Avis sur un show

22 avril 2011

Les Ogres de Barback @ L'Usine (Istres)

Un bel univers pour un beau groupe

  • 2
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • VN:F [1.9.22_1171]

Conditions de mise en boîte

Trois chansons librement et puis on range tout ça mon brave !

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Sublime univers que celui développé pendant près de 2h ! ça grouille d’ingéniosité et de poésie et on se laisse aller dans la rêverie. Musicalement, les 4 frères et soeurs sont phénoménaux ! Je regrette peut-être un concert trop à tambour battant où l’on a pas le temps de se remettre d’un morceau que déjà la suite arrive. Et, je regrette un peu les rappels que j’ai trouvé bien moins bons que le reste du concert et dans un ton électro assez différent.

Etiqueté par Ysabel :

Pendant la pause, se met en place devant nous un drôle d’univers. Des hauts parleurs de sirènes sur la gauche. Un échafaudage lesté de sacs de toile, survolé par deux grands oiseaux de bois … Lorsque la sonnerie d’usine retenti, ils enfilent leur bleus de travail et une belle amazone, perchée sur ses échasses, fait son entrée au milieu d’une chaine formée par la petite famille des Ogres de Barback, qui distribue du courrier. On se passe des cartons, on tamponne à tout va et un violoncelle monte dans les cintres, arrimé à une poulie.

C’est parti, on y est, les 4 frères et soeurs de ce groupe unique et totalement atypique nous font pénétrer dans leur univers incroyable. L’introduction se fait sous la forme de la lecture d’une lettre, ce qui sera le fil conducteur du spectacle (terme qui selon moi convient bien mieux à leur prestation scénique que celui de concert). Ils démarrent donc dans un petit coin de la scène, qui prend des airs de convivialité, et commencent ce voyage par le récit du parcours d’un oiseau de passage. Leur musique foisonne d’idées et l’assemblage des instruments offre des sonorités savoureuses.

Ils sont là, avec nous. S’amusent des applaudissements qui ne viennent pas au bon moment «Mais c’est pas fini !!» et nous explique que toute ces choses qu’ils ont amenées sur scène constituent, en fait, leur fabrique à chanson.

«Mais sinon, ça va ou ça va ?? Mais bien ou BIEN ??!!»

Ils changent de place sur scène pour chaque morceau, mais surtout échangent à l’infini leurs instruments de musiques, véritables Hommes et Femmes Orchestre de leur petit monde rêveur. Ce qui fait que l’on passe d’un groupe de cordes à un autre de cuivres en un instant et qui donne à chaque chanson sa personnalité unique.

A chaque introduction, sa petite histoire. Beaucoup d’interactivité avec le public aussi. «Une petite chanson sur le sexe Messieurs Dames. (Pas trop de réaction dans le public). Ah ! Pas trop portés sur le sexe donc ce soir !!»

Aux jeux des chaises musicales (c’est le cas de le dire !) dans leur drôle de décor à étages, s’ajoutent ceux des lumières et des inspirations aux parfums de musique du monde. On passe d’un rythme africain chantée façon Rap au tourbillon d’une musique tzigane. Ces saltimbanques loufoques ne reculent devant rien pour nous distraire. Tous les moyens sont bons pour partir dans la fantaisie. Ils vont à la pêche (à la ligne) aux lettres, font de la balançoire, la 5ème «Postière» fait du ruban acrobatique tout en distribuant son courrier … Ils utilisent toutes les possibilités de leur «scène-échafaudage» qui peut aussi bien servir de petite maison que de perchoir pour ces drôles d’oiseaux.

Les instruments eux aussi sont à la fête. Les traditionnels : piano, guitare, violon, violoncelle … Sont accompagnés par d’autres, plus originaux les uns que les autres : bugle, soubassophone, erhu, épinette des Vosges ou scie musicale ! Nos oreilles sont titillées dans tous les sens et nos yeux ne sont pas en reste non plus devant ce spectacle qui navigue entre music-hall et cirque itinérant. On assiste à la mise en place de chaque tableau à la frontale. La lecture des lettres continue avec de bonnes ou de mauvaises surprises … Selon.

«Mauvaise nouvelle, ah merde ! C’est une lettre de grand-mère. Vous avez quitté Cergy PomPom … Pourquoi vous êtes partis pour un coin pourri ?? Cergy vous sera toujours ouvert !» Alors on passe en revue les qualités et les défauts de toutes les villes de France. Ils utilisent mille et une astuces pour transformer encore et toujours leur décor. Les tubes d’acier se tendent de toile et deviennent écran de cinéma. On y voit leur tournée sous chapiteau avec Les Hurlements de Léo. «Plus de bruit …. Allez !!!» Puis l’écran va permettre de faire un duo avec le guitariste de flamenco  Serge Lopez. Beau moment de poésie.

Mais attention, la sonnerie de l’usine retentit à nouveau. C’est le signal pour une balade peu banal du chanteur, qui va circuler au-dessus de nos tête assis sur un carton. Laissé aux bons soins du public, il est un peu chahuté mais reste stoïque !! Il nous offre même un peu d’acrobatie avec un joli poirier. Puis la scène va se transformer pour une dernière fois. La structure de métal devient un énorme transistor géant dans lequel ils continuent à jouer. Ils ne sont plus qu’en ombres chinoises et vont finir par nous quitter sur une musique un peu plus orientale, après avoir été rappelés à l’ordre par une dernière sonnerie d’alarme. C’est la fin de la journée dans la fabrique à musique et ils vont regagner leur monde en disparaissant un à un dans un immense carton posé sur le milieu de la scène. L’acrobate va refermer la grande boîte et l’emmener avec elle. On suit ensuite son parcours à travers les coulisses sur l’écran, à la façon du générique de «Les Nuls l’Emission», ce qui va permettre de nous présenter tout le staff. On regarde la roulotte des Ogres se remettre en route avec une jolie attention écrite à l’arrière «Merci au formidable public de Istres».

Mais le rappel réclamé à grands cris ne se fait pas attendre. Ils nous surprennent en revenant par la salle, traversant tout le public. Ils nous rechantent quelques balades, avec leur danseuse des airs qui déroule, tête en bas, un parchemin musical du haut de son perchoir. Puis, une fois remontée, elle nous jette une dernière fois une grande volée de lettres par dessus les musiciens. Dernier tableau avec ballons et canon à confettis. Une fin à l’image de ce spectacle, qui aura été une véritable fête de bout en bout.

Composition

  1. Intro / Jingle Lettre
  2. Traveller
  3. Daron
  4. Contes
  5. Tes Saints
  6. *Jingle Lettre*
  7. Pas Courageux
  8. Solène
  9. *Jingle Lettre*
  10. Solène Le Retour
  11. Rue de Panam
  12. Les Voyageurs
  13. Les Amants Sans Nuit
  14. Coeur Tzigane
  15. Grand-Père
  16. *Jingle Lettre*
  17. 3-0
  18. Zèle
  19. JOJO
  20. Rue Du Temps
  21. Mendiant
  22. Marcelle
  23. Grand-Mère
  24. *Jingle Lettre*
  25. Buro
  26. KK5
  27. Ni Dieu Ni Dieue
  28. Petite Fleur
  29. Rome Arrangé
  30. 1er Rappel :  Popom Pom Pom
  31. NTM
  32. Salut A Toi
  33. Salut A Vous
  • par

    22 avril 2011

    Photo du concert

    Macadam Bazar @ L'Usine (Istres)

    En doux mélange des genres et un très bon moment où l'on a pas le temps de s'ennuyer et jamais l'impression d'entendre deux fois le même titre ! Je les avais découvert quelques mois auparavant ...

  • par

    22 mars 2014

    Photo du concert

    Têtes Raides @ Espace Julien (Marseille)

    Je vais être franc : Je ne connaissais pas Têtes Raides avant ce concert. C'était un nom connu bien entendu, mais je n'avais pas creusé plus loin. Pour tout dire, je pensais plutôt entendre un ...

  • par

    05 février 2013

    Photo du concert

    Stephan Eicher @ L'Usine (Istres)

    J'ai vraiment découvert Stephan Eicher il y a 2 ans, lors du concert avec Philippe Djian : J'étais sorti transformé par ce concert incroyablement intense. Ce fut l'un des rares où je suis senti absorbé ...

La zone des lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.