Avis sur un show

12 novembre 2011

L’enfance Rouge @ La Gare (Maubec)

Allez on envoie les pieds, on envoie du bon gros son et on sue pendant 1h30 sans relâche !

  • 1
  • 2
  • 0
  • 0
  • 0
  • VN:F [1.9.22_1171]

Pour ce groupe insufisamment mis à la lumière, le compte de 15 photos a été retenu.

Conditions de mise en boîte

Librement dans la salle. Un peu plus gâté que pour Pneu, en plus des spots de 100 watts au sol (au nombre de deux ou trois), il y a aussi un peu de la lumière, majoritairement rouge, de la salle ! Ça fait de belles ambiances.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Allez j’avoue ici. C’est le gourou Stephan de ConcertAndCo qui m’a donné envie d’aller à ce concert et de braver Ysa qui, pendant 3 générations je pense, me reprochera de fêter son anniversaire en concert plutôt que tranquillement, à une table pleine de bougies et de trucs qui rendent heureux.

Mais que voulez vous ! Je suis accro à la musique (tout comme à Ysa) et c’était une occasion en or de découvrir un peu de ce monde inconnu dans cette sublime salle à l’accueil parfait !

Pour maintenant ne parler que de la musique, disons qu’après la trace de Pneu (dans les oreilles, pas dans le caleçon ! Oui, elle était facile celle là !!), L’enfance Rouge a du mal à s’imposer ; on ne peut pas dire que c’est moins physique, moins technique ou même moins prenant, mais disons que l’énergie est plus difficile d’accès, avec un petit côté Magma (certain diront intello), qui peut faire reculer dans un premier temps et brouiller un peu les cartes.

C’est malgré tout un sublime groupe et ce fut un sublime show, horriblement physique pour tout le monde, avec une envie évidente de partage de la part du groupe.

Etiqueté par Ysabel :

Après le set scotchant de Pneu en première partie de soirée, c’est L’enfance Rouge qui se prépare à monter sur scène. Et ce qu’il y a de bien à La Gare de Maubec, c’est que pendant la pause, on se retrouve à prendre un verre avec les musiciens comme ça, en toute simplicité.

Le set commence le plus originalement du monde, par la diffusion d’une annonce météo … Et les trois musiciens qui montent sur scène depuis la salle, comme de simples spectateurs. Un batteur presque aussi furieux que celui de la première partie, un guitariste-chanteur et une bassiste (chanteuse elle aussi pour certains morceaux). Ça commence fort, avec une rupture de corde (décidément, après le drum de Pneu tout à l’heure, c’est la soirée !) et un changement en Live qui se fait avec maestria.

Le répertoire de L’enfance Rouge est hors norme. Enormément de jeux de dissonances, parfois des onomatopées et une musique totalement désarticulée, intense et plutôt pénétrante. Une sorte de bal macabre. Une vraie musique d’écorchés vifs, avec des ajouts de cordes et de sonorités orientales. Chiara Locardi possède une voix très grave, qui surprend au premier abord aux vues de son physique plutôt fluet et de ses longs cheveux blonds. François Cambuzat, lui, offre un registre très rock, à la Noir Désir … Le visage souvent éclairé par le dessous, ce qui lui donne un air irréel. Il dégouline de sueur au dessus de sa guitare. C’est hyper impressionnant, voir même fascinant.

Ils parviennent tous les deux à extirper des sons faramineux des cordes de leurs guitares et se cabrent tous trois dans cette lumière de fin du monde. Des attitudes définitivement rock pour une musique douloureuse et torturée. Ils apparaissent même par moment secoués de spasmes, au paroxysme de l’intensité.

«Si vous en voulez plus, vous n’avez qu’à hurler de joie … Sinon, on va tous se faire enculer : c’est à vous !!» Le public n’est pas forcément très nombreux, mais il a compris le message. Et il en redemande encore. Ils nous offrent un final tonitruant, guitare au poing. Avec un François Cambuzat les genoux à terre. Pas étonnant de la part de la bête de scène que nous avons devant nous depuis le début de ce set hyper musclé. Et ils vont nous quitter comme ça, brusquement, comme ils étaient venus : pas de chichi avec L’enfance Rouge. Du brut de décoffrage et de l’énergie pure.

Il nous revient quand même, l’air amusé : «C’est fini … A moins que vous ne cassiez la baraque !!» On repart donc pour un rappel explosif. Ce n’est plus de la musique, ça tourne carrément à la transe !! A chaque pause, on retient son souffle un instant, pour ensuite mieux repartir sur la déferlante.

Notre guitariste franc tireur nous propose une pub peu orthodoxe pour leurs CD, qui font l’objet d’une impression unique à chaque fois. Ce qui fait que quand il n’y en plus, il n’y en a plus ! Donc, si vous avez la possibilité d’en choper un, profitez de l’occasion (elle ne se représentera peut-être plus). Et puis on termine sur deux dernier morceaux pour ceux qui en veulent «Et pyjama pour ceux qui n’en ont rien à foutre de la musique !!»

Composition

  1. Intro
  2. Vistamare
  3. Novembre
  4. Bogazici
  5. Iparalde 1
  6. Iparalde 2
  7. Baccio
  8. Baccio Elect
  9. Baccio
  10. Baccio Finale
  11. Vendicatori
  12. Hurricane

Date Limite de Consommation

  • Album défendu : Bar – bari

Site de Production

Site Officiel : http://www.enfancerouge.net/aaa.html

Ingrédients

  • François Cambuzat : Guitare & Chant
  • Chiara Locardi : Basse & Chant
  • Jacopo Andreini : Batterie

Remerciements

  • Stephan @ ConcertAndco
  • Sophie @ La Gare
  • par

    28 octobre 2010

    Photo du concert

    The Morrigans @ Machine à Coudre (Marseille)

    Parlons déjà du lieu : situé dans un coin plus africain que marseillais, c'est un vrai dépaysement que d'aller dans cette petite ruelle Jean Roque. Bon ok ! faut pas se focaliser sur les tas ...

  • par

    06 mars 2015

    Photo du concert

    Gallery Circus @ Paloma (Nîmes)

    Ces deux là, quand ils arrivent sur scène, on sent d'entrée qu'ils vont vouloir en découdre avec leurs instruments... Et effectivement, ça ne manque pas ! Ils ne reprennent qu'à peine leur souffle pendant le Set et, ...

  • par

    10 décembre 2011

    Photo du concert

    No One is Innocent @ L'Usine (Istres)

    En plus de ne pas être fan du rock chanté en français, je déteste encore plus les discours politiques moralisateurs d'un artiste : je demande aux artistes de me faire vibrer, pas de m'éduquer ! ...

La zone des lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.