Avis sur un show

13 décembre 2011

Thomas Dutronc @ Théâtre des Salins (Martigues)

Un artiste complet et plein de talent, qui sait mettre en valeur ses morceaux.

  • 3
  • 0
  • 0
  • 4
  • 0
  • VN:F [1.9.22_1171]

Evaluation de la Soirée

Note global du concert, 5.0 - 5 votes
VN:RO [1.9.22_1171]
Note internautes, 5.3 avec 3 vote(s)
Note d'Ysabel
Note d'Arnaud

1 : Pas du Tout - 2 : Un Peu - 3 : Moyennement - 4 : Beaucoup - 5 : Passionnement - 6 : A La Folie

Conditions de mise en boîte

Trois chansons sans déranger le public assis. Suis donc resté sur un côté, si ce n’est quelques gros plans à genoux sur le devant de la scène. Une belle expérience malgré tout et quelques bons repères pris pour de prochains concerts dans cette sublime salle à la sonorité très bonne.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Je vais être franc : je suis d’abord venu parce qu’il est « le fils de ». Je connaissais quelques morceaux que j’aimais énormément et je voulais donc voir sur scène ce que cela donnait.

Indéniablement, il a la voix et l’humour de son père ! Mais la ressemblance s’arrête là : l’univers de Thomas est le sien et il nous engloutit dès les premières notes.

J’ai peut-être trouvé le concert un peu trop haché, avec des interludes musicaux qui me faisaient perdre un peu le fil du concert. Mais ce détail mis à part, ce fut un sublime concert qui a su allier le jazz manouche au rock, en passant par la chanson douce pleine d’émotion.

Etiqueté par Ysabel :

La grande salle du Théâtre des Salins est pleine à craquer, devant une scène aux allures de cirque de campagne qui fourmille d’instruments de toute sorte. En rideau de fond, un grand écran de cinéma entouré de lumières, à la manière d’un miroir de star. De-ci de-là, des plots de dressage noirs & blancs, ornés de formes géométriques et un nombre impressionnant de guitares, rangées de la plus grande à la plus petite. Tout cela fleure bon la bande de saltimbanque à plein nez, avec (derniers détails qui tuent) un vieux téléphone à cadran tournant (pour appeler Dieu en personne sans doute) et un magnifique casque de Viking qui trône au pied de la batterie.

Le noir se fait dans la salle et la projection d’un film, façon vieilles actus d’archives, commence. Puis, ce sont deux cow-boys qui font leur entrée, face à face, une guitare prête à «tirer» en guise de pistolet, sur une musique de western spaghetti. Ils se la jouent Far West, avec les instruments qui se répondent et qui donne le top départ d’une soirée qui se va pas nous laisser une seule seconde de répit.

Thomas Dutronc entre à son tour sur scène, sur cette intro plutôt festive, en costard noir brillant et chaussures vernies … S’il vous plait !! Sa voix monte et tout de suite (Je sais que cela agace. Je ne le dirai plus …. Mais il faut vraiment le reconnaitre), on entend là un timbre qu’on connait bien : Et oui, il y a vraiment une incroyable similitude entre les Dutronc père & fils !!

La mise en scène est simple finalement, dans ce décor rigolo, avec des musiciens aux looks décalés et dépareillés : les deux cow-boys du début, auxquels se sont ajoutés un bel hidalgo, un rockeur et un garçon sage en cravate derrière sa batterie. Et bien sûr, au milieu de tout cela, un Thomas Dutronc qui commence déjà à nous offrir des solos de guitare époustouflants.

Ils vont installer à eux sept (avec des alternances sur scène, les musiciens allant et venant selon les nécessités musicales) un univers loufoque, avec des textes de chansons bien souvent décalés, une très belle musicalité et le tout servi par une voix juste faite pour ce voyage. Tout le monde se marre (autant sur la scène que dans la salle), les interludes «pince sans rire» sont savoureux et on a l’impression de se retrouver tout simplement au milieu d’une belle bande de potes. Les musiciens font les chœurs de façon récurrente et très «romantique». Les décors sont hyper bien mis en valeur par les lumières, qui joue sur la fluorescence des peintures.

Thomas Dutronc semble vraiment heureux de cette incursion dans le sud, pour «sa bonne bouffe et ses jolies filles» et en profite pour introduire Pierre Blanchard «Le violoniste venu du froid», tout de cuir vêtu et équipé de lunettes noires. Et pour l’accompagner, Monsieur Dutronc a attrapé une guitare classique, pour partir sur des accents flamenco. Cela ne prend le temps que de quelques notes au public pour reconnaitre un J’aime Plus Paris, qui déclenche des cris et une belle clappe. Il est vrai que c’est un véritable bonheur que d’écouter ce guitariste hors paire, qui laisse une part si belle à la musique. Et le détonnant mélange du violon et de la guitare électrique est parfait … Ça tourbillonne, c’est brillant … C’est le pied !! Et la salle, un peu timide du début, s’est bien réveillée maintenant !!

Le délire débordant de leur imagination continue : «Bien venu sur le répondeur de Martigues du Centre de demandeurs de l’emploi …» La ronde inlassable des mots est repartie, avec l’écran qui nous balance des images toujours plus loufoques et l’entrée dans la danse de la plus petite guitare du monde !! Tout un programme … En fait, on a de véritables sketchs entre les morceaux et des trouvailles d’accessoires toujours renouvelées avec, par exemple, des bonnets péruviens pour les musiciens fraîchement débarqués de Lima, qui nous jouent la musique la plus pourrie du monde ! Les paroles sont toujours fines, bien écrites, pas démago pour un sous et surtout subtiles dans leur drôlerie. De petites histoires de rien, pleines de poésie, servies par un humour léger, distillé avec beaucoup d’intelligence et même parfois, une pointe de nostalgie .

Dans cette douce folie ambiante : Roulement de tambour et marche au pas. Excellente satire, faite d’une compile des plus pourraves pour illustrer notre société de sur-consommation. Nous avons donc droit pêle-mêle à : L’aigle Noir zouc (avec le fameux casque de viking). Puis Chiquito De La Puerta Y Valdes et sa petite guitare ridicule (sans oublier ses pompes vernies … Annoncé comme un grand classique de la guitare Gay !!). La Compagnie Créole en slam (du gros gros n’importe quoi !!). Olaf de Norvège qui interprète Annie Cordy façon free jazz (salué par la critique de Télérama !) et, pour finir, un enfant de huit ans et demi qui reprend Claude François et Franck Sinatra avec sa flûte à deux balles. Un scénario loufdingue pour une prestation qui l’est tout autant … Un petit moment de bonheur totalement décalé !!

Viendra ensuite l’hommage à Ninine Garcia (qui passe en image sur l’écran en arrière scène), avec une magnifique musique aux accents tziganes et un passage du rire à l’émotion mené de main de maître. La formation, qui prend clairement son pied, passe en quintette à corde devant une salle qui en fait tout autant. Thomas Dutronc est un maître de cérémonie impeccable, qui joue divinement bien de la guitare et nous offre plusieurs morceaux de bravoure, dont A La Vanille, petite mélodie fragile qui tourne à la bossa nova. A chaque fois, tout est fait pour installer un véritable univers autour de la musique, avec des moments qui tournent parfois au bœuf entre amis dans un bar de jazz, avec des putain de musiciens !!

Ils savent aussi toujours amener leur petit grain de folie … Un numéro de claquette exécuté par Bertrand Papy qui a abandonné sa basse, repris en film Super 8 sur l’écran et des paroles savoureuses du genre «Je suis comme un pâté sans sa croûte quand t’es pas là …» Ou bien encore une choré participative, tout le monde debout, briquet en main (ou téléphone portable pour les plus modernes), agitant les bras pour être filmés en live !! Mais très vite, la salle se lève et préfère danser sur ce doux mélange de jazz et de rock : On Sait Plus S’ennuyer, une bien belle chanson d’amour, juste déjantée ce qu’il faut.

Bref, un univers de doux-dingues, qui va nous balader jusqu’à la fin de ce set, avec un Thomas Dutronc qui remet en place sa mèche ravageuse et nous lance ses petits sourires charmeurs, tout en s’amusant de cette vie de fou que nous vivons … Après les pubs, les supermarchés et les jeux vidéo, c’est le tour de notre douce dépendance à internet. Ils quittent tous la scène assez rapidement, nous laissant devant un petit film qui nous présente tous leurs visages et leurs noms, défilant aux fenêtres d’un petit train de cirque … Ce qui nous amène aux rappels sans même qu’on s’en rende compte.

Pour leur retour, l’ambiance est revenue au calme. Mais un petit couac technique imprévu vient mettre le bazar : «C’est quoi ce bruit sans déconner ? … Les chansons, c’est parfois comme les rendez-vous romantiques : On peut avoir des problèmes d’intestin et ça casse le délire. Alors, Allez, on recommence !!» avec Sésame et un duo de guitare électrique et classique de toute beauté, à vous faire sincèrement décoller !

On se lève tous pour la petite dernière annoncée : Demain (parce qu’on va avoir quand même un peu de rab après 😉 !!) Et comme tout le monde la connaît celle-ci, on s’en donne à cœur joie, avec tous les musiciens qui rejoignent la scène pour nous offrir des solos de folie chacun à leur tour. Ils s’éclatent, s’agitent dans tous les sens, montent sur les plots et font danser le public. Bref, nous mettent le feu avant de nous quitter pour la seconde fois … Mais reviennent à nouveau. «Une dernière pour la route alors …» ou deux finalement. Et un Thomas Dutronc qui part dans une explication emberlificotée pour nous faire partager les raisons de ses choix d’instruments. On y comprend rien et lui non plus d’ailleurs. Ce qu’il fini pas reconnaître avec un «Tout ça pour rien dire du tout … !!». Mais il se rattrape par un final à la guitare tellement rapide, qu’il en tirera la langue de plaisir !!

Composition

  1. Clint
  2. Turlututu
  3. J’aime Plus Paris
  4. Alerte A La Blonde
  5. Sac Ado
  6. Relançon La Consommation
  7. Ninine
  8. A La Vanille
  9. Undecided
  10. Comme Un Manouche Sans Guitare
  11. On Sait Plus S’ennuyer
  12. Oiseau Faché
  13. Jeune Je Ne Savais Rien
  14. 1er Rappel : Sésame
  15. Demain + Demain Disco
  16. 2nd Rappel : Suis Pas D’ici
  17. Les Yeux Noirs

Date Limite de Consommation

  • Ce concert s’inscrit dans la tournée Silence on tourne qui se termine le 30 Mars 2012 à Paris
  • Album défendu : Silence on tourne, on tourne en rond

Site de Production

Site officiel : http://thomasdutronc.artiste.universalmusic.fr

Ingrédients

  • Thomas Dutronc : Chant & Guitare
  • Stéphane Chandelier : Batterie
  • Jérôme Ciosi : Guitare & Flûte
  • Bertrand Papy : Basse
  • Fred Jaillard : Guitare
  • David Chiron : Guitare
  • Pierre Blanchard : Violon

Remerciements

  • Stephan @ ConcertAndCo
  • Caroline @ Théâtre des Salins
  • par

    04 février 2016

    Photo du concert

    Thomas Dutronc @ Silo (Marseille)

    C'est avec un grand plaisir et une certaine impatience que j'attends la montée sur scène de Thomas Dutronc. L'homme étant, je trouve, trop rare sur scène dans le Sud. Et je ne crois pas l'avoir ...

  • par

    28 mars 2012

    Photo du concert

    Bénabar @ Dôme (Marseille)

    Bénabar a titillé mes oreilles pendant des années, sans que jamais je m'y arrête vraiment. La chanson française c'est pas mon fort et je crois que je n'ai pas voulu aller plus loin. Ce soir, ...

  • par

    25 juillet 2015

    Photo du concert

    Julien Doré @ Théâtre Antique (Arles)

    Le concert au Silo m'avait retourné... J'adore alors revoir un artiste pour constater si ces belles émotions sont dues au hasard ou non. Six mois se sont écoulés, c'était parfait. Et, revoir ce même concert dans ce ...

La Zone des Lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.