-il capable d’une telle modulation avec sa voix !!! Je défie quiconque qui ne le connait pas d’imaginer cela ! Ça c’est le premier effet Kiss Cool ®. Le second, c’est de constater que les chansons sont vraiment belles, pleines de poésie et d’émotion : l’homme se dit fan de Presley, des Beattles et autre Interpol, ça se ressent, et c’est pas pour me déplaire !

Et on rentre tellement vite dans son univers que, quand ça se finit, on en redemande tout de suite !

Etiqueté par Ysabel :

Après avoir quitté l’incroyable jardin d’Ottilie [B], nous nous préparons à entendre Rover, avec une formation beaucoup plus nombreuse … Forcément, sachant qu’on l’avait vu seul en scène en première partie de Aaron ! Alors que là, il y a déjà d’installés sur scène deux claviers et une batterie … Donc nous allons avoir un Rover en mode groupe, pour un tout nouveau regard et surtout une nouvelle écoute.

Gros effet de fumée pour une arrivée très impressionnante (il faut dire que l’homme est sacrément imposant … Style 2m de haut !). Fond sonore un peu saturé et entrée sur scène dans la pénombre, une main dans ses cheveux longs.

Sachant à quoi m’attendre, la voix ne me surprend plus, mais il est clair qu’elle est toujours aussi belle, douce et haut placée, avec beaucoup de nuances et de couleur, jouant sur de belles montées dans les aigües et des descentes vertigineuses dans les graves … Toute en paradoxe avec ce physique de fort des halles et ce look totalement décalé, un peu dandy, à la Orson Welles. Il n’oublie pas non plus de se faire plaisir à la guitare (avec quand même un chouilla trop de son).

Sur Champagne, il nous la joue crooner (sa tessiture est vraiment incroyable, tant par son étendue et sa pureté que par sa chaleur), prenant par moment des accents hyper Rock, sur une musique qui ne tombe jamais dans la facilité et le tout devant un public qui semble adhérer à 100%.

En s’installant au clavier, il nous confie être très heureux d’être là ce soir, loin des scènes parisiennes. Puis il reprend le set, le sourcil souvent froncé, avec toujours cette façon de vivre ses morceaux avec les tripes et jouant de sa voix entre Blues et voix d’ange. Le tout sur du putain de Rock digne des Pink Floyds.

Guitare et basse attaquent Remember et, plus ça va, plus le gros son gagne la salle qui se réveille carrément et se met à frapper des mains, mais en restants quand même plutôt assise … Alors il plaisante : «Au cours du concert, si vous avez envie, vous pouvez vous levez !!» Et bien sûr, ça se lève. Comme quoi ça marche !

Sa voix emplie l’espace. Elle est vibrante. Planante. Puis se fait déchirante. Les têtes se rapprochent. On danse d’un pied sur l’autre. Lui. Le clavier … Silver est une tuerie et sa fin, un poème.

«Vous êtes debouts ? Et les traditions bordels !! … Merci» Il aime à user ainsi d’un humour plutôt décalé et repart dans une magnifique ballade folk. Ce mec est vraiment incroyablement étonnant avec son physique à contre emploi. Le résultat est définitivement bluffant. Tant est si bien que, par moment, ses compagnons de jeux semblent disparaitre complètement dans les volutes de fumée. Nous sommes dans une petite salle qui joue aux grandes ce soir 😉

Il nous annonce Silence To Navigate, une nouvelle chanson, avec les garçons qui font des chœurs à la Beach Boys … Et vous savez quoi … Par moment je trouve à Rover des accents à la David Bowie (et c’est juste le plus beau compliment du monde que je puisse faire à un artiste, croyez moi !!)

Il retire son foulard pour l’accrocher sur le pied de son micro et je trouve l’ambiance littéralement électrisée. On retrouve la formation : deux guitares, une basse, pour du bon gros son et une fin qui en est digne, pour le plus grand plaisir public.

Puis vient The Titre, Aqualast, que le public reconnait dès les premières notes, avec son rythme décalé. Ce morceau est incontestablement hyper bien foutu, avec ses cassures, ses effets de voix et ses contrastes. Alors forcément, tout le monde est aux anges.

On redémarre pour la petite dernière sur une belle clappe. Un Rock pur et dur, avec toujours ces élans vocaux sur les aigües, qui sont vraiment fabuleux. Alors, il n’est pas question d’accepter d’en rester là quand il nous quitte !

Il revient. «On est mieux debout, mais le prochain morceau va vous donner envie de vous assoir !!» Wedding Bells commence au piano (enfin au clavier), mais Rover dit le trouver abominable … «Je suis amateur de vieux objets !» Mais qu’à cela ne tienne, il nous a ressorti sa belle voix de crooner et en joue à merveille devant une salle qui a hélas un peu déserté. Mais il continue avec l’histoire d’un jeune homme qui va voir un homme de croix pour avoir des réponses et qui n’en trouve pas … Bref, une histoire pourrie qui fait beaucoup rire !! Il démarre seul avec sa guitare. D’aucun dirait que c’est du bon rock des familles, mais ça fait du bien aussi !

Un dernier accordage de leurs guitares tonitruantes pour Full Of Grace. Et ça y va fort sur les basses pour cette dernière … Je crois bien y avoir perdu cinq d’ouïe (comme dit Rover 😉 !!), mais tant pis puisque c’est pour la bonne cause !

Composition

  1. Late Night
  2. Champagne
  3. Queen Of The Fools
  4. Remember
  5. Silver
  6. Lou
  7. Silence To Navigate
  8. Lonely Man
  9. Aqualast
  10. Tonight
  11. 1er Rappel : Wedding Bells
  12. Father
  13. Full Of Grace

Date Limite de Consommation

  • Album défendu : Rover 

Site de Production

Site Myspace : http://fr.myspace.com/musicrover

Ingrédients

  • Timothée Regnier : Chant, Guitare & Clavier
  • Didier Perrin : Basse & Clavier
  • Samy Osta : Guitare & Clavier
  • Arnaud Gavini : Batterie

Remerciements

  • Caroline @ Théâtre des Salins
  • par

    14 octobre 2011

    Photo du concert

    Rover @ Espace Julien (Marseille)

    Un peu déçu de ne pas revoir Nadéah, j'étais malgré tout ravi de découvrir un nouvel artiste ! A l'arrivée de Timothée, très clairement surpris et à la limite du fou rire : "mais que ...

  • par

    28 mars 2012

    Photo du concert

    Archimède @ Dôme (Marseille)

    il est vraiment rare que j'aime le rock français : Avec des textes faibles et une rythmique pas fabuleuse, je le trouve souvent bien en-deçà de son équivalent anglais Archimède a su se détacher de ...

  • par

    26 avril 2013

    Photo du concert

    The Magnets @ Poste à Galène (Marseille)

    Plus ça va et plus je prends des claques aux concerts de The Magnets, tout en découvrant de nouvelles facettes à leur musique. La première claque fut la tenue vestimentaire d'Hugo, où quand Tom Selleck ...

La Zone des Lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.

  • VA:F [1.9.22_1171]
    0
    0
    image gravatar rajoute :

    Vous exprimez exactement ma surprise lors de l'arrivée sur scène de ROVER, grand gaillard étriqué dans sa veste en cuir, à la voix envoûtante. Le double effet kiss cool!

  • VA:F [1.9.22_1171]
    0
    0
    image gravatar rajoute :

    Désolée, ce commentaire était pour votre chronique d'octobre 2011…

    • VN:F [1.9.22_1171]
      0
      0
      image gravatar rajoute :

      c'est tout aussi vrai de toute façon à chaque concert 😉

  • VA:F [1.9.22_1171]
    0
    0
    image gravatar rajoute :

    Le concert de Gérald De Palmas à Aix était magnifique, j'adore la voix de cet artiste !