Avis sur un show

04 mars 2011

Fredrika Stahl @ Les Passagers du Zinc (Avignon)

Beau concert mais peut-être trop de Norah Jones et pas assez de Billie Holiday

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • VN:F [1.9.22_1171]

Evaluation de la Soirée

Note global du concert, 4.3 - 3 votes
VN:RO [1.9.22_1171]
Note internautes, 6.0 avec 1 vote(s)
Note d'Ysabel
Note d'Arnaud

1 : Pas du Tout - 2 : Un Peu - 3 : Moyennement - 4 : Beaucoup - 5 : Passionnement - 6 : A La Folie

Conditions de mise en boîte

Librement au milieu du public

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Un concert Jazz comme je les aime avec une voix magnifique et des titres très intéressant. Si je n’avais qu’un seul petit reproche, ce serait sur l’interprétation peut-être un peu trop « guimauve ». On aimerait voir une chanteuse un peu meurtrie qui sort ses tripes et on a plutôt une sublime chanteuse à la vie assez rose qui chante de belles chansons. Vraiment pas désagréable mais pas assez cabossée pour pleinement émouvoir …le temps fera peut-être son effet et d’ici quelques années ce sera une artiste encore plus parfaite

Etiqueté par Ysabel :

La scène se prépare pour l’arrivée de Fredrika et, au nombre déjà non négligeable d’instruments en place, s’ajoutent un petit Mac et quelques câbles supplémentaires. Il y a aussi deux drôles de petits lampadaires (façon lumière de salon) et tout le monde est prêt : la salle s’est emplie d’un coup.

Le batteur allume la lumière avant de prendre sa place, comme s’il entrait chez lui. On entend des sortes de murmures aquatiques, accompagnés de cymbales et de clavier. Les trois garçons sont en place et attendent l’arrivée de leur chanteuse.

Fredrika s’assoit devant son clavier et commence à chanter de sa petite voix de cristal, dans la lumière douce. Ses yeux sont mi-clos au milieu des instruments qui prennent petit à petit possession de l’espace. Le premier morceau va se dérouler ainsi, tranquillement. Puis, elle va se lever micro en main pour attaquer Fast Mouving. Tony, Arnaud et Julien ne la quittent pas des yeux. C’est une très belle et grande jeune femme, qui ne laisse personne indifférent, tout en dégageant une grande simplicité et beaucoup de naturel.

Les démarrages se font, le plus souvent, seule au piano, puis le ton et le son monte. Avec entrée de la batterie en premier, rapidement suivie des deux autres. Elle regarde énormément ses musiciens. Sa voix est à la fois très douce et très jazzy.

Des morceaux comme Drop In The Sea commencent comme une petite mélodie, puis la musique s’intensifie et devient tourbillonnante, pour enfin retrouver son calme du début.

Elle passe sans sourciller du clavier à la guitare. Nous parle entre chaque morceaux et raconte un peu son parcours et son histoire. Elle compose beaucoup en Suède (son pays natal) où un petit oiseau pervers, posté juste au dessous de ses fenêtres a tenté tout un été de l’empêcher d’écrire. Elle en a fait une chanson dans laquelle le chant du petit importun est présent. Amusant. On essaie d’entrer dans son monde, ce qui n’est pas une mince affaire au son du brouhaha infernal qui règne dans la salle. J’ai vraiment l’impression que pas mal de personnes confondent salle de concert conviviale et Piano Bar. Bref ….

Elle va nous offrir un doux mélange de son dernier album et des précédents. Passe par des styles différents : de l’humour, de la tendresse, de la nostalgie. Fait participer le public aussi, en le faisant chanter ou en le chargeant de marquer le rythme à coup de snaps. Certains morceaux paraissent plus «douloureux». Surtout ceux qu’elle interprète au piano. Elle a presque toujours les yeux rivés à son clavier ou bien fixés dans ceux de Tony, placé en face d’elle.

«Cela vous dit de faire un petit tour sur Mars ?» nous demande-t-elle avant de commencer Rocked. Chaque chanson nous emmène dans un petit monde différent. Elle a souvent le regard perdu ailleurs. Elle semble très touchée par l’accueil chaleureux du public (en faisant abstraction de la partie qui n’écoute pas …. Mais bon). Elle a vécu en France de l’âge de 4 ans à celui de 12. Puis, elle est repartie terminer ses études en Suède, d’où elle est bien vite revenue. Elle aime la France et c’est pourquoi il est important pour elle de chanter aussi en français. Cette mélodie de Pourquoi Pas Moi me donne le sentiment d’une petite musique de rien, en apparence, mais qui touche et fait mouche.

J’aime beaucoup aussi la chanson qui va suivre. Elle la joue petite peste (les paroles sont toujours très subtiles, mais il faut être assez balèze en anglais !) Elle passe ainsi de l’ange à la chipie, d’une manière très amusante et nous offre un magnifique sourire pour finir, lorsque tous en choeur, on reprend le «..You» de la fin avec elle.

Avant de finir le set, on a également droit à une reprise super bien faite de Never Can Say : arrangement musical, voix …. Tout est super bien trouvé. Elle a tout le temps l’air de se recueillir, les yeux clos. De se recentrer en faisant abstraction de tout ce qui l’entoure. Elle est ailleurs et c’est peut-être un peu ça le problème. Tout est parfait et pourtant j’ai un peu de mal à entrer dans son cercle. Peut-être est-ce moi, mais l’émotion n’entre pas en moi.

Ceci étant, elle termine en beauté. Elle est plus taquine à présent. Il me semble qu’elle se lâche plus. Elle est debout devant nous, micro en main. Le tout a pris un tournant un peu plus rock aussi. Et puis, le set se termine. Elle finit avec une mélodie très soul, admirablement bien servie par la voix si spéciale. Elle devient vibrante et vraiment très investie. La fin de la soirée sera peut-être plus poignante que le début.

Pour le rappel, elle se réinstalle derrière son clavier. Ressemble un peu à une poupée. On se croirait dans une sorte un conte de fée. On va chanter avec elle l’espace de ses trois chansons de plus «…. To be irreplacable …». C’est très beau.

Et puis on va finir par la toute première chanson qu’elle est écrite, à 17 ans. Elle raconte qu’elle avait allumé des bougies partout, pensant que cela l’aiderait. Et elle termine ainsi, toute droite, debout sur le devant de la scène, tout en douceur.

Je repartirais avec une drôle d’impression. Celle d’être passée à côté de quelque chose que j’ai trouvé très beau et fort bien fait …. Mais qui sera resté en dehors de moi. Dommage. Un rendez-vous à reprendre sans doute.

Composition

  1. Sweep Me Away
  2. Fast Mouving
  3. In My Head
  4. Altered
  5. Drop In The Sea
  6. Song Of July
  7. Fading Away
  8. So Light
  9. Stuck On Stranger
  10. She And I
  11. Rocked
  12. Pourquoi Pas Moi
  13. What If
  14. Never Can Say
  15. Fling On Boy
  16. No
  17. 1er Rappel : Twinkle
  18. Irreplacable
  19. Try Again

La Zone des Lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.