Avis sur un show

07 septembre 2012

Death in Vegas @ Paloma (Nîmes)

Death in Vegas .... But alive in Paloma Nîmes !!!!

  • 7
  • 2
  • 1
  • 0
  • 0
  • VN:F [1.9.22_1171]

Evaluation de la Soirée

Note global du concert, 5.5 - 2 votes
Pas d'Evaluation des internautes
Note d'Ysabel
Note d'Arnaud

1 : Pas du Tout - 2 : Un Peu - 3 : Moyennement - 4 : Beaucoup - 5 : Passionnement - 6 : A La Folie

Conditions de mise en boîte

Trois premiers morceaux, dans une pénombre un peu plus exploitable que leur précédent concert à Marseille.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Le Paloma confirme son influence : Il n’a pas pu (ou su) mettre en valeur Juan Rozoff, mais par contre il a sublimé Death in Vegas !!!!!

J’ai pris un méga pied Electro/Dub, dans une sublime ambiance et un son presque parfait !

C’est définitivement LE concert de la soirée !

Etiqueté par Ysabel :

Je suis sincèrement très impatiente de retrouver Death In Vegas sur scène ce soir, après l’expérience plutôt amère de la dernière fois, à l’occasion du Festival Marsatac : Un mur de fumée sur lequel se plaque des lumières franches. Donc une fois qu’on les a vu en ombres chinoises sur un fond vert, un bleu, un rouge et un jaune … Ben on a fait le tour. Ajoutez à ça une sono quasi saturée et vous obtenez un concert en demi teinte qui laisse vraiment sur un sentiment d’insatisfaction. C’est donc l’occasion d’avoir une autre vision de ce groupe de Rock Progressif que j’adore en album (et cette fois, j’y crois !!)

Après le départ de Juan Rozoff, c’est donc la seconde partie de la soirée inaugurale du Paloma qui se met en place. Ils attaquent quand même par une tentative d’enfumage mais, Oh! Bonheur … Elle va s’avérer inefficace face au sympathique petit vent qui s’est levé. Alors. Alors … Va-t-on enfin avoir l’infinie chance de les voir ?? Il semblerait bien que oui !! (Yessss !!)

Le silence se fait. Une ligne sourde de sampler monte sur fond de lumière rouge rasante. Ils entrent tous les 5 en applaudissant au-dessus de leurs têtes. Le son est vibrant et on attaque tout de suite dans le planant, avec une sensation d’irréel qui est renforcée par leur évolution dans l’espace toute en lenteur. Puis les drums démarrent et leurs voix montent, nous sortant petit à petit de notre torpeur.

Leur rendu musical un peu psyché tient tout autant de l’alchimie que de la réelle musique et c’est une véritable révélation, comparé au concert de La Cartonnerie. C’est Le Death In Vegas que rêvait de voir sur scène et je suis aux anges. Le rythme s’emballe. Ils sont de plus en plus habités et c’est certain, le jeux de scène n’est pas faramineux pour ce qui est des déplacements, mais on s’en fout tant c’est bon !!

Au démarrage de Scissors, les cris montent du public pour accompagner le battement de cœur du tempo. Richard Fearless chante de manière très sensuelle et incroyablement pénétrée. A chaque morceau, ils échangent leurs places, excepté le Keyboards qui est juste exceptionnel sur le côté gauche avec son air So British de garçon sage qui agite sa tête comme un damné ! Puis, une fois encore, ils lâchent tout, en restant dans la nuance. Des éclairs de lumière déchirent la fumée sur fond de rouge et de noir. La musique tourne à l’indus et c’est vraiment le pied !!

Puis la ligne de guitare se faite beaucoup plus présente avec Dirge. Le batteur se détache sur les strombis blancs qui saccadent ses mouvements, renforçant encore le côté irréel du spectacle. Un sentiment d’être envahi par ce son envoutant. Le guitariste se cabre, le pied sur son retour. Cet électro puissant donne la sensation de remplir l’espace et de monter en vous. Et oui, je ne suis peut-être pas objective, mais je pense que j’adore la musique d’autiste en fait 😉 !!

Ils chargent à mort sur les strombis, la fumée et on est à fond dans l’univers parallèle de Fearless, avec son énergie sourde mais indéniable. C’est pêchu. Hyper prenant. Le guitariste aux cheveux longs et au look de rockeur pur et dur fait son méga show, échevelé, à contre jour. Il est trempé et semble totalement désarticulé par moments. Quant au bassiste, il termine instrument au-dessus de la tête, nous regardant amusé de toute sa hauteur (et c’est qu’elle est haute cette scène extérieure !!)

Dans le public, on commence à s’extérioriser de-ci, de-là. Notre BCBG agite la tête avec de plus en plus d’ardeur, derrière son clavier. C’est méga prenant et ils paraissent autant écouter la musique que la jouer, avec un vrai côté «Communion». On est en permanence dans les contrastes, avec une batterie quasi tribale par moment, qui monte petit petit et on se laisse à chaque fois surprendre par l’explosion d’une puissance extraordinaire qui s’en suit (et on se fait même prendre en photo entre deux !!)

A l’approche de la fin du set, le démarrage de Aisha, avec sa grosse voix off, amène un univers plus noir et très cinématographique. On a envie de fermer les yeux pour donner libre cours aux images qui assaillent notre cerveau. L’esplanade du Paloma se transforme peu à peu en un véritable parterre de danse. La musique est devenue énorme et la fin est la digne apothéose de ce superbe concert. On terminera même sur un «Merci !», bouteille de Jack Daniel’s à la main (si, si … Richard Fearless va nous parler. Enfin juste ça hein, pas d’inquiétude !!) Et ça y est, c’est bon : Je suis définitivement réconciliée avec Death In Vegas en live !!

Composition

  1. Your Loft My Acid
  2. Scissors
  3. Dirge
  4. Sons Of Rother
  5. Death Threat
  6. Blood Yawning
  7.  Savage Love
  8. Aisha
  9. Hands Around My Throat
  10. Rekkit

Date Limite de Consommation

  • Ce concert s’inscrit dans une tournée qui se termine le 01 Octobre 2012 à Paris
  • Album défendu : Trans-Love Ener­gies

Site de Production

Site Offi­ciel : http://www.deathinvegasmusic.com/

Ingrédients

  • Richard Fearless : Chant & Clavier
  • Mat Flint : Basse
  • Ian Button : Guitare
  • Terry Miles : Clavier
  • Simon Hansan : Batterie

Remerciements

  • Ste­phan @ ConcertAndCo
  • Mari­lou @ Paloma

La Zone des Lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.