Avis sur un show

08 décembre 2010

Jeanne Cherhal @ Théâtre des Salins (Martigues)

Parti sans grande conviction, je rentre avec un réel coup de coeur !

  • 1
  • 0
  • 0
  • 1
  • 5
  • VN:F [1.9.22_1171]

Evaluation de la Soirée

Note global du concert, 5.5 - 2 votes
Pas d'Evaluation des internautes
Note d'Ysabel
Note d'Arnaud

1 : Pas du Tout - 2 : Un Peu - 3 : Moyennement - 4 : Beaucoup - 5 : Passionnement - 6 : A La Folie

Conditions de mise en boîte

Trois premières chansons. Très clairement je ne suis pas content de ma session photo et c’est entièrement de ma faute (les contraintes sont les contraintes). J’ai eu énormément de déchets (photos trop sur exposées) et suis passé à côté de bien beaux clichés. Et pire, je n’ai pas l’impression d’avoir réussi à retranscrire le concert, à avoir capté les bonnes vibrations … C’est terrible, quand en plus les conditions de lumière et de prise de photos sont loin d’être horribles !

Et puis, sincèrement, ce concert méritait un reportage complet tant les attitudes, les lumières et l’ambiance étaient belles … J’espère une prochaine fois … En trois chansons, je suis passé à côté de l’essentiel.

Chronique

Etiqueté par Arnaud :

Je vais être clair : ce soir là je comptais plutôt aller voir Marc Lavoine à Aix et me disant qu’un petit Les yeux revolver c’est plutôt sympa (sans non plus être fabuleux) et que le concert étant acoustique, il est possible que ce soit une bonne soirée.

Il se trouve que très rapidement je comprends qu’il faudra que je fasse des démarches seul auprès du Pasino d’Aix et que ma chroniqueuse favorite, Ysabel, ne compte pas aller à ce concert et préfère largement aller voir Jeanne à Martigues … Je devrais toujours écouter les doux conseils de cette demoiselle !

Bon … Ok … Pourquoi pas … Surtout que Martigues, c’est pas bien loin donc ça fera rentrer plus tôt !

Voilà grosso modo mon état d’esprit. Je ne connaissais pas Jeanne, si ce n’est la pochette d’elle dans la piscine que je vois de temps en temps dans les bacs à Cd et qui m’a marqué l’esprit sans jamais déclencher une envie d’achat (ce sera corrigé prochainement !) … C’est quand même bien maigre.

Il n’aura pas fallu bien longtemps pour comprendre que la soirée va être bonne ! Dès la première chanson, il me semble clair que je vais aimer : la chanson française n’est que rarement mon fort, mais une fois de plus c’est par le biais des chanteuses que je trouve mon bonheur !

Comment décrire Jeanne ? J’aurai envie de dire qu’elle a la furie d’une Izia, mais là où la jeune Higelin est un bulldozer qui ne se pose pas de question, Jeanne est dans la furie contrôlée (bien qu’assez spontanée, me semble-t-il). C’est assez bizarre à expliquer, mais en d’autres termes, disons qu’elle est imprévisible mais n’en fera jamais trop, sous prétexte que c’est du rock.

Et puis, Jeanne a aussi du Zazie en elle : chacune de ses chansons est un univers à part, des textes millimétrés  et une ambiance toute particulière. Elle a une créativité sans limite et chaque morceau a son agréable mise en scène : on passe d’une chanson rock, à un titre intimiste en piano sans se poser de question. Tout coule naturellement et on vit avec elle Son, concert qu’elle sait nous faire partager. Jeanne poussera même le vice jusqu’à reprendre en second rappel le titre Génération Non de Diam’s et à me le faire apprécier … Je ne comprends toujours pas comment elle a réussi cet exploit, sans même me faire frémir !

Que dire aussi des mini charades venant ponctuer le concert et nous rappeler qu’elle est là pour défendre ce nouvel album. Mine de rien, je l’ai rapidement compris, alors que j’en savais rien !

Enfin, Jeanne est pleine d’un humour tout en finesse. A la moindre occasion et réaction du public, elle réagit et lance le bon mot qui saura mettre tout le monde dans sa poche.

Tout cet ensemble lui donne un charisme assez extraordinaire et, comble du bonheur, le corps de Jeanne se déplace tout en fluidité, telle une danseuse étoile … C’est, de mon point de vue, un carton plein !

La salle hier n’était pas pleine; cela l’a indéniablement déstabilisée dans les premiers morceaux et ça peut se comprendre : elle a un talent fou et mérite d’être connue de tous (et une Lara Fabian moins connue … Mais c’est un autre débat !!)

J’espère revoir Jeanne … J’avais envie de lui parler après le concert, moi qui d’habitude n’ai pas du tout envie d’approcher ce qui doit rester un mythe et la matière de mes photos … Je n’aurai probablement rien dit d’intelligent, mais j’aurai voulu connement lui dire que j’ai passé une fabuleuse soirée grâce à elle et à son groupe …. Tant de banalités pour une soirée qui n’en est pas une.

Etiqueté par Ysabel :

Assez étonnée à mon arrivée au Théâtre des Salins de Martigues : la salle n’est qu’au deux tiers pleine, pour recevoir cette si belle artiste. Qu’à cela ne tienne, je prends place le plus devant possible. La scène est prête. Décor bleu & rose et, en plein milieu, un grand anneau accroché à la façon d’un trapèze. Je pense que nous allons avoir un bel oiseau sur sa balancelle d’ici peu …

Les musicien prennent place : batteur, bassiste, guitariste et clavier. Et Jeanne fait son entrée en tenue super sexy, mini jupe à paillettes, chemise de voile et bottes de cow-boy. Rouge à lèvre carmin et guitare noire : elle est juste parfaite !!

Les musiciens (pour info, des «transfuges» de la dernière tournée de Philippe Katerine) ont, eux aussi, un look très rock. On a Stéphane à la guitare genre «ange blond», Eric à la batterie tout en cheveux avec manches à franges, Gaëtan à la basse tout de blanc vêtu avec un feux air de Freddy Mercury et Guillaume au clavier porte une tenue noir pleine de fermetures éclair. Ils sont top !!

Pour les premier morceaux, elle bouge peu, reste légèrement en retrait de son personnage, mais se donne et frappe rageusement du pied sur Qui Me Vengera, micro à la main. La scène va prendre des couleurs et de la lumière en même temps que Jeanne. Elle prend des poses, passe sur son mini clavier et commence à nous montrer la bête de scène qui pointe son nez.

Le bel oiseau va prendre place sur son perchoir (je le savais bien !!) avec Canicule. Les paroles sont toutes aussi savoureuses que la belle Jeanne, qui joue les «Coco Chanel» assise dans son cerceau.

Puis va suivre la première partie de la Charade qui va nous tenir lieu de fil rouge tout au long du concert. Belle idée que cette chanson à tiroirs , qu’elle nous livre couplets par couplets, comme une sorte d’interlude à répétition (avec une belle participation de ses acolytes … Joli exercice de style).

«Martigues, j’ai bien vu que tu n’étais qu’une demi salle, mais je vais tout donner comme si tu étais une salle pleine !!». Et la belle tien parole. Exit la chemise de tulle, elle souffle le chaud et le froid de sa voix douce et rageuse avec Mon Corps Est Une Cage. Elle occupe totalement l’espace et la scène de sa présence. Musicalement, on part tout en douceur et on termine dans du pur Rock des familles.

Elle va nous offrir un peu plus tard un pur moment de bonheur, annoncé comme l’instant nostalgique et de tendresse … «Une chanson qui parle de mon enfance» … Un Trait Danger … Qui s’avère être un petit bijoux d’humour décalé : c’est quand même un texte qui raconte l’histoire d’un grand-père amenant sa petite fille dans une station d’épuration pour la faire rêver !! «… J’ai acquis la passion des canalisations !» : Il faut l’écrire ;). Les garçons font les coeurs et elle termine sur une envolée quasi lyrique : excellent !!!!

Les lumières sont simples et belles, tout se passe avec maîtrise et naturel. Ce petit bout de femme a vraiment une voix et une présence étonnantes.

Elle va aussi nous faire chanter : absolument n’importe quoi, n’importe comment. Le public adore tout comme moi. Elle parcours la scène dans tous les sens, fait le tour de ses musiciens, danse, se déchaîne (il y a du Rita Mitsouko en elle). Souriante, sautillante, elle a un charme fou, descend (ou plutôt monte) dans la salle et vient danser à côté de nous, pour notre plus grand plaisir.

Ensuite, Jeanne va se mettre au piano sur son tabouret en peau de bête (rien d’étonnant pour une belle …. Bon elle est facile, mais c’est tout à fait l’image qui me vient) et nous interprète des morceaux plus intimistes. Un bonheur sans nuage. Elle est capable mélanger harmonieusement tous les genres et tout lui va. Le Tissu va être salué de nombreux applaudissements …. Bien mérités.

Pour Mon Troisième de Charade se sont les garçons qui vont chanter en nous offrant un véritable choeur des vierges, tout décorés de guirlandes lumineuse : C’est Noël !!

Pendant que les musiciens vont faire leur «pause syndicale», elle va nous proposer une petite séance en tête à tête. «Mais que font-ils ? On ne le saura jamais ….»

C’est un petit moment Toi & Moi, avec la garantie tendresse du tabouret à poils 😉

«Si c’est trop long pianistiquement, concentrez vous sur la moumoute !» nous conseille-t-elle. Mais non, ce n’est pas trop long : on entendrait une mouche voler, tous les yeux rivés sur elle …. Bon ça se termine un peu en Boulez …. Mais pourquoi pas !

Puis elle nous interprète, toujours seule, Rondes Larmes. Elle est incroyablement gracieuse avec son port de tête de danseuse, assise derrière son piano. C’est assez magique. Puis les garçons reviennent et se mettent tous à jouer du piano. C’est à quatre mains, mais au sens propre du terme, chacun en y mettant une.

Et puis Mademoiselle se fait enlever ses bottes par son assistant (absolument ravi d’accomplir cette tache) et elle va s’assoir sur le piano, après une ascension étudiée via un petit escalier et elle nous chante Plus Rien. Tous les musiciens sont derrière le clavier. Elle fait la belle, leur touche la tête, fait sa gym sur le piano et nous propose même une petite séance de natation : tout un programme 😉 !!

Elle termine le tout debout sur le piano et saute sur le sol.

On termine le set dans le feu de Liquide (moi aussi je peux faire de bons mots !!) et la salle n’est peut être pas pleine, mais elle est debout Messieurs Dames !

Pour le premier rappel, elle nous revient avec un combi-short lamé argent avec capuche qu’elle a du piquer à Kylie Minogue … mais qui lui va à ravir. Et nous avons enfin le fin mot de la Charade. Toute la salle est debout pour la dernier morceau. Elle prend son cerceau lumineux pour faire du hula hoop. Maintenant, c’est le public qui danse (et transformer le Théâtre des Salins en piste de danse, c’est assez balleze !!) et Jeanne termine sur une sorte de danse vaudou exécutée avec son manager, venu les rejoindre sur scène.

Comme la salle en redemande, elle va revenir pour un dernier rappel. Il n’était pas prévu et elle nous interprète Génération Non de Diam’s qu’elle rend très agréable (ce qui n’est pas une véritable prouesse artistique quand même 😉 …..)

On ne pourra donc vraiment pas contestée que la belle est une véritable artiste.

Une très très belle soirée et une artiste à ne pas rater en concert …. A vos tablettes !

Composition

  1. J’ai pas peur
  2. Qui me vengera
  3. En toute amitié
  4. Canicule
  5. Mon premier
  6. Mon corps est une cage
  7. Un trait danger
  8. La station
  9. Mon second
  10. Pays d’amour
  11. Voilà
  12. La peau sur les os
  13. Un couple normal
  14. Homme perdus
  15. Le tissu
  16. Mon troisième
  17. Attitude 494
  18. Rondes larmes
  19. Plus rien
  20. Lorsque tu m’as
  21. Liquide
  22. 1er rappel : Dernière charade
  23. Certains animaux
  24. 2ieme rappel : Génération non non

Date Limite de Consommation

  • Ce concert s’inscrit dans la tournée Charade Tour qui se termine le 26 Février 2011 à Paris !
  • Album défendu : Charade

Site de Production

Site officiel : http://www.jeannecherhal.net/

Ingrédients

  • Jeanne Cherhal : Chant, Guitare & Piano
  • Gaëtan Chataigner : Basse
  • Eric Pifeteau : Batterie
  • Stéphane Louvain : Guitare
  • Philippe Eveno : Guitare

Remerciements

  • Stephan @ ConcertAndco
  • Caroline @ Théatre des Salins

La Zone des Lecteurs

Nous attendons avec impatience vos commentaires sur la chronique, les photos, l'artiste, votre avis sur ce concert ou un autre de la tournée.

Ne pas hésiter, nous sommes toujours ravis d'avoir un retour, même critique. Concerts en Boîte c'est aussi vous !

Pour avoir un zoli icone à côté de vos messages, il vous faut un gravatar.

  • VA:F [1.9.22_1171]
    0
    0
    image gravatar rajoute :

    au niveau de la map rien à dire c'est nikel, les couleurs sont superbes mais il est amha important de retravailler plus en détail les compositions, parfois des espaces inutiles (photo 1-2-3-4 : cadrage trop large) ce qui donne moins de punch à ton sujet…..

    une préférénce pour la photo 9 : j'adore (à voir si un cadrage carré est possible dans cette compo….)

    • VA:F [1.9.22_1171]
      0
      0
      image gravatar rajoute :

      je suis en train de remettre en cause mes cadrages.

      je ne toucherai pas ceux là mais je ferais autrement pour les prochains concerts. j'espère que tu continueras à commenter.

      • VA:F [1.9.22_1171]
        0
        0
        image gravatar rajoute :

        bien sûr que je continuerai à commenter….je te donne juste mon avis, qui n'est que personnel et ce qui compte c'est ce que tu ressens….

        • VA:F [1.9.22_1171]
          0
          0
          image gravatar rajoute :

          Oui mais en même temps je veux les photos le plus belles possibles avec le maximum d'impact. Il est donc dommage de passer à côté et je vais donc (entre autre) mieux travailler mes cadrages.

  • VN:F [1.9.22_1171]
    0
    0
    image gravatar rajoute :

    le cadrage quasi sorti de l'appareil des photo 1,2,3,4 est un choix réfléchi. Si effectivement ça pourrait être autre chose, j'aime laissé pour les plans large un peu d'air partout, sans non plus en avoir trop à mon goût. La photo 2 est par exemple voulu comme tel et j'y trouve une certaine puissance qu'un cadre serré enlèverait

    Quant à la photo 9, j'ai failli pas la mettre et c'est uniquement la MAP parfaite qui fait qu'elle est en ligne : je n'y aime pas le visage de Jeanne que je trouve atrocement dur alors qu'elle est tout en douceur en vrai.

    Un cadrage carré pourrait se faire. j'essayerai. j'avais préféré mettre du vignetage pour concentrer le regard vers le milieu.