Avis sur un show

26 mai 2012

Scorpions @ Palais Nikaïa (Nice)

Dernière piqûre bien Rock de Scorpions ...

  • 12
  • 3
  • 1
  • 2
  • 4
  • VN:F [1.9.22_1171]

Conditions de mise en boîte

Trois premiers morceaux, soit 14 min entre la première photo et la dernière. Ayant déjà vu des milliers de photos de la tournée, je savais lesquelles j’allais sortir (et donc lesquelles je ne voulais pas trop sortir).

Ayant vu l’avant scène et aucun spot devant (différente de celle de Bénabar qui m’avait piégée), je sentais que j’allais avoir un bon éclairage des artistes en avant, avec le public en fond. Il fallait le 24/70 pour ce type de prise. Bingo, ça n’a pas loupé et ce sont globalement des photos que j’ai gardé, en choisissant celles ayant le moins d’éléments perturbateurs du type autres photographes (nous étions bien 15 entre les crash barrières) ou invités All Access qui campaient devant et s’en foutaient de déranger.

J’ai ensuite eu envie de plans plus serrés et entre le premier et le second titre, je suis passé au 70/200. Je ne sentais pas qu’un 14/24 allait apporter grand chose, la scène étant très large mais pas extraordinairement mise en valeur pour aller chopper ça au grand angle.

Enfin, entre le second et le troisième morceau, je suis parti en chasse à grand coup du 300 mm fétiche pour quelques beaux plans comme je les aime.

Ayant eu un poil de flottement dans la sécurité à la fin du troisième morceau, les photographes sont restés et là j’en ai profité pour quelques folies au 14/24, dont ont été retenues deux photos ici présentes.

Niveau lumière, un pied rare ! J’ai tout fait au 1/400ème et gardé une ouverture à 2.8 pour le bokeh. Tout est grosso modo entre 1000 et 2500 ISO, une plage tranquille.

Je n’ai pas utilisé une seule focale fixe : à quoi bon et c’était le coup à louper trop d’occasions, tant tout le monde avait la bougeotte sur scène.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

J’étais très clairement venu pour entendre avant tout I Still Loving You et Wind of Change  : Je n’ai pas été déçu, j’ai eu mes deux chouchous en rappel !

Je voulais également découvrir ce groupe que je ne connais pas, même s’ils évoluent dans un genre que j’aime plutôt (on va dire le hard rock gentil des années 70/80/90). Sur ce second point, pas non plus eu de déception, le groupe a déroulé un bon rock, dans une bonne ambiance et avec une réelle énergie et envie de partage.

Si je conserve quelques remarques c’est plus vis à vis de la voix de Klaus Meine qui était quand même limite, mais à 64 ans et avec son passé on peut le comprendre !

Et, on ne peut pas dire que j’ai vibré sur toutes les chansons, malgré le bon son et la bonne ambiance. Avec le recul, je prends maintenant presque plus de plaisir à regarder une vidéo YouTube de la tournée et me remémorer ma soirée.

Je suis quand même sorti de la salle ravie d’avoir vu ce groupe planétaire.

Etiqueté par Ysabel :

Après le départ de The Running Birds, le changement de plateau va être un peu longuet, ce qui me donne l’occasion de parcourir du regard la salle du Nikaia et le public autour de moi. C’est plutôt mélangé en âge, mais avec un même plaisir d’être là qui se lit sur les visages. Et cela va des petits jeunes qui n’ont pas voulu louper ce qui sera certainement leur seule occasion de voir Scorpions en live et de ceux qui retrouvent là leur amour de jeunesse … Avec, à ma droite, une encore fort jolie dame (habillée très classe) qui se fait prendre en photo avec sa copine en disant : «C’est pour montrer à mes petits enfants et pour les rendre jaloux !!» Franchement j’adore. Et je peux vous dire que pendant tout le concert, elle ne va pas bouder son plaisir !!

Aux premiers mouvements de lumière, la salle réagit au quart de tour et on y croit vraiment lorsque la fosse s’éteint sur fond de Back In Black (AC/DC) … Vont-ils monter sur scène sur cette intro ? Et ben non, fausse joie et l’attente continue encore un peu, en restant dans le mouv’ avec du Metallica.

Mais enfin The Moment est arrivé : On se retrouve dans le noir devant un écran géant qui nous annonce … 1983:San Bernadino Valley. Référence au festival, mémorable s’il en est, qui a réuni en Californie plus de 300 000 personnes, que l’on voit ici courir sur une colline pour venir occuper un immense champs, au milieu duquel une énorme scène à été montée. On y est. Et sur celle du Nikaia, une improbable plateforme ascensionnelle équipées de leds verts fluo monte la batterie (avec James Kottak bien sûr) vers le ciel, devant ces images de véritable émeute. Puis tous les écrans de fond, ainsi que ceux qui ornent les marches de scène, s’habillent de roses rouges et ils sont là tous les quatre alignés, bien sages pour le moment, même lorsque Klaus Meine remonte l’avancée de scène pour tendre son pied de micro vers un public qui se met immédiatement à hurler. C’est tout de suite le feu dans cette salle qui semble principalement composée de purs fans et qui offre déjà un océan en mains levées sur Sting In The Tail.

En un clin d’œil, on passe du rouge au bleu, avec nos supers sexagénaires qui déclenchent des cornes du diable en veux-tu en voilà sur leur passage, assurant incontestablement un bon gros son comme ils ont toujours su en faire. Ils jouent d’ailleurs beaucoup avec le public, s’approchant au plus près à chaque fois que cela est possible … Ce sera le fil conducteur de ce concert, pour le plus grand plaisir de tous. Rudolf Schenker lance la clappe en tapant sur ses cordes à même le manche. Il cabotine dos à dos avec Matthias Jabs pendant que la batterie redescend et que Klaus nous lance un «Bonsoir Nice !!».

Les jeux d’écran sont juste magnifiques. Klaus apparait en géant en trois couleurs rouge, vert et jaune. Cela donne un beau sentiment de proximité à ceux d’entre nous qui sommes trop loin pour bien les voir. Is There Anybody There? fait l’objet d’une belle vague de mains, qui se balance … Vu d’en haut, c’est vraiment top !

A l’attaque de The Zoo, l’écran se fait trois, puis un, puis trois à nouveau. Ils viennent se balancer sur le T d’avant scène. Ça grimpe, ça redescend. Et on a même une adaptation de la beat box, pendant que Klaus jette des baguettes dans le public, avec un Rudolf qui réussi à reproduire le son d’un riff de guitare et qui termine en prenant la pause, guitare pointée vers le ciel. Sans oublier ce grand malade de Kottak qui frappe comme fou, affichant un torse blanc largement tatoué.

Rudolf et Matthias joue les majorettes synchros en première ligne, puis sont très vite rejoint par Pawel Maciwoda et même Klaus, qui a lui aussi attrapé une guitare. Ils viennent tous les quatre mettre le feu devant. Une très belle image, devant des fans au taquet, avec toujours Kottak torse nu et en short, qui se met debout de dos (en équilibre sur sa batterie montée à bien cinq mètres du sol) pour nous montrer son ROCK N’ ROLL FOREVER tatoué en lettre géantes (je peux le lire d’où je suis … C’est vous dire !)

A chaque fois qu’ils s’en approchent, on perçoit des cris par dessus la musique qui proviennent de la fosse. Les écrans passent de la couleur au noir & blanc pour nous montrer leurs visages. Tout est beau. Puis le magnifique S, symbole de leur album Sting In The Tail prend place devant nos yeux, tout enchevêtré de ronces … On est parti pour une pause avec les morceaux plus romantiques du groupe (un peu aussi leur marque de fabrique), avec toute la salle qui termine à capella, sans se faire prier.

Kottak va même venir les rejoindre devant pour Send Me An Angel , foutant le bordel dès son arrivée en attrapant (surpris) un drapeau italien (appartenant certainement à des fans de la première partie) et prenant place sur un incroyable fauteuil-cajón, tranquille le chat, avec sa belle barboteuse rouge et noire ornée d’une tête de mort. Un très très joli moment de pur poésie … Oui Oui … On est toujours dans un concert de Scorpions 😉 !! On enchaine même avec un Holiday démarré à la guitare sèche et toute une salle de clappe (même salué par les deux béquilles levées d’un courageux de la fosse).

Mais après cette pause, s’il on peut dire, les guitares se mettent à rugir de nouveau, avec la batterie qui tonne. «Are you ready to rock ?!!» nous demande Klaus. Trois baffles géantes emplissent l’écran, bien vite remplacées par des images d’archive en noir & blanc qui vont se mélanger avec celle de ce soir. C’est bon tout ça !! Mais je lève les yeux … Et qui je retrouve à nouveau à poil ?… Kottak bien sûr !! De toute façon il va ainsi passer la soirée à changer de tee-shirt, s’offrant ainsi des pauses torse nu (bon, à sa décharge, il ne se ménage pas et doit bien suer le bougre !) Sur Tease Me Please Me, ils s’amusent même à de tels chassés-croisés sur scène, qu’ils sont obligés de cavaler pour regagner à temps leurs micros pour chanter. Un petit manège qui m’a bien amusée.

On prend encore quelques degrés supplémentaires dans le métal … Pas Out pour deux sous les papy’s !! Et ils sont vraiment marrants à se tirer ainsi la bourre tout le temps. Sans parler qu’ils s’éclatent niveau guitare, avec un Rudolf Schenker qui fait son show en permanence. Avant de quitter la scène, Matthias Jabs et Pawel Maciwoda sortent un son de ouf en frottant les manches de leurs deux guitares l’un contre l’autre. C’est comme ça que Kottak se retrouve seul, perché sur sa tour infernale, et je peux vous assurer qu’il va se faire plaisir. Le public adore. Il se déchaîne sur fond de montagne russes. Puis les écrans balancent un délire partis de toutes leurs pochettes d’albums, avec lui en personnage principal … Fabuleuse histoire d’un fou. Il nous fait crier, jouant la gauche, contre le centre, contre la droite et termine en nous montrant l’inscription de son nouveau tee-shirt : You Kick Ass !! Puis il repart comme un fou pour remonter sur sa plate-forme au risque de sa casser la gueule, juste pour se remettre à poil et nous remonter son fameux tatouage de rockeur. C’est vraiment un malade ce mec 😉 !!!

A la fin de Blackout, ils envoient tout et un immense miroir vole en éclat. Rudolf part dans un fabuleux solo de guitare qui se termine par un mix entre le moteur d’une grosse cylindrée qui démarre et carrément le tremblement de terre (mon voisin touche même le sol, médusé par ces tremblements). Et puis le set se termine par Big City Nights et un énorme NICE qui balaye l’écran. Ils jouent dos à dos ou bondissent partout alternativement. Klaus, lui, est monté sur une marche et les accompagne de sa guitare imaginaire. Ce morceau semble n’avoir pas de fin. Ils sautent au rythme des lumières et terminent même par un porté et une distribution de je ne sais quoi, lancés dans la fosse (décidément, je n’aurai pas de cadeau moi ce soir … Trop loin !)

Bon, avant les rappels, je trouve que la rock n’roll attitude en prend un coup quand on nous demande de chanter Happy Birthday pour Klaus. Bon et de un, son anniversaire était la veille, et de deux, cela manque cruellement de spontanéité. Parce que autant mon voisin de gauche (oui, oui, toujours le même et un sacré fan je pense) a essayé d’en lancer un je ne sais combien de fois pendant la soirée (et cela aurait été fabuleux de les surprendre et que ça parte comme ça de la salle) … Autant le truc tout pré-mâché, avec décompte sur un écran à la sauce Ecole des Fans, c’est quand même un chouilla ringard. Mais bon, comme on est gentils, on joue le jeux !

Puis viendrons les deux chansons que Tout le Monde attend. Qu’on a tous emballé dessus (ou du moins essayé !) … Et oui … Un Still Loving You à vous damner. On chante. On en peut plus et il y a juste des centaines de portables en l’air qui enregistrent. Genre on est venu Que pour celle-là !! Et on fait re-belote avec Wind Of Change, autre tube interplanétaire du groupe, avec le même petit manège des téléphones et un Klaus qui siffle son petit vent de liberté devant des images du mur de Berlin. Franchement, on en est au stade de la communion là.

Mais jetons au loin la nostalgie. On termine sur un Rock You Like A Hurricane qui porte bien son nom ! On en prend plein les mirettes et les oreilles. Ils montent tous en hauteur dans le décor et prennent congés de nous pour la dernière fois … Pour profiter d’une retraite vraiment bien méritée.

Composition

  1. Sting In The Tail
  2. Make It Real
  3. Is There Anybody There?
  4. The Zoo
  5. Coast To Coast
  6. Loving You Sunday Morning
  7. The Best Is Yet To Come
  8. Send Me An Angel
  9. Holiday
  10. Hit Between The Eyes
  11. Raised On Rock
  12. Tease Me Please Me
  13. Kottac Attack
  14. Blackout
  15. Six String Sting
  16. Big City Nights
  17. 1er Rappel : Still Loving You
  18. Wind Of Change
  19. Rock You Like A Hurricane

Date Limite de Consommation

  • Ce concert s’inscrit dans la tournée Sting in the Tail qui se termine le 15 Décembre 2012 à Oberhausen
  • Album défendu : ComeBlack

Site de Production

Site officiel : http://www.the-scorpions.com/

Ingrédients

  • Klaus Meine : Chant & Guitare
  • Rudolf Schenker : Guitare Rythmique
  • Matthias Jabs : Guitare Solo
  • Pawel Maciwoda : Basse
  • James Kottak : Batterie

Remerciements

  • Stephan @ ConcertAndCo
  • Pascal @ Image Publique
  • par

    08 juillet 2015

    Photo du concert

    Shaka Ponk @ Pavillon de Grignan (Istres)

    Être à un concert de Shaka Ponk, c'est un peu comme être une chaussette dans une machine à laver pendant le programme long à 90°C : on ne sait plus où on habite, on se prend ...

  • par

    28 juin 2014

    Photo du concert

    ZZ Top @ Arènes (Nîmes)

    ZZ Top, c'est un peu de ma jeunesse, quand ce duo d'un autre temps défonçait tout avec Gimme All Your Lovin. J'étais un gamin et je les voyais avec leurs grosses barbes et leur Rock un peu space. ...

  • par

    11 septembre 2015

    Photo du concert

    Dead City Ruins @ Poste à Galène (Marseille)

    Grosse ambiance ce soir pour supporter Dead City Ruins : autant sur scène que dans la salle, c'est cheveux aux vents, sueur et effluves de Jack Daniel's. Pourtant, malgré ce côté "mâles exacerbés", c'est super bon enfant ...

La zone des lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.

  • VA:F [1.9.22_1171]
    0
    0

    Mais c'est quoi cette set-list?
    Où sont passés les fantastiques brûlots des splendides albums Fly to the Rainbow, In Trance et Virgin Killer qui ont ait la gloire de ce groupe?
    On a l'impression d'un concert pour midinettes… Et quand bien même, les meilleures ballades restent bien celles des années 70.
    Un concert des Scorpions sans Steamrock Fever, Fly To The Rainbow, Pictured Life, In Your Park, Polar Nights?
    Je ne regrette finalement pas du tout de ne pas avoir pu les voir à Bercy…

    Bref, très belles photos tout de même!

    • VN:F [1.9.22_1171]
      0
      0
      image gravatar rajoute :

      Je comprends que pour un profil comme le tien ce soit un concert trop mainstream ou commercial ! Pour une découverte d'une légende, c'est une bonne approche.
      A priori la setlist est assez régulière et Bercy devait être assez proche.

      Merci pour les photos ! C'était hyper rigolo et intense.

  • VA:F [1.9.22_1171]
    0
    0
    image gravatar rajoute :

    Moi je trouve que "les papys du hard rock" ont assuré grave !!! leur spectacle était super, je les ai vu à Juan les Pins et de nouveau à Nice et en rien je n'ai était dessus 😛
    Klaus, Kottak, Matthias, Pawel et Rudolf encore bravo et encore merci pour cette tournée d'adieu !
    Merci au site pour toutes ses belles photos qui représentent très bien à quel point ce concert était geantissime !
    et encore Merci à Arnaud de me permettre de lui "piquer" quelques photos pour mettre sur mon blog Fan de Scorpions.
    @ bientôt

    My recent post ► Photos Nice NIKAIA 2012 (Page 10)

  • VA:F [1.9.22_1171]
    0
    0
    image gravatar rajoute :

    Oui, oui, cela a manqué un peu du rock fou et perso les slows ça me "gonfle" un peu (mais je savais à quoi m'attendre pour les avoir vu à Toulon en novembre dernier)…Klaus a super assuré malgré ses problèmes de voix…et surtout c'est tellement rare d'avoir un groupe qui partage autant avec son public…mon fils de 9 ans a adoré !!!! surtout après les clins d'oeils, échanges et les baguettes de Kottak données direct ….j'irai bien à Nancy pour les voir avec les anciens (Uli, l'autre Schenker….)…Scorpions I'm SLY !!!!!!