Avis sur un show

24 octobre 2012

Hidden Orchestra @ Poste à Galène (Marseille)

L'Ecosse : Les kilts, Sean Connery et maintenant ... Hidden Orchestra !

  • 12
  • 2
  • 1
  • 0
  • 0
  • VN:F [1.9.22_1171]

Evaluation de la Soirée

Note global du concert, 5.5 - 2 votes
Pas d'Evaluation des internautes
Note d'Ysabel
Note d'Arnaud

1 : Pas du Tout - 2 : Un Peu - 3 : Moyennement - 4 : Beaucoup - 5 : Passionnement - 6 : A La Folie

Conditions de mise en boîte

Librement dans la salle. Ayant l’habitude de celle-ci, avec sa lumière souvent compliquée, j’ai pris le parti de me munir du fabuleux 200 f/2 qui est juste phénoménal dans ces conditions. 100% des portraits ont été faits avec lui. Pour les autres plans, j’ai aussi utilisé les objectifs magiques que sont le 85 f/1.4 et le 24 f/1.4.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Hidden Orchestra est juste un groupe de la mort qui tue !! Ils ont pas l’air comme ça, ils font penauds, mais derrière leurs instruments c’est de l’or en barre ! A quand une soirée Erik Truffaz / Hugo Kant / Hidden Orchestra ? Ça devrait même être remboursé par la Sécu tant c’est anti-dépressif !

Etiqueté par Ysabel :

Ça c’est une soirée qui commence bien !! Petite dînette à La Tasca, en face du Poste à Galène, pour une mise en condition juste parfaite (cadre, accueil et tapas délicieux … Et non, je n’y ai pas d’actions 😉 !! C’est juste une astuce et c’est comme vous voulez !) Une fois arrivés dans la salle, la mise en place se fait sur du Moriarty (fort bon choix ma foi) et les membres de Hidden Orchestra marquent leur entrée par un simple petit «Bonsoir !»

Tous les cinq (un de plus que lors de leur concert du Cargo de Nuit en Mars de l’année dernière) se postent derrières leurs instruments, casques sur les oreilles, et commence leur Electro-Jazz hyper vibrant. Trompettiste et violoniste ont pris place derrière ce qui semble être un clavier géant (assez long pour eux deux en tous cas) et ils alternent perpétuellement d’instruments. Les batteurs, eux, sont face à face sur les deux côtés de la scène, pour un rendu sonore assez impressionnant. Et ce sont eux aussi des hommes orchestre (comme l’ensemble de ce groupe), puisque l’un d’eux sort un trombone dont il va jouer au-dessus de la batterie, tout en continuant de frapper du pied sur sa grosse caisse.

La musique est prenante, par moment comme du Nu-Jazz, et chacun semble dans sa bulle (sensation renforcée par cette disposition en U). Pour la fin de l’intro, le bassiste touche une de ses cordes, puis un bouton de son clavier … Et ainsi de suite, jusqu’à ce que sa note s’éteigne en douceur. Ça commence donc très fort !!

Leur univers est toujours assez onirique, avec entre autre une trompette jouée avec une subtilité et un touché superbes. Toute petite clappe dans le micro. Succion du trombone. Une musique toujours inventive et des constructions faites de crescendos et de fins toutes en douceur.

La batterie est frottée, grattée. Juste à côté, l’autre est effarant avec son duo basse/synthé, toujours en perpétuel mouvement sur les deux instruments. S’ajoute une envolée magnifique de violon. C’est une musique féérique, enveloppante, envoutante. Les morceaux se suivent avec à la fois une cohérence et une originalité parfaites.

Le public crie entre les morceaux et Joe Acheson (leader du groupe) de répondre : «Merci. Vous êtes très gentils !» … Ben, non. Même pas. On a juste ouvert nos oreilles !!

Je trouve à tout cela un petit côté Ekova, en plus Jazz, et peut-être mélangé à du Erik Truffaz. Et les deux batteries, c’est vraiment une idée d’enfer. Une véritable invitation au voyage, avec plein d’images qui se bousculent dans ma tête. Des sons de vagues et d’oiseaux … Une véritable musique de film. Et ils jouent de tellement de trucs, avec en plus le démultiplié des loopers, que cela donne une sensation d’infini.

Sur Dust, les deux batteurs semblent avoir les yeux rivés l’un sur l’autre. Le violon s’occupe de faire un petit pont, en puisant juste dans ses cordes touchées. Leur musique emporte et surprend à chaque instant, nous faisant rester perpétuellement en alerte.

Les drums jouent ensemble ou se répondent au gré des morceaux (parfois chantés, selon les bandes) … En tous cas, ils s’amusent beaucoup et on sort complètement du rôle solitaire du batteur tout seul au fond et qu’on ne voit jamais (ce qui n’est pas pour me déplaire, moi qui aime être surprise). Là, ils sont tous les deux aux avants postes et c’est superbe. Puis on repart sur des chants d’oiseaux, une trompette délicate qui joue d’un effet wa-wa à main nue et un violon qui donne une sensation virevoltante.

«Je parle un petit peu france mauvais. Désolé !» Ceci étant, Joe réussit tout de même à nous expliquer que ce morceau est tiré de leur dernier album (Tired And Awake de Archipelago). Le batteur de droite (d’ailleurs quasi le siamois du bassiste, en passant !) se lève pour jouer d’un méga-trombone, avec de légers jeux de dissonance, parfaitement maîtrisés. C’est tellement subtil comme musique, qu’il est impossible de savoir si c’est en partie de l’impro ou si tout est parfaitement millimétré. Peu importe, de toute façon, c’est juste hyper balèse ! La batterie devient un instrument d’une subtilité inouïe. Un son de harpe vient se mêler à tout cela. Les sons se superposent avec une parfaite harmonie et on plane complètement.

C’est pourtant la fin (et le temps a passé à une de ces vitesses …) et lorsqu’ils quittent la scène, ils le font toujours aussi timidement, d’un charme et d’une discrétion inversement proportionnels à leur talent. Et quand ils reviennent pour le rappel, c’est presque étonnés : «Vous en voulez une autre ?».

Ce sera donc un remake de leur dernier album, Antiphon, avec des lumières tournantes et le son d’une petite boîte à musique. Un chouilla plus Electro, pour le plus grand bonheur du petit noyau de danseurs qui s’est formé au centre de la salle et qui profite pleinement de cette dernière. Ils ne seront d’ailleurs pas déçus, avec beaucoup de puissance pour une fin avec rayon laser qui balaye le public … Hidden Orchestra, vous en rêvez … Et bien ils le font 😉 !!

Composition

  1. Overture
  2. Spoken
  3. Strange
  4. Reminder
  5. Dust
  6. Vorka
  7. The Windfall
  8. Tired And Awake
  9. Seven Hunters
  10. Foots Teps
  11. Flight
  12. Wandering
  13. 1er Rappel : Antiphon

Date Limite de Consommation

  • Ce concert s’inscrit dans la tournée European Tour qui se termine le 20 Avril à Londres
  • Album défendu : Archipelago

Site de Production

Site Offi­ciel : http://www.hiddenorchestra.com

Ingrédients

  • Joe Acheson : Basse & Clavier
  • Tim Lane : Batterie & Trombone
  • Phil Cardwell : Trompette & Clavier
  • Jamie Graham : Batterie
  • Poppy Ackroyd : Violon & Clavier

Remerciements

  • Stephan @ ConcertAndCo

La Zone des Lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.