Avis sur un show

24 juillet 2012

CocoRosie @ Rockstore (Montpellier)

Un voyage surnaturel !

  • 4
  • 3
  • 1
  • 0
  • 2
  • VN:F [1.9.22_1171]

Conditions de mise en boîte

Librement sur la mezzanine. Des conditions assez dantesques, avec peu de lumière ! Pour autant, la sélection retenue témoigne parfaitement de l’ambiance et de l’extrême esthétisme de ce concert !

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Les deux soeurs n’ayant pas sorti d’album depuis leur dernier concert à Marseille en 2010, c’est sans aucune attente particulière que je viens ce soir !

CocoRosie c’est bien (que dis-je fabuleux !) et ça suffit pour se déplacer.

Ce soir, j’ai assisté à un Live d’un autre monde ! Même pas certain que ce soit un concert, c’était plutôt la mélopée de deux anges qui en ont marre de la Terre et qui veulent retourner dans leurs nuages !

Je n’aurai pas plus de mots, car je suis bien incapable de décrire ce voyage, ces sons et cette ambiance unique. Avec bientôt 400 concerts dans la musette, c’est ma première expérience de ce genre. Peut-être devrais-je voir Dead Can Dance Live pour vivre ce genre d’expérience … Je ne sais pas.

En plus d’être musicalement d’une originalité et d’une beauté renversante, c’était esthétiquement d’un parti pris unique mais gagnant ! Car oui : Pour faire des concerts dans le noir ou pas loin, j’ai connu Tricky ou Death in Vegas, mais c’était juste dans le noir sans subtilité. Non ! Ce soir c’est quasi dans le noir, mais c’est horriblement beau !

Etiqueté par Ysabel :

Un RockStore plein à craquer pour accueillir les deux sœurs de CocoRosie, qui se sont associées à Rajasthan Roots, groupe que je ne connais absolument pas. Alors donc découverte de l’un ce soir et une immense envie de revoir en Live ces deux fabuleuses artistes atypiques et totalement barrées, que j’adore et que j’ai découvert en Live au Cabaret Aléatoire en Mai 2010.

Ils débarquent à 10 sur scène, comme les dignes représentants d’une belle pluriethnie. Bianca (Coco) et Sierra (Rosie) affichent un look totalement déjanté, comme d’hab !! La première en sorte de «Belle jardinière» avec blouse rose et chapeau de paille et la seconde en rien de moins qu’une salopette de chantier jaune fluo (avec bandes réfléchissantes s’il vous plait !!). Elles sont toujours aussi folles, comme on les adore. Avec leurs deux voix venues d’ailleurs, superbement servies par la musique hindou de Rajasthan … C’est déjà de l’or en barre.

Ils sont tous fascinants, dans cette lumière diffuse et envoutante. Les Roots en tenues traditionnelles indiennes dont celle, très troublante, de la seule fille du groupe, Arenla, en robe noire transparente, avec de petites pierres précieuses qui brillent à son front et qui manie de petites Tingsha avec une grâce toute particulière. Et les autres musiciens avec leurs looks improbables, entre rappeurs et hommes du désert … Bref, un truc incroyable, aussi bien pour les yeux que pour les oreilles.

Au fil des morceaux, les fabuleuses voix des deux sœurs se répondent, se confondent ou s’opposent. Celle de Sierra est absolument fabuleuse, semblant venir d’ailleurs, avec toujours ce côté quasi religieux ou fantasmagorique … Comme le chant d’une sirène. Et celle de Bianca, plus chaude et gutturale, troublante et poignante. Que dire, sinon que CocoRosie, c’est unique et merveilleux.

De plus, avec ce nouveau concert, on se retrouve bien loin de l’univers du précédent. Exit les drôles de musiques de Salle de Bain (leur premier album a vraiment été enregistré dans leur salle de bain , avec bruits d’eau et de jouets d’enfants). Nous sommes ici beaucoup plus dans une musique du monde avec de doux mélanges : Comme des percussions indiennes avec une harpe. Et Bianca qui se met à danser devant, comme une poupée désarticulée. C’est excessivement festif et sombre à la fois. Tout un monde onirique, qui est définitivement le leur, avec des sonorités dansantes et des rythmes enlevés, à la manière de la musique vaudou.

Tez, la BeatBox Masquée ;), mêle son flow aux percussions et le public hurle littéralement de joie entre chaque morceau. Quelques notes de piano montent sur Black Poppies et on change encore de décor. Notre voyage extraordinaire (un peu troublé quand même par le message d’erreur du rétroprojecteur qui merde et qui s’affiche sur l’écran en fond) nous entraine sur une jonque mystérieuse. Flûte, Samplers et voix … Impossible par moment de les distinguer, tant tout cela se mêle avec une parfaite harmonie, jusque dans les dissonances. Le Piano à vent entre alors dans la danse et nous offre un moment de pure poésie.

La voix de Sierra est vraiment incroyable. Lorsque l’écho s’y ajoute, elle devient envoutante comme celle d’une créature céleste (ou diabolique). La musique semble entrer en elle et lui insuffler le légers soubresauts. Puis celle de Bianca vient la rejoindre, presque en mode rap et la force des deux se rencontre. Un univers qui tient vraiment du fantasmagorique ce soir, alors que la dernière fois, nous étions plus dans un tableau fantomatique en fait.

Pour Undertaker, elles appellent la belle Arenla a les rejoindre. Sa voix se mêle à celle de Sierra. Le contraste entre cette danseuse des Mille et Unes Nuits et notre sirène de la DDE en salopette : C’est bien du 100% CocoRosie !! Elles dansent toutes deux en se tenant la main et Bianca ajoute sa voix à leur jeu, amenant la chaleur de sa tessiture si particulière. La danseuse oscille entre oiseau de paradis et étrange animal marin. La musique devient minimaliste et seules leurs voix nous portent … Quelle claque mes aïeux, quelle claque !!

En milieu de Set, les Rajasthan Roots vont rester seuls pour deux morceaux, plus musicaux que chantés. La Dotora (petite guitare indienne) semble nous conter une histoire et Adi Das en joue en tournant sur lui-même à petits pas, pour faire tinter les grelots qui ornent ses chevilles. La musique et la danse deviennent entêtantes et semble les posséder. Par moment, ils jouent sur la douceur de leurs voix, avant de repartir de plus belle, comme s’ils voulaient entraîner quelques derviches tourneurs dans leur sillage. Puis ils nous remercient à l’indienne, en se touchent le front, pour laisser la place à CocoRosie, qui vont reprendre seuls dans un premier temps.

Et pour leur retour, les filles nous ont réservé des looks trash et super sexe !! Alors, comment vous dire … Pour Bianca, (il fallait y penser !) c’est bermuda de chantier jaune fluo (un bout de la salopette de sa sœur 😉 ?!!), top couleur chair qui peut laisser penser qu’elle est nue (de loin) et bonnet rasta. Mais c’est Sierra qui décroche le prix de la fantaisie et du n’importe quoi : Nuisette en soie, bas façon cuir, talons de 20cm et … Slip kangourou (si, si, je vous jure). Elles sont vraiment complètement folles. Je les adooore !!

L’écran de fond de scène fonctionne enfin et diffuse des images de danseurs au ralenti. Le clavier a sorti une trompette, dont il joue avec une sourdine, façon jazz. L’ambiance devient presque «Cabaret» et il est fabuleux d’assister à ce doux mélange des genres. C’est Bianca qui s’occupe de la ligne musicale et Sierra qui maîtrise les digressions. La musique est la même pour les deux, mais c’est comme si ces deux univers se superposaient, comme deux facettes, le pile et le face de la même chanson, entre le Beat et le lyrique. C’est vraiment d’une musicalité unique. Elles dansent et se retrouvent si proches, qu’elle chantent dans le même micro et finissent par terminer Werewolf tout en douceur. J’en ai des frissons.

Pour la fin du set, les Rajasthan Roots viennent les rejoindre. La voix de Rosie, toujours quasi irréelle, se confond avec la flûte hindou et l’expressivité qu’elle met dans les gestes de ses mains est fabuleuse … C’est peut-être ça la musique des anges !! Puis les deux sœurs se mettent à danser, comme si elles étaient seules au monde. Le public est en réelle communion et se met à danser de même, en harmonie. Puis la harpe sonne de nouveau et leur chant devient charnel, soutenu par la force des percussions et une ligne de basse qui devient presque violente. Elles dansent au raz du sol et cela devient d’une intensité presque indescriptible.

Le calme après la tempête. Sierra vient s’assoir devant le Piano à vent et Bianca danse en faisant onduler son corps sur la musique, devenue lascive. La flûte sonne comme une flûte de pan. Le battement du tambour semble appeler les esprits. Les associations musicales sont osées et font mouche à tout les coups. Bianca nous ressort son cher jouet musical de bébé. Sa sœur s’est mise au piano et elles chantent toutes deux avec de petites voix enfantines, sur cette musique hyper ludique. Tout le monde danse et il est surprenant d’entendre à quel point elles parviennent à avoir un timbre aussi similaire par moment. Puis c’est la harpe qui revient et les indiens qui se déchaînent, avec Tez qui se balade au milieu de tout ça, une serviette sur la tête. La dernière va être jazzy (à leur façon). Les lumières éclairent leurs visages, comme des rayons d’un soleil qui se lève et leurs voix montent comme une prière. C’est une véritable euphorie dans la salle et des cris saluent les baisers qu’elles nous envoient.

Avant qu’elles ne reviennent pour les rappels, les spots vont et viennent sur le public, qui frappe le sol de ses pieds et qui en veut encore, indéniablement, devant cette scène toute rose et ces images de danseurs qui tombent qui passent encore sur l’écran. Ils se font un peu désirer et/ou doivent se remettre un peu de leurs émotions et de la chaleur. Mais à leur retour, Sierra touche quelques mains et Bianca serre son jouet sur sa poitrine. Leurs voix montent en même temps. Tout le monde reconnait K-Hole et se met à danser. On dirait deux gamines qui répètent une chanson pour un spectacle improvisé. C’est touchant. Et puis Bianca demande à Tez de lui passer un briquet, ce qui bien sûr amène le public à en faire de même et qui allume autant de petites étoiles dans le noir, avec juste la musique qui plane au dessus de nous. Mais la tendre mélodie devient entêtante, toujours quasi sans lumière. Les deux sœurs sont à genoux, l’une en face de l’autre dans les strombis qui s’allument soudain et leurs corps semblent pris par un rythme qui monte de plus en plus, qui embarque le public. Il saute mains levées, chante et se lie à elles jusqu’à la dernière note.

Elle nous quittent à nouveau. Les lumières semblent se rallumer, mais le public ne l’entend pas de cette oreille. Il crie. Frappe le sol. Tant et si bien que les Rajasthan Roots reviennent, percussions en tête, et rapidement suivis par les filles … Avec encore un changement de chapeau pour Bianca !! Tous le monde danse pour ce rappel improvisé (pour de bon celui-là, parce que pas prévu sur la Setlist). A la limite de l’inconscience, Sierra et Arenla se lancent dans le public pour un slam en toute confiance (pas peureuses le filles, même si c’est bon enfant !!). La première va regagner la scène sans encombre, mais la seconde va s’arrêter en route, finissant par danser un milieu de la salle. La frappe de pied du public, qui hurle définitivement, se mêle aux beat des basses. Tout cela se termine en apothéose pour un véritable concerts de fous (dans tous les sens du terme !!)

Composition

  1. God Has a Voice, She Speaks Through Me
  2. Tearz For Animals
  3. Black Poppies
  4. Black Rainbow
  5. UnderTaker
  6. Rajasthan Roots (1er morceau)
  7. Rajasthan Roots (2nd morceau)
  8. Daisy Chain
  9. Werewolf
  10. R.I.P. Burn Face
  11. Fairy Paradise
  12. Smokey Taboo
  13. Animals
  14. Turn me on
  15. We Are On Fire
  16. 1er Rappel : K-Hole
  17. Teen Angel
  18. 2nd Rappel : Japan

Date Limite de Consommation

  • Ce concert s’inscrit dans la tournée Summer Tour qui se termine le 04 Août à Londres
  • Album défendu : We Are On Fire (EP)

Site de Production

Myspace : http://www.myspace.com/cocorosie

Ingrédients

  • Bianca Casady : Chant , Jouet Electronique
  • Sierra Casady : Chant, Harpe & Piano à vent
  • Tez : Beatbox
  • Adi Das : Dotora
  • Ashok Foga : Percussions
  • Arenla : Chant & Tingsha
  • Abid Ali : Percussions
  • Tagaram : Flûte
  • ? : Basse & Claviers
  • ? : Claviers & Trompette

Remerciements

  • Olivier @ Volume Production
  • Stephan @ ConcertAndCo
  • par

    27 mai 2010

    Photo du concert

    CocoRosie @ Cabaret aléatoire (Marseille)

    CocoRosie en concert, c'est finalement comme en Cd : on quitte son monde et son environnement pour pénétrer dans celui des deux soeurs. C'est déjanté (comprendre hors norme), c'est plein de douceur et c'est une ...

  • par

    30 septembre 2011

    Photo du concert

    Etsaut @ Cité de la Musique (Marseille)

    Très franchement, c'est l'idée d'Ysa de m'emmener à ce concert qui pouvait faire peur par sa programmation toute particulière. J'avais donc incroyablement peur d'un truc soit trop intello, soit trop kitch, mais comme Ysa ne ...

  • par

    18 mars 2014

    Photo du concert

    Andromakers @ Le Galet (Saint Martin de Crau)

    Ça faisait des mois que j'avais envie de découvrir ce duo. Je n'en connaissais rien musicalement, mais son nom tournait assez fréquemment parmi mes contacts des réseaux sociaux. Et, n'ayant que des "amis" qui ont ...

La zone des lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.

  • VA:F [1.9.22_1171]
    0
    1
    image gravatar rajoute :

    Je ne m'attendais pas a ce qu'il y est une page pour ce concert !
    Mais c'était un regal, le meilleur de mes lives. Je ne les avaient jamais vu je savais que cela promettait d'être énorme, mais pas a ce point.
    Prise aux tripes = émue aux larmes

    • VA:F [1.9.22_1171]
      0
      0

      Il y a toujours une page chez nous pour de tels artistes !!
      En espérant que cette chronique sera un peu le reflet de votre ressenti … Beaucoup d'émotion pour nous aussi !! Et merci pour ce commentaire passionné.